CHÔMAGELe chômeur dans la société

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'accroissement du nombre des chômeurs depuis le milieu des années 1970 ne traduit pas seulement des modifications quantitatives. Un chômage élevé devient moins sélectif, les catégories sociales qu'il touche sont plus nombreuses et plus variées : on n'ignore plus le chômage des cadres ou des jeunes diplômés, même si la masse des chômeurs continue à être formée d'anciens ouvriers et employés, dont la qualification est faible. Les chômeurs constituent désormais un groupe dont l'hétérogénéité s'est accrue. On peut donc se demander si la perception du chômage et la condition de ceux qui en font l'expérience n'ont pas pris des formes nouvelles. Rien ne garantit a priori l'homologie du chômage de la grande crise ou même des années de plein-emploi des Trente Glorieuses et du chômage que connaissent aujourd'hui les sociétés industrialisées. Il suffit d'évoquer l'enrichissement général, l'accroissement de la qualification professionnelle, les interventions de l'État-providence et la maîtrise beaucoup mieux affirmée de la connaissance économique et sociale pour justifier l'interrogation nouvelle sur la condition du chômeur dans les sociétés du début du xxie siècle.

L'évolution récente de la notion de chômeur

L'interrogation est d'autant plus justifiée que la définition même du chômeur s'est modifiée. La catégorie statistique apparaît en 1896 pour la première fois en France. Dans les années 1930, la qualité de chômeur était réservée aux hommes adultes, ayant involontairement perdu un emploi de salarié dans une entreprise. Pendant longtemps, la notion de « chômeur » n'avait pas été séparée de celles de retraité, de malade, d'élève ou de pauvre. Le chômeur restait un assisté, il n'était pas indemnisé, mais secouru. Ce n'est pas un hasard si, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, on propose régulièrement des inclusions ou des exclusions qui aboutissent à de nouvelles définitions du concept, si l'on définit successivement la population sans emploi à la recherche d'un emploi (P.S.E.R.E.) au sens du Bureau international du travail (B.I.T.), les demandeurs d'emploi en fin de mois (D.E.F.M.) au sens de l'Agence nationale pour l'emploi (A.N.P.E.), en données brutes, en données corrigées des variations saisonnières, etc. Les querelles sur ces définitions et, en conséquence, sur le nombre des chômeurs ne s'expliquent pas seulement par le désir de tout gouvernement de minimiser ce nombre et par celui de l'opposition de le gonfler. Elles sont liées au fait que la définition même du chômage est administrative, que le taux de chômage est un instrument de la vie sociale et non de la connaissance scientifique et, plus généralement, que la définition même du chômage est le reflet de la conception que la société se fait à un moment donné du travail, de l'emploi et du non-emploi.

Le même concept désigne aujourd'hui des populations qui connaissent la même situation administrative, mais dont la condition sociale reste très différente. Le taux de chômage des ouvriers (12,5 p. 100 en 2005) et des employés (10,3 p. 100) reste supérieur à celui des cadres (4,9 p. 100) et des professions intermédiaires (5,5 p. 100), en sorte que la population des chômeurs comprend toujours une majorité d'ouvriers et d'employés. Toutes les enquêtes révèlent l'extrême variété des situations vécues à l'occasion du chômage en fonction des caractéristiques objectives des individus (âge, sexe, situation familiale, activité professionnelle, niveau culturel) et de la trajectoire sociale qui a précédé l'entrée dans le chômage. Non seulement les conditions proprement économiques (parfois simplement désagréables, parfois tragiques) sont très différentes selon les catégories, mais l'épreuve que constitue le chômage prend des formes autres. Celui-ci vient en effet interrompre une carrière, c'est-à-dire un projet professionnel, tout un système d'attentes et d'aspirations socialement déterminé, dont la définition est intimement liée à l'identité de l'individu. Selon la place que le rôle professionnel joue dans l'élaboration de cette identité, l'expérience vécue du chômage prend des formes différentes. Quelles que soient les difficultés économiques et même lorsqu'elles sont réduites au minimum, l'épreuve est d'autant plus redoutable que l'individu accordait plus de signification à sa carrière ou, plus modestement mais tout aussi profondément, à son travail quotidien.

Il est frappant de constater que, dans les années 2000, l'expérience du chômage n'est pas fondamentalement différente de celle des années 1930 ou 1950-1960. Pour le plus grand nombre des chômeurs, pour la masse des ouvriers et des employés, pour les cadres, c'est l'activité professionnelle qui continue à définir la dignité personnelle, à organiser le rythme quotidien hebdomadaire et annuel, à offrir l'occasion privilégiée, souvent unique, de la sociabilité. Lorsqu'ils sont privés de leur emploi, ils perdent l'ensemble de ce qui définit leur statut social et personnel et font l'expérience du chômage total, que caractérisent trois traits : l'humiliation, l'ennui et la solitude.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHÔMAGE  » est également traité dans :

CHÔMAGE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 616 mots
  •  • 1 média

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

CHÔMAGE - Définition et mesure

  • Écrit par 
  • Jean-Étienne MESTRE
  •  • 7 485 mots
  •  • 1 média

Bien que le statut de chômeur ne date que des années 1930, l'appréhension du phénomène paraît évidente : il suffit de compter ceux qui « ne travaillent pas » alors qu'ils « veulent travailler ». Les difficultés commencent quand on veut préciser les situations entre guillemets de manière à pouvoir isoler les individus correspondants et mesurer la grandeur ainsi définie. Il faut notamment distinguer […] Lire la suite

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 267 mots
  •  • 2 médias

Les politiques de l'emploi, entendues comme mesures spécifiques de lutte contre le chômage et d'amélioration de la situation du marché du travail, existent dans tous les pays de l'O.C.D.E. Les débats sur leur bien-fondé et leur efficacité sont récurrents. Outre leur dimension politique, en tant qu'objet d'analyse scientifique, ces politiques posent aussi de n […] Lire la suite

CHÔMAGE - Sociologie du chômage

  • Écrit par 
  • Didier DEMAZIÈRE
  •  • 2 468 mots

À partir de la fin des années 1970, le chômage s'est durablement installé dans la société française. Ce phénomène a directement contribué au développement d'enquêtes sociologiques destinées à comprendre les chômeurs : parcours biographiques, conditions de vie, activités quotidiennes, adaptations à la privation d'emploi, reconversions identitaires, relations […] Lire la suite

CHÔMAGE (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 690 mots

Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet, la condition nécessaire pour être considéré comme chômeur par le Bureau international du travail (B […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le renforcement de la désaffection politique »  : […] Les segments de la population les plus prédisposés à l'abstention sont ceux qui cumulent les handicaps sociaux les plus divers. Le chômage, la pauvreté, la précarité, la stagnation du pouvoir d'achat des salariés modestes, la violence physique ou symbolique dans les rapports sociaux, l'absence de perspective, la fatalité de l'échec scolaire, le durcissement des conditions de travail des titulaire […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Des inquiétudes pour le futur »  : […] Trois facteurs viennent pourtant pondérer ces résultats positifs. D'une part, l'investissement productif reste à un niveau insuffisant pour stimuler la croissance. La formation brute de capital fixe ne progresse plus significativement depuis 2009 et reste cantonnée autour de 20 p. 100 du PIB (19 p. 100 en 2010, 18 p. 100 en 2018) demeurant en deçà des taux supérieurs à 24 p. 100 qui caractérisent […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Albanie face aux réalités économiques du marché mondial »  : […] Après trois années de croissance ralentie, 1979 était considérée comme la « meilleure année » du sixième plan, marqué par la rupture de l'aide chinoise. L'Albanie occupait alors le troisième rang mondial pour la production de chrome et le deuxième pour l'exportation de ce dernier. La construction de l'usine du Mat permettait l'exportation d'un nouveau produit, le ferrochrome. Une usine de fonte é […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La France dans le drame algérien »  : […] Un nouvel appel est lancé par Paris aux derniers Français résidant en Algérie. Mais l'alternative peut-elle aussi facilement se limiter à rester ou partir ? Rester, c'est exposer sa vie, voire celle des autres. Partir, c'est faire le jeu de ceux qui entendent tirer un trait définitif sur toute trace de présence française en Algérie. En juillet 1994, M gr  Pierre Claverie, archevêque d'Oran, exprim […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La « remise en ordre » de l'économie »  : […] Celle-ci a été profondément marquée par le régime national-socialiste, et son organisation est un des traits les plus originaux du III e  Reich. Aussi bien s'agissait-il de redresser une situation très grave qui, depuis 1930, n'avait cessé de se détériorer. On y parvint en deux étapes : en 1933 la « remise en ordre », en 1936 le plan de quatre ans. Première urgence : réduire le nombre des chômeurs […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique SCHNAPPER, « CHÔMAGE - Le chômeur dans la société », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-le-chomeur-dans-la-societe/