Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRODUCTION, économie

La production est à la fois une activité consistant à créer des biens en combinant des ressources et le résultat de cette activité (la production d'un bien, la production des entreprises, etc.). Devenue centrale dans la réflexion économique, cette notion ne s'est imposée dans son sens moderne qu'à la fin du xviiie siècle.

La genèse de la notion de production

Dans l'Antiquité, seule la production agricole a retenu l'attention, sous un angle principalement technique. L'Économique du Grec Xénophon (env. 380 av. J.-C.) présente un certain nombre de développements que l'on peut qualifier d'agronomiques – en même temps que des principes d'organisation domestique –, mais la notion générale de production y est totalement ignorée, comme ensuite chez les auteurs latins, dans la pensée arabe classique et dans la pensée médiévale. La pensée mercantiliste qui s'impose à partir de la Renaissance réhabilite le commerce et les commerçants, mais fait aussi l'impasse au départ sur la production. Progressivement, toutefois, l'idée de production non agricole va émerger.

Un pas décisif est franchi au xviiie siècle : la notion de production n'est plus subordonnée au commerce ou aux activités vivrières et devient la notion centrale de l'économie politique. Le chef de file des physiocrates, François Quesnay (1694-1774), établit que la production exige au préalable des avances annuelles et primitives (correspondant aux notions modernes de consommations intermédiaires, de facteur travail et d'investissement en capital productif) et qu'elle n'est pas simplement une transformation physique de biens mais une création de valeur pouvant être exprimée en termes monétaires. La production nationale est donc obtenue en sommant non pas simplement les diverses productions mais leur produit net (on dirait aujourd'hui la valeur ajoutée). La valeur de ce produit net circule dans l'économie sous forme de revenus dont la dépense fournit un débouché à la production. Adam Smith (1723-1790) traduit cette conception dans une terminologie qui deviendra classique (capital fixe, capital circulant, salaires, rentes, profits...). Il met l'accent sur la croissance de la production et le rôle de l'accumulation de capital dans celle-ci, introduit l'épargne (et l'égalité de l'épargne et de l'investissement) et pose l'identité entre la valeur de la production et la somme des revenus productifs. Le schéma standard de fonctionnement macroéconomique d'une économie, avec la notion de production en son centre, est dès lors en place et ne sera plus remis en cause.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences de sciences économiques à l'université de Montpellier-I

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

    • Écrit par Magali REGHEZZA
    • 14 002 mots
    • 3 médias
    Durant les Trente Glorieuses, l’application du modèle fordiste a profondément remanié la localisation des activités productives à l’échelle nationale. Avec ce modèle, qui repose sur la « disjonction spatio-fonctionnelle », les fonctions productives d’exécution sont disséminées dans les régions où la...
  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Au niveau mondial, l'évolution de la production d'acier est quasi semblable à celle de la consommation d'acier dans la mesure où les échanges internationaux d'acier, importations et exportations, se compensent pratiquement, à l'exception de quelques écarts statistiques.
  • AGRICULTURE - Politiques agricoles et négociations internationales

    • Écrit par Laurence ROUDART
    • 10 574 mots
    • 6 médias
    ...pesticides...) ou qu’ils soient quasi fixes (terre, travail familial, équipements durables), servent à réduire les coûts supportés par les agriculteurs. Les aides directes aux revenus agricoles peuvent être calculées en fonction des volumes ou des prix des produits, ou encore en fonction des facteurs...
  • AGRICULTURE BIOLOGIQUE

    • Écrit par Céline CRESSON, Claire LAMINE, Servane PENVERN
    • 7 882 mots
    • 6 médias
    L’Espagne, l’Italie, la France et l’Allemagne figurent parmi les dix premiers pays producteurs mondiaux (en surface) après l’Australie, la Chine, l’Argentine et les États-Unis (2019). Les chiffres des surfaces cultivées ne sont toutefois pas les plus pertinents pour décrire le développement...
  • Afficher les 53 références

Voir aussi