COMÉDIE-FRANÇAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis plus de trois siècles, la Comédie-Française est l'institution la plus emblématique du théâtre français. Son histoire, ses statuts, son mode de fonctionnement, sa mission artistique constituent une structure unique en France. Adulée ou vilipendée, victime de ses paradoxes et de ses contradictions, divisée entre le maintien d'une hypothétique tradition et la nécessité d'un renouveau, cette vénérable Maison reste une référence ou un repère, que l'on se compte ou non parmi ses spectateurs.

« La Maison Molière »

Si l'acte de fondation de la Comédie-Française date de mars 1804, et fut officialisé par Napoléon depuis Moscou par le décret du 15 octobre 1812, sa création se situe sous le règne du Roi-Soleil. En 1680, Louis XIV, épris de spectacles mais aussi désireux de renforcer les liens entre la culture et l'État, enjoint aux deux dernières troupes parisiennes de comédiens français – celle de l'hôtel de Bourgogne dont le chef, La Thorillière, vient de disparaître, et celle de l'hôtel Guénégaud, composée des comédiens de Molière, mort le 17 février 1673 – de se réunir. En 1687, les comédiens doivent quitter l'Hôtel Génégaud. Ils s'installent deux ans plus tard au 14 de la rue des Fossés-Saint-Germain (aujourd'hui rue de l'Ancienne-Comédie), dans une salle conçue par l'architecte François d'Orbay, qu'ils quitteront en 1770, pour se produirent provisoirement à la salle des Machines du palais des Tuileries. En 1782, la troupe inaugure son nouveau théâtre faubourg Saint-Germain, construit par les architectes Peyre et Wailly (l'actuel Odéon) avec une salle dite « à l'italienne » d'une capacité de 1 913 spectateurs. Après avoir traversé les remous de la Révolution et connu de nombreux périls, la Comédie-Française s'installe en 1790 rue Richelieu, dans le bâtiment construit par l'architecte Victor Louis, qu'elle utilise toujours aujourd'hui.

Plusieurs fois transformée, de 1840 à 1893, pour s'adapter aux évolutions techniques et améliorer les conditions d'accueil des spectateurs, la « Salle Richelieu« sera reconstruite après l'incendie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMÉDIE-FRANÇAISE  » est également traité dans :

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie , tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut représentée par les demoiselles de Saint-Cyr, chères à madame de Maintenon, l'épouse morganatique et dévote du roi vieillissant […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'élégance roturière »  : […] Si Beaumarchais a peu de naissance, il n'en a pas moins une famille très présente et très aimée : Pierre-Augustin, fils de l'horloger Caron, qui doit le nom de Beaumarchais à une maison de sa première femme, et son anoblissement à l'argent, à la différence de tant de parvenus, revendique sa filiation roturière au même titre que sa noblesse, récente mais personnelle. Vif, ami des plaisirs et des fe […] Lire la suite

BELL MARIE (1900-1985)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 578 mots

Née le 23 décembre 1900, à Bègles, Marie-Jeanne-Lucie Bellon-Downey – future Marie Bell – ne semblait d'abord devoir s'intéresser qu'à la danse. Petit rat au Grand Théâtre de Bordeaux, c'est en Angleterre qu'elle fait, à treize ans, ses vrais débuts. C'est là aussi qu'elle rencontre son oracle en la personne de Colonna Romano, tragédienne de la Comédie-Française, qui lui conseille de se présenter […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La crise du XVIIIe siècle »  : […] Ainsi, au début du xviii e siècle, le prestige du théâtre est à son apogée dans toute l'Europe occidentale et particulièrement en France. L'art dramatique fait désormais partie de la culture officielle et de la vie de société, laquelle commence à constituer un monde clos sur lui-même et qui se mire dans son passé. Si les Comédiens- Italiens, chassés de France par Louis XIV, ont laissé la place à […] Lire la suite

CYRANO DE BERGERAC (mise en scène D. Podalydès)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 157 mots

Le 28 décembre 1897, Cyrano de Bergerac était créé à Paris, au théâtre de la Porte Saint-Martin. Auteur déjà, à vingt-neuf ans, de deux pièces oubliées aujourd'hui –  Princesse lointaine et La Samaritaine  –, Edmond Rostand pensait courir à la catastrophe. À peine la représentation achevée, le public lui fit un triomphe ; il obtint la Légion d'honneur et fut reçu, quatre ans plus tard, à l'Acad […] Lire la suite

DESCRIÈRES GEORGES (1930-2013)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 686 mots
  •  • 1 média

Sourire charmeur, un rien ironique, Georges Descrières demeure avant tout la vedette d’ Arsène Lupin le gentleman cambrioleur , le feuilleton diffusé sur la deuxième chaîne de télévision de 1971 à 1974. Nœud papillon et haut de forme, monocle et cape noire sur son smoking, ainsi apparaissait-il au cours du générique chanté par Jacques Dutronc. Il était devenu non seulement le symbole de l’éléganc […] Lire la suite

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origines et prémisses »  : […] On a beaucoup parlé de la parenté – plus apparente que réelle – qui existe entre le mélodrame (René Charles de Pixérécourt) et le drame romantique. Le mélodrame est un drame moral de structure souvent classique, qui voit un héros redresseur de torts aidé d'un comparse populaire comique, le niais , combattre victorieusement le traître et unir les amoureux vertueux. Ce schéma obligé s'orne de rencon […] Lire la suite

DUCHAUSSOY MICHEL (1938-2012)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 591 mots

Michel René Jacques Duchaussoy est né le 29 novembre 1938 à Valenciennes. Après avoir fait des études de lettres à l'université de Lille, il entre au Conservatoire de Lille, puis au Conservatoire national d'art dramatique de Paris. Lauréat, en juillet 1964, à l'unanimité, du prix de comédie classique et du prix de comédie moderne, ainsi que du prix d'excellence, il est nommé, en septembre de la m […] Lire la suite

DUMAS ALEXANDRE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Claude SCHOPP
  •  • 5 680 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] Après avoir obtenu, grâce à l'appui d'anciens amis de son père, une modeste place de surnuméraire, puis d'employé dans les bureaux de Louis-Philippe, duc d'Orléans, Alexandre découvre le Paris de la Restauration et entreprend en autodidacte une seconde éducation en dévorant les livres. Les salons littéraires qu'il fréquente d'abord appartiennent aux milieux impériaux et libéraux, de tendance class […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « COMÉDIE-FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-francaise/