COMÉDIE-FRANÇAISE

Depuis plus de trois siècles, la Comédie-Française est l'institution la plus emblématique du théâtre français. Son histoire, ses statuts, son mode de fonctionnement, sa mission artistique constituent une structure unique en France. Adulée ou vilipendée, victime de ses paradoxes et de ses contradictions, divisée entre le maintien d'une hypothétique tradition et la nécessité d'un renouveau, cette vénérable Maison reste une référence ou un repère, que l'on se compte ou non parmi ses spectateurs.

« La Maison Molière »

Si l'acte de fondation de la Comédie-Française date de mars 1804, et fut officialisé par Napoléon depuis Moscou par le décret du 15 octobre 1812, sa création se situe sous le règne du Roi-Soleil. En 1680, Louis XIV, épris de spectacles mais aussi désireux de renforcer les liens entre la culture et l'État, enjoint aux deux dernières troupes parisiennes de comédiens français – celle de l'hôtel de Bourgogne dont le chef, La Thorillière, vient de disparaître, et celle de l'hôtel Guénégaud, composée des comédiens de Molière, mort le 17 février 1673 – de se réunir. En 1687, les comédiens doivent quitter l'Hôtel Génégaud. Ils s'installent deux ans plus tard au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain (aujourd'hui rue de l'Ancienne-Comédie), dans une salle conçue par l'architecte François d'Orbay, qu'ils quitteront en 1770, pour se produirent provisoirement à la salle des Machines du palais des Tuileries. En 1782, la troupe inaugure son nouveau théâtre faubourg Saint-Germain, construit par les architectes Peyre et Wailly (l'actuel Odéon) avec une salle dite « à l'italienne » d'une capacité de 1 913 spectateurs. Après avoir traversé les remous de la Révolution et connu de nombreux périls, la Comédie-Française s'installe en 1790 rue Richelieu, dans le bâtiment construit par l'architecte Victor Louis, qu'elle utilise toujours aujourd'hui.

Plusieurs fois transformée, de 1840 à 1893, pour s'adapter aux évolutions techniques et améliorer les conditions d'accueil des spectateurs, la « Salle Richelieu« sera reconstrui [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMÉDIE-FRANÇAISE  » est également traité dans :

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

Si l'on excepte une représentation en 1702, ce n'est que bien plus tard, le 3 mars 1716, sous la Régence et après la mort de Racine, que le public de la Comédie-Française put apprécier cette tragédie spectaculaire, avec chœurs et musique de J.-B. Moreau. Bien plus que Phèdre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athalie-jean-racine/#i_43920

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] cinq heures, en pleine Occupation et par temps de couvre-feu. C'est un immense succès à la Comédie-Française où Barrault, alors interprète de Rodrigue, est entré en 1940. Il en part avec Madeleine Renaud en 1946. Leur compagnie s'installe au Théâtre Marigny et, pendant dix ans, y propose un théâtre dynamique et brillant. L'éclectisme de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-barrault/#i_43920

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 175 mots

Dans le chapitre « L'élégance roturière »  : […] de Kehl dont le dernier volume paraît en 1790. Il est, dès 1776, en conflit avec la Comédie-Française et réussit à regrouper les auteurs dramatiques pour faire valoir leurs droits ; il jette ainsi les bases d'une réglementation de la propriété littéraire qui sera fixée une première fois en 1780 par le Conseil d'État puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaumarchais-pierre-augustin-caron-de/#i_43920

BELL MARIE (1900-1985)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 578 mots

Trente-deux ans pendant lesquels elle aborde tous les grands rôles, de Célimène, qu'elle reprend juste après Cécile Sorel, à la Prouhèze du Soulier de satin qu'elle crée sous la houlette de Jean-Louis Barrault en 1943, avec Madeleine Renaud dans le rôle de Dona Musique, en passant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-bell/#i_43920

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La crise du XVIIIe siècle »  : […] cette dégénérescence du théâtre comique non littéraire, on voit se conjuguer les intellectuels, les auteurs et le public cultivé pour imposer le respect des normes de la dramaturgie classique. La Comédie-Française devient, malgré son jeune âge, une véritable institution qui s'érige en gardienne de la tradition avec un sens très vif de sa dignité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_43920

CYRANO DE BERGERAC (mise en scène D. Podalydès)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 157 mots

Entrée seulement en 1938 au répertoire de la Comédie-Française, la pièce ne va cesser d'y être régulièrement représentée avec le même succès jusqu'en 1964. Puis, hormis une reprise en 1976 – mais c'était au Palais des Congrès, le Français étant en travaux – plus rien. Elle vient de retrouver les ors et velours rouges de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrano-de-bergerac/#i_43920

DESCRIÈRES GEORGES (1930-2013)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 686 mots

Annie Girardot... Il en sort récompensé par les deuxièmes prix de comédie et de tragédie. Aussitôt, selon la règle en vigueur à l’époque, il entre en 1955 à la Comédie-Française. Pensionnaire, sociétaire dès 1958, il devient, à quarante-neuf ans, le plus jeune doyen de la troupe. C’était en 1979, cinq ans avant son départ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-descrieres/#i_43920

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 632 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origines et prémisses »  : […] Le retour des comédiens anglais qui vinrent en 1827 jouer Shakespeare suscita un extraordinaire engouement. C'est en 1829 que le drame shakespearien fera une entrée sans tapage à la Comédie-Française, grâce à la traduction-adaptation par Vigny d'Othello (devenu Le More de Venise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_43920

DUCHAUSSOY MICHEL (1938-2012)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 591 mots

de comédie classique et du prix de comédie moderne, ainsi que du prix d'excellence, il est nommé, en septembre de la même année, « pensionnaire » de la Comédie-Française. Il en devient sociétaire en 1967. Il y reste vingt ans, y jouant, entre autres, Feydeau, Molière, Giraudoux et Ionesco, sans jamais tenir les premiers rôles à l'exception de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-duchaussoy/#i_43920

DUMAS ALEXANDRE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Claude SCHOPP
  •  • 5 681 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] Villenave, et la fille de la maison, Mélanie Waldor. Son ambition semble atteinte lorsque, le 20 mars 1828, le Comité d'administration de la Comédie-Française reçoit « à corrections » sa tragédie en cinq actes intitulée Christine de Suède. Par bonheur pour l'auteur de cette tragédie encore classique, la pièce ne trouve pas le chemin de la scène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dumas-alexandre-1802-1870/#i_43920

DUX PIERRE MARTIN dit PIERRE (1908-1990)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 540 mots

le titre de son livre de souvenirs (Vive le théâtre, 1984), seule la scène est sa vraie vie. Et plus encore la Comédie-Française. Engagé en 1929 (il a vingt et un ans), sociétaire six ans plus tard, il y joue Molière et propose de grandes interprétations des rôles d'Alceste, Arnolphe, Argan. Il y crée aussi l'adaptation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dux-pierre-martin-dit-pierre/#i_43920

FERSEN CHRISTINE (1944-2008)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 948 mots

Fables revisitées par Robert Wilson deux ans plus tôt. Doyenne de la Comédie-Française où elle avait effectué tout son parcours, Christine Fersen, la comédienne qui ne pouvait « respirer qu'aux extrêmes », ainsi qu'elle se définissait elle-même, s'est éteinte le 26 mai 2008, à l'âge de soixante-quatre ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christine-fersen/#i_43920

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 648 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le théâtre : une liberté nouvelle »  : […] Encadré – et gêné – par le système du privilège, qui accordait à la Comédie-Française (ou Théâtre-Français) la propriété de son répertoire et le droit exclusif de représenter à Paris le théâtre parlé, et a fortiori la tragédie et la haute comédie, et à l’Académie royale de musique celui de représenter le théâtre lyrique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_43920

GENCE DENISE (1924-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 347 mots

un premier prix de comédie pour le rôle de Frosine dans L'Avare et est engagée la même année à la Comédie-Française. Promue sociétaire en 1946, elle y restera jusqu'en 1986, et sera nommée sociétaire honoraire en 1987. Là, elle va interpréter cent vingt-cinq rôles, de Molière à Marivaux, en passant par Racine, Giraudoux et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denise-gence/#i_43920

HERNANI, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 947 mots
  •  • 2 médias

Le 25 février 1830, a lieu à la Comédie-Française la première d'Hernani (sous-titré d'abord L'Honneur castillan, puis La Jeunesse de Charles-Quint), drame en cinq actes de Victor Hugo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hernani/#i_43920

HOUSSAYE ARSÈNE HOUSSET dit ARSÈNE (1815-1896)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 735 mots

Né à Bruyères, dans l'Aisne, issu d'une famille d'agriculteurs, Arsène Houssaye joua un rôle important à son époque par une production littéraire abondante et fort diverse, mais surtout par son rôle et son influence sur la vie artistique du xixe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/houssaye-arsene-housset-dit-arsene/#i_43920

LE POULAIN JEAN (1924-1988)

  • Écrit par 
  • Pierre MARCABRU
  •  • 322 mots

(1949), entre au Théâtre national populaire. On l'y voit notamment dans Les Caprices de Marianne (1952), Le Prince de Hombourg (ibid.), plus tard dans Mère Courage (1959). Entré à la Comédie-Française en 1978, il en deviendra l'administrateur général en 1986 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-le-poulain/#i_43920

LEDOUX FERNAND (1897-1993)

  • Écrit par 
  • Raymond CHIRAT
  •  • 754 mots

Renaud et Charles Boyer. Deux ans plus tard, le 7 décembre, il lance ses premières répliques à la Comédie-Française dans le modeste emploi du lieutenant de gendarmerie de La Robe rouge, drame d'Eugène Brieux. Au bout de dix années, on consacre la valeur de ses services, et le voici sociétaire. La « bête de théâtre » va s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-ledoux/#i_43920

MARION MADELEINE (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 291 mots

Christian Schiaretti (Médée, 1991) Julie Brochen (Penthésilée, 1998). En 2002, elle entre enfin comme pensionnaire à la Comédie-Française. On l'y verra notamment dans Le Grand Théâtre du monde (mise en scène C. Schiaretti, 2004), Les Fables de La Fontaine (mise en scène de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-marion/#i_43920

MARS ANNE FRANÇOISE HIPPOLYTE BOUTET dite MADEMOISELLE (1779-1847)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 272 mots

Célèbre actrice française, incomparable pour les contemporains dans les rôles d'ingénues puis de coquettes de Molière et de Marivaux. Fille du célèbre acteur Monvel et d'une actrice de province qui jouait les premiers rôles tragiques, Mlle Mars débute au théâtre Feydeau. Entrée à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-francoise-hippolyte-mars/#i_43920

MIQUEL JEAN-PIERRE (1937-2003)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 824 mots

René Kalisky, ou Harold Pinter, il fait aussi appel à de jeunes metteurs en scène auxquels il offre les moyens de s'affirmer. Parallèlement, il met en scène pour la Comédie-Française Sertorius de Corneille, La Seconde Surprise de l'amour et La Colonie de Marivaux. À l'automne de 1983, il prend la direction du Conservatoire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-miquel/#i_43920

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Molière et ses metteurs en scène »  : […] originale, pouvant au besoin jouer l'esprit contre la lettre ou, à l'opposé, la lettre contre l'esprit du texte. Au cours de cette longue période, la Comédie-Française eut presque l'exclusivité de cette œuvre, si bien que l'histoire du théâtre de Molière se confond en partie avec celle de l'illustre compagnie. On n'a cessé de s'y référer à une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_43920

OBEY ANDRÉ (1892-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie CHEVALLEY
  •  • 492 mots

Né à Douai dans le Nord et mort à Montsoreau en Touraine, André Obey écrit ses deux premières pièces en collaboration avec Denys Amiel : La Souriante Madame Beudet, créée en 1921 par le groupe du Canard sauvage, connaît le succès public, mais le ton satirique de La Carcasse, créée à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-obey/#i_43920

ODÉON-THÉÂTRE DE L'EUROPE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 122 mots

premier Théâtre national populaire, qui s'ouvre notamment aux grandes œuvres étrangères. Après la guerre, en 1946, l'Odéon est concédé à la Comédie-Française, et porte le nom de Salle du Luxembourg pour être distingué de la Salle Richelieu. Durant treize ans les Comédiens-Français y interprètent des auteurs contemporains, de Cocteau et Montherlant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odeon-theatre-de-l-europe/#i_43920

PEER GYNT (mise en scène É. Ruf)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 919 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Voir et rêver »  : […] Sylvain Maurice, Patrick Pineau...), c'est Éric Ruf et la Comédie-Française qui ont relevé le défi en 2012. À Paris, ils ont abandonné la salle Richelieu du Palais-Royal (en travaux) pour le salon d'honneur du Grand Palais, métamorphosé en antre fabuleux. Là, sur une aire de jeu semblable à une grand-route partageant le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peer-gynt/#i_43920

PODALYDÈS DENIS (1963-    )

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vocation d'acteur »  : […] En 1997, il entre à la Comédie-Française dont il devient sociétaire en 2000. Respectant en cela les usages du Français, il se produit avec un bel éclectisme dans des pièces de Gogol, Tourgueniev, Tchekhov, Molière, Musset, Marivaux, Euripide, Sophocle, De Filippo, Feydeau, Labiche, mais aussi Tom Stoppard, dans des mises en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-podalydes/#i_43920

RENAUD MADELEINE (1900-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 674 mots

la disparition de Jean-Louis Barrault est morte Madeleine Renaud, la comédienne qui a formé avec lui le couple de théâtre le plus célèbre. Lui était la fougue et l'esprit d'aventure, elle tout ensemble le charme et la solidité. Bien que d'apparence fragile, elle a tout autant que lui du ressort, du courage, et accepte les aléas d'une carrière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-renaud/#i_43920

ROUSSILLON JEAN-PAUL (1931-2009)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 029 mots

Metteur en scène et interprète de plus d'une centaine de pièces, Jean-Paul Roussillon, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, est décédé le 31 juillet 2009 à Auxerre, à l'âge de soixante-dix-huit ans, au terme d'une vie qui se confond avec le théâtre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-roussillon/#i_43920

RUF ÉRIC (1969-    )

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Comédien, scénographe et metteur en scène »  : […] Avant la fin de son cursus, Éric Ruf, coopté par Jacques Lassalle, son administrateur général, entre comme pensionnaire à la Comédie-Française le 1er septembre 1993. Il en deviendra le 498e sociétaire le 1er janvier 1998. En parallèle, il fonde la Compagnie d’Edvin(e), qui regroupe une vingtaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-ruf/#i_43920

SEIGNER FRANÇOISE (1928-2008)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 831 mots

Deux ans plus tard, le 6 février 1967, la Comédie-Française la rappelle pour créer une pièce inédite de Marivaux : La Commère. « Je pensais n'y rester qu'un an », dira-t-elle. Elle n'en partira qu'en 1998. Directe et entière, geste énergique, verbe haut, physique généreux, sa nature impétueuse la voue naturellement, chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-seigner/#i_43920

TALMA FRANÇOIS-JOSEPH (1763-1826)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 458 mots

Personnage d'une société en transition, François-Joseph Talma est comédien du roi avant d'être comédien de la Révolution ; bon serviteur de l'Empire, il lui survivra, vedette de la société restaurée. Il avait travaillé à Londres en compagnie d'acteurs anglais qui ne reconnaissaient pas le style de jeu et de diction à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-joseph-talma/#i_43920

VIEUX-COLOMBIER THÉÂTRE DU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 810 mots

1986-1993 L'État rachète le théâtre à son propriétaire, Pierre Benoit. Par décision ministérielle, il est attribué à la Comédie-Française. Après une restructuration complète menée par l'architecte Bernard Khon, le Vieux-Colombier rouvre ses portes le 7 avril 1993 avec deux pièces de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieux-colombier-reperes-chronologiques/#i_43920

VITEZ ANTOINE (1930-1990)

  • Écrit par 
  • Georges BANU
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « Un metteur en scène-pédagogue  »  : […] Avec la Comédie-Française, dont il est à partir de 1988 l'administrateur général, Vitez se trouve confronté à un autre type de rapports. Fondée moins sur la fascination personnelle et davantage sur l'appartenance à la maison, la troupe fait appel à cette autre vocation du metteur en scène : la stratégie. Le théâtre devient alors un lieu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-vitez/#i_43920

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « COMÉDIE-FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-francaise/