Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ATMOSPHÈRE La couche atmosphérique terrestre

Par définition, l’atmosphère est l’enveloppe gazeuse qui entoure une planète. Elle est maintenue autour de cette planète par la force gravitationnelle qui la retient et l’empêche de s’échapper vers l’espace interplanétaire. L’atmosphère terrestre est une machine complexe, un fluide en perpétuel mouvement, composé de différents gaz, de poussières et de liquides en suspension. Elle se déplace, se déforme, se mélange, se transforme sans cesse sous l’influence de ses propres contraintes physiques ou chimiques et de ses échanges avec les milieux extérieurs. Elle reçoit du rayonnement solaire et nous protège en absorbant, ou renvoyant vers l’espace interplanétaire, les rayonnements les plus dangereux pour nos organismes. Elle échange de l’énergie et de la vapeur d’eau avec l’océan, les glaciers, le sol et la végétation. Elle provoque un effet de serre sans lequel la Terre serait une planète gelée. Elle redistribue vers les régions polaires et tempérées une partie de l’énergie solaire reçue dans les régions tropicales. Par frottement, elle entraîne l’océan superficiel et engendre des courants à sa surface. Son écoulement est perturbé par les montagnes, les vallées, les changements de rugosité des sols et les contrastes terre-océan. Les rejets d’origine humaine (dits anthropiques) affectent sa composition chimique, son impact sur les organismes, sa faculté à filtrer les rayonnements les plus agressifs, l’intensité de son effet de serre et son aptitude à former des nuages ou des précipitations.

Composition de l'atmosphère terrestre

Composition de l’atmosphere terrestre - crédits : Encyclopædia Universalis France

Composition de l’atmosphere terrestre

Le mélange de gaz qui compose l’atmosphère terrestre, l’air, est incolore, invisible et inodore. Il est essentiellement composé de diazote (N2), de dioxygène (O2), de vapeur d’eau (H2O), de gaz rares (ou nobles) comme l’argon (Ar), le néon (Ne), l’hélium (He), le krypton (Kr), le xénon (Xe) et le radon (Rn), de dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO2), de méthane (CH4), d’hydrogène (H2), d’ozone (O3)… En dehors de ces gaz, l’atmosphère peut comporter un certain nombre de particules liquides (embruns, gouttelettes de nuage, gouttes de bruine ou de pluie…) ou solides (poussières, cristaux de glace, flocons de neige, grêlons…) et donner naissance à des précipitations intenses, des vents violents (tornades, trombes), des manifestations électriques (orages, feux de Saint-Elme, elfes, farfadets ou jets bleus), acoustiques (tonnerre) ou lumineuses (éclairs, arcs-en-ciel, halos, couronnes, irisations, gloires…). L’atmosphère n’est pas non plus exempte de polluants qui proviennent de l'activité humaine (produits de combustion, particules, oxydes d’azote, composés organiques volatils, ozone, pesticides…) ou de processus naturels (pollens, érosion des sols, éruptions volcaniques…) et dont la concentration et l’étendue varient en fonction de l’intensité des sources et des conditions météorologiques.

Parmi les gaz présents, la vapeur d’eau joue un rôle particulier dans la mesure où c’est le seul gaz qui, dans l’atmosphère, peut changer d’état et donner naissance à des particules d’eau liquide (par condensation) ou solide (par sublimation inverse ou condensation solide). Par ailleurs, ses proportions subissent d’importantes variations spatiales et temporelles, dépendent fortement de la température ambiante qui définit le niveau à partir duquel la vapeur devient saturée (humidité relative de l’air, ou degré hygrométrique, égale à 100 p. 100). Ainsi, les proportions en vapeur d’eau doivent rester en dessous de 0,1 à 0,2 p. 100 dans des conditions météorologiques de froids intenses, comme celles rencontrées en altitude et parfois observées dans des régions comme la Sibérie, mais peuvent atteindre, voire dépasser, 4 p. 100 dans les conditions d’air chaud et humide rencontrées dans certaines régions équatoriales. Elle est surtout concentrée dans les basses couches de l’atmosphère.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Pierre CHALON. ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 03/04/2020

Médias

Structure verticale de l’atmosphère - crédits : Encyclopædia Universalis France

Structure verticale de l’atmosphère

Composition de l’atmosphere terrestre - crédits : Encyclopædia Universalis France

Composition de l’atmosphere terrestre

Structure du rayonnement  solaire incident - crédits : Encyclopædia Universalis France

Structure du rayonnement  solaire incident

Autres références

  • ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

    • Écrit par et
    • 4 883 mots
    • 3 médias
    ...du sol à la frontière entre l'atmosphère et l'espace. En effet, comme le gradiomètre permet de mesurer les accélérations ressenties par le satellite, il est sensible aux variations de densité de l'air ainsi qu'aux déplacements des couches atmosphériques qui exercent une pression sur le satellite....
  • AÉRONOMIE

    • Écrit par
    • 4 157 mots
    • 11 médias

    L' aéronomie a pour objet l'étude des régions atmosphériques où les phénomènes de dissociations moléculaires et d'ionisation sont importants. Cette définition s'applique aussi bien à l'atmosphère terrestre qu'aux atmosphères planétaires. Le mot aéronomie fut imaginé par Sidney Chapman (1888-1970) et...

  • AIR

    • Écrit par
    • 2 154 mots
    • 2 médias

    Le globe terrestre est entouré d'une atmosphère constituée d'un mélange gazeux nommé air, qui s'étend de la surface du sol jusqu'à une altitude d'environ 150 kilomètres.

    La pression de l'air au niveau de la mer a longtemps servi d'unité de pression (atmosphère) ; elle...

  • ANTARCTIQUE

    • Écrit par , , , et
    • 16 481 mots
    • 24 médias
    ...la circulation atmosphérique. Enfin, on a observé pour la première fois une corrélation directe entre l'évolution de la température et la teneur de l' atmosphère en gaz carbonique, les périodes les plus chaudes étant associées à des teneurs plus élevées et vice versa. En ce qui concerne l'époque récente,...
  • Afficher les 71 références