HUGO VICTOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Victor Hugo, P. Nadar

Victor Hugo, P. Nadar
Crédits : Paul Nadar/ Archives photographiques

photographie

Les Misérables, V. Hugo

Les Misérables, V. Hugo
Crédits : Géo Dupuis/ musée Victor Hugo, Paris/ AKG Images

photographie

Victor Hugo à Guernesey en 1870

Victor Hugo à Guernesey en 1870
Crédits : Andre/ Henry Guttmann/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Victor Hugo

Victor Hugo
Crédits : M. Seemuller/ De Agostini

photographie


Le dessinateur

On estime aux alentours de trois mille (en tenant compte des œuvres perdues mais connues par des reproductions ou des références et en comptant séparément celles qui appartiennent à des recueils, carnets, albums, etc.) le nombre des dessins de toutes dimensions et de toutes techniques laissés par Victor Hugo, nombre considérable pour un homme qui avait, comme il le rappelait lui-même, « autre chose à faire ». Conservés, pour plus des deux tiers, à Paris, à la Bibliothèque nationale, à laquelle Hugo légua « tout ce qui sera trouvé écrit ou dessiné par moi », et à la Maison de Victor Hugo, ils se répartissent entre des vues de paysages et de monuments, dont un grand nombre de notes de voyages, une masse de croquis d'inspiration comique ou grotesque, qui ne sont pas tous à proprement parler des « caricatures », et des travaux plus délicats à situer parmi les catégories artistiques du temps, qui semblent surtout relever de l'expérimentation technique sans être pour autant vides de sens : taches d'encre plus ou moins reprises, découpages souvent utilisés comme pochoirs, empreintes de tissus ou d'éléments naturels, et toutes sortes de caprices graphiques. Ces pratiques alors peu orthodoxes, tout au moins chez les peintres de profession, sont également utilisées dans des dessins de facture plus traditionnelle, au lavis d'encre parfois relevé de fusain, de gouache ou d'aquarelle. Beaucoup d'autres sont simplement à la plume ou au crayon.

Le tout forme un œuvre assez homogène, qui commence vers 1825 (mis à part les dessins d'enfant) par des pages au graphisme un peu grêle, et met une vingtaine d'années à trouver son répertoire et son style. Proche de l'imagerie romantique par le goût du pittoresque et la recherche d'effets dramatiques, il la dépasse par son dynamisme, sa liberté de moyens et un sentiment du mystère d'une profondeur exceptionnelle. Pendant trente ans, à partir de 1845 environ, ces traits dominants subsistent sans grands changements, tandis que la production se poursuit à un rythme irrégulier, se faisant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III
  • : professeur émérite, université de Montréal, Kress Fellow, Galerie nationale, Washington, membre de la Société royale du Canada
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : conservateur en chef du Patrimoine
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  HUGO VICTOR (1802-1885)  » est également traité dans :

HUGO VICTOR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 336 mots

26 février 1802 Naissance de Victor Hugo à Besançon.1804-1815 Premier Empire.12 octobre 1822 Mariage avec Adèle Foucher.1827 Publication de Cromwell, dont la Préface joue un rôle décisif dans la naissance du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-reperes-chronologiques/

BICENTENAIRE DE VICTOR HUGO

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 985 mots

Victor Hugo a eu deux cents ans. La France, en 2002, a fêté dignement le bicentenaire de sa naissance, dix-sept ans après avoir célébré le centenaire de sa mort, en 1985. A-t-on eu pour autant l'impression d'une redite ? Non, car, en réalité, ce n'est pas tout à fait le même Hugo qui a été à l'honneur. 1985 avait été une redécouverte : la culture française, alors massivement hugophobe depuis au mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bicentenaire-de-victor-hugo/#i_8883

LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 087 mots
  •  • 1 média

« Écoute, je te dois, Sire, un remercîment/Sans toi je n'aurais pas fait ce livre inclément... » Écrivant ces vers des années plus tard, Victor Hugo (1802-1885) avouait, non sans ironie, sa dette envers Napoléon III. C'est en effet à Jersey puis à Guernesey, entre 1852 et 1870, qu'il compose ou achève quelques-unes de ses œuvres maîtresses : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chatiments/#i_8883

CHOSES VUES, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 183 mots
  •  • 1 média

Choses vues est un volumineux ensemble de textes que Victor Hugo (1802-1885) avait laissés impubliés. Réunis en volume, ils ont paru pour la première fois deux ans après sa mort, en 1887. Le titre a été donné par les éditeurs de ses écrits posthumes et repris par la tradition. Il s'avère d'ailleurs approximatif, dans la mesure où Hugo n'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choses-vues/#i_8883

LES CONTEMPLATIONS (V. Hugo) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 1 005 mots
  •  • 1 média

Depuis Les Rayons et les Ombres (1840), Victor Hugo (1802-1885) n'avait pas publié de recueil lyrique. Certes Les Châtiments (1853), violent libelle contre Napoléon III, marquaient un retour à la poésie, mais à une poésie tout entière au service de la politique. Dans la Préface aux Contemplations, publiées à Paris en 1856 alors que le poè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-contemplations/#i_8883

HERNANI, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 946 mots
  •  • 2 médias

Le 25 février 1830, a lieu à la Comédie-Française la première d'Hernani (sous-titré d'abord L'Honneur castillan, puis La Jeunesse de Charles-Quint), drame en cinq actes de Victor Hugo (1802-1885). Le spectacle, ce soir-là, est surtout dans la salle : entre tenants de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hernani/#i_8883

L'HOMME QUI RIT, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 065 mots
  •  • 1 média

Commencé à Bruxelles le 21 juillet 1866, continué à Guernesey, puis achevé à Bruxelles le 23 août 1868, L'Homme qui rit est la dernière grande œuvre d'exil de Victor Hugo (1802-1885). Sa rédaction, souvent interrompue, est marquée par le double deuil qui frappe l'auteur en 1868 : Georges, son petit-fils, et sa femme, Adèle. Nul doute qu'il ait exercé une influence sur le sens d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-rit/#i_8883

LA LÉGENDE DES SIÈCLES, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

« Ego Hugo » : la célèbre devise ne pouvait mieux convenir qu'à l'auteur de La Légende des siècles, œuvre « cathédrale » s'il en fut, entreprise prométhéenne et sublime poème de l'humanité pour les uns, sommet de l'emphase mégalomaniaque et du mauvais goût pour les autres, livre unique en tout cas, sans précédent ni descendance, connu de to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-legende-des-siecles/#i_8883

LES MISÉRABLES, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 1 087 mots
  •  • 1 média

Alors que Victor Hugo est en exil à Guernesey, où il continue d'affirmer son opposition à Napoléon III, paraissent à Paris en 1862 les dix volumes des Misérables, énorme roman commencé en 1845. Épopée du peuple et de la misère, Les Misérables, en dépit de quelques invraisemblances, constituent un des romans les plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-miserables/#i_8883

QUATREVINGT-TREIZE, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 149 mots
  •  • 1 média

Rédigé de décembre 1872 à juin 1873, publié en 1874, Quatrevingt-Treize est le dernier roman de Victor Hugo (1802-1885). L'écrivain en forma le projet dès après la parution des Misérables, en 1862. À l'origine, l'ouvrage devait conclure une trilogie romanesque qui aurait peint au préalable l'ancienne Angleterre, pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrevingt-treize/#i_8883

LES TRAVAILLEURS DE LA MER, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 194 mots
  •  • 1 média

Écrits à Guernesey en 1864 et 1865, et publiés l'année suivante simultanément à Bruxelles et Paris, Les Travailleurs de la mer sont certainement, des œuvres composées par Victor Hugo (1802-1885) pendant l'exil, celle qui doit le plus au lieu lui-même. Cette influence s'accentue par la suite : au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-travailleurs-de-la-mer/#i_8883

ANANKÈ

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 288 mots

Le mot grec anankè veut dire « nécessité » ( anankè estin , « il faut ») ; plus précisément, chez les poètes, les tragiques, les philosophes, les historiens, anankè évoque une contrainte, une nécessité naturelle, physique, légale, logique, divine... Ce nom personnifie la Nécessité comme telle, instance inflexible gouvernant le cos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ananke/#i_8883

BOULANGER LOUIS (1806-1867)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 390 mots

Avec Célestin Nanteuil, Eugène et Achille Devéria, Louis Boulanger appartient à cette pléiade de peintres-graveurs étroitement liés au mouvement romantique, dont ils sont les fidèles illustrateurs et compagnons de combat, tandis que Delacroix mène, avec la liberté du génie, une carrière beaucoup plus indépendante. C'est en 1824 que Boulanger, qui avait lui-même des ambitions poétiques, fait la con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-boulanger/#i_8883

BRION GUSTAVE (1824-1877)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 830 mots

Comme Schuler (qui fut d'abord un illustrateur), Brion est un peintre de l'Alsace, dont l'œuvre, après 1870, touche le public du Salon par la fibre patriotique des « provinces perdues ». Né à Rothau dans les Vosges dans une famille où l'on se faisait volontiers pasteur, il était le petit-neveu de Frédérique Brion, l'amie de Goethe. En 1831, sa famille s'installe à Strasbourg, où il reçoit sa forma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-brion/#i_8883

CÉNACLES ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autour de Victor Hugo »  : […] Le Cénacle proprement dit est encore appelé « Cénacle de Joseph Delorme », en l'honneur du célèbre poème de Sainte-Beuve dans lequel ce terme se trouve appliqué au groupe d'amis et d'artistes qui, de 1827 à 1830 (à peu près du « manifeste » de la préface de Cromwell à l'apothéose d' Hernani ), furent au cœur de la révolution romantique. Certes, Sainte- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenacles-romantiques/#i_8883

CLÉMENCE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 707 mots

Décidant en dernier recours du sort d'un condamné, le prince a toujours la partie belle ; s'il laisse faire son office au bourreau, on s'incline devant sa justice et on célèbre son obéissance, peut-être douloureuse, au devoir et à la raison d'État ; s'il fait grâce, on soupçonne parfois avec admiration une arrière-pensée de profond politique et on célèbre sa magnanimité ou son humanité. L'apparent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clemence-litterature/#i_8883

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le coup d'État »  : […] Un message du président de la République avait dénoncé l'imminence d'un « complot » : une brochure de Romieu, Le Spectre rouge de 1852 , contribuait à l'affolement de la bourgeoisie, surtout en province. Les démocrates socialistes avaient repris leur propagande avec un succès croissant en la faisant plus locale, moins doctrinaire ; ils organisaient des associations aux ramifi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/#i_8883

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les théories »  : […] La théorie du drame romantique connaît son début en Allemagne en plein xviii e siècle avec Lessing et sa Dramaturgie de Hambourg ( Laocoon , 1766) qui annonce d'abord le drame bourgeois. Ces textes décisifs marquent une rupture violente avec les idéaux du classicisme français et sont un plaidoyer énerg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_8883

DUMAS ALEXANDRE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Claude SCHOPP
  •  • 5 680 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Derniers combats »  : […] Parti de Marseille le 9 mai 1860, le yacht Emma se détourne de l'Orient pour suivre le sillage de l'expédition des Mille conduite par le Messie de la liberté, Garibaldi. Elle le rejoint dans Palerme libérée. Enivré de tremper enfin dans l'histoire en marche, Dumas prend sa place parmi les apôtres et participe à la chute de François II et de la race maudite des Bourbons, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-dumas/#i_8883

ÉCOLE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Cénacle, académie, chapelle »  : […] Le vague de l'école occuperait ainsi une position médiane entre l'académie (qui marque un degré maximal d'institutionnalisation) et la « chapelle » (qui se caractérise par une institution autoproclamée, peu ou pas reconnue en dehors de ses membres). Le terme d'académie désigne bien à l'origine – le grec Akademia  – une école, c'est-à-dire un lieu d'enseignement, en l'occurren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-litteraire/#i_8883

FRANCK CÉSAR (1822-1890)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un symphoniste »  : […] En 1847, Franck signait un premier poème symphonique, d'après Victor Hugo, Ce qu'on entend sur la montagne . L'œuvre de Liszt qui porte le même titre, publiée seulement en 1857, semble avoit été composée vers 1848-1849. Franck avait des modèles dans les ouvrages de Berlioz, les ouvertures de Mendelssohn ou les symphonies de Spohr, mais jamais avant lui un argument n'avait fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-franck/#i_8883

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 430 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le temps des écrivains, des prophètes et des mages  »  : […] On est tenté de passer du philosophe du xviii e  siècle à l'intellectuel dreyfusard. Et pourtant le xix e  siècle n'est pas en ce domaine une période creuse. Il a servi lui aussi à constituer l'image moderne de l'intellectuel et à préparer son évolution. Sur le xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_8883

LA CATHÉDRALE ILLUSTRÉE, DE HUGO À MONET (S. Le Men) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 958 mots

« Ceci tuera cela » : la prédiction de Victor Hugo, dans Notre-Dame de Paris , en 1831, sert de fondement à la réflexion historique de Ségolène Le Men, chercheur du CNRS au musée d'Orsay et professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-X-Nanterre, dans un excellent ouvrage, La Cathédrale illustrée, de Hugo à Monet (CNRS éditions, P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cathedrale-illustree-de-hugo-a-monet/#i_8883

LE FANTÔME DE L'OPÉRA, Gaston Leroux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « Un univers onirique »  : […] Avec ce récit « rocambolesque », Leroux s'inscrit dans la lignée des romanciers populaires du xix e  siècle, dont il a assimilé les recettes et les ficelles. Le Roi Mystère (1908) déclinait déjà l'un de leurs thèmes favoris, celui du justicier masqué. Rien d'étonnant donc à ce que Le Fantôme de l'opéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fantome-de-l-opera/#i_8883

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 787 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le sacre ambigu de l’écrivain »  : […] Chaque siècle nourrit sa figure de l’esprit. C’est peut-être l’homme de lettres pour le xvii e  siècle, le philosophe pour le xviii e  siècle, l’intellectuel pour le xx e  siècle. C’est en tout cas l’écrivain pour le xix e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xixe-s/#i_8883

LOI SUR LA PROTECTION DES MONUMENTS HISTORIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 364 mots

La loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques protège « les immeubles dont la conservation présente, du point de vue de l'histoire ou de l'art, un intérêt public ». Elle est le résultat d'un long processus. Dans deux articles de 1825 et 1832, Victor Hugo avait déclaré la « guerre aux démolisseurs », fustigeant la destruction systématique, par les notables locaux, des monuments du Moye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-sur-la-protection-des-monuments-historiques/#i_8883

MÉLODRAME

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 3 298 mots

Dans le chapitre « Évolution »  : […] Dès la fin de la Révolution, le grand homme du mélodrame sera Guilbert de Pixérécourt. « Tout était dit, tout était fait quand je parus. Il fallait donc inventer un nouveau théâtre. » S'il n'a point créé le mélodrame, Pixérécourt en a du moins fixé les lois tout au long de soixante-trois œuvres et de trente mille représentations. Parmi ses plus grands succès, citons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame/#i_8883

NANTEUIL CÉLESTIN (1813-1873)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 393 mots

À dix-neuf ans, Célestin Nanteuil atteint en même temps la célébrité et sans doute le sommet de son talent. Ce « jeune homme moyen âge », selon l'expression de Théophile Gautier, s'impose dans ses eaux-fortes et ses lithographies comme l'interprète idéal des romantiques, de Victor Hugo à Alexandre Dumas, de Gérard de Nerval à Pétrus Borel. Les quatre frontispices commandés en 1832 par le libraire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-nanteuil/#i_8883

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Unité des arts visuels »  : […] Le deuxième sens concerne le seul domaine des arts visuels. Dans Notre-Dame de Paris (1831), Victor Hugo (1802-1885) avait reproché à l'architecture de n'avoir « plus la force de retenir les autres arts. Ils s'émancipent donc... et s'en vont chacun de leur côté. Chacun gagne à ce divorce. L'isolement grandit tout. La sculpture devient statuaire, l'imagerie devient peinture » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_8883

SUBLIME, littérature

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 351 mots

Dans le chapitre « Le beau et le terrible »  : […] Abolissant la conscience des moyens, le sublime se donne comme pur effet. En indiquant ce qui demeure irréductible aux règles du discours, ce qui les excède, il rejoint l'interrogation très ancienne sur la finalité de l'art. Mais cette interrogation ne se limite plus au cadre de l'art de persuader (qui veut plaire pour instruire), ni même à la littérature ; elle s'élargit notamment aux arts plasti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-litterature/#i_8883

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Beaucoup d'écrivains ont été des admirateurs et des partisans déclarés de Lavater. En Allemagne, il faut citer Goethe, qui fut un grand ami et collabora de près aux Fragments avant de se brouiller avec lui, mais aussi Jean-Paul Richter, Novalis, Schopenhauer... En France, Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, Baudelaire figurent parmi les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_8883

RABBE ALPHONSE (1786-1829)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 671 mots

Précurseur des « petits romantiques » français. Un physique séduisant et une brillante intelligence laissaient entrevoir pour Alphonse Rabbe un avenir des plus prometteurs, mais une syphilis, contractée lors de la guerre d'Espagne à laquelle il participa comme administrateur militaire, le défigura hideusement et altéra peu à peu sa santé physique et mentale. Après avoir embrassé la cause des Bourb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-rabbe/#i_8883

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmation de l'histoire et violence des passions »  : […] « L'année terrible », 1871, bouleverse la donne ; la Commune apparaît comme une trahison des idéaux de fraternité à beaucoup qui en avaient été les fervents défenseurs jusque-là, au point que des auteurs républicains se rangent parmi les Versaillais ou que Michelet, désarçonné par le tour imprévu des événements, devient muet. Le choc amène Victor Hugo, qui incarne alors la figure respectable de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_8883

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Bilan et survie du romantisme »  : […] On a vainement essayé d'assigner des dates à la fin de la poussée romantique en divers pays d'Europe. On a fait état de diverses condamnations qui ont souligné, dès 1830 ou 1840 selon les pays, les excès, les faiblesses, les ridicules du romantisme. Matthew Arnold a voulu persuader les Anglais de se détourner du byronisme pour lire Goethe, ou pour se mettre à l'école des Grecs ou de la France de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_8883

ROUSSEAU JEAN-BAPTISTE (1671-1741)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 572 mots

Malgré un brillant début dans la carrière poétique, Rousseau eut une existence en grande partie malheureuse. Il était le fils d'un honnête cordonnier de Paris qui fit donner à ses enfants une éducation au-dessus de leur condition sociale. On l'accuse d'avoir rougi de ses origines. C'est un de ses traits d'orgueil qui le rendent peu sympathique à ses contemporains. Il entre dans la carrière littéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-rousseau/#i_8883

SEEBACHER JACQUES (1930-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 301 mots

Historien de la littérature français. Entré à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en 1951, d'abord affecté au lycée de Chartres avant d'être nommé assistant de littérature française à la Sorbonne, professeur à l'université de Caen puis à Paris-VII à partir de 1974, jamais emprisonné dans le carcan d'une fonction mais sachant au contraire la transcender à force de charisme et d'érudition, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-seebacher/#i_8883

LYRE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 639 mots

Il est à peine besoin de rappeler que la lyre a engendré dans la langue courante deux sens figurés et connexes. Instrument privilégié pour accompagner le chant, elle finit par imposer son nom à toute musique chantée : c'est en ce sens qu'on parle d'art lyrique, de spectacles ou de théâtres lyriques. Ensuite, le chant et la poésie étant indissociables dans la pratique originelle d'Apollon, la lyre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyre-litterature/#i_8883

SOULÈVEMENTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 1 069 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Gestuelle de la révolte »  : […] Remontages, le film expérimental de Maria Kourkouta qui ouvre Soulèvements , confronte des extraits de La Grève d’Eisenstein, de Zéro de conduite de Vigo, de Stromboli de Rossellini…, donnant le « la » de cette exposition conçue comme un montage capable de faire dialoguer œuvres d’art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soulevements/#i_8883

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la vraisemblance au réalisme »  : […] À la suite de Diderot, Beaumarchais condamne les principes de la dramaturgie classique parce qu'ils menacent le plaisir du spectateur. Accompagnant son premier drame, Eugénie , d'un Essai sur le genre dramatique sérieux (1767), il reproche à la tragédie de ne plus toucher le public. Elle heurte le goût du xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_8883

TORQUEMADA TOMÁS DE (1420-1498)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 526 mots

Célèbre inquisiteur espagnol. Neveu du théologien Jean de Torquemada (archevêque de Valladolid et défenseur du pape contre la théorie conciliaire au concile de Bâle), Tomás était, comme son oncle, frère prêcheur. Prieur du couvent de Santa Cruz de Ségovie, de 1452 à 1474, il réforme les prieurés aragonais de son ordre. Il devient confesseur de la reine Isabelle de Castille, puis aussi de son époux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tomas-de-torquemada/#i_8883

UBERSFELD ANNE (1918-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 339 mots

Historienne française du théâtre. Née à Besançon de parents originaires de Pologne, Anne Ubersfeld entre à l'École normale supérieure, mais le statut des juifs édicté par le régime de Vichy lui interdit de passer l'agrégation de lettres à laquelle elle se préparait. Elle entre alors dans la Résistance au côté de Pierre Courtade. Agrégée en 1946, elle enseigne à Rouen puis à Paris, avant de travai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-ubersfeld/#i_8883

VERS

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 746 mots

Dans le chapitre « Le romantisme et la désarticulation du vers »  : […] Les règles de versification et la naissance de formes fixes ouvrent au xix e  siècle une période de renouveau pour le vers. Si l'école romantique conserve le principe du syllabisme, la rime et l'interdiction de l'hiatus, elle prône en revanche un assouplissement du vers. Victor Hugo indique ainsi une façon de désarticuler l'alexandrin en substitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers/#i_8883

VERS LIBRE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 682 mots

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des contes. Il a cru que les vers irréguliers ayant un air qui tient beaucoup d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers-libre/#i_8883

VIDOCQ EUGÈNE FRANÇOIS (1775-1857)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 391 mots

Élevé au niveau du mythe littéraire, moins pour la publication de ses Mémoires que pour les personnages de Vautrin et de Valjean qu'il aurait inspirés à Balzac et à Hugo, Vidocq appartient surtout à l'histoire de la police. Fils d'un boulanger d'Arras, il commet son premier vol à seize ans, s'engage, déserte, est condamné en 1796 pour un faux qu'il n'aurait pas commis, s'évad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-francois-vidocq/#i_8883

Voir aussi

CROQUIS    ART FANTASTIQUE    LAVIS    PAPIERS DÉCOUPÉS    ART ROMANTIQUE

Pour citer l’article

Anne UBERSFELD, Philippe VERDIER, Pierre ALBOUY, Pierre GEORGEL, Jacques SEEBACHER, « HUGO VICTOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-hugo/