BICENTENAIRE DE VICTOR HUGO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Victor Hugo a eu deux cents ans. La France, en 2002, a fêté dignement le bicentenaire de sa naissance, dix-sept ans après avoir célébré le centenaire de sa mort, en 1985. A-t-on eu pour autant l'impression d'une redite ? Non, car, en réalité, ce n'est pas tout à fait le même Hugo qui a été à l'honneur. 1985 avait été une redécouverte : la culture française, alors massivement hugophobe depuis au moins trente ans, avait repris conscience de l'immensité du personnage et de l'œuvre. En 2002, le bicentenaire aura été celui du consensus, dans une France redevenue hugolâtre. Avec son comité du bicentenaire, ses journées de célébrations et son portail informatique, le ministère de la Culture n'a pas eu trop à prendre l'initiative : pour l'essentiel, il s'est borné à accorder son soutien à des projets nés spontanément. Ce qui ne l'a pas empêché, pour les manifestations dont il était commanditaire, de faire preuve d'excellence.

Ce fut le cas pour Victor Hugo, l'homme océan, l'exposition de la Bibliothèque nationale de France, accompagnée d'un superbe catalogue (B.N.F.-Seuil, 2002) : une réalisation, conçue et dirigée par Marie-Laure Prévost, qui a donné à voir trois cent cinquante pièces, parmi lesquelles une profusion de manuscrits et de dessins. Citons également le beau catalogue Victor Hugo et les siens. Deux siècles d'art et d'artistes, publié par la Galerie d'art du conseil général des Bouches-du-Rhône et Actes Sud. C'est à tous les aspects visuels et visionnaires de l'œuvre que le musée d'Orsay, en septembre 2002, a consacré un grand colloque, « L'Œil de Victor Hugo » : une rencontre co-organisée avec le Groupe Hugo de l'université de Paris-VII, centre d'étude et de recherche fondé par Jacques Seebacher et dirigé par Guy Rosa, l'un des artisans essentiels de ce bicentenaire.

Naturellement, le bicentenaire s'est traduit par une masse impressionnante de publications : au total une centaine de titres parmi lesquels soixante-dix nouveautés, et quelques rééditions indispensables, comme celle des quinze volumes qui composent les Œuvres complètes, chez Laffont-Bouquins. Le Livre de poche classique, par ses éditions des œuvres, et les éditions Maisonneuve et Larose, par leurs titres critiques, ont été les deux sources les plus vives de publications intéressantes. Au chapitre des biographies, Max Gallo (Victor Hugo, XO, 2001-2002) a remporté la palme médiatique en jouant la proximité et la confidence, sans garantie d'exactitude. On doit assurément lui préférer la somme monumentale de Jean-Marc Hovasse (Victor Hugo, Fayard, 2002-2003), originale, argumentée et fondée sur la plus méticuleuse recherche, qui constituera désormais la référence en la matière.

Impossible de célébrer Hugo sans rendre hommage à son œuvre de dramaturge. Parmi les innombrables spectacles montés en 2002, il faut mentionner le Ruy Blas, mis en scène par Brigitte Jaques-Wajeman et présenté avec éclat à la Comédie-Française. Et, aux antipodes, un tonique « Hugo l'Africain » imaginé par Julien Téphany, qui a mis en scène Mangeront-ils ? (une pièce tirée du « Théâtre en liberté »), pour une tournée au Burkina, Mali, Bénin, Cameroun, Sénégal. Le théâtre a été aussi très présent dans les livres avec, notamment, un Victor Hugo et le théâtre, par Anne Ubersfeld dont, par ailleurs, José Corti réédite la célèbre thèse : Le Roi et le bouffon. Étude sur le théâtre de Hugo, toujours considérée comme la référence en matière de dramaturgie hugolienne. Mais c'est à Hernani qu'ont été consacrées deux publications exceptionnelles : Le Manuscrit de « Hernani », transcription du manuscrit autographe de septembre 1829 conservé au Théâtre-Français (chez Maisonneuve et Larose, par les soins d'Anne Ubersfeld, Arnaud Laster et Florence Naugrette), et La Campagne d'« Hernani », édition du manuscrit du souffleur (par les soins d'Evelyn Blewer, chez Eurédit) qui a servi pour les répétitions de la fameuse « bataille », avec toutes les notes qui permettent de reconstituer ce moment essentiel de la dramaturgie romantique.

En 2002, année marquée en France par une importante échéance électorale, c'est également la figure de Hugo penseur et acteur du politique qui s'est trouvée mise en avant. De Jean-François Kahn (Victor Hugo, un révolutionnaire, Fayard) sur les années 1847-1851 et le virage à gauche de Hugo, à Un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de l'Université, docteur en sémiologie, chargé de recherche au CNRS, directeur adjoint de l'Institut des textes et manuscrits modernes

Classification

Pour citer l’article

Pierre-Marc de BIASI, « BICENTENAIRE DE VICTOR HUGO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bicentenaire-de-victor-hugo/