DÉFINITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traditionnellement, définir, c'est expliciter, lorsqu'il s'agit d'un mot, et, lorsqu'il s'agit d'un être, c'est lui assigner un statut ; on définit par genre prochain et différence spécifique : « La rose est une fleur d'églantier dont les étamines sont devenues pétales. »

Cela présuppose :

sur le plan ontologique, le primat métaphysique de la substance première, indépendante de ses attributs, et une hiérarchie de formes substantielles ;

sur le plan logique, un parallélisme logico-grammatical qui entraîne à son tour le primat du jugement de prédication et du sujet-substance ;

sur le plan épistémologique, le primat du jugement de perception.

Cette notion s'est profondément renouvelée lorsque le modèle précédent d'intelligibilité a été mis en cause par la révolution galiléenne et par l'esprit cartésien. La définition devient générative et intuitive. En effet, le langage des mathématiques appliqué à la nature présuppose un plan de vérité supérieur à tous les autres, un ordre d'enchaînement des notions spécifiques. Définir, c'est donner un procédé d'engendrement par une consigne verbale brève, où le definiens règle la génération du definiendum. Toute définition suppose des indéfinissables et n'utilise pas de notion qui soit connue postérieurement dans l'ordre des raisons.

La critique de Leibniz marque la transition vers une troisième étape. Outre que la conception précédente suppose une intelligibilité dont les limites sont celles de l'intuition humaine, Leibniz reproche aux règles de la méthode cartésienne d'être des recettes psychologiques sans rigueur et d'avoir négligé l'importance du symbolisme. Lorsque par exemple Leibniz définit π/4 par un développement en série : π/4 = 1 — (1/3) + (1/5) — (1/7)..., il donne assurément une expression approximative de π/4, mais cette approximation est réglée ; elle est adéquate au nombre transcendant en question ; et cela sans requérir ni susciter aucune idée claire et distincte du sujet. L'intelligibilité est désormais mesurée par la constructivité et non plus par une intuition intellectuelle, que Kant allait rejeter peu après.

L'importance des définitions chez les Anciens s'expliquait par l'origine empirique et l'aspect qualitatif des sciences de la nature, et en mathématiques par le caractère matériel de l'axiomatique (Éléments d'Euclide). Dès lors que les objets sont relatifs à une théorie et que celle-ci s'exprime dans une axiomatique formelle, on ne distingue plus entre postulat, axiome et définition. Les individus apparaissent à partir des variables soumises à une quantification, et les prédicats utilisés ne sont plus qu'implicitement définis dans les axiomes qui servent d'énoncés primitifs et indémontrables de la théorie. Les définitions modernes sont implicites et opératoires.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  DÉFINITION  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Être et essence »  : […] La tradition s'est trop aisément satisfaite de cette assimilation, attribuant volontiers à Aristote sous le nom d' analogie de l'être une théorie selon laquelle l'être se répandrait, sans perdre son unité, dans la diversité hiérarchisée du réel, chaque chose ayant reçu l'être, ou participant à l'être, à proportion de sa perfection. Une telle doctrine n'est pas aristotélicienne. Aristote connaît, […] Lire la suite

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ontologie platonicienne »  : […] C'est cette double transcendance qui fait l'âme de l'ontologie platonicienne. Elle est si essentielle au platonisme que celui-ci a fourni, pour toute l'histoire ultérieure de la métaphysique, le modèle par excellence d'une ontologie qui sépare l'être du devenir, le savoir de l'opinion. Bien plus, avec Platon, les deux transcendances n'en font qu'une : l'être véritable, le véritablement étant, c'e […] Lire la suite

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pensée des essences et la réminiscence »  : […] Les choses sensibles étant sans cesse emportées par le devenir, le discours ne peut pas les dire sans être condamné à se contredire. Les « antilogiques » exploitent ces contradictions et en déduisent l'impossibilité de tout raisonnement vrai ; ils n'ont pas tort, s'il n'y a de réalité que sensible. On ne peut parler et penser en vérité que si le devenir n'est pas la totalité de ce qui est et de c […] Lire la suite

QUIDDITÉ

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 85 mots

La quiddité ( quidditas ), expression qui remonte aux traductions latines d'Avicenne, au xii e siècle, ressortit à la problématique scolastique de l'essence ( ce que sont les êtres) et de l'existence (le fait qu'ils sont ). Dans une telle perspective, deux questions se posent en effet à propos d'une chose : est-elle ? ( an sit ) ; qu'est-elle ? ( quid sit ). La quiddité relève de la seconde et s […] Lire la suite

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Définition contextuelle »  : […] Quand les Principia définissent l'implication matérielle comme suit : et le produit logique au moyen de la somme par : il s'agit d'une définition symbolique et non d'une définition de ce que les symboles signifient. Dans ce cas, une telle définition est dite contextuelle ou d'usage, car les symboles ⊃ et & respectivement sont des symboles incomplets (cf. infra ). Comme on ne peut définir isolémen […] Lire la suite

SOCRATE (469-399 av. J.-C.) ET ÉCOLES SOCRATIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG
  •  • 2 725 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La méthode de Socrate »  : […] Socrate, c'est d'abord un geste, une interpellation enjouée, secrètement impérieuse. Les hommes vont à leurs affaires, ils exercent ce qu'ils appellent leurs compétences. Socrate lève son bâton, et dit : « Arrête-toi, mon ami, et causons un peu. Non d'une vérité que je détiendrais, non de l'essence cachée du monde ; mais de ce que tu allais faire quand je t'ai rencontré. Tu croyais cela juste, ou […] Lire la suite

Les derniers événements

4-19 mars 2022 Suisse – Russie – Ukraine. Nouvelles sanctions contre la Russie.

Seule l’Union démocratique du centre (UDC) défend une définition stricte de la neutralité, qui est notamment incompatible avec l’imposition de sanctions. Le 16, Berne s’aligne sur les dernières sanctions adoptées par l’UE la veille en gelant les avoirs de plus de deux cents nouvelles personnalités et entités russes. À l’instar de l’UE, la Suisse annonce également de nouvelles sanctions commerciales et financières à l’encontre de la Biélorussie. […] Lire la suite

8-31 août 2021 Suisse. Protestation contre la diminution de peine d'un violeur.

Les contestataires dénoncent le projet de création d’une nouvelle infraction d’« atteinte sexuelle », punie plus légèrement que le viol, et réclament la prise en compte de l’absence de consentement, et pas seulement de la contrainte, dans la définition juridique du viol. […] Lire la suite

5-30 avril 2021 Israël – Autorité palestinienne. Début de la procédure de formation du gouvernement.

Le 27, l’ONG Human Rights Watch publie un rapport sur le traitement des Palestiniens dans les territoires occupés, qui accuse le gouvernement de « crimes d’apartheid et de persécution », selon la définition de ces termes en droit international. Le 29, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas annonce le report sine die des élections prévues en mai. […] Lire la suite

6-30 janvier 2020 France. Poursuite du mouvement de contestation du projet de réforme des retraites.

Il déplore notamment les « projections financières lacunaires » de l’étude d’impact du gouvernement et un recours aux ordonnances, y compris « pour la définition d’éléments structurants du nouveau système de retraite », qui « fait perdre la visibilité d’ensemble ». Le 30, le Premier ministre ouvre la « conférence sur le financement et l’équilibre des retraites ». […] Lire la suite

17 mai 2019 Canada. Critique du projet de loi québécois sur la laïcité par le Conseil des droits de l'homme.

Ils s’inquiètent notamment de l’absence de définition des symboles religieux dont le projet de loi interdit le port, source d’« interprétation discrétionnaire » et « potentiellement discriminatoire ». Ils craignent également que l’application de ce texte ne désavantage certaines personnes sur le marché du travail et que certaines dispositions de celui-ci touchent « en réalité principalement certaines minorités religieuses ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « DÉFINITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/definition/