TROMPE-L'ŒIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On pourrait dire que le trompe-l'œil est une représentation destinée à donner l'illusion de la réalité, si cette définition n'était également applicable à presque toutes les œuvres d'art de conception réaliste. Le trompe-l'œil naît quand la volonté de « tromper » l'emporte sur l'intention esthétique et incite l'artiste à utiliser tous les artifices techniques possibles, le premier étant l'intervention de la troisième dimension, d'une perspective qui fait « sortir » un ou plusieurs objets de la surface du panneau, de la toile, de la paroi lorsqu'il s'agit d'un décor mural.

L'histoire du trompe-l'œil commence, dans la légende, avec la grappe de raisin peinte par Zeuxis de façon tellement véridique que les oiseaux venaient la picorer ; dans les musées, elle commence avec les fresques de Pompéi figurant des loggias ouvertes sur des jardins, des portes entrebâillées où se profilent de fines silhouettes, et surtout des éléments d'architecture (colonnes, corniches, frontons) représentés en saillie dans la salle et « sortant » du mur. En mosaïque, l'exemple le plus surprenant de l'illusion calculée est le pavement sur lequel sont « tombés » les reliefs du repas, pelures de fruits, miettes, débris de toutes sortes. La peinture médiévale, essentiellement religieuse et édifiante, ne se préoccupe pas de ces jeux, qui réapparaissent à la Renaissance dans la peinture profane. Les recherches sur la perspective et l'expression de l'espace amènent tout naturellement certains artistes au tour de force illusionniste, qui triomphe tout d'abord dans la marqueterie, avec des ensembles comme le Studiolo d'Urbin, ou celui de Gubbio (conservé au Metropolitan Museum) : les livres, les armures, les instruments de musique s'entassent sur des tablettes ou dans des armoires entrouvertes. Dans la peinture murale, les exemples sont nombreux des effets de perspective ouvrant l'espace sur « l'extérieur » : il y a illusion, non pas trompe-l'œil à proprement parler ; celui-ci intervient lorsqu'un élément de la surface peinte est représenté de telle sorte qu'il semble appartenir à l'espace « intérieur » de la pièce, celui où se meut le spectateur : le critère est que celui-ci soit « pris au piège », tel ce laquais du Vatican qui, voyant un tapis « oublié » sur une balustrade, se précipite pour l'enlever avant l'arrivée du pape et s'aperçoit que le « tapis » est une peinture de Giovanni da Udine. Avec la loggia de la Farnésine, Raphaël crée une transition entre l'espace intérieur de la villa et le jardin : relève-t-elle de l'illusion ou du trompe-l'œil ?

Les décors d'opéra, les « apparats » de fête visent, de la même manière, à prolonger l'espace réel — la scène, la place, la rue — par l'espace fictif où se déroule le spectacle. Ces créations éphémères qui se multiplient au xvie siècle stimulent les imaginations : ce sont les personnages de la comédie italienne (peints, grandeur nature, par A. Scalzi vers 1560-1563) qui, au château de Trausnitz, en Bavière, viennent hanter l'escalier des Bouffons, se glissent dans l'embrasure des portes, dégringolent sur le dos les fausses marches prolongeant les volées de pierre. Déjà, dans la salle des Géants, au palais du Te de Mantoue (1525-1535), Jules Romain fait « éclater » les murs, le plafond, l'Olympe. Puis Véronèse réconcilie le ciel et la terre : le plafond de la salle du Grand Conseil, au Palais ducal (vers 1585), s'ouvre pour exalter le Triomphe de Venise ; à la villa Barbaro de Maser, les belles Vénitiennes se penchent sur de faux balustres, le chasseur « entre » dans le salon, précédant les innombrables figures qui, jusqu'à Tiepolo, vont surgir dans les loggias, sur les corniches et les balcons des villas de la Brenta. Partout, hors de Venise, hors d'Italie, les décorateurs baroques annexeront « les espaces infinis ». À vrai dire, la recherche de l'illusion spatiale s'éloigne du trompe-l'œil au sens strict : l'artiste sait qu'il ne peut plus tromper personne. C'est aux peintres de chevalet qu'est désormais réservé ce jeu. À côté des natures mortes, qui prése [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TROMPE-L'OEIL  » est également traité dans :

ANAMORPHOSE, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 984 mots
  •  • 1 média

Platon disait de la science qu'elle était fille de l'étonnement. Pour le peintre d'anamorphoses, elle devient la mère de l'illusion, à moins que, comme on va le voir, elle ne se charge obliquement de nous dire la vérité. « Maintes fois et avec non moins de plaisir que d'émerveillement, on regarde quelques-uns de ces tableaux ou cartes de perspectives dans lesquels si l'œil de celui qui les voit n' […] Lire la suite

BRAMANTE (1444-1514)

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 2 204 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le peintre »  : […] Donato di Pascuccio d'Antonio, dit Bramante (variante du surnom hérité de son père : Abramante, Barbanti), naquit en 1444 à Monte Asdruvaldo, localité dépendant aujourd'hui de la commune de Fermignano, et qui faisait alors partie du territoire d'Urbino. Avant 1476-1477, il séjourna quelques années à Urbino ; puis, de 1477 à 1499, il vécut en Lombardie, d'abord à Bergame, puis à Milan (le voyage Ur […] Lire la suite

COPLEY JOHN SINGLETON (1738-1815)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Peintre américain. Copley joue un rôle essentiel dans l'histoire de la peinture américaine, car c'est lui qui la fait passer de la tradition archaïque des « primitifs », caractérisée par un style linéaire à deux dimensions, de caractère idéographique, et par des formules stéréotypées, à une vision beaucoup plus réaliste, remarquablement accordée au génie et au goût de l'Amérique coloniale. Lui-mêm […] Lire la suite

DIORAMA

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 878 mots

Procédé de peinture en trompe l'œil mis au point en 1822 par Daguerre et Bouton, dont le principe repose sur l'idée de l'illusion : le diorama doit faire oublier au spectateur que ce qu'il voit n'est pas la réalité mais une représentation à deux dimensions. Le diorama n'est qu'un des avatars du panorama inventé par le peintre écossais Robert Batter qui réalise en 1792 à Londres une Vue de la flot […] Lire la suite

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Origines et significations premières de l'encadrement des œuvres d'art »  : […] En 1435, Leon Battista Alberti définit, dans le traité Della Pittura , la peinture comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre. La bordure fonctionne dès l'origine, dans cette première théorisation du genre pictural, comme un signal qui indique au spectateur qu'il se trouve non pas face au réel, mais devant une œuvre née de la mimésis . L'invention du cadre procède avec lo […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Performances d'excentriques »  : […] Si le réalisme minutieux, si caractéristique de tant de toiles américaines du xix e  siècle, s'accorde souvent avec le poids de suspicion et la demande sociale d'utilité qui pèsent alors sur l'art, il participe aussi, de loin en loin, à des démarches plus audacieuses, quoique plus confidentielles. La nature morte, genre par excellence formaliste et anti-utilitaire, n'eut guère d'audience aux État […] Lire la suite

IMITATION, esthétique

  • Écrit par 
  • Danièle COHN, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « ... à la rectification aristotélicienne »  : […] Aristote ancre, quant à lui, sa conception de la mimèsis dans la cognition, en faisant du plaisir un opérateur et un symptôme de cette activité mentale. La mimèsis nous offre deux types de satisfaction : celle éprouvée à retrouver le modèle dans la copie (la reconnaissance), comme celle que constitue l'habileté à produire des images conformes (la poïèsis ). Si l'imitation peut se jouer d'une res […] Lire la suite

JÉSUITE ART

  • Écrit par 
  • Pierre CHARPENTRAT
  •  • 2 288 mots
  •  • 1 média

C'est à la fin du xvi e  siècle que commence, selon Malraux, après la disparition de ceux qu'il nomme les derniers grands artistes chrétiens – Tintoret, Greco –, « la pieuse fête jésuite » ( Les Voix du silence ). Le sens du sacré déserte alors l'art religieux, qui devient bavardage moralisant, narration pseudo-réaliste, illustration du catéchisme, « trompe-l'œil ». Avatar ultime (apparemment) d'u […] Lire la suite

LENDINARA LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 449 mots

Famille de sculpteurs sur bois et de marqueteurs de la seconde moitié du xv e  siècle, originaire de Lendinara (province de Rovigo en Vénétie). Les membres les plus célèbres de cette famille sont deux frères, Lorenzo et Cristoforo Canozi, dits Lendinara, qui ont fortement contribué au perfectionnement de l' intarsio ou tarsia (marqueterie de bois). La technique de la marqueterie prend au xv e  s […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 710 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Italie et l'Espagne : réalisme et mysticisme »  : […] Avant même que la formule nordique de la table servie ne fasse l'objet en Italie d'interprétations dépouillées chez Lodovico de Susio et Fede Galizia notamment, le jeune Caravage, avec la Corbeille de fruits de l'Ambrosienne de Milan (vers 1596), atteint un point d'équilibre entre précision descriptive, force plastique, justesse chromatique et sens spatial, qui confère à sa vision une vérité, à s […] Lire la suite

Les derniers événements

4-8 février 1983 France. Accord paritaire sur la retraite complémentaire à soixante ans

Qualifié de « trompe-l'œil » par Jacques Chirac, cet accord favorise davantage les salariés les moins rémunérés. Il assure un minimum de pension égal à 2 200 francs par mois pour le régime général après trente-sept ans et demi de cotisations et une garantie égale à 20 p. 100 du salaire moyen de carrière pour les régimes complémentaires. La reconnaissance effective du droit à la retraite au taux plein doit entrer en application le 1er avril, mais les négociations se poursuivent pour élaborer les modalités d'application de l'accord paritaire. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « TROMPE-L'ŒIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trompe-l-oeil/