PIAGET JEAN (1896-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Il a abordé des questions jusque-là exclusivement philosophiques d'une manière résolument expérimentale (empirical) et a constitué l'épistémologie comme une science séparée de la philosophie, mais reliée à toutes les sciences humaines. » Ajoutons, avec Piaget lui-même : « et d'abord à la biologie ». Cet hommage de l'American Psychological Association est celui dont Piaget s'enorgueillissait le plus, où il se reconnaissait le mieux. Ainsi, l'homme qui a consacré à la pensée de l'enfant tant de pages et tant d'observations minutieuses, celui qu'on considère unanimement comme le plus grand psychologue du développement cognitif, accepte volontiers qu'on regarde son travail psychologique comme un sous-produit (by product) de son œuvre. Nous préférerions dire : un détour. Mais un détour obligé.

Jean Piaget

Photographie : Jean Piaget

Jean Piaget (1896-1980), pionnier dans le domaine de la psychologie de l'enfant. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La théorie de Piaget – car théorie il y a, et au sens plein du terme – est en effet avant tout une théorie de la connaissance, et Piaget s'est posé en définitive la même question que se posèrent Aristote, Descartes ou Kant. Mais comme la connaissance est l'œuvre d'un sujet qui fait partie du monde et qui a une histoire, Piaget a cru devoir regarder ce sujet à l'œuvre, sur les bancs de l'école comme à travers l'histoire de la science, au lieu de se donner axiomatiquement un quelconque cogito. Le recours à une psychologie positive n'est donc ici ni une ruse ni une simple précaution. La théorie de la connaissance ne pouvait être qu'une théorie du sujet connaissant. Encore faut-il ajouter que l'enquête psychologique requise a pour objet non pas le savant ou l'enfant en tant que sujets actuels du savoir, mais le développement même de la connaissance, développement qui est à la fois l'explicandum et l'explicans. On reviendra sur ce cercle apparent. Disons pour l'heure que Piaget a substitué à la question kantienne de savoir comment la connaissance est possible, la question de savoir comment et pourquoi elle est toujours possible et toujours en progrès.

La genèse du projet

Né à Neuchâtel (Suisse) le 9 août 1896, Jean Piaget commence sa carrière scientifique à... onze ans. C'est en 1907 qu'il devient famulus du zoologiste Paul Hodet, auteur d'un Catalogue des Mollusques neuchâtelois, et qu'il publie son premier article (sur « un moineau albinos »). De 1911 à 1920, il fait paraître vingt-cinq études de malacologie, où l'on peut voir abordés, à travers les inventaires taxinomiques et comparatifs, quelques problèmes majeurs : fixité de l'espèce et adaptation au milieu extérieur, rétroactivité du milieu sur les formes spécifiques, persistance et transmission des caractères acquis, etc. Cet ensemble de travaux aboutit, en 1921, à la publication de sa thèse de doctorat (en zoologie) : Introduction à la malacologie valaisane.

Entre-temps, Piaget a découvert la philosophie. Il a lu, avec un enthousiasme extrême, L'Évolution créatrice de Bergson, puis certaines œuvres de William James. Au lycée, puis à l'université, il a suivi les enseignements du logicien Arnold Reymond qui l'ont orienté vers Aristote, les mathématiques et l'épistémologie. Dès 1916, Piaget a choisi de se consacrer à la philosophie, « avec pour but central de concilier la science et les valeurs religieuses ». Deux essais parus sous le titre La Mission de l'Idée (1916) et une sorte de roman très lyrique, Recherche (1918), reflètent les préoccupations à la fois scientifiques et métaphysiques, intellectualistes et sentimentales du jeune homme face aux problèmes du temps ; la science et la foi, la paix et la guerre, le christianisme traditionnel et le socialisme naissant ; mais ces diverses inquiétudes s'inscrivent dans un projet très fortement articulé, qui trace le programme d'une vaste étude du progrès (le progrès biologique aussi bien que le progrès des connaissances) et où l'on trouve déjà marqués les concepts cardinaux qui seront développés, approfondis et précisés à travers tout l'œuvre ultérieur : l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  PIAGET JEAN (1896-1980)  » est également traité dans :

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 219 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'intuition clinique et la compréhension »  : […] Demandons-nous auparavant si, et comment, ce séduisant mais ambitieux programme peut être tenu. Il faudrait pour cela être en mesure d'expliciter les règles qui confèrent le sens à l'observable et qui conduisent à cette communication privilégiée où aboutit en définitive l'intelligibilité pour le psychologue clinicien. Or, loin de s'attacher à dégager une logique de l'interprétation, les cliniciens […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La psychologie de l'enfant : Wallon et Piaget »  : […] Outre celui qu'il a chez Freud, le concept d'opposition joue aussi un rôle important dans l'étude des processus mentaux telle qu'elle a été développée par la psychologie contemporaine. Ainsi, pour Henri Wallon, la pensée par couples représente le mode primitif de fonctionnement intellectuel dont dispose l'enfant durant la période que cet auteur qualifie de précatégorielle (de six à neuf ans en […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 4 171 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La recherche des mécanismes du développement »  : […] On parle de mécanismes du développement pour désigner ce qui produit le changement développemental repéré en tant que processus. Ces mécanismes sont obligatoirement neuropsychologiques : ils se manifestent à un niveau comportemental tout en correspondant simultanément au fonctionnement neuronal et plus généralement somatique. On peut supposer également qu’ils sont semblables à tous les niveaux du […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Le raisonnement chez l’enfant selon Piaget »  : […] Réfutant à la fois les approches alors en vogue du nativisme, de l’empirisme et de la Gestalt-théorie, Piaget propose que les structures du raisonnement humain ne sont ni innées ni extraites de l’environnement au travers de l’expérience sensible que nous en avons, mais construites au cours d’un lent processus de coordination et de structuration des activités de pensée conduisant d’une intelligence […] Lire la suite

ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 025 mots

La notion d'équilibre a une puissance heuristique exceptionnelle. Il n'est pas de régions d'objectivité où elle ne se retrouve. Si elle joue un rôle fondamental dans l'ensemble des sciences de la nature, elle est aussi centrale dans les sciences sociales. Bien plus, il se peut qu'elle constitue l'objet propre, tant des savoirs portant sur les normes (depuis la gymnastique jusqu'à la médecine ou à […] Lire la suite

INTELLIGENCE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 6 577 mots

Dans le chapitre « Les conceptions de l'intelligence »  : […] On peut distinguer trois grandes approches de l'intelligence, qui ont abouti à trois conceptualisations : d'abord la psychométrie, ensuite la théorie structurale de Jean Piaget, enfin le traitement de l'information. L' approche psychométrique est la plus ancienne. Elle consiste à définir les composantes de l'intelligence à partir de l'étude des différences interindividuelles. Les données de base, […] Lire la suite

MATHÉMATIQUES (DIDACTIQUE DES)

  • Écrit par 
  • Régine DOUADY
  •  • 6 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la psychologie cognitive à la didactique »  : […] Les acquis de la psychologie cognitive et, en particulier, les apports théoriques de l'épistémologie génétique de J. Piaget sont d'une grande utilité. Pour Piaget, le sujet forme ses connaissances dans une interaction constante avec l'objet. Le facteur fondamental du développement cognitif est l'équilibration qui résulte de déséquilibres. Toutefois, il a privilégié une catégorisation des stades d […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DES FONCTIONS EXÉCUTIVES (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 268 mots

Les fonctions exécutives (F.E.) sont des capacités du cortex préfrontal, à l’avant du cerveau, et plus exactement d’un circuit pariéto-frontal, qui contrôlent l’exécution des conduites, le choix des stratégies, la prise de décision. Les trois principales F.E. sont la mémoire de travail, l’inhibition et la flexibilité ( switching en anglais). La mémoire de travail consiste à maintenir, mettre à j […] Lire la suite

IMITATION, psychologie

  • Écrit par 
  • André GUILLAIN
  •  • 1 973 mots

Dans le chapitre « L’imitation et ses représentations »  : […] Selon Piaget, la fonction symbolique permet d’évoquer des réalités absentes (signifiés) au moyen de signifiants différenciés. Elle apparaît vers 18-24 mois. Avant, la représentation est inexistante. C’est l’imitation qui fait le pont entre l’activité sensori-motrice et les conduites représentatives. Elle est en effet une préfiguration motrice de la représentation, et l’imitation différée qui s’exé […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les prodromes (1936-1950) »  : […] Il est néanmoins possible de situer les « causes immédiates » de l'avènement de ces sciences dans la période qui s'étend entre le milieu des années 1930 et la fin des années 1940. Deux articles fondamentaux du grand logicien anglais A. M.  Turing encadrent symboliquement cette préhistoire : en 1936, il jetait les bases mathématiques et conceptuelles de ce qui deviendrait, au cours de la décennie s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GRÉCO, « PIAGET JEAN - (1896-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-piaget/