ANAMORPHOSE, art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Platon disait de la science qu'elle était fille de l'étonnement. Pour le peintre d'anamorphoses, elle devient la mère de l'illusion, à moins que, comme on va le voir, elle ne se charge obliquement de nous dire la vérité. « Maintes fois et avec non moins de plaisir que d'émerveillement, on regarde quelques-uns de ces tableaux ou cartes de perspectives dans lesquels si l'œil de celui qui les voit n'est pas placé au point déterminé il apparaît tout autre chose que ce qui est peint mais, regardé ensuite de son point de vue, le sujet se révèle selon l'intention du peintre... » Voilà ce qu'est l'anamorphose selon l'un des textes les plus anciens qui la mentionne : Pratica della perspettiva publié à Venise en 1559 par Daniel Barbaro. Avant lui, seules les Deux Règles de Vignole (1530) y font une claire allusion.

Baltrušaitis (Anamorphoses, 1955) en résume plus récemment ainsi les caractères : « Au lieu d'une réduction à leurs limites visibles, c'est une projection des formes hors d'elles-mêmes et leur dislocation de manière qu'elles se redressent lorsqu'elles sont vues d'un point de vue déterminé. » Cette astuce technique digne des Wunderkammern (cabinets de curiosités) renvoie bien plus profondément à l'un des plus grands troubles du corps devant les pouvoirs de la raison. Car cette machinerie optique s'est faite science ; après avoir fini parmi les farces et attrapes de cabinet (voir les Relations de ce qui s'est passé à l'arrivée de la reine Christine de Suède à Essaune en la maison de monsieur Hesselin, 1656), elle refit les délices du surréalisme, qui se laissa à nouveau fasciner par le trompe-l'œil et les monstrueuses vérités anamorphotiques.

En fait, nous sommes au cœur de la Renaissance et de l'Europe, à l'aurore du souverain empire de la Raison ; images et apparences subissent les attaques du néo-platonisme, puis de la Réforme. Mais les zélateurs de la vérité éternelle, géométrique et mathématique doivent au même moment affronter les cruelles leçons de relativisme que développent les théories de la vision. Il en résulte une étonnante effervescence où l'on balance [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANAMORPHOSE, art  » est également traité dans :

ANAMORPHOSES OU THAUMATURGUS OPTICUS - LES PERSPECTIVES DÉPRAVÉES, Jurgis Baltrušaitis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 396 mots

Le livre paru en 1955 sous le titre d' Anamorphoses ou perspectives curieuses , a été suivi de deux éditions révisées en 1969 et en 1984, la dernière augmentée de chapitres portant sur les miroirs et sur l'interprétation des anamorphoses au xx e  siècle. L'édition de 1984, à laquelle on se réfère, a été publiée sous un titre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anamorphoses-ou-thaumaturgus-opticus-les-perspectives-depravees/#i_4040

BALTRUŠAITIS JURGIS (1903-1988)

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 176 mots

Dans le chapitre « Une logique de l'égarement »  : […] Jurgis Baltrušaitis a donné à une seconde série d'ouvrages le titre générique Perspectives dépravées. Sans chercher à se limiter à une époque donnée, ces livres étudient les jeux savants de l'œil et de l'esprit, les manières de modifier les vues habituelles sur le monde. Ils mettent en évidence des songes scientifiques et poétiques, des fables et leurs figurations. Ils révèle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurgis-baltrusaitis/#i_4040

ILLUSION THÉÂTRALE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 943 mots

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés. C'est au nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusion-theatrale/#i_4040

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des jeux de la nature à l'illusionnisme optique »  : […] L'image, avant d'être un phénomène du sujet, est, en effet, une ironie des choses, et c'est en réponse à leur sollicitation que s'est éveillé l'intérêt de l'esprit théorique. Rappelons seulement, bien en deçà de la spéculation romantique, l'effort déployé depuis l'Antiquité en vue de capter et de varier ces jeux de la nature que sont les illusions optiques. Particulièrement précieuses, à cet égard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_4040

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 113 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La perspective géométrique »  : […] Étant admis que la projection perspective , en tant que « cas » de la projection centrale, constitue une des méthodes projectives que la géométrie descriptive utilise pour représenter sur un plan, avec une exactitude mathématique, la forme, les dimensions et la position des objets dans l'espace, il importe de bien voir que les éléments nécessaires et suffisants pour une proje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perspective/#i_4040

RACCOURCI, peinture

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 577 mots
  •  • 1 média

Terme désignant un effet visuel qui tend à exagérer la perspective par une réduction de celle-ci. La théorie perspective a considérablement facilité la représentation du raccourci. En Italie, dès le xv e  siècle — en dépit des conseils de prudence d'un Alberi —, le scorcio était devenu l'un des thèmes fondamentaux de l'ensei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raccourci-peinture/#i_4040

RAETZ MARKUS (1941- )

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 1 055 mots

Dans le chapitre « Les anamorphoses »  : […] L’ anamorphose est un jeu optique de métamorphoses, une vision oblique des formes perturbées et retrouvées. Dans les années 1980, Markus Raetz crée des anamorphoses monumentales et tridimensionnelles. Dans le parc Merian de Bâle, se trouvent dix-sept éléments de pierre dans un pré, qui semblent dispersés « comme au hasard »; les uns sont posés au sol, les autres plantés perpendiculairement. En s’é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/markus-raetz/#i_4040

UNE IMAGE PEUT EN CACHER UNE AUTRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Gérard STREIFF
  •  • 1 007 mots

En introduction à l'exposition Une image peut en cacher une autre , organisée par Jean-Hubert Martin, assisté de Dario Gamboni (Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 6 avril-10 juillet 2009), figure une œuvre intitulée Canard-Lapin . Paru en 1892 à Munich, ce dessin incite à une double lecture : si vous voyez un bec, c'est un canard, si vous voyez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-image-peut-en-cacher-une-autre/#i_4040

Pour citer l’article

Marie-José MONDZAIN-BAUDINET, « ANAMORPHOSE, art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anamorphose-art/