Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHÔMAGE Définition et mesure

Bien que le statut de chômeur ne date que des années 1930, l'appréhension du phénomène paraît évidente : il suffit de compter ceux qui « ne travaillent pas » alors qu'ils « veulent travailler ». Les difficultés commencent quand on veut préciser les situations entre guillemets de manière à pouvoir isoler les individus correspondants et mesurer la grandeur ainsi définie. Il faut notamment distinguer entre l'emploi, le chômage et l'inactivité (termes à définir), ainsi qu'entre le simple souhait (« Je voudrais travailler... ») et la recherche d'emploi (accomplissement de démarches qui, elles-mêmes, peuvent être précisées dans le but de révéler la volonté d'accéder à un emploi).

Ces difficultés continuent quand on s'aperçoit qu'il existe deux sortes de sources d'informations chiffrées sur le chômage : les opérations ad hoc, conçues spécialement pour le mesurer (seul ou avec d'autres phénomènes sociaux), et les sous-produits d'une activité administrative le concernant. Dans la première catégorie se trouvent les enquêtes par sondage et les recensements de la population ; dans la seconde, l'exploitation des fichiers des bureaux de placement et d'aide aux chômeurs. Il faut immédiatement remarquer que, dans ce dernier cas, les effectifs des inscrits auprès de ces bureaux peuvent varier de façon indépendante du chômage : il suffit, par exemple, que l'indemnisation cesse de concerner une certaine catégorie de personnes déjà inscrites pour que ses effectifs baissent et, avec eux, le nombre de chômeurs comptabilisés à partir de cette source administrative.

Mais cette manière de voir est encore fausse. La théorie des mesures physiques montre qu'on ne peut définir la grandeur préalablement à sa mesure (Rudolph Carnap l'exprime clairement dans les Fondements philosophiques de la Physique : « Mais en réalité le concept quantitatif s'élabore à partir des procédés de mesure. ») ; nous essayerons de donner l'intuition qu'il en est de même pour la mesure du chômage.

Diversité des approches

On rattache notamment à la procédure de mesure le mode de collecte, la conception des questionnaires destinés aux opérations ad hoc ou les catégories instituées des bureaux de placement ainsi que l'exploitation des réponses en vue de construire les tableaux chiffrés. On verra que cette procédure de mesure est un élément de la construction de la définition du phénomène mesuré, définition que nous appellerons « opératoire ».

Comparaisons internationales

Il existe donc, dans un pays donné, une pluralité de procédures de mesure et de définitions qu'il est déjà pratiquement impossible de comparer. À une plus grande échelle, comparer entre pays l'importance du chômage et son évolution nécessite une définition et une procédure si possible communes et indépendantes des réglementations nationales en vigueur. C'est ce qu'ont essayé de construire les statisticiens du travail sous l'égide du Bureau international du travail (B.I.T.). Leurs dernières « recommandations » datent de leur XIIIe conférence (1982) ; elles sont depuis lors plus ou moins suivies au moment des enquêtes nationales annuelles (parfois trimestrielles) auprès des ménages, et servent pour l'harmonisation des statistiques nationales par des organismes internationaux comme le B.I.T., l'O.C.D.E., etc. La tentative la plus élaborée d'harmonisation autour de la définition du B.I.T. est réalisée par l'Office statistique de la Communauté européenne E (Eurostat). 'Mais même depuis l'application du règlement européen par les États membres, la comparaison des populations actives, des effectifs de chômeurs et des taux de chômage reste délicate.

Contrairement aux apparences, le chômage est une forme d'activité : est présumé[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'E.N.S.E.T., assistant agrégé à l'université de Paris-I

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Chômage en France : trois définitions

Chômage en France : trois définitions

Autres références

  • CHÔMAGE (NOTION DE)

    • Écrit par Denis CLERC
    • 1 696 mots

    Chômer, c'est ne pas travailler. Mais, alors qu'on s'en réjouit dans le cas d'un « jour chômé », qui désigne habituellement un jour férié, on s'en afflige dans le cas du chômage, puisque cela signifie recherche active, mais infructueuse, d'un emploi. Cette recherche active d'un emploi est, en effet,...

  • ABSTENTIONNISME

    • Écrit par Daniel GAXIE
    • 6 313 mots
    • 3 médias
    Les segments de la population les plus prédisposés à l'abstention sont ceux qui cumulent les handicaps sociaux les plus divers. Le chômage, la pauvreté, la précarité, la stagnation du pouvoir d'achat des salariés modestes, la violence physique ou symbolique dans les rapports sociaux, l'absence de...
  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ...millions d’Afghans au bord de la famine, ce qui a pour effet d’accroître l’exode rural. Même si les statistiques sont peu fiables dans ce domaine, le chômage et le sous-emploi sont extrêmement élevés : 35 % de la population serait au chômage en 2020 ; dans certaines villes moyennes, le taux de chômage...
  • AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D' ou AFRIQUE DU SUD

    • Écrit par Ivan CROUZEL, Dominique DARBON, Benoît DUPIN, Universalis, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Philippe-Joseph SALAZAR, Jean SÉVRY, Ernst VAN HEERDEN
    • 29 784 mots
    • 28 médias
    La tendance économique lourde et les choix politiques ont des conséquences directes sur le fort taux de chômage. Celui-ci avait fortement augmenté de 1994 à 2004. Après un recul pendant quelques années, il a de nouveau explosé avec la crise financière de 2008 et a continué à augmenter pour atteindre...
  • ALBANIE

    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    ...dans la modernisation des infrastructures, la coordination des différentes aides jusque-là beaucoup trop dispersées. En 1993, l'État a renoncé à payer 80 % du salaire des ouvriers victimes duchômage technique et décidé de leur verser une indemnité de chômage mensuelle dérisoire de 650 lekë.
  • Afficher les 135 références

Voir aussi