DEVÉRIA ACHILLE (1800-1857) & EUGÈNE (1805-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la préface d'Hernani, Victor Hugo définit le romantisme comme « la liberté dans l'art ». Le peintre Achille Devéria ne manqua pas de prendre part à la bataille du romantisme. Dès 1824, l'artiste fréquente le salon de l'Arsenal tenu par Charles Nodier ; il y retrouve le dimanche soir, parmi tant d'autres, ses amis Victor Hugo et Théophile Gautier qui lui consacrèrent des odes célèbres. À partir de 1828, Devéria participe aux discussions ardentes dans le Cénacle fondé par Hugo. Après la dislocation de celui-ci, les frères Devéria formèrent leur propre cénacle où se réunissaient, au lendemain de 1830, de nombreux poètes et artistes bohèmes que l'on appelait alors bousingots ou Jeunes-France. Dans son ouvrage De l'Allemagne (1810) Mme de Staël écrivait déjà : « Si, dans un temps quelconque, l'imagination créatrice renaît chez les hommes, ce ne sera sûrement pas en imitant les anciens qu'elle se fera sentir. » — D'où cette opposition du gothique à l'antique tant prônée par les romantiques. Le choix des sujets dans les chroniques du Moyen Âge et de la Renaissance, le remplacement de la notion de beau par celle de caractère sont autant de principes revendiqués par la jeune école, et sans doute faut-il souligner cette totale adhésion des Devéria au mouvement pour comprendre leur œuvre.

Achille Devéria, peintre de genre, étudia chez le vignettiste Lafitte et dans l'atelier du peintre Girodet. Il fait son entrée au Salon en 1822 avec des vignettes et plusieurs portraits au crayon enlevés d'une main déjà très sûre, et en 1827 il présente une aquarelle Philippe le Bon, duc de Bourgogne, passant au cou de sa maîtresse le collier de la Toison d'or. Dans son Salon de 1845 Baudelaire évoque le tableau d'Achille Devéria Sainte Anne instruisant la Vierge, il y trouve des qualités d'élégance et de composition habile. L'année suivante, le poète attira l'attention du public sur Le Repos de la Sainte F [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Bernard PUIG CASTAING, « DEVÉRIA ACHILLE (1800-1857) - & EUGÈNE (1805-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deveria-achille-et-eugene/