VIVANT (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les philosophies du vivant peuvent être classées dans un champ circonscrit par deux positions extrêmes et antagonistes qui ne sont défendues que par un petit nombre d’entre elles : « tout est vivant » ; « rien n’est vivant ». À une extrémité se situent des conceptions qu’on peut qualifier d’« animistes » ou de « vitalistes », en donnant un sens très large à ces dénominations : elles considèrent que tout ce qui est présent au sein de la nature « vit » d’une manière ou d’une autre, ou du moins a été vivant à un certain moment de l’histoire de l’Univers. À l’autre extrémité se situent des représentations du monde beaucoup plus récentes : le vivant y apparaît comme une machine complexe sans différence qualitative avec les objets supposés « inanimés ». On qualifiera de « mécanistes » ce type de doctrines.

Entre ces deux pôles vont se déployer des philosophies plus nuancées qui peuvent être soit proches du pôle animiste parce qu’elles accordent une spécificité au vivant au sein de la nature, soit proches du pôle mécaniste parce qu’elles nient cette spécificité pour ne voir en lui qu’une forme complexe de la matière.

Si nous traitons ici du « vivant » et non pas de la « vie », c’est pour une raison majeure : nul ne peut prétendre définir scientifiquement la vie, aucune entité métaphysique ne se dissimulant derrière ce mot, ainsi que l’affirmait sans ambiguïté François Jacob (1920-2013) dans La Logique du vivant (1970). Trente ans plus tard, il confirmera cette thèse dans une conférence intitulée Qu’est-ce que la vie ? en concluant : « Il ne faut pas demander à un scientifique de définir la vie. Mais chacun de nous sait ce qu’est la vie. » Quel est donc ce « savoir » que la science ne produit pas et que chacun de nous possède ?

De l’animisme au vitalisme

Les hommes ont été longtemps animistes, c’est-à-dire convaincus que tout était vivant autour d’eux. C’est en vertu d’une projection qui avait sa logique propre qu’ils considéraient, après avoir repéré en eux-mêmes une intention précédant toutes leurs actions, que les phénomènes de la nature étaient de la même façon intentionnels, et que rien n’était inanimé. S’ils recevaient une pierre sur la tête en gravissant une montagne, c’est que l’esprit de la montagne cherchait à leur nuire. Il était donc nécessaire de mettre en œuvre des rituels destinés à l’apaiser. Pour la communauté, la maîtrise de ces rituels équilibrait cette vision animiste : si vivre entouré d’esprits invisibles peut sembler terrifiant, la capacité d’attirer leur bienveillance diminue en retour cette angoisse.

Quand des philosophies rationnelles remplacèrent progressivement sur le sol grec ces conceptions, elles n’évacuèrent pas pour autant en totalité l’animisme archaïque. On trouve chez la plupart des penseurs grecs l’idée d’une « âme du monde », certains d’entre eux développant même l’hypothèse selon laquelle la Nature serait un gigantesque être vivant. Les stoïciens, dans l’Antiquité tardive, ont donné une forme subtile à cette thèse en supposant qu’une « sympathie universelle » reliait tous les corps. Pour cette école de pensée, la Nature en son ensemble est un corps vivant dont nous sommes en quelque sorte les éléments ; il nous faut en prendre soin et vivre en symbiose avec lui.

Cette conception a survécu dans la Modernité, aussi bien avec le panthéisme de Baruch Spinoza (1632-1677), qui divinise le corps éternel de la Nature – « Deus sive Natura », écrit-il, « Dieu, c’est-à-dire la Nature –, qu’avec Friedrich Nietzsche (1844-1900), grand admirateur des stoïciens comme de Spinoza, qui écrit dans l’un de ses cahiers : « Notre Univers tout entier n’est que la cendre d’innombrables êtres vivants : et si minime que soit le vivant comparé à la totalité : il reste que tout fut déjà (au moins) une fois converti en vie, et ainsi de suite » (Fragments posthumes, 1881).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 13, un tir fourni de missiles russes détruit la base militaire de Yavoriv, proche de Novoyavorivsk, dans l’ouest du pays, à une vingtaine de kilomètres de la frontière polonaise, faisant au moins trente-cinq morts. La base, qui abritait avant la guerre un centre d’entraînement de l’OTAN, servait à la formation de volontaires internationaux venus combattre au côté des Ukrainiens et recevait des équipements militaires envoyés par l’Occident. […] Lire la suite

5 novembre 2018 France – Syrie. Délivrance de mandats d'arrêt contre trois responsables des services de renseignement syriens.

L’information judiciaire était également motivée par la plainte d’un Franco-Syrien vivant en France, dont deux proches ont disparu en Syrie en novembre 2013. […] Lire la suite

17-24 janvier 2017 Royaume-Uni. Annonce d'un Brexit « radical ».

Le 17, la Première ministre Theresa May confirme, dans un discours radical sur la sortie du royaume de l’Union européenne (UE), sa volonté de « sortir du marché unique », tout en exigeant « l’accès le plus large possible [à ce marché] sur une base de réciprocité ». Elle réaffirme sa volonté de reprendre le « contrôle » de l’immigration européenne en reconnaissant toutefois la nécessité pour son pays d’accueillir une main-d’œuvre étrangère. […] Lire la suite

2-3 octobre 2006 Géorgie – Russie. Regain de tension

Deux autres officiers russes également accusés d'espionnage, qui s'étaient réfugiés dans une base russe du pays, sont expulsés. Après une dénonciation par le président russe Vladimir Poutine du « terrorisme d'État » de la Géorgie de ses « sponsors étrangers » – allusion aux États-Unis –, Moscou décide de suspendre toutes les communications avec Tbilissi. […] Lire la suite

8-9 février 2005 États-Unis – Europe. Visite de la secrétaire d'État Condoleezza Rice en Europe

Fondé sur des menaces communes comme « le terrorisme, la prolifération d'armes de destruction massive, les conflits régionaux, les États défaillants et le crime organisé », ce partenariat repose également sur des « projets communs » – « encourager le pluralisme politique, l'ouverture économique et le développement d'une société civile au moyen de l'initiative [américaine] pour le Grand Moyen-Orient », faire « progresser la démocratie en Afghanistan et en Irak », résoudre le conflit israélo-palestinien sur la base du « principe de deux États vivant côte à côte », et aider le Liban à recouvrer sa « pleine souveraineté ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « VIVANT (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vivant-notions-de-base/