Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie. C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du xve siècle, les premières notices biographiques consacrées à des artistes ; la Vie de Filippo Brunelleschi par son suiveur Antonio Manetti en est un bon exemple. « Tu désires, Girolamo, être informé sur le Filippo qui fit cette farce à Grasso, parce que tu l'admires tellement quand je te dis que c'est une histoire vraie ; comme il était florentin et vivait à une époque récente, d'après son épitaphe, tu veux savoir quelle était son origine et s'il existe des descendants de lui ou d'autres membres de sa famille, et encore pourquoi il eut l'honneur d'être enseveli à Sainte-Marie-de-la-Fleur et d'avoir son effigie sculptée en marbre, d'après nature, dit-on, pour perpétuer sa mémoire, et accompagnée d'une épitaphe aussi élogieuse ; enfin, en quelle année il naquit et en quelle année il mourut. » On perçoit d'emblée le contexte — la floraison des recueils de nouvelles pittoresques et facétieuses — et la motivation d'une telle entreprise : la célébration des hommes illustres de la cité, sur la base de témoignages sur eux et leurs familles, puisés dans les ricordanze, les livres de souvenirs familiaux toscans. Le récit de Manetti est émaillé de saynètes et de dialogues vifs et commence par de longues allusions aux diverses branches de la famille de Brunelleschi, à leurs maisons, activités professionnelles et charges municipales. Dès les débuts du genre, les auteurs recherchent une documentation sûre, de première main : Manetti reproduit des paiements, et un mémoire de Brunelleschi, projet pour la construction de la coupole de la cathédrale de Florence. Chaque édifice, chaque chantier est présenté, chronologiquement, au fil de la carrière de l'architecte, après l'énumération de ses études, sa formation au métier d'orfèvre, ses voyages, ses compagnons, ses rivaux et détracteurs, ses qualités morales et professionnelles. L'entreprise des Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes du Toscan Giorgio Vasari (1550, seconde édition en 1568) reprendra les mêmes composantes sur une échelle élargie à trois siècles et à toute l'Italie : portrait physique et moral, origine sociale, naissance de la vocation et apprentissage, pendant lequel s'inscrit l'importance du maître que l'on imite avant de s'en démarquer, protecteurs influents et mécènes, collaborateurs et compétiteurs, gestion d'un atelier avec ses aides et ses commandes, qualités professionnelles et renommée qu'elles valent à l'artiste, lignée familiale et postérité esthétique. Ce genre et ses topoï ont été favorisés par les institutions académiques et leur habitude de composer et de lire publiquement les éloges biographiques de leurs membres dès le xviie siècle (Mémoires de Guillet de Saint-Georges sur les membres de l'Académie royale de peinture et de sculpture en France), puis par la multiplication des catalogues de ventes d'art au xviiie siècle et enfin par l'essor de la presse au xixe siècle. Genre particulièrement apprécié des hommes de l'époque romantique pour lesquels il était une mine de sujets de tableaux « troubadours », il connaît depuis les années 1970 un regain assez étonnant. Comment doit-on l'interpréter ? Simple mode, témoignage plus profond d'un changement de curiosité ou d'une nouvelle orientation méthodologique en histoire de l'art principalement développée par Jacques Thuillier[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • APELLE (IVe s. av. J.-C.)

    • Écrit par Adrien GOETZ
    • 2 450 mots
    • 1 média
    Quand Vasari décrit l'admiration du pape devant le cercle parfait dessiné par Giotto, il réécrit l'anecdote d'Apelle traçant une ligne plus fine que celle de Protogène : la réalité de la biographie de Giotto se superpose aux réminiscences du texte de Pline. E. Kris et O. Kurz, qui ont analysé...
  • ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

    • Écrit par André CHASTEL
    • 4 725 mots
    • 1 média
    C'est en effet au xvie siècle que tous ces aspects de la littérature artistique, récits anecdotiques, répertoires d'œuvres, augmentés d'une certaine attention aux données techniques et solidement encadrés dans une vision évolutive et « progressiste », vont converger pour susciter la première histoire...
  • L'ATELIER D'INGRES, Eugène Emmanuel Amaury-Duval - Fiche de lecture

    • Écrit par Adrien GOETZ
    • 1 026 mots
    • 1 média

    À la suite d'Étienne Jean Delécluze, élève de David et critique d'art, qui avait publié, en 1855, Louis David, son école et son temps, Eugène Emmanuel Amaury Pineu-Duval dit Amaury-Duval (1808-1885), disciple d'Ingres, rend hommage à son maître dans un ouvrage vivant, fourmillant...

  • CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

    • Écrit par Agnès ROUVERET
    • 4 815 mots
    ...continue à centrer son analyse sur la personnalité des artistes. Mais il se distingue aussi d'une autre branche du savoir issu des préceptes aristotéliciens, l'enquête biographique qui s'attache au particulier et à l'anecdotique. C'est ainsi que les Vies de peintres de Douris de Samos,...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi