Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

Tout être vivant tend à se conserver en tant qu'individu et à se perpétuer en tant que membre d'une espèce. Ces deux tendances reposent l'une et l'autre sur une faculté fondamentale de la matière vivante, la faculté de se reproduire. La reproduction a pu être définie par Buffon (1748) comme « cette propriété commune à l'animal et au végétal, cette puissance de produire son semblable, cette chaîne d'existences successives d'individus qui constitue l'existence réelle de l'espèce ». La reproduction apparaît comme une propriété essentielle de la vie, comme l'un des principaux critères séparant le monde vivant du monde inanimé.

À vrai dire, la reproduction est plus qu'une propriété de la vie : se reproduire est pour le vivant une nécessité. Chaque individu est voué à l'usure, à la destruction, à la mort, mais la vie en tant que phénomène est continue, et c'est la reproduction qui assure cette continuité, ce pouvoir de diffusion et d'invasion.

Les modalités par lesquelles la vie se maintient, se propage et se diversifie sont nombreuses et variées.

Reproduction sexuée et reproduction asexuée

Définitions

Fondamentalement, les animaux disposent de deux procédés de reproduction et de propagation : la reproduction sexuée et la reproduction asexuée.

Reproduction sexuée animale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Reproduction sexuée animale

La reproduction sexuée est caractérisée par : l'existence de deux cellules reproductrices différentes selon le sexe, le gamète mâle et le gamète femelle, qui fusionnent lors de la fécondation en produisant une cellule œuf, à l'origine du nouvel individu. Cette fusion est précédée (fig. 1), dans les cellules qui formeront les gamètes, d'une modification de la garniture chromosomique : la méiose transforme le nombre diploïde (2 n) des chromosomes en nombre haploïde (n), de telle sorte que l'assemblage de deux gamètes de sexe opposé reconstitue le stock chromosomique 2 n. La reproduction sexuée repose donc sur deux phénomènes : la méiose et la fécondation. Leurs manifestations cytologiques, production de cellules haploïdes, devenant des gamètes (cellules sexuelles), comme les structures morphologiques de ces gamètes (ovule et surtout spermatozoïde), modalités de leur union (fécondation), sont d'une remarquable homogénéité au sein du monde animal.

Dans la reproduction asexuée, un fragment pluricellulaire de l'animal parent s'isole physiologiquement de celui-ci, puis s'en détache et est à l'origine du nouvel individu. Souvent, les individus fils restent rattachés à l'animal souche : la reproduction asexuée produit alors une colonie (Cœlentérés, Bryozoaires, Tuniciers). Ce type de reproduction repose sur la seule division mitotique, au cours de laquelle le nombre de chromosomes reste constant, de sorte que le patrimoine héréditaire est transmis en entier. Génétiquement, l'individu fils est le frère jumeau de l'individu parent.

En somme, les deux modes de reproduction diffèrent fondamentalement par un critère génétique : brassage de deux patrimoines, donc formation d'un patrimoine différent dans un cas ; transmission d'un patrimoine inchangé dans l'autre.

Origine des cellules totipotentes

Lorsqu'un animal pluricellulaire atteint l'état adulte, la majorité de ses cellules sont spécialisées. Elles sont physiologiquement et morphologiquement différenciées ; elles constituent les tissus et les organes dont cet animal a besoin pour survivre : elles forment ce que l'on appelle le soma (corps) de l'animal. Pour se reproduire, cet animal a besoin de cellules restées appelées totipotentes, donc capables de donner naissance à un nouvel individu. Ces cellules sont appelées cellules germinales (germen), dans le cas de la reproduction sexuée, cellules blastogénétiques pour la multiplication asexuée. Comment et à quel moment,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Catherine ZILLER. ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Médias

Reproduction sexuée animale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Reproduction sexuée animale

Hydra attenuata - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hydra attenuata

Salmacina : schizogenèse - crédits : Encyclopædia Universalis France

Salmacina : schizogenèse

Autres références

  • ASSEMBLAGE DES GAMÈTES

    • Écrit par
    • 220 mots

    L'Allemand Oskar Hertwig (1849-1922), qui croyait au rôle du noyau dans la dynamique cellulaire, se proposait d'analyser le devenir de celui-ci lors de la fécondation entre deux cellules sexuelles. Il observa au microscope, dans un peu d'eau de mer, des cellules reproductrices émises par...

  • COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement reproducteur

    • Écrit par
    • 3 843 mots
    • 5 médias

    Les animaux déploient une multitude d'ornements et de comportements pour séduire un partenaire sexuel et se reproduire. Les danses nuptiales, les sons et les odeurs sexuelles sont des signaux très utilisés, et c'est souvent le mâle qui déploie ses meilleurs atours pour séduire la femelle. Les arguments...

  • GONOCHORISME

    • Écrit par
    • 129 mots

    Le terme « gonochorisme » (gono, « génération » et chor, « séparer ») désigne l'état d'un individu capable de produire un seul type de gamètes, gamètes mâles ou gamètes femelles selon qu'il porte des testicules ou des ovaires. Les sexes sont séparés et l'individu est dit...

  • HERMAPHRODISME

    • Écrit par
    • 1 581 mots
    • 5 médias

    L'hermaphrodisme est une forme de reproduction sexuée, caractérisée par la présence des deux sexes, mâle et femelle, chez un même individu. Un tel sujet est un hermaphrodite, nom qui rappelle deux personnages mythologiques : Hermès et Aphrodite. On tend à grouper sous le terme d'hermaphrodisme...

  • Afficher les 8 références