VIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Qui sait si la première notion de biologie que l'homme a pu se former n'est point celle-ci : il est possible de donner la mort. » Cette réflexion de Valéry dans son Discours aux chirurgiens (1938) va plus loin que sa destination première. Peut-être n'est-il pas possible, encore aujourd'hui, de dépasser cette première notion : est vivant, est objet de la connaissance biologique, tout donné de l'expérience dont on peut décrire une histoire comprise entre sa naissance et sa mort. Mais qu'est-ce précisément que la vie d'un vivant, au-delà de la collection d'attributs propres à résumer l'histoire de cet être né mortel ? S'il s'agit d'une cause, pourquoi sa causalité est-elle strictement limitée dans le temps ? S'il s'agit d'un effet, pourquoi est-il générateur, chez celui des vivants qui s'interroge sur sa nature, de la conscience illusoire d'une force ou d'un pouvoir ?

Dans La Logique du vivant (1972), François Jacob a écrit : « On n'interroge plus la vie aujourd'hui dans les laboratoires. » S'il est vrai que la vie n'est plus un objet d'interrogation, il est vrai aussi qu'elle ne l'a pas toujours été. Il y a une naissance – ou une apparition – du concept de vie au xixe siècle, attestée par la multiplication d'articles dans les dictionnaires et les encyclopédies scientifiques et philosophiques. Un bref historique de l'apparition de ce concept n'est pas superflu.

La genèse du concept

La première esquisse d'une définition générale de la vie se trouve dans Aristote. « Parmi les corps naturels [i.e non fabriqués par l'homme] certains ont la vie et certains ne l'ont pas. Nous entendons par vie le fait de se nourrir, de croître, et de dépérir par soi-même » (De l'âme, II, 1). Et, plus loin, Aristote dit que la vie est ce par quoi le corps animé diffère de l'inanimé. Mais le terme de vie, comme celui d'âme, est capable de plusieurs acceptions. Il suffit toutefois que l'une d'entre elles convienne à tel objet de notre expérience « pour que nous affirmions qu'il vit » (II, 2). La végétation ou végétalité représente le minimum d'expression des fonctions de l'âme. Il n'y a pas de vie à moins. Il n'y a pas de forme plus riche de vie qui ne la suppose comme sa condition nécessaire (II, 3). L'identification des notions de vie et d'animation et, par suite, la distinction de la vie et de la matière, dans la mesure où l'âme-vie est la forme ou l'acte du corps naturel vivant, constituent une conception de la vie aussi vivace, à travers les siècles, que l'a été la philosophie aristotélicienne. Toutes les philosophies médicales qui, jusqu'au commencement du xixe siècle, ont tenu la vie pour un principe soit original, soit confondu avec l'âme, essentiellement différent de la matière, faisant exception à ses lois, ont été directement ou indirectement débitrices de cette partie du système aristotélicien qu'on peut appeler indifféremment biologie ou psychologie.

Mais la philosophie d'Aristote est également responsable, et cela jusqu'à la fin du xviiie siècle, d'une méthode d'étude des êtres vivants, spécialement des animaux, et de leurs propriétés, qui consiste à les classer, à les distribuer en un tableau de ressemblances et de différences, selon leurs parties – c'est-à-dire leurs organes –, leurs actions ou fonctions, leurs modes de vie. De sorte qu'en fait Aristote a accrédité chez les naturalistes une façon de percevoir les formes vivantes qui éclipsait l'interrogation sur la nature de la vie derrière le souci d'étaler, sans lacunes et sans redondances, les produits observables d'un pouvoir plastique qui ne posait, quant à lui, pas de problèmes. C'est la raison pour laquelle on cherche vainement chez les naturalistes de l'âge classique, comme Buffon ou Linné, ce qu'on pourrait appeler une définition de la vie, comme mode d'existence spécifique des êtres qu'ils décrivent et qu'ils classent. À l'âge classique, l'interrogation sur la vie est davantage le fait des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIE  » est également traité dans :

VIVANT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 944 mots

Les philosophies du vivant peuvent être classées dans un champ circonscrit par deux positions extrêmes et antagonistes qui ne sont défendues que par un petit nombre d’entre elles : « tout est vivant » ; « rien n’est vivant ». À une extrémité se situent des conceptionsqu’on peut qualifier d’« animistes » ou de « vitalistes », en donnant un sens très large à ces dénominations : elles considèrent que […] Lire la suite

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 440 mots
  •  • 4 médias

Tout être vivant tend à se conserver en tant qu'individu et à se perpétuer en tant que membre d'une espèce. Ces deux tendances reposent l'une et l'autre sur une faculté fondamentale de la matière vivante, la faculté de se reproduire. La reproduction a pu être définie par Buffon (1748) comme « cette propriété commune à l'animal et au végétal, cette puissance de produire son semblable, cette chaîne […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vie »  : […] De la nature à la vie, de la vie à l'âme, la transition est, pour Aristote, continue. Nous avons vu que la nature était définie par lui comme principe interne de mouvement, autrement dit comme spontanéité (ainsi, la pierre tend d'elle-même vers le bas). Dès lors, la difficulté n'est pas tellement pour lui d'expliquer le caractère naturel de la vie que de distinguer la nature animée de la nature in […] Lire la suite

ASSIMILATION & ACCOMMODATION, psychologie

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 578 mots

La réunion de ces deux notions a été proposée par Jean Piaget pour éclaircir et conceptualiser deux aspects fonctionnels qui caractérisent tous les phénomènes d'adaptation au sens le plus général du terme. Les concepts d'assimilation et d'accommodation sont apparus dans des registres objectifs bien différents. Le premier désigne la propriété qu'a la vie de transformer en ses propres substances des […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 818 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Propriétés optiques de l’atmosphère et effet de serre  »  : […] Si l’atmosphère terrestre est un milieu quasi transparent pour la lumière visible, celle à laquelle nos yeux sont sensibles, son opacité à certaines ondes électromagnétiques est un élément essentiel pour le développement de la vie sur notre planète . En effet, c’est ainsi que l’atmosphère tout à la fois nous protège en absorbant les rayonnements solaires les plus dangereux, et nous assure une tem […] Lire la suite

AUTOMATES CELLULAIRES

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD
  •  • 2 328 mots

L'intelligence artificielle (I.A.), en proposant de concevoir des machines dotées de capacités de « raisonnement », constitue la première tentative pour implanter et étudier sur des médias artificiels certaines caractéristiques du monde vivant. Cet objectif trop ambitieux a conduit l'I.A. à un échec relatif. La vie artificielle (V.A.) suit une démarche plus réaliste et pragmatique ; elle propose […] Lire la suite

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Place de l'homme dans la nature »  : […] L'homme n'est pas un être à part issu d'une origine sublime mais, comme tous les autres vivants, un produit de la vie et de son évolution, au moral et au physique. L'humanité n'est qu'une espèce animale, la dernière apparue et le terme de l'évolution sur la terre. Cependant, l'homme n'est pas le but de l'évolution, car l'élan vital ne poursuivait aucun projet précis ; ni même seulement son aboutis […] Lire la suite

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 700 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  De la diversité du vivant au concept de biodiversité »  : […] Que la vie se manifeste sous des formes très diverses est un fait bien connu, et de longue date. Quand ils peignaient des bisons, des lions, des sangliers ou des antilopes, les hommes des cavernes témoignaient déjà, entre autres, de leur connaissance d'un monde vivant diversifié. Depuis lors, les naturalistes, paléontologues, systématiciens, puis écologues et généticiens n'ont cessé de faire état […] Lire la suite

BIOLOGIE - L'être vivant

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  • , Universalis
  •  • 5 064 mots
  •  • 1 média

Le terme « biologie » (β́ιος, vie, et λ́ογος, science) désigne la science qui étudie les êtres vivants, la vie. Il est utilisé, pour la première fois par le médecin allemand Gottfried R. Treviranus (1776-1832), dans Biologie oder Philosophie der lebenden Natur ( Biologie ou Philosophie de la n ature vivante ), ouvrage en six tomes publié à Göttingen en 1802. Pour lui, la biologie envisagera «  […] Lire la suite

BIOLOGIE, en bref

  • Écrit par 
  • François GROS
  • , Universalis
  •  • 945 mots

La prise de conscience de la réalité biologique, c'est-à-dire de ce qui caractérise le vivant par rapport à l'inanimé, remonte sans doute aux premières tentatives des Anciens pour définir et expliquer cette différence. On pense ici à la philosophie naturaliste d'Aristote, aux idées d'Hippocrate, puis de Galien. Leur conception de la vie s'inscrit le plus souvent dans une dimension métaphysique ou […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24 février 2022 France. Condamnation de la France par le comité des droits de l'enfant des Nations unies.

Il estime qu’en ne rapatriant pas ces enfants celle-ci viole ses obligations au regard de la Convention internationale des droits de l’enfant, notamment le « droit à la vie » et le « droit à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants ». Depuis mars 2019, onze enfants français sur les quarante-neuf concernés par cette requête ont été ramenés en France, sur un nombre total d’enfants français détenus en Syrie estimés à deux cents. […] Lire la suite

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Le 15, le Parlement adopte définitivement le projet de loi « portant reconnaissance de la Nation envers les harkis et les autres personnes rapatriées d’Algérie anciennement de statut civil de droit local et réparation des préjudices subis par ceux-ci et leurs familles du fait de l’indignité de leurs conditions d’accueil et de vie dans certaines structures sur le territoire français ». […] Lire la suite

17 février 2022 Belgique. Remise de l'inventaire des œuvres d'art d'origine congolaise acquises abusivement.

En marge du sommet Union européenne-Union africaine, le Premier ministre Alexander De Croo remet à son homologue congolais Jean-Michel Sama Lukonde l’inventaire des quatre-vingt-quatre mille œuvres d’art et objets de la vie quotidienne provenant du Congo qui sont détenus par l’AfricaMuseum (ancien Musée royal de l’Afrique centrale) de Tervuren (Brabant flamand). […] Lire la suite

9 février 2022 France. Reconnaissance du statut de mère à une femme transgenre.

L’arrêt, qui instaure un précédent, ne mentionne pas le changement d’état civil de la mère afin de ne pas porter atteinte au droit au respect de la vie privée de l’enfant et de sa mère. […] Lire la suite

24 janvier 2022 Liban. Retrait de la vie politique de Saad Hariri.

Dénonçant un contexte marqué par « l’influence iranienne », le « sectarisme » et « l’effondrement de l’État », l’ancien Premier ministre Saad Hariri, chef de file de la communauté sunnite, annonce son retrait de la vie politique. Il précise qu’il ne se présentera pas aux élections législatives prévues en mai et invite les membres de son parti, le Courant du futur, à faire de même. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges CANGUILHEM, « VIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vie/