PERSONNAGE, théâtre

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers une psychologie de l'acteur »  : […] Avant de se normaliser, cette esthétique de la sensibilité se répand dans le théâtre révolutionnaire et romantique, d'autant que le passage à Paris en 1827 des acteurs anglais infléchit cette extériorisation du sensible vers l'expression d'une vérité parfois paroxystique. L'acteur, désormais, n'hésite pas à rendre les affres de l'agonie d'une manière on ne peut plus « réaliste », mêlant aux convul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acteur/#i_86687

ALFIERI VITTORIO (1749-1803)

  • Écrit par 
  • Jacques JOLY
  •  • 2 595 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La signification de l'œuvre »  : […] Les éléments héroïques du théâtre d'Alfieri, le goût de la lutte et de la mort qui caractérise ses personnages, l'exaltation de la liberté individuelle contre les forces meurtrières de la tyrannie ont assuré aux tragédies d'Alfieri un large retentissement à l'époque romantique. Dans sa patrie même, Alfieri est alors apparu comme le pionnier de l'Italie nouvelle, qui a su réveiller les Italiens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vittorio-alfieri/#i_86687

ANTIGONE, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « Fatalité et démesure »  : […] La tragédie s'est structurée avec Eschyle, mort lorsque Sophocle avait quarante ans et lorsque Euripide, le plus jeune de cette génération de dramaturges classiques, faisait représenter sa première pièce. La principale innovation de Sophocle consiste à faire interpréter les pièces non plus par deux, mais par trois acteurs. Il donne ainsi une possibilité d'expression supplémentaire au personnage : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigone-sophocle/#i_86687

APPARITION DE LA COMMEDIA DELL'ARTE

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 228 mots

La commedia dell'arte est d'abord le théâtre de l'art, du métier, autrement dit un artisanat de théâtre produit par des professionnels regroupés en troupe et jouant le plus souvent à la cour ou dans des théâtres fixes. Ce phénomène théâtral s'établit sur deux siècles et demi (de la seconde moitié du xvi e  siècle jusqu'à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apparition-de-la-commedia-dell-arte/#i_86687

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dramaturgie nouvelle »  : […] L'œuvre de Beaumarchais a traversé les siècles. L'œuvre, c'est-à-dire Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro  ; mais des rééditions récentes des Mémoires contre Goezman et des Parades , tout comme les mises en scène de La Mère coupable et de Tarare incitent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaumarchais-pierre-augustin-caron-de/#i_86687

BECKETT SAMUEL

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 4 806 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éternel va-et-vient »  : […] Tous les personnages des romans et des premières pièces de Beckett sont des errants. Quand ils ne vont pas par les chemins, c'est dans leur tête qu'ils vagabondent, tels Malone ou Hamm de Fin de partie (1957). Cette errance, dont les protagonistes, très courbés, voire effondrés et réduits à la reptation, semblent, selon une expression de l'auteur, « mourir de l'avant », nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-beckett/#i_86687

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « L'argent, le bourgeois, le parvenu »  : […] Le Boulevard ne pouvait ignorer l'argent ; il lui était soumis. Il se devait aussi de faire une large place, sur sa scène, aux commerçants, petits ou gros, aux bourgeois, aux rentiers : ils étaient ses clients... Le petit commerçant, on l'y trouve installé dès l'origine. Déjà, les théâtres de la foire mettaient volontiers en scène des boutiquiers en leurs échoppes. En 1767, une farce parodique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_86687

BRECHT BERTOLT

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 5 503 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La théorie du théâtre épique »  : […] On résistera à la tentation d'enclore le théâtre épique dans un système définitif. Cette théorie historique est elle-même dans l'histoire. Brecht a mis au point progressivement, avec l'aide de ses collaborateurs, les procédés techniques et les moyens scéniques, de caractère anti-illusionniste, qui étayent concrètement cette théorie : les décors suggérés, qui ne sont pas exclusifs d'un réalisme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertolt-brecht/#i_86687

ABSURDE THÉÂTRE DE L'

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 040 mots

Pris dans une acception large et diffuse, « absurde » peut être employé pour caractériser des œuvres littéraires qui témoignent d'une angoisse existentielle, celle de l'individu égaré dans un monde dont l'ordre et le sens lui échappent. Ainsi des romans de Kafka, par exemple. Mais la principale incarnation littéraire du terme reste l'expression « théâtre de l'absurde » qui, pour communément reçue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-l-absurde/#i_86687

CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 459 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre baroque »  : […] Goethe, Schiller, Schlegel ont su reconnaître, par-delà les aspects désuets ou exotiques du drame de Calderón, sa forme exemplaire et son contenu profondément humain ; le romantisme européen en a tiré parti dans sa lutte contre l'étroite formule classique. Aujourd'hui, c'est l'aspect baroque de ce théâtre que l'on retient de préférence. La pièce caldéronienne s'intègre à un ensemble, le spectacle, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-calderon-de-la-barca/#i_86687

CAPITAN

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 85 mots

Personnage de la comédie italienne, prototype du militaire fanfaron mais poltron. Capitan est le descendant du miles gloriosus latin, personnage des comédies de Plaute ; à l'origine, c'est une parodie des mercenaires français et espagnols qui sillonnaient l'Italie au xvi e  siècle. Ce caractère de pleutre arrogant et bravach […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitan/#i_86687

LA CÉLESTINE (F. de Rojas) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 920 mots

Dans le chapitre « Une œuvre mythique »  : […] Dans cette œuvre complexe et équivoque, au rythme lent, mais traversée par un souffle dramatique prodigieux, s'intercalent des éléments lyriques, comiques ou parodiques. Le personnage de la Célestine domine l'action. Sorcière diabolique, cynique, âpre au gain, maquerelle experte en arts de Vénus, ou vénérable matrone vendeuse de colifichets, d'une perspicacité redoutable, elle dépasse par la puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-celestine-f-de-rojas/#i_86687

CID LE

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « Le Cid du théâtre et de la légende »  : […] Dès le début du xvii e  siècle, l'Espagne recueille sa foi, ses croyances et sa culture dans le creuset de la comedia, un nouveau genre littéraire. Le romancero du Cid fournit maints sujets aux dramaturges, sûrs à l'avance de gagner ainsi la ferveur du peuple et ses applaudissements. Lope de Vega, créateur de la nouvelle for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cid-le/#i_86687

COLOMBINE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 130 mots

Personnage de la comédie italienne et des théâtres forains. Colombine est parfois la fille de Pantalon, parfois celle de Cassandre, souvent courtisée par des vieillards amoureux ; tour à tour la maîtresse et la femme d'Arlequin, ou de Pierrot, elle est toujours une soubrette vive, vêtue de blanc, coiffée d'un petit bonnet et portant le tablier vert qui la fait reconnaître. Vers la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colombine/#i_86687

COMÉDIEN (PARADOXE DU)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 996 mots

Célèbre paradoxe (c'est-à-dire au sens indiqué par l' Encyclopédie  : « proposition absurde en apparence, à cause qu'elle est contraire aux opinions reçues, et qui, néanmoins, est vraie au fond ») formulé par Diderot dans un dialogue posthume dont le titre exact est Paradoxe sur le comédien . L'un des deux interlocuteurs — qui est l'auteur — y pose l'ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedien-paradoxe-du/#i_86687

COMIQUE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 067 mots

Le comique transcende les genres, et notamment la comédie. Il désigne plus généralement la qualité d'un personnage, d'une situation ou d'un texte, qui suscite le rire chez le lecteur ou le spectateur. Mais plutôt que du comique, on devrait parler de « comiques ». On en distingue généralement trois sortes. Le « comique de caractère » stigmatise le ridicule d'un personnage. Parfois réduit à un vice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comique/#i_86687

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « L'univers cornélien »  : […] Le théâtre de Corneille est moins une peinture de l'homme que la mise en œuvre dramatique d'une certaine conception du héros : c'est dire que la psychologie y cède le pas à l'affirmation des valeurs. Le héros est bien figuré selon les données de l'âme humaine, et en ce sens Corneille peut être psychologue. Mais il s'agit surtout que le héros soit admirable, et il n'est pas rare qu'il le soit aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_86687

COSTUME DE THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 865 mots

Moyen de métamorphose, le costume est un des signes visibles du théâtre. Il est à la fois réel et irréel : réel par ses liens avec le vêtement d'une époque, irréel parce qu'il est chargé d'une signification plus forte, celle d'un véritable code vestimentaire. Longtemps, le costume n'a représenté que le goût d'un acteur ou sa richesse. Les classiques français étaient représentés en habit de cour. A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/costume-de-theatre/#i_86687

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  « Une histoire immortelle » »  : […] La création littéraire exalte en outre sinon le « héros », du moins le «  personnage ». La persona de l'actant littéraire peut aller du plus simple – le masque ou le costume obligé de l'emploi théâtral – au plus complexe, dans le roman psychologique ou dans l'épanchement lyrique de la poésie. Mais chaque fois s'opère une sélection des traits de personnalité, des situations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-litteraire/#i_86687

LE DOCTEUR FAUST, Christopher Marlowe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un pacte avec le diable »  : […] Marlowe hérite son personnage du Faustbook (1587), biographie allemande romancée d'un personnage réel, qui se présente comme une mise en garde destinée aux penseurs fascinés par les sciences occultes. Marlowe en fait un personnage tragique, qui découvre le dérisoire de la connaissance devant l'insurmontable finitude de l'homme. La pièce, publiée pour la première fois en 1604 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-docteur-faust/#i_86687

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

À travers sa mise en scène d' Elvire Jouvet 40 , d'après les carnets de travail de Louis Jouvet, Brigitte Jaques s'était intéressée au Dom Juan de Molière, aux rôles et à la manière de les dire. Cette fois, sans abandonner le travail de l'acteur, elle se tourne aussi vers Le Festin de pierre . C'est en effet, le premier nom de cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan/#i_86687

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une comédie qui sent le soufre »  : […] Tragi-comédie en cinq actes et en prose, comédie de cape et d'épée, comédie burlesque, parcours dans une île (la Sicile), Dom Juan représente l'histoire d'un fuyard et d'un séducteur qui ne croit rien sinon que « deux et deux font quatre ». « Grand seigneur méchant homme », ce jeune homme à peine marié transgresse le sacrement qu'il vient de recevoir pour fuir Elvire, sa fem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/#i_86687

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Depuis qu'il a surgi, aux environs de 1630, le thème de don Juan s'est révélé l'un des plus stimulants dans la création littéraire et, accessoirement, dans l'art musical ; enfin dans l'ordre de la recherche historique, sociologique et psycho-critique. À cet égard, il a même surpassé celui de Faust, avec lequel il a des rapports étroits – allant jusqu'à produire la synthèse, voire la confusion des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/#i_86687

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pathétique bourgeois »  : […] Le drame bourgeois porte sa date. Personnage d'époque que son héros, cet homme « sensible ». L'émotion, accompagnée d'une conscience de l'émotion, s'épanouit en un expressionnisme véhément, théâtral, qui devait rapidement se démoder. Au tableau final, le Père de famille de Diderot bénit les quatre jeunes gens agenouillés et profère : « Oh ! qu'il est cruel... qu'il est doux d'être père ! » Les au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-bourgeois/#i_86687

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 053 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deuxième paradoxe : le personnage divisé »  : […] Des pièces de Pirandello, ce sont plutôt les personnages que l'auteur qui font figure de rénovateurs – évidemment « improvisés » – du théâtre de l'entre-deux-guerres. Dans Ce soir on improvise aussi bien que dans Six Personnages en quête d'auteur , on a l'impression que Pirandello est complètement solidaire du « chef de troupe » – ou du « directeur » – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-moderne/#i_86687

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les personnages »  : […] Les personnages ne sont pas davantage soumis aux exigences du réalisme psychologique, même relevant de la psychologie élisabéthaine. Ils ne peuvent être analysés ni reconstruits suivant les normes en vigueur chez les dramaturges classiques. Comme l'action, ils peuvent paraître incohérents, parce que leur comportement n'est pas toujours conforme à l'image qu'on se fait de leur caractère. Les carac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_86687

EMPLOI, théâtre

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 288 mots

À partir du xvii e siècle, et sous l'influence de la commedia dell'arte, on désigne sous ce nom, au théâtre, les rôles dont un acteur peut se charger, le genre de personnage stéréotypé qu'il représentera souvent, pour peu qu'il ait « le physique de l'emploi », tout au long de sa carrière. Les divers emplois qui peuvent se rencontrer au répertoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emploi-theatre/#i_86687

EURIPIDE (env. 480-406 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Édouard DELEBECQUE
  •  • 4 620 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les personnages »  : […] Peu importe, par suite, que, dans la vie de la scène, plusieurs personnages masculins soient taillés sur le même modèle ; on trouve et retrouve le type du paysan, modeste et sage, de l'esclave dévoué à la famille, du tyran odieux, du prince déchu vêtu de haillons, du vieillard cacochyme, ici égoïste et là courageux. Rares sont les hommes de premier plan qui méritent l'admiration sans réserve. En d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euripide/#i_86687

FIORELLI TIBERIO (1608-1694)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 384 mots

Un des plus célèbres acteurs italiens, passé à la postérité sous les traits de Scaramouche, personnage de la commedia dell'arte, variante du Capitan, mais qui comporte quelque chose du Zanni (ou bouffon). Fils de Silvio Fiorelli, le “capitaine Matamoros”, Tiberio serait venu en France pour la première fois en 1645 avec la troupe de Guiseppe Bianchi ; après plusieurs séjours, il s'y installe vers 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiberio-fiorelli/#i_86687

LES FOURBERIES DE SCAPIN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 203 mots

Comédie en trois actes créée en 1671 au théâtre du Palais-Royal à Paris, Les Fourberies de Scapin semblent reprendre à leur compte, avec virtuosité, les tours et les figures de la comédie latine, puis italienne. D'antiques problèmes, que Molière (1622-1673) adapte à la société moderne, y sont traités. Le vieillard ( senex ) est là pour interdire aux plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fourberies-de-scapin-moliere/#i_86687

GOLDONI CARLO (1707-1793)

  • Écrit par 
  • Françoise DECROISETTE
  •  • 3 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un créateur pragmatique »  : […] La prédestination goldonienne est en réalité la conquête difficile d'un marché et d'une écriture dramatique, faite de défis, d'explorations, de recommencements. Une première phase, symbolique de toute sa carrière, allie la découverte des “entreprises” théâtrales de Venise – sept salles publiques, concurrentielles, où triomphe le dramma per musica , pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-goldoni/#i_86687

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sujets et l'action »  : […] Les sujets tragiques sont empruntés au vaste répertoire mythique popularisé par les épopées anciennes, dont il ne nous reste que L'Iliade et L'Odyssée . Le cycle légendaire le plus productif était précisément celui de la guerre de Troie, qui a fourni la matière de l' Ajax et du Philoctète de Sophocle, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-theatre-et-musique/#i_86687

HARPAGON

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 647 mots

L'une des créations les plus fortes de Molière, Harpagon , appartient à cette catégorie de personnages qui sont passés à la postérité. Molière a trouvé dans Euclion ( La Marmite , de Plaute) le modèle de son avare. En l'appelant Harpagon, il lui donne un nom d'injure à l'intention des maîtres rapaces. De scène en scène, détail par détail, avec de plus en plus de relief jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpagon/#i_86687

HORVÁTH ÖDÖN VON (1901-1938)

  • Écrit par 
  • Renée SAUREL
  •  • 2 566 mots

Dans le chapitre « Un « moraliste cynique » »  : […] Du fait que Horváth, issu d'une famille catholique, reçut un enseignement religieux, certains ont conclu qu'il était un spiritualiste. Il ne nous appartient pas de dire si, au terme de sa brève existence, il croyait en Dieu ; il est indubitable en tout cas qu'il dénonce constamment la collusion du spirituel et du temporel, la récupération du message évangélique par le pouvoir ; toute forme d'intol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odon-von-horvath/#i_86687

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La pudeur, la vérité et les contraintes »  : […] Tout en sondant impitoyablement les replis de leur cœur, « cet aveugle à qui sont dues toutes nos erreurs », comme l'appelle Saint-Evremond, les écrivains du classicisme n'ont pas, en général (à part quelques mémorialistes dont Retz est le moins réservé), étalé leur moi avec outrecuidance. Plusieurs d'entre eux ont dénoncé les pièges de l'amour de soi et dénié à l'auteur le droit de se préférer à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme/#i_86687

KASPERL ou CASPERL

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 79 mots

Bouffon du théâtre populaire autrichien du xviii e  siècle, Kasperl recueillit la faveur dont avait bénéficié le Hanswurst, le Polichinelle allemand, trop balourd et grossier. Les traits de son caractère le rapprochent du Jocrisse français. Jeune paysan, il fait rire par la naïveté de ses réflexions et par la bêtise de ses entreprises. L'avènement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kasperl-casperl/#i_86687

L'ABUSEUR DE SÉVILLE, Tirso de Molina - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 894 mots

Dans le chapitre « Aux origines du mythe »  : […] Quatre femmes séduites et abusées. Quatre lieux : Naples, Tarragone, Séville, Dos Hermanas. Deux techniques différentes pour parvenir à ses fins : quand il s'agit d'une femme noble, le galant supplante celui qu'elle aime ; s'il s'agit d'une femme du peuple, il lui promet le mariage. C'est ainsi que l'on a pu schématiser l'action dramatique de cette pièce, où de belles envolées lyriques s'intercale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-abuseur-de-seville/#i_86687

LE BARBIER DE SÉVILLE, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 1 437 mots

Dans le chapitre « La poésie comique »  : […] Avant que Le Mariage de Figaro ne vienne fonder un théâtre radicalement nouveau, Beaumarchais transforme profondément la comédie en lui donnant une étonnante poésie. « L'embrouille », on l'a vu, provoque sur le spectateur un effet d'éblouissement obtenu non seulement par le mélange de complexité et de lisibilité, mais encore par l'utilisation simultanée ou par la succession […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-barbier-de-seville-pierre-augustin-caron-de-beaumarchais/#i_86687

LÉGENDES DE LA FORÊT VIENNOISE, Ödön von Horváth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 973 mots

Dans le chapitre « De la pièce populaire au drame social »  : […] Cette œuvre est un des textes dramatiques de Horváth les plus représentatifs du genre de la pièce populaire ( Volksstück ). L'auteur écrit à ce propos : « ... j'ai dans l'idée la continuation, le renouvellement du vieux théâtre populaire, d'un théâtre qui parle des problèmes de la manière la plus populaire possible, des questions qui préoccupent le peuple, ses soucis simples, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legendes-de-la-foret-viennoise-odon-von-horvath/#i_86687

LULU, Frank Wedekind - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 1 307 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Une bête sauvage et superbe » »  : […] L’auteur écrit à propos du personnage de Lulu : « [...] j’ai cherché à présenter un superbe spécimen de femme, un de ceux qui naissent lorsqu’une créature richement dotée par la nature, même sortie du ruisseau, accède à un épanouissement sans limites au milieu d’hommes qu’elle surpasse largement en matière de bon sens héréditaire. » Chaque acte des deux pièces représente une étape dans l’ascension […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lulu/#i_86687

MARIONNETTES

  • Écrit par 
  • Paul-Louis MIGNON
  •  • 3 275 mots

Dans le chapitre « Un signe poétique »  : […] Comme instrument de représentation, la marionnette est un médium. En elle se rejoignent la réalité qu'elle figure et la croyance que le spectateur peut avoir en cette réalité – qu'il s'agisse de la réalité des forces qu'elle devait obliger à se manifester dans les spectacles de magie animiste, ou de celle de l'univers imaginaire dans le jeu théâtral traditionnel. Dans les deux cas, elle a la parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marionnettes/#i_86687

MATAMORE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 107 mots

Personnage comique du théâtre espagnol qui a les caractéristiques du Capitan de la commedia dell'arte : hâbleur, fanfaron mais pleutre devant la moindre menace. Son nom signifie tueur de Maures ; ses origines peuvent remonter au théâtre latin, où on trouve déjà ce personnage sous les traits du miles gloriosus de Plaute. Corneille l'introduisit en France dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matamore/#i_86687

COMMEDIA DELL'ARTE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 2 290 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formes et structures »  : […] Une troupe de commedia dell'arte comprend en moyenne, selon l'époque et en proportion de ses possibilités financières, de dix à vingt acteurs : ceux-ci ont à incarner des personnages fort divers, mais qui peuvent se réduire à un petit nombre de types fondamentaux, présents obligatoirement dans tous les scénarios. Le schéma de ces emplois constants se présente en général de la manière suivante : d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commedia-dell-arte/#i_86687

MÉLODRAME

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 3 298 mots

Dans le chapitre « Structures et langages du mélodrame »  : […] Dans le spectacle qu'offre le mélodrame, les conflits sont résorbés et comme phagocytés : il n'y a pas de véritable problème politique, moral ou social, et tout le monde adopte en définitive un système des valeurs identiques : le Traître se nomme lui-même « scélérat » et « coquin ». Aucune transgression morale ou sexuelle ; et, au cas où l'auteur aurait la tentation de mettre en scène une quelconq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame/#i_86687

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 879 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Origines antiques »  : […] Au cours des siècles, l'art de la pantomime ne s'est pas figé ; il a changé de contenu selon les époques et les circonstances. Bien qu'on attribue l'invention de cette forme théâtrale au poète grec Sophron de Syracuse ( v e  s.), on peut soutenir qu'elle existait bien avant lui. De tout temps, l'acteur placé dans un cadre de grande dimension doit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/#i_86687

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance du personnage »  : […] Molière prête à Nicole et à Zerbinette le rire de Mlle Beauval, la boiterie de Béjart à La Flèche, sa propre toux à Harpagon. Ce sont là les indices les plus voyants, non les signes les plus essentiels de la complicité de Molière avec la réalité vivante du théâtre. Dans L'Étourdi , il accumule les lazzi pour servir l'acteur principal qui est lui-même. Dix-sept ans plus tard, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_86687

MONNIER HENRI BONAVENTURE (1799-1877)

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 1 153 mots

Artiste aux multiples talents, dessinateur, littérateur, auteur dramatique, acteur, Henri Monnier a peut-être dû à cette dispersion la relative désaffection dont son œuvre a souffert après sa mort. Le critique d'art l'a traité en littérateur et le critique littéraire en caricaturiste. Pourtant l'œuvre graphique, littéraire, dramatique et, sans doute, le jeu même du comédien présentaient une remarq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bonaventure-monnier/#i_86687

ARLEQUIN

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 181 mots

Personnage de la comédie italienne, très populaire en France. Arlequin, valet bouffon, habituellement superstitieux et pleutre, propre aux Bergamasques, garda, en passant en France au xvii e  siècle, son costume traditionnel : le masque noir aux paupières étroites, le chapeau de feutre gris, l'habit bariolé et, à la ceinture, la batte blanche qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arlequin/#i_86687

PAGNOL MARCEL (1895-1974)

  • Écrit par 
  • Jacques BENS
  •  • 1 970 mots

Dans le chapitre « Un conteur méditerranéen »  : […] L'essentiel du talent de Marcel Pagnol tient à deux qualités fondamentales : c'est un conteur savoureux, à la langue souple et imagée, mais c'est aussi, et peut-être surtout, un remarquable peintre de caractères. Cette dernière qualité lui a naturellement permis de créer quelques personnages inoubliables, au théâtre et au cinéma. On s'en convaincra aisément en considérant ses premières pièces. Si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-pagnol/#i_86687

PANTALON

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 111 mots

Personnage du théâtre italien, apparu d'abord à Venise. Tel qu'il existait déjà dans l'Antiquité, Pantalon est le type du vieillard de comédie : goutteux, reniflant, toussant, crachotant, affublé d'un long nez crochu, vêtu d'un habit noir usé et sale, voûté, pour le physique ; au moral, cupide, avare, prétentieux, le plus souvent amoureux ridicule, ou franchement libidineux. Il semble devoir être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantalon/#i_86687

PIERROT

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 148 mots
  •  • 1 média

Personnage de la commedia dell'arte, le plus souvent jeune valet rêveur et poétique. Amant malheureux de Colombine, il est en butte aux facéties des autres personnages. Son costume comprend une veste blanche, à gros boutons sur le devant, une fraise, un pantalon flottant et un chapeau avec un flot de rubans. Il joue sans masque, la figure enfarinée. Le « Pedrolino » italien devint plus tard très p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierrot/#i_86687

PIRANDELLO LUIGI (1867-1936)

  • Écrit par 
  • Gérard GENOT
  •  • 4 666 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pirandellisme : un faux problème ? »  : […] Le terme de pirandellisme éveille une constellation d'idées plutôt vagues, que l'on peut résumer en quelques mots : humour, logique déréglée, manie gratuite de raisonner, thèmes particuliers, dont les principaux sont : la comédie sociale, le théâtre, la force de l'inconscient et la folie, l'absurde. Cette accumulation mêle ce qui est justifié et ce qui ne l'est pas. C'est Pirandello lui-même qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-pirandello/#i_86687

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'action tragique »  : […] C'est toujours d'un individu engagé dans une histoire (fût-elle mythique) et obligé à un choix décisif par l'urgence de l'événement qu'il s'agit. La tragédie commence, du Cid à Phèdre , au moment où l'homme, envisagé dans sa condition sociale et politique et dans son individualité propre, est amené à prendre une décision où ses ambitions les plus légitim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_86687

PULCINELLA

  • Écrit par 
  • Valeria TASCA
  •  • 942 mots

Pulcinella est l'un des types de la commedia dell'arte. Apparu au xvii e siècle dans le théâtre napolitain, il devint bientôt célèbre en Europe et se maintint dans le théâtre populaire jusqu'à la fin du xix e siècle. On a cherché depuis le xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pulcinella/#i_86687

PUNCH MISTER

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 298 mots

Personnage ridicule, avec son énorme bosse, son nez busqué, son menton proéminent et son caquet insupportable, dont la création remonte à l'Antiquité. Les auteurs latins l'ont appelé Maccus. Il a survécu à travers les siècles, s'est naturalisé dans chaque pays en conservant son caractère primitif, mais avec les modifications de mœurs, de costume et de langage nécessaires pour être partout compris. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mister-punch/#i_86687

RACINE JEAN

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 4 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Racine et la tendresse »  : […] Dans quelle mesure en est-il encore ainsi chez Racine ? Sans doute, les personnages sympathiques ou nobles tiennent une grande place dans son théâtre. Trois personnages amoureux, touchants tous les trois, font à eux seuls toute la tragédie de Bérénice . Il n'est guère de pièce où ne figure un couple d'amants tendres et persécutés : Britannicus et Junie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/#i_86687

RODOMONT

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 76 mots

Personnage du Roland furieux de l'Arioste ; son nom signifie « ronge-montagne ». Ce roi d'Alger, brave mais altier et bruyant, rejoint sur les scènes comiques la famille des capitans italiens, insolents, fanfarons et toujours prêts à se targuer d'exploits imaginaires. De là, l'utilisation du terme de rodomontades pour caractériser le comportement de ces guerroyeurs forts en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodomont/#i_86687

SCAPIN

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 961 mots

Dans le théâtre de Molière, entre le fils avide, fringant mais désargenté, et le père, fortuné mais sénile et méfiant, le valet, lié à l'un et à l'autre, serviteur familier et dépendant des deux, participe en tant que témoin et confident à l'éternel affrontement des générations. Ce rôle privilégié qui lui est donné fait de lui parfois, dans le monde à l'envers qu'est la scène, le maître de jeu. Ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scapin/#i_86687

SCARAMOUCHE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 105 mots

Personnage de la comédie italienne, de la race des capitans. Toujours vêtu de noir de la tête aux pieds, Scaramouche aime les femmes et le vin ; le plus souvent, il est au service d'un gentilhomme sans le sou, dont il vante à l'envi la noblesse et la fortune. Il entretient généreusement Polichinelle de ses aventures imaginaires, jusqu'à ce que son interlocuteur agacé le mette en fuite d'un simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scaramouche/#i_86687

SOPHOCLE (495-406 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 3 397 mots

Dans le chapitre « Un genre à son apogée »  : […] Tout d'abord, si l'histoire du genre tragique coïncide, à Athènes, avec celle de la grandeur nationale, comment ne pas penser que Sophocle se situait à une position propice dans l'histoire de ce genre ? Eschyle avait été, en quelque sorte, le créateur de la tragédie. Désormais, elle existait. Il ne restait plus à Sophocle qu'à assouplir, à alléger, à perfectionner. Et il n'eut pas de mal à le fair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophocle/#i_86687

STANISLAVSKI (1863-1938)

  • Écrit par 
  • Emilio DUFOUR
  •  • 1 063 mots

Dans le chapitre « Une méthode originale »  : […] Penseur et philosophe, Stanislavski écrivit une Éthique du théâtre , qui fixe les normes de conduite du comédien. Il élabora enfin les principes généraux d'un système d'enseignement et de pratique théâtrale qui devait révolutionner l'art dramatique de notre époque. Cette « méthode », que Stanislavski ne cessa jusqu'à sa mort à Moscou de réviser et de transformer, mit au servi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislavski/#i_86687

TABARIN ANTOINE GIRARD dit (1584-1633)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 497 mots

Célèbre charlatan du début du xvii e  siècle. Les origines de Tabarin restent obscures ; on ignore sa nationalité : quelques passages des œuvres rédigées sous son nom et des satires dont il fut l'objet laissent supposer qu'il était d'origine italienne, peut-être napolitaine, et que son véritable nom était Tabarini. On sait que sa réputation se fit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabarin/#i_86687

LE TARTUFFE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 477 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans l'attente du « dévot personnage » »  : […] Le rideau se lève sur l'irruption tumultueuse d'une famille en désordre, comme emportée dans un carnaval terrible mené par un absent. Car Tartuffe ne vient pas. On en parle, on le décrit avec minutie, on l'admire, on le hait, on le craint, mais personne ne le voit encore. Le père entre. C'est Orgon alors interprété par Molière. Bouleversée, sa famille le voit soumis à une passion aveugle et destr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tartuffe-moliere/#i_86687

TÉRENCE (env. 190-env. 159 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 616 mots

Dans le chapitre « La galerie des personnages »  : […] La courtisane, « mauvaise femme », amorale, perfide et cupide, s'est transformée, dans L'Hécyre , en une sorte de Dame aux camélias, pénétrée d'affection sensible, et ses sœurs mineures en fonction de galanterie, annoncent, par plus d'un trait, les « bonnes filles » du théâtre élisabéthain, voire la putain au grand cœur, consacrée par les Modernes. La matrone acariâtre se cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terence/#i_86687

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La théâtralité

  • Écrit par 
  • Henri GOUHIER
  •  • 4 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'œuvre théâtrale »  : […] Le comédien est un homme qui vit et respire en un certain lieu, à une certaine époque. Le personnage dont il tient le rôle est aussi un homme qui vit et respire en un certain lieu, à une certaine époque. La métamorphose par laquelle le comédien devient le personnage doit donc opérer un changement complet d'univers. Louis Jouvet est sur la scène du théâtre de l'Athénée à Paris en 1947 : Don Juan e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-theatralite/#i_86687

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'invention d'une dramaturgie du parcours »  : […] Chez Strindberg , le renouveau du théâtre procède au contraire d'une hypertrophie du personnage, placé au centre du Chemin de Damas  I et II (1898), que prolonge un troisième volet en 1901. Chronique de la vie de l'Inconnu, cette trilogie inaugure une esthétique du cheminement dramatique que Strindberg approfondit jusqu'à La Grand-Route (1910). Superpos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_86687

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 453 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une dramaturgie du refus »  : […] C'est en 1950 que se produisirent les premières manifestations du « nouveau théâtre » ; cette année-là, La Cantatrice chauve d' Eugène Ionesco apparut, à l'affiche du théâtre des Noctambules ; les deux premières pièces d' Arthur Adamov, La Parodie et L'Invasion , écrites depuis quelque temps déjà, furent publiées en un volume où fig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-le-nouveau-theatre/#i_86687

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La mise en scène réaliste »  : […] Premier metteur en scène moderne, André Antoine (1858-1943) a vu son œuvre confisquée par l'esthétique naturaliste. On a vite vu en lui le Zola de la mise en scène. Pourtant, dans ses premiers spectacles, il avait fait une place aux poètes, au théâtre en vers ; L'Évasion de Villiers de L'Isle-Adam, Le Baiser de Théodore de Banville. Ce qui ne l'empêcha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_86687

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition chinoise

  • Écrit par 
  • Jacques PIMPANEAU
  •  • 3 494 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des types de personnages »  : […] Quel que soit le personnage individuel, il doit entrer dans une des catégories suivantes : personnages masculins ( sheng ), personnages féminins ( dan ), visages peints ( jing ), clowns ( chou ). Chaque catégorie est elle-même divisée. Parmi les personnages masculins, par exemple, on a les vieillards à barbe bl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-la-tradition-chinoise/#i_86687

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT, 
  • Michel WASSERMAN
  •  • 6 944 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Théâtre de la réalité » et « nō d'apparitions » »  : […] Le trait le plus étrange du nō est sans doute dans le traitement qu'il fait de l'anecdote, et c'est là probablement une invention de Zeami, qui remania les textes de son père en fonction de ses propres conceptions. En général dans le théâtre, et c'est le cas également dans le jōruri et le kabuki, la convention essentielle est celle qui fait du spectateur un contemporain d'un événement du passé, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-japonais/#i_86687

TURLUPIN HENRI LEGRAND dit (1587 env.-1637)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 338 mots

Personnage créé par le comédien Henri Legrand au début du xvii e  siècle. Vers 1615, Henri Legrand joue à l'hôtel de Bourgogne, avec les farceurs Gaultier Garguille et Gros-Guillaume, qui seront longtemps ses partenaires, et auxquels son nom reste associé. Peut-être avait-il auparavant joué en province, ou sur les tréteaux des Halles et du Pont-Ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turlupin/#i_86687

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la période médiévale à la fin du XVIIIe siècle »  : […] La période médiévale va fixer le canon du théâtre yiddish : d'une part, on voit naître la langue même – le yiddish – dans laquelle ce théâtre est appelé à se développer ; d'autre part, on assiste à l'apparition dans les sociétés chrétiennes du personnel théâtral (troubadours, trouvères, bateleurs...), d'un répertoire (mystères, moralités...), et de formes d'expression telles que le carnaval et, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiddish/#i_86687


Affichage 

Portrait de Molière dans le rôle de César de "La Mort de Pompée" de Corneille, N. Mignard

photographie

Nicolas MIGNARD, Portrait de Molière dans le rôle de César de "La Mort de Pompée" de Corneille, huile sur toile Musée Carnavalet, Paris 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Portrait de Molière dans le rôle de César de "La Mort de Pompée" de Corneille, N. Mignard
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie