Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GIORGIONE (1477-1510)

Dans la Venise des toutes premières années du Cinquecento, Giorgione occupe avec Giovanni Bellini une place de premier plan. La peinture de la Renaissance en est à son aube avec Bellini ; sa maturité est préfigurée par Giorgione.

Très connu durant sa brève activité – moins d'une décennie, entre 1500 et 1510 –, Giorgione a été célébré par la littérature artistique du temps comme le symbole du renouveau qui éclatera avec la gloire de Titien et des autres grands créateurs du Cinquecento. Cependant, les informations sur son œuvre sont très peu nombreuses ; d'où les incertitudes qui grèvent la composition de son catalogue. Elle fut alourdie au Seicento par un enrichissement mythique de l'activité du peintre ; en revanche, la critique des périodes ultérieures, plus particulièrement celle d'aujourd'hui, trancha hardiment dans la liste des œuvres, répandant le doute sur les attributions, anémiant la compréhension même de la personnalité poétique de l'artiste. Les études plus récentes ont rectifié la perception du « phénomène Giorgione » en y reconnaissant le cas singulier d'un artiste « engagé » dans le milieu de la philosophie néo-aristotélicienne professée à Venise et à Padoue : il apparaît désormais comme un peintre aristocratique travaillant pour un cercle restreint de beaux esprits, qui injecta dans son œuvre les plus graves motifs de la spiritualité humaniste tout en y projetant sa passion pour la réalité naturaliste.

Le « problème » Giorgione

La Tempête, Giorgione - crédits : Arte & Immagini srl/ CORBIS/ Corbis/ Getty Images

La Tempête, Giorgione

Parmi les quelque trente œuvres que l'on peut attribuer à Giorgio da Castelfranco, dit Giorgione, selon les recherches modernes, deux seulement portent des inscriptions originales et dignes de foi (la Laura du Kunsthistorisches Museum de Vienne et le Portrait Terris de San Diego en Californie) ; cinq autres sont valablement authentifiées par des sources contemporaines (La Tempête, à l'Académie de Venise, Les Trois Philosophes, au Kunsthistorisches Museum de Vienne, la Vénus couchée de Dresde, Le Christ Vendramin, collection particulière à New York, et les fresques du Fondaco dei Tedeschi à Venise). Pour toutes les autres, il faut se fier aux seuls critères stylistiques. Maintes œuvres, parmi celles qui furent tenues pour autographes, doivent être restituées à Titien, qui fut l'élève de Giorgione et son très jeune émule (Le Concert champêtre du Louvre, La Madone et saints du Prado, L'Adultère de Glasgow, Le Concert du palais Pitti et Le Chevalier de Malte des Offices). Toutes ces attributions hésitantes ont contribué à cristalliser un « problème Giorgione » sur lequel la critique s'est attardée, particulièrement durant la première moitié du xxe siècle, jusqu'à ce que la grande exposition vénitienne de 1955 eût inauguré la phase ultime des études giorgionesques.

<it>Les Trois Philosophes</it>, Giorgione - crédits : Bridgeman Images

Les Trois Philosophes, Giorgione

<it>Vénus endormie</it>, Giorgione - crédits :  Bridgeman Images

Vénus endormie, Giorgione

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art moderne, faculté des Belles-Lettres, université de Venise

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

La Tempête, Giorgione - crédits : Arte & Immagini srl/ CORBIS/ Corbis/ Getty Images

La Tempête, Giorgione

<it>Les Trois Philosophes</it>, Giorgione - crédits : Bridgeman Images

Les Trois Philosophes, Giorgione

<it>Vénus endormie</it>, Giorgione - crédits :  Bridgeman Images

Vénus endormie, Giorgione

Autres références

  • BORDONE PARIS (1500-1571)

    • Écrit par Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
    • 315 mots
    • 1 média

    Né à Trévise, Bordone eut Titien pour premier maître, mais le quitta très vite, déçu du peu d'intérêt que celui-ci portait à ses élèves, écrit Vasari, qui ajoute : « Désespéré de la mort de Giorgione, dont la manière lui plaisait plus que tout, et qui, en outre, avait la...

  • LUMINISME, peinture

    • Écrit par Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
    • 427 mots

    La première intuition du luminisme, c'est-à-dire du rôle de la lumière dans l'organisation cohérente des formes par le jeu des valeurs tonales, s'exprime à Venise à partir des leçons recueillies par Antonello de Messine chez les Flamands. Si Léonard de Vinci sait exploiter...

  • NU

    • Écrit par Mario PRAZ
    • 2 136 mots
    • 5 médias
    ...expression de la Vénus céleste, tandis que la Vénus « naturelle » de la haute Renaissance naît à Venise. Dans la peinture européenne, la Vénus de Giorgione (Dresde) a une place semblable à celle de l'Aphrodite de Cnide dans la sculpture grecque ; le bourgeon de la rose giorgionesque s'épanouit chez...
  • PALMA LE VIEUX JACOPO NEGRETTI dit (1480 env.-1528)

    • Écrit par Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
    • 746 mots

    Les documents sur Palma le Vieux sont rares : il est cité à Venise en 1510 seulement, la première commande dont on garde la trace est de 1520 et elle concerne une œuvre perdue, Le Mariage de la Vierge, peinte pour Sant'Antonio di Castello. Pourtant, malgré les divergences de la critique...

Voir aussi