RAPHAËL (1483-1520)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Joseph interprète les songes de Pharaon, Raphaël

Joseph interprète les songes de Pharaon, Raphaël
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Saint Georges, Raphäel

Saint Georges, Raphäel
Crédits : G. Dagli Orti/ DEA/ Getty Images

photographie

La Madone d’Alba, Raphaël

La Madone d’Alba, Raphaël
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

L'École d'Athènes, Raphaël

L'École d'Athènes, Raphaël
Crédits : V. Pirozzi/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Raphaël a longtemps été considéré comme le plus grand peintre qui ait jamais existé, et on le tient toujours pour l'artiste en qui la peinture aurait trouvé son expression achevée. Ce mythe de Raphaël apparaît du vivant de l'artiste, et sa mort précoce, mettant fin brutalement à une activité marquée par la précocité, lui donne une singulière ampleur. Après trois siècles, la gloire de Raphaël s'estompe avec l'entrée en scène de tendances critiques et artistiques nouvelles, représentées notamment par les impressionnistes et les fauves. En effet, tous les peintres qui s'expriment par la couleur plutôt que par la forme (c'est-à-dire par le dessin abstrait qui délimite nettement les contours) sont opposés à Raphaël. Sa couleur n'est pas constructive ; la lumière n'a pas la fonction essentielle qu'elle occupe pour Léonard de Vinci, qui aime tout réduire en ombre et lumière ; dans la peinture de Raphaël, la lumière, comme la couleur, ne lie pas la composition et il n'y a pas une véritable atmosphère, ni un paysage qui soit inséparable des figures.

On pourrait reprocher à Raphaël de faire de trop nombreux emprunts à ses contemporains, mais son art ne résulte pas seulement de l'étude des grands maîtres de son temps et le renouveau des études raphaëlesques atteste la vitalité inépuisable de son art.

Les premières œuvres

Il n'y a rien dans la vie de Raphaël qui puisse alimenter les rubriques du romanesque ou de la fantaisie. Né à Urbin, il est le fils du peintre Giovanni di Sante di Piero (d'où le patronyme Sanzio). Après une brève période d'activité en Ombrie, il se rend à Florence, où il entre en contact avec les plus grands artistes de l'époque. Puis il va à Rome, qui devait jouer au xvie siècle le rôle de capitale de l'art italien ; il y séjourne jusqu'à sa mort. Preuve d'une renommée déjà considérable, il inaugure sa période romaine par la décoration des stanze du Vatican. Les commandes affluent, et le peintre, surchargé de travail, se voit contraint de faire appel de façon croissante à des collaborateurs, ce qui ne manque pas d'influer fâcheusement sur la qualité de son style. Quand il mourut, ce fut comme si, avec Raphaël, l'art tout entier disparaissait.

Joseph interprète les songes de Pharaon, Raphaël

photographie : Joseph interprète les songes de Pharaon, Raphaël

photographie

Raphaël (1483-1520), Joseph interprète les songes de Pharaon, vers 1515-1518. Cycle des fresques des loges, Palais du Vatican, Rome. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

C'est en Ombrie et dans les Marches que Raphaël fait son apprentissage, et l'influence ombrienne est restée chez lui prédominante. L'œuvre la plus importante de cette première période est le Couronnement de la Vierge (pinacothèque du Vatican) réalisé en 1502-1503. Selon une structure que l'on retrouve fréquemment par la suite, le tableau est divisé en une scène céleste et une scène terrestre. Dans la partie inférieure, autour de la tombe vide figurée de biais comme pour donner plus de profondeur au tableau, les Apôtres sont représentés dans des attitudes mystiques ; dans le haut, conformément aux canons ombriens, la Vierge et le Christ, disposés symétriquement, sont entourés des figures symétriques d'anges musiciens placés au-dessus de nuages légers et moelleux. L'espace, sommairement indiqué par la position oblique du sarcophage, est rendu en revanche avec plénitude dans les lointains aériens de l'Annonciation de la prédelle, ainsi que dans la Présentation au Temple, autre scène de la même prédelle.

La période florentine

Le Mariage de la Vierge, première œuvre datée de Raphaël (1504), appartient déjà à la période florentine (pinacothèque de Brera, Milan). La scène n'est plus ici inscrite dans une architecture ; la cérémonie sacrée se déroule à l'extérieur du temple, dans un espace largement ouvert, au fond duquel se dessinent les collines ombriennes ; quelques personnages de petites dimensions suggèrent la distance et animent la scène. Le tambour de la coupole, à l'arrière-plan, est percé de fenêtres sur toute sa surface et les deux portes opposées sont ouvertes pour accroître l'effet d'air et de lumière ; les arcs amples et légers reposant sur de hautes et fines colonnes font penser à Brunelleschi. Les personnages qui participent à la cérémonie sont tous au premier plan, disposés de façon symétrique sans obéir pour autant à une organisation spécifique dans l'espace ; leur disposition forme un contraste saisissant avec la perfection spatiale manifestée dans la représentation du temple. De ce point de vue, le précédent le plus convaincant est fourni par la Remise des clefs de Pérugin (chapelle Sixtine) où la composition évite de mettre en scène les personnages dans une architecture.

Saint Georges, Raphäel

photographie : Saint Georges, Raphäel

photographie

Raphaël, Saint Georges, huile sur bois. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : G. Dagli Orti/ DEA/ Getty Images

Afficher

La Mise au tombeau (1507 : galerie Borghèse, Rome) est un ouvrage de dimensions importantes offrant une représentation complexe ; dans cette œuvre l'attention est tout entière concentrée sur les personnages, disposés comme dans un tableau vivant ; l'influence de Michel-Ange s'y fait sentir. La Sainte Famille à l'Agneau (1504 ; coll. privée, Vaduz) révèle plutôt celle de Léonard de Vinci, notamment dans le paysage. Datant de 1507 ou de 1508, la Sainte Famille Canigiani (Alte Pinakothek, Munich) appartient aussi à la période florentine, avec sa construction pyramidale très marquée issue de Léonard. Le panorama dans le fond semble devoir aussi quelque chose à Léonard ; à droite, dressées contre le ciel, se profilent des montagnes dépouillées de toute végétation ; à gauche, dans une lumière voilée, on aperçoit un petit village, situé en partie au sommet, en partie au pied d'une colline, avec ses édifices encore gothiques, dont l'un, à plan central et à coupole, rappelle les conceptions de Léonard.

Raphaël peintre de Madones

Plus que la décoration des stanze et que ses fresques, ce sont les Vierge qui constituent l'élément le plus vivant de la popularité de Raphaël et la source la plus sûre de l'admiration qu'il suscite. Au cours de sa période florentine, Raphaël assimile dans la peinture de ses Madones tout ce qu'il peut apprendre de Léonard, de Michel-Ange et de Fra Bartolomeo. La première de cette époque est la Madone Ansidei, de 1505 (National Gallery, Londres). La très célèbre Madone du grand-duc (Pitti, Florence), qui ne porte aucune mention de date, se découpe, de façon inhabituelle, sur un fond uni (uniformité exceptionnelle qui est peut-être le fait de travaux de restauration). En 1506, Raphaël peint la Madone du belvédère (Kunsthistorisches Museum, Vienne), en 1507 La Belle Jardinière (musée du Louvre, Paris) et en 1508 la Grande Madone Cowper du musée de Washington. La Madone du belvédère (ou del prato) comporte un fond inspiré de Léonard, paysage étiré sur la rive d'un lac brumeux, identifié au lac de Trasimène, souvenir ombrien glissé dans l'activité florentine de Raphaël. La manière de Léonard réapparaît dans la composition pyramidale. La Belle Jardinière reprend le même thème, en introduisant quelques variantes dans la disposition des personnages. Vers 1506, Raphaël peint la Madone au chardonneret, de la galerie des Offices, caractérisée par la même structure pyramidale ; on retrouve un fond avec un lac baignant dans une lumière voilée ; les fins arbustes stylisés et délicatement calligraphiés qui se profilent contre le ciel sont traités à la manière de Pérugin. Avec ces trois Madones, Raphaël atteint à une expression parfaite de la beauté féminine ; les visages d'un pur ovale encadrés de chevelures blondes rappellent le modèle incomparable de la Madone du grand-duc. C'est l'aboutissement suprême de l'évolution des visages peints par Pérugin et, plus immédiatement, des personnages féminins du Mariage de la Vierge.

La Madone d’Alba, Raphaël

photographie : La Madone d’Alba, Raphaël

photographie

Raphaël, La Madone d'Alba, vers 1510. Huile sur toile, diamètre : 94,5 cm. National Gallery of Art, Washington. 

Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

Afficher

Avant sa période romaine, Raphaël n'exécute que la fresque de l'église du monastère de San Severo à Pérouse, représentant la Trinité et les saints. Si l'on retient l'inscription portant la date de 1505, c'est dès cette année que l'artiste adopte pour la figuration de la scène céleste la structure en demi-cercle que l'on retrouve dans la Dispute du Saint-Sacrement et que Fra Bartolomeo avait déjà employée dans le Jugement dernier commencé en 1499 et terminé par Albertinelli en 1501 (musée de Saint-Marc, Florence). Il est possible que Raphaël ait vu cette peinture au début de son séjour florentin (1504).

La période romaine (1509-1520)

À Rome, l'activité de Raphaël se déroule sous les pontificats de Jules II (1503-1513) et de Léon X (1513-1521). Comme il n'avait exécuté qu'une seule fresque, celle de San Severo, le projet de lui confier les stanze était sans conteste audacieux. Raphaël commence son travail par la chambre du milieu, dite chambre de la Signature, à laquelle il se consacre certainement dès janvier 1509 ; il n'assure qu'en partie la décoration de la voûte ; en revanche, les huit compartiments principaux sont de lui ou, à tout le moins, il en a conçu et dirigé la décoration. Les figures se détachent sur des fonds de fausse mosaïque d'or.

La Dispute du Saint-Sacrement reprend la division en deux scènes superposées, l'une céleste, l'autre terrestre, et la composition en demi-cercle déjà expérimentée dans la fresque du monastère de San Severo. Cette disposition concentrique des deux zones satisfait pleinement le besoin d'harmonie de l'artiste. Tout dans cette œuvre est rythme et équilibre, non seulement dans les lignes d'ensemble, mais encore dans les attitudes des nombreux personnages, qui laissent libre au centre l'autel sur lequel se détache l'ostensoir inscrit directement dans l'axe formé par le Christ et l'Éternel, axe médian autour duquel s'organise toute la composition.

Face à la Dispute se trouve L'École d'Athènes, comme un haut lieu de culture philosophique s'opposant à un foyer de culture théologique. La scène, d'une indiscutable saveur humaniste, se déroule dans un cadre architectural classique et majestueux, avec des arcades puissantes sous une voûte à caissons, des murs troués de niches qui abritent des statues antiques, et une coupole centrale percée de fenêtres. D'après Vasari, ce fut Bramante qui dessina cette architecture, s'inspirant pour cela de ses projets pour le nouveau Saint-Pierre. Le souvenir des thermes romains y est nettement reconnaissable.

L'École d'Athènes, Raphaël

photographie : L'École d'Athènes, Raphaël

photographie

Raphaël (1483-1520), L'École d'Athènes. 1509-1510. Fresque. Base de la fresque, 7,70 mètres. Chambre de la Signature, palais du Vatican, Rome. 

Crédits : V. Pirozzi/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

De  l'univers  classique  de  L'École d'Athènes, on passe à un univers mythologique avec la fresque du Parnasse, où la recherche de l'équilibre dans la composition est poussée jusqu'aux limites de l'académisme ; excès dû peut-être aussi à l'inscription forcée du sujet dans une lunette semi-circulaire. La chambre de la Signature est l'expression la plus originale du style de Raphaël, parvenu à la synthèse de toutes ses acquisitions antérieures.

La chambre d'Héliodore marque un tournant dans la recherche formelle et le traitement chromatique. Si le plafond n'est pas de Sanzio, c'est lui indubitablement qui a décoré les murs. Héliodore chassé du Temple présente deux grands groupes symétriques, composés de façon à laisser libre l'espace central du temple. L'architecture est traversée et animée, de diverses manières, par des traits de lumière qui évoquent la Découverte du corps de saint Marc de Tintoret. La Messe de Bolsena montre l'accomplissement de Raphaël coloriste ; on décèle dans cette œuvre l'influence irrésistible de l'art vénitien de Sebastiano del Piombo, dont Michel-Ange voulait soutenir les coloris de son propre dessin et dépasser ainsi Raphaël sur tous les plans ; étrange candeur du très grand Buonarroti.

La Délivrance de saint Pierre témoigne d'une impressionnante virtuosité dans la façon de faire coexister trois lumières distinctes : lumière céleste de l'ange, lumière du flambeau et lumière de la lune. Le traitement illusionniste de la grille offre une stupéfiante imitation de la réalité ; véritable trompe-l'œil qui anticipe une certaine peinture baroque. Ce sont là, sans aucun doute, des effets de luminisme extrêmement habiles, mais la lumière n'en demeure pas moins rationnellement élaborée et intégrée ; elle ne provoque jamais les effets inattendus qui se produiront chez les Vénitiens et plus tard chez Rembrandt.

Pour la chambre de l'Incendie du Bourg (ou de la « tour Borgia »), dont le plafond était déjà orné de fresques de Pérugin que Sanzio conserva, Raphaël et son école se limitèrent à la décoration des murs. La peinture la plus célèbre du groupe représente l'incendie du quartier romain du Bourg, dont Léon IV eut miraculeusement raison à l'aide de sa seule bénédiction. Les architectures deviennent plus lourdes et plus classiques, et c'est aussi une réminiscence de l'Antiquité que la représentation à gauche d'Énée sauvant Anchise de l'incendie de Troie. Certains personnages (par exemple la porteuse d'eau à droite) sont de véritables morceaux de bravoure académiques.

Le Vatican abrite les loges de Raphaël, au second étage de la cour Saint-Damase ; le travail a été effectué dans sa totalité par des élèves, de même que la décoration d'une petite loge du troisième étage et la stufetta (chambre de bains du cardinal Bibbiena). Il convient d'exclure des œuvres du maître la salle de Constantin. La décoration des loges se distingue particulièrement par le recours au motif des grotesques, qui remonte au xve siècle, et que Raphaël réintroduit ici en hommage à l'art romain classique.

Tout en poursuivant ses travaux au Vatican, Raphaël exécuta d'autres peintures à fresque : le Triomphe de Galatée, à la Farnésine, villa d'Agostino Chigi ; l'Isaïe de l'église Sant'Agostino, qui se ressent nettement de l'influence des Prophètes de la chapelle Sixtine ; Les Sibylles et les Anges, de Santa Maria della Pace ; le thème de Psyché, à la Farnésine aussi, est presque entièrement un travail d'atelier.

Le Triomphe de Galatée, Raphaël

photographie : Le Triomphe de Galatée, Raphaël

photographie

Raphaël (1483-1520), Le Triomphe de Galatée, 1511, fresque. Farnesina, Rome. 

Crédits : A. De Gregorio/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Outre ces œuvres monumentales, Raphaël exécuta des retables d'autel et des portraits. On connaît la célèbre Madone de Foligno, de la pinacothèque du Vatican, peinte pour l'église de l'Aracaeli à Rome, probablement en 1511-1512, et où l'on voyait des « manières » ferraraises, notamment celles des deux Dossi. Mais les restaurations de 1957-1958 ont exclu l'hypothèse de l'intervention d'autres artistes dans le tableau. L'arc lumineux serait le croissant lunaire aux pieds de la Vierge.

La Sainte Cécile (pinacothèque de Bologne) est de 1514 ; on y voit la sainte abandonner la musique profane et écouter la musique céleste ; à terre gisent les instruments abandonnés, exquise nature morte de Giovanni da Udine ; la composition délimitée par les deux grandes figures latérales rappelle Fra Bartolomeo. La même année, Raphaël peint le très populaire tondo de la Madone à la chaise (palais Pitti, Florence), exemple parfait de composition circulaire, et la Madone de saint Sixte (Gemäldegalerie, Dresde) qui suscita l'admiration d'A. W. von Schlegel et de Dostoïevski, qui y fait souvent allusion dans ses romans. Point d'aboutissement de son luminisme, la dernière peinture de Raphaël, la Transfiguration (pinacothèque du Vatican) traite un thème sacré ; commencée en 1518, elle est restée inachevée. Nietzsche dans Die Geburt der Tragödie aus dem Geist der Musik parle longuement de cette œuvre. À la peinture religieuse appartiennent aussi les cartons pour les tapisseries des Actes des Apôtres commandées par Léon X et destinées à orner les parties inférieures de la chapelle Sixtine ; Raphaël y travaillait dès 1515 (Victoria and Albert Museum, Londres).

Les portraits

Les portraits d'Agnolo Doni et de Maddalena Doni (Pitti, Florence), ce dernier apparenté à La Joconde, ont été peints par Raphaël au cours de son séjour florentin. Dans celui d'Agnolo, le personnage, à l'instar de la Joconde, a le bras posé sur un appui ; le fond est constitué par un paysage (il pourrait s'agir aussi de fonds conventionnels comme on en trouvera tant dans les photographies du xixe siècle). C'est le portrait d'une inconnue que propose l'œuvre intitulée Femme enceinte (Pitti, Florence), qui date de 1505-1506, c'est-à-dire toujours de la période florentine. La Muette de la galerie d'Urbin (env. 1505) est aussi un personnage anonyme. Citons encore le portrait de Fedra Inghirami (Pitti, Florence), beaucoup plus tardif ; celui de Castiglione (Louvre), mentionné déjà en 1516, mais peint probablement en 1514-1515 ; la Femme voilée (Pitti, Florence), en qui on a voulu reconnaître la légendaire Fornarina (vers 1516) représentée dans la célèbre Fornarina de la galerie nationale d'Art antique de Rome, qu'une inscription sur le bracelet dit être de Raphaël ; on a supposé que cette dernière œuvre était due en totalité ou en partie à Giulio Romano, mais elle est certainement pour l'essentiel du maître. Raphaël a fait le Portrait de Jules II, mais l'identification reste incertaine. Léon X aussi a été portraituré par Sanzio, accompagné par deux cardinaux placés derrière lui (Offices, Florence) ; l'artiste s'est peut-être inspiré d'un portrait analogue d'Eugène IV, œuvre de Fouquet que l'on pouvait alors voir à l'église de la Minerva à Rome. L'œuvre de Raphaël comporte encore d'autres portraits d'ecclésiastiques, tels celui du cardinal Bibbiena (Pitti, Florence) et celui d'un cardinal inconnu (Prado), riche d'expression et de sensibilité avec son visage aigu et décharné. Dans le registre profane, on remarque une œuvre singulière, le Double Portrait de Navagero et de Beazzano (galerie Doria, Rome), dont l'attribution est contestée par certains critiques.

Balthazar Castiglione, Raphaël

photographie : Balthazar Castiglione, Raphaël

photographie

RAPHAËL, Balthazar Castiglione, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Raphaël architecte, sculpteur, archéologue et poète

La seule réalisation architecturale que l'on puisse attribuer avec certitude à Raphaël est la chapelle Chigi à Santa Maria del Popolo à Rome, pour laquelle il dessina les cartons des mosaïques de la coupole. Il s'agit d'un petit édifice de style nettement Renaissance, avec son plan central coiffé d'une coupole. D'après le témoignage de Salvestro Peruzzi, Sant'Eligio degli Orefici serait une œuvre de Raphaël ; l'église a subi des remaniements ultérieurs, mais il est permis de penser que l'idée primitive (une croix grecque avec coupole), est de l'artiste.

Santa Maria del Popolo, Rome

photographie : Santa Maria del Popolo, Rome

photographie

Santa Maria del Popolo, Rome. La chapelle Chigi. Architecte : Raphaël. Habacuc et l'Ange, sculpture de Bernin. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

En 1514, Raphaël fut nommé architecte de Saint-Pierre ; cependant, il eut à ses côtés, après la mort de Bramante, deux architectes célèbres : Fra Giocondo et Giuliano da Sangallo, sous la direction desquels Raphaël affirmait vouloir se perfectionner. Sanzio déclarait aussi avoir exécuté un modèle de la nouvelle basilique qui plaisait beaucoup au pape. Le plan de Saint-Pierre de Raphaël était en forme de croix latine, et différait profondément du projet de Bramante.

D'après Vasari, Raphaël termina au Vatican les loges qui étaient restées inachevées à la mort de Bramante ; en raison de défectuosités techniques, la construction menaçait de s'écrouler lorsque Sanzio mourut ; Antonio da Sangallo le Jeune fut chargé de consolider l'ouvrage.

On a aussi attribué à Raphaël la construction de divers palais à Rome, aujourd'hui disparus ou transformés, et à Florence le palais Pandolfini. Quant à la construction de la villa Madama à Rome, il est difficile de dire si Raphaël y participa.

Encore plus obscure est l'activité de Raphaël sculpteur. Peut-être est-ce d'après ses dessins que furent sculptés l'Élie et le Jonas de la chapelle Chigi. On fait aussi état d'un petit amour de marbre qui lui serait dû.

En 1519, Raphaël adressait à Léon X une très longue lettre sur les antiquités de Rome. Le pape lui avait demandé d'exécuter des dessins de la Rome antique, en utilisant les mesures et les plans que l'on pouvait effectuer ou reconstituer sur les édifices antiques. Mais la mort empêcha l'artiste de s'acquitter de cette tâche.

Sa disparition, survenue un vendredi saint, alors qu'il n'avait que trente-sept ans, provoqua l'affliction générale ; et la menace qui pesait sur les palais pontificaux, due à des erreurs dont Raphaël était responsable, fut mise en parallèle avec les signes prodigieux qui accompagnèrent la mort du Christ.

Il faut évoquer, enfin, l'activité de poète de Raphaël ; mais la valeur littéraire de ses sonnets, dont cinq seulement nous sont parvenus, est assez mince.

—  Vincenzo GOLZIO

Bibliographie

Raffaello Sanzio, Tutti gli scritti, éd. E. Camesasca, Milan, 1956. D. Arasse, « Extases et visions béatifiques à l'apogée de la Renaissance », in Mélanges de l'École française de Rome, t. LXXXIV, Rome, 1972

L. Becherucci, Raffaello. L'opera, le fonti, la fortuna, présent. M. Salmi, Novare, 1968

A. M. Brizio, « Raffaello », in Enciclopedia universale dell'arte, vol. XI, Venise-Rome, 1963

J.-P. Cuzin, Raphaël, vie et œuvre, Bibl. des Arts, Paris, 1983

N. Dacos, Le Logge du Raffaello, Instituto poligrafico della Stato, Rome, 1977

P. De Vecchi, Tout l'œuvre peint de Raphaël (L'Opera completa di Raffaello, 1966), trad. S. Darses, Flammarion, Paris, 1982 ; Raphaël, trad. O. Menegaux et P. Alexandre, Citadelles Mazenod, Paris, 2002

L. Dussler, Raphaël, a Critical Catalogue of his Pictures, Wall-Paintings and Tapestries, Phaïdon Press, Londres-New York, 1971

H. Focillon, Raphaël, Presses-Pocket, Paris, 1990

V. Golzio, Raffaello nei documenti, nelle testimonianze dei contemporanei e nella letteratura del suo secolo, Cité du Vatican, 1936

N. Ponente, Raphaël, Skira, Genève, 1990

J. Pope-Hennessy, Raphael, Londres-New York, 1970

J. Shearman, Raphaël cartoons..., Phaïdon Press, 1972

J. Shearman & M. Hall dir., The Princeton Raphael Symposium, Princeton Univ. Press, 1990.

※ Catalogues d'expositions

Autour de Raphaël. Dessins et peintures du musée du Louvre, pavillon de Flore, musée du Louvre, 1983-1984

Le Logge du Raffaello, musée Condé, Chantilly, R.M.N., Paris, 1979

Raphaël Urbinas, il Mito della Fornarina, Galleria Nazionale, Rome, 1983

Raphaël et l'art français, Grand Palais, Paris, 1983-1984

Raphaël dans les collections françaises, ibid., 1983-1984

Raphaël, son atelier, ses copistes, musée d'Orsay, R.M.N., 1992

Raphaël. Autour des dessins du Louvre, Villa Médicis, Rome, ibid., 1992

Raphaël, grâce et beauté, Musée du Luxembourg, Paris, 2001

Raphaël et son temps, dessins du palais des Beaux-Arts de Lille, R.M.N., Paris, 2002

Raphaël, from Urbino to Rome, National Gallery, Londres, 2004.

Écrit par :

  • : chargé de cours d'histoire de l'art médiéval et moderne à l'université de Rome

Classification

Autres références

«  RAPHAËL (1483-1520)  » est également traité dans :

ANDREA DEL SARTO (1486-1531)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 535 mots
  •  • 1 média

Vasari raconte que le jeune Andrea del Sarto, au temps de son apprentissage chez Piero di Cosimo, passait tous ses instants de liberté dans la « Salle du pape » à Sainte-Marie-Nouvelle, où étaient exposés le carton de Michel-Ange pour La Bataille de Cascine et celui de Léonard pour La Bataille d'Anghiari . L'anecdote est d'autant plus plausible que l'art d'Andrea del Sarto resta constamment impré […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'architecte démiurge »  : […] Dès le milieu du xvi e siècle, en Italie d'abord, puis dans tous les pays gagnés par l'humanisme, la position sociale de l'architecte est bien affirmée. Que l'on pense par exemple à Philibert de l'Orme faisant graver son portrait en frontispice du Premier Tome de l'architecture (1567). Il est remarquable de voir l'architecture bénéficier, dès l'origine de l'invention de l'imprimerie, du principa […] Lire la suite

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le regard du peintre : l'autoportrait « situé » »  : […] Dans ses Vite ( Vies des peintres illustres ...), Vasari attire notre attention sur un autre procédé, inauguré par Giotto dans les fresques de l'Annunziata de Gaète (1333), où l'on pouvait voir « sa propre figure au pied d'un grand crucifix splendide ». Ce type d'autoportrait dit in assistenza ou situé, c'est-à-dire intégré à une scène religieuse ou profane, en dépit parfois de toute vraisemblan […] Lire la suite

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de la peinture murale »  : […] La réapparition du buon fresco vers la fin du xiii e  siècle a coïncidé à Rome avec le retour aux schémas classiques de peinture monumentale à thème narratif. C'est ce qui a pu inspirer à Vasari cette phrase : «  Era degli antichi molto usato il fresco , ed i vecchi moderni ancora l'hanno poi seguitato  » (Vasari, I). (« La fresque était souvent employée chez les Anciens ; les premiers Modernes o […] Lire la suite

GIOVANNI DA UDINE (1487-1561)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 499 mots

C'est apparemment en chassant et en capturant des oiseaux avec son père que, tout enfant, Giovanni prend le goût d'observer les animaux et de les dessiner. Son père, frappé de ses dispositions, le met en apprentissage, à Udine, chez Pellegrino da San Daniele. Après avoir séjourné à Venise, il part pour Rome et devient le collaborateur de Raphaël. Les grotesques découverts dans les grottes de l'Esq […] Lire la suite

LIVRES DE MODÈLES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 977 mots

Les livres de modèles sont des recueils de dessins d'un même artiste, reliés à l'origine, et conservés dans son atelier pour son propre usage (savoir-faire capitalisé, répertoire de motifs à sa disposition, exemples de figures à présenter à un commanditaire) et pour la formation de ses apprentis qui les copient pour s'exercer la main. Les plus anciens qui aient été conservés datent de la fin du Mo […] Lire la suite

LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 2 238 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les composantes d'une œuvre »  : […] Vasari dit que Lotto s'est formé auprès de Bellini et de Giorgione. Berenson a supposé qu'il se reliait plutôt à la famille concurrente des Vivarini, peintres de Murano, dont le chef était alors Alvise, ces artistes ayant, comme lui, beaucoup travaillé dans les Marches. Il fait observer en outre qu'on trouve dans les œuvres de Lotto les valeurs de tension entre le gothique et le byzantin qui carac […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Les modèles »  : […] En architecture, comme en peinture, l'exemple de Raphaël et de Michel-Ange fut décisif. Le premier crée une architecture avant tout picturale, d'une symétrie élégante et harmonieuse, où la variété des motifs a pour fonction d'animer les façades ( palais Branconio dell'Aquila, élevé à l'emplacement de la colonnade du Bernin, aujourd'hui détruit). La richesse d'inventions y était accentuée par l'emp […] Lire la suite

MÉCÉNAT DE JULES II - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 296 mots

1503 Bramante est chargé de la reconstruction de la basilique Saint-Pierre. Le chantier, inauguré en 1506, sera en activité tout au long du xvi e  siècle, divers architectes en ayant repris la direction et modifié successivement le projet initial : Raphaël, Baldassare Peruzzi, Antonio da Sangallo, Michel-Ange, Vignole et Giacomo Della Porta. La façade, construite par Carlo Maderno de 1607 à 1614, […] Lire la suite

ROMAIN JULES, ital. GIULIO PIPPI dit GIULIO ROMANO (1492 ou 1499-1546)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 326 mots
  •  • 3 médias

Né à Rome où il se forme au contact même de la ville antique que l'on redécouvrait alors avec passion, Jules Romain est le principal collaborateur de Raphaël entre 1515 et 1520 : il l'aide à la salle de l'Incendie (1512), peint, selon Vasari, plusieurs commandes importantes de Raphaël ( La Sainte Famille pour François I er , Louvre), travaille aux cartons de tapisseries (1515) et à la Farnésine ( […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden. 1er-22 janvier 2021

Raphael Warnock et Jon Ossoff remportent le second tour des deux élections sénatoriales en Géorgie. Leur victoire confère aux démocrates le contrôle du Sénat. Ceux-ci y disposent d’autant de sièges que les républicains – cinquante –, mais en cas d’égalité des voix lors d’un vote, c’est la vice […] Lire la suite

France. Élections européennes. 26 mai 2019

 députés. La liste LR menée par François-Xavier Bellamy est en net recul avec 8,5 p. 100 des voix et 8 sièges. La liste de LFI de Manon Aubry réalise un score très inférieur à celui obtenu par Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2017, avec 6,3 p. 100 des suffrages et 6 élus. Enfin, la liste du Parti socialiste, associée à Place publique et conduite par Raphaël Glucksmann, poursuit son déclin avec 6,2 p. 100 des voix et 5 députés. […] Lire la suite

Luxembourg. Annulation de la condamnation du lanceur d’alerte Antoine Deltour. 11 janvier 2018

, dans le cadre de l’émission « Cash Investigation », puis de l’affaire LuxLeaks. Sa condamnation est cassée. Ce statut n’est en revanche pas reconnu au Français Raphaël Halet, condamné à une amende en appel en mars 2017. […] Lire la suite

Luxembourg. Procès en appel de l’affaire LuxLeaks. 15 mars 2017

La cour d’appel de Luxembourg réduit les peines prononcées en juin 2016 à l’encontre des deux lanceurs d’alerte français à l’origine des fuites qui avaient révélé, en novembre 2014, les accords fiscaux illégaux conclus par le grand-duché avec des entreprises multinationales. La peine d’Antoine Deltour passe de douze à six mois de prison avec sursis et celle de Raphaël Halet se réduit à une amende. […] Lire la suite

Luxembourg. Jugement dans l’affaire LuxLeaks. 29 juin 2016

. Les deux anciens collaborateurs français du cabinet d’audit américain PricewaterhouseCoopers, à l’origine des fuites, Antoine Deltour et Raphaël Halet, sont condamnés respectivement à douze et neuf mois de prison avec sursis pour vol, violation du secret professionnel et du secret des affaires, fraude […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vincenzo GOLZIO, « RAPHAËL (1483-1520) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raphael/