Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOURGEOISIE FRANÇAISE

Si le mot « bourgeois » apparaît dans les textes dès le xie siècle, ce n'est vraiment qu'au xiiie qu'il commence à désigner une classe sociale particulière : celle que forment les détenteurs des fortunes essentiellement mobilières (commerçants, industriels, manieurs d'argent) et les membres des professions libérales. C'est à cette époque aussi que la bourgeoisie, récemment enrichie par le développement du grand négoce, fait son entrée dans la vie politique. Contre la noblesse indocile, elle sera pendant de longs siècles l'alliée de la monarchie. C'est dans ses rangs que celle-ci recrutera ses principaux commis, de Guillaume de Nogaret à Jean-Baptiste Colbert ; parallèlement, c'est elle surtout qui tirera profit des interventions royales en matière économique.

Cette alliance, qui ne sera guère remise en cause qu'au xviiie siècle, aura de profondes répercussions sur le développement de la production en France. Par la vénalité des offices et par les possibilités d'anoblissement que conférait la possession de ceux-ci, elle contribuera à détourner vers des activités administratives et politiques non seulement les énergies, mais aussi les capitaux de la classe la plus dynamique, ce qui explique en partie le retard pris par la France lors de la première révolution industrielle. En même temps, les pratiques dirigistes de la monarchie habitueront les industriels français à considérer comme un droit l'aide et la protection de l'État.

C'est sans doute pourquoi le xixe siècle, siècle de la bourgeoisie triomphante, sera aussi celui où la centralisation politique et administrative atteindra une intensité sans précédent dans l'histoire de France.

L'essor de la bourgeoisie médiévale

C'est en l'an 1007, (dans l'état actuel de la documentation) que le terme apparaît pour la première fois dans une charte, sous sa forme latine : burgensis. Mot nouveau qui désigne un personnage également nouveau dans la société d'alors, burgensis est souvent synonyme de mercator, «  marchand » ; le personnage ainsi nommé réside dans les villes, et c'est à son intention et sur ses instances, parfois exprimées sans ménagement, que sont promulguées les chartes de franchise ou déclarées les communes, c'est-à-dire les villes dans lesquelles les habitants se sont liés par serment pour échapper à la tutelle du seigneur laïque ou ecclésiastique. Autrement dit, l'histoire de la bourgeoisie à son origine est celle de la renaissance du commerce en Occident, de l'expansion des villes, du mouvement communal. Cette première période qui s'étend sur environ trois cents ans, de la fin du xe à la fin du xiiie siècle, coïncide avec la pleine maturité de la société féodale ; elle se caractérise par les créations de villes, animées par le grand commerce à forme itinérante et par les foires périodiques (de Flandre, d'Île-de-France, mais surtout de Champagne), qui sont l'occasion d'un trafic intense portant sur des denrées très diverses, des fourrures de Russie aux parfums et aux épices d'Extrême-Orient.

Une évolution est sensible dès la fin du xiiie siècle dans l'histoire des villes et des bourgeois qui les peuplent. Beaucoup de cités sont le théâtre de luttes à caractère social ; les plus anciennement attestées se sont manifestées à Abbeville en 1232, à Beauvais en 1233, à Douai en 1245, à Paris en 1250 ; dans la plupart des villes, une scission s'est opérée entre riches et pauvres et l'on constate que, dans les écrits du temps, le terme « bourgeois » implique dès lors une certaine aisance et la possession de droits ou de biens immeubles sur le terroir de la cité.

Les premiers capitalistes

Ces luttes prennent un caractère aigu dans les régions industrielles, notamment en Flandre et en Italie. Une réglementation[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Régine PERNOUD. BOURGEOISIE FRANÇAISE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • AGUESSEAU HENRI FRANÇOIS D' (1668-1751)

    • Écrit par
    • 757 mots

    Contrairement à ce que l'on croit souvent, il ne faut pas s'exagérer l'importance de la coupure entre l'Ancien Régime et la Révolution. Si bon nombre d'aristocrates, selon une phrase célèbre, se sont réveillés avec Voltaire en pleine fermentation révolutionnaire, il n'en a pas...

  • ANCIEN RÉGIME

    • Écrit par
    • 19 103 mots
    • 3 médias
    Face à cette noblesse retranchée derrière ses privilèges menacés et discutés, la bourgeoisie subit la grande mue. E. Labrousse a pu dire que la Révolution était d'abord un fait urbain, qui se comprend à partir de la croissance accélérée des villes au cours du xviiie siècle. C'est souligner...
  • ARON JEAN-PAUL (1925-1988)

    • Écrit par
    • 830 mots

    Né avec une vocation « littéraire » dans une famille de médecins et de biologistes, Jean-Paul Aron ne réagit pas à la manière de Flaubert – que pourtant il admirait beaucoup.

    Au contraire, après avoir réussi à l'agrégation de philosophie en 1953, il songe immédiatement à une thèse...

  • BIEN, sociologie

    • Écrit par
    • 627 mots
    • 1 média

    La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution,...

  • Afficher les 31 références