MICHEL-ANGE (1475-1564)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aborder l'œuvre de Michel-Ange, c'est rencontrer un art placé sous le signe de la complexité essentielle, de la difficulté voulue et du renouvellement incessant. L'extrême richesse, formelle et sémantique, de cette œuvre découle de la diversité des domaines et des techniques dans lesquels Michel-Ange s'est exprimé : sculpture, peinture, architecture et poésie, comme autant d'exercices de style aux lois et contraintes diverses. Or, si ses réalisations les plus considérables sont universellement célèbres, l'omission trop fréquente de ses créations secondaires simplifie à l'excès l'image de l'artiste comme s'il n'avait eu, à la différence de ses contemporains, que des tâches exceptionnelles à accomplir. Ce sentiment d'extrême variété est encore suscité par sa double carrière, florentine et romaine, qui le pousse à adopter des modes bien différents selon qu'il œuvre dans la cité toscane ou dans la capitale de l'Église. Et la durée de sa carrière, exceptionnelle pour l'époque (près de soixante-quinze ans), y contribue certainement. Qu'y a-t-il de commun entre l'artiste qui polit avec tant d'amour la Pietà de Saint-Pierre et, mu par la juste fierté de sa propre virtuosité, la signa, et celui qui, assailli par les doutes, la lassitude et un authentique dégoût pour la vanité de cet art, ébaucha, mutila et recommença la Pietà de Milan ? Et quels changements dans ses conditions de travail et surtout dans sa conception de l'art et de son rôle ! quelle distance, de l'enthousiasme humaniste de ses premiers mécènes, collectionneurs passionnés d'antiques qui voyaient dans la beauté le reflet de la divinité à cette méfiance à l'égard du beau, s'il n'est pas « décent » et strictement subordonné à la doctrine religieuse, des milieux réformateurs qu'il fréquenta à la fin de sa vie !

Peu d'œuvres achevées au sens artisanal du terme à inscrire au catalo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages



Médias de l’article

La Mise au tombeau, Michel-Ange

La Mise au tombeau, Michel-Ange
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Nouvelle sacristie, Saint-Laurent , Florence

Nouvelle sacristie, Saint-Laurent , Florence
Crédits : Bridgeman Images

photographie

David, Michel-Ange

David, Michel-Ange
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Vestibule de la bibliothèque Laurentienne, Florence

Vestibule de la bibliothèque Laurentienne, Florence
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 15 médias de l'article





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

2-30 janvier 1997 • République centrafricaine • Accord de « réconciliation nationale » et fin de la mutinerie.

Le 2, quatre partis d'opposition, dont ceux des anciens présidents David Dacko et André Kolingba, demandent, avec l'accord du président de l'Assemblée, Hugues Dobozendi, l'ouverture d'une procédure de mise en accusation pour haute trahison du président Ange-Félix Patassé. La tension reste vive [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « MICHEL-ANGE (1475-1564) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-ange/