CID LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Cid Campeador (le « seigneur qui gagne les batailles ») est le surnom sous lequel s'est immortalisé Rodrigo Diaz de Bivar. Il appartient à l'histoire, mais la légende très tôt s'en est emparé. Confronter la geste épique aux documents qui nous restent sur son héros, en comparer les différentes versions, suivre sa postérité dans la littérature des temps modernes, tel est le vaste champ qui s'ouvre à l'érudit ou au lecteur curieux. Par-delà le personnage de Corneille, c'est le modèle, bien plus, c'est le type éternel qu'il faut rechercher.

Le personnage historique

Rodrigo Diaz naquit en 1043 à Bivar, un village près de Burgos dont son père était le seigneur. À vingt ans, il prend part à la bataille de Graus (1063) où Ferdinand Ier, roi de Castille et de León, son suzerain, vainc Ramire Ier, roi d'Aragon. À vingt-deux ans, le jeune roi de Castille Sanche II lui confie le commandement de ses troupes, qui écrasent celles d'Alphonse VI, son frère cadet, roi de León. Pour obscures qu'elles paraissent, ces querelles cachent de profondes divergences idéologiques. L'Aragon est un nid de guerriers pyrénéens, impatients, qui supportent mal toute souveraineté et sont jaloux du contrôle de la vallée de l'Èbre par les princes navarrais ou castillans. Sanche le Castillan est un chef de guerre à la manière franque, porté sur le pavois par une armée agressive, insoucieuse des intérêts de la communauté. Alphonse le Léonais a repris la tradition wisigothique des rois de Tolède ; souverain théocrate au cœur d'une Cour stable de grands seigneurs, il recourt à une loi romaine rigoureuse pour gouverner toutes les Espagnes et exploiter raisonnablement les vassaux de ses terres, dont la prospérité lui importe. Or Alphonse perd sa couronne, est exilé à Tolède auprès du roi musulman, et Sanche règne en Castille et en León, sauf à Zamora où domine leur sœur Urraca. Sanche, avec Rodrigo Diaz de Bivar [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur de l'Institut d'études hispaniques de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  CID LE  » est également traité dans :

POÈME DU CID (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 013 mots

Unique chanson de geste espagnole, le Poème du Cid (Cantar de mio Cid), est resté inédit jusqu'au xviiie siècle. La date de la composition originale proposée par Ramón Menéndez Pidal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-du-cid/#i_9914

CASTRO GUILLÉN DE (1569-1631)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 186 mots

De famille noble, Guillén de Castro y Bellvís fit tout d'abord une carrière militaire et civile à Valence et en Italie, avant de se fixer à Madrid où il fut en relation avec les plus illustres écrivains. Après avoir fait partie du groupe des dramaturges valenciens, il subit l'influence de Lope de Vega. Le succès de sa pièce Les Enfances du Cid ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillen-de-castro/#i_9914

LE CID, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « De la chanson de geste à la tragédie »  : […] Le Cid Campeador (« seigneur qui gagne les batailles ») appartient à la légende espagnole. Rodrigue, chevalier du xi e  siècle (1043-1099), est l'emblème de l'histoire castillane, auréolé d'une série de romances et de chansons de geste. Corneille, qui sait l'espagnol, emprunte le canevas de sa pièce à une comedia de Guillén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cid-pierre-corneille/#i_9914

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Vie et carrière »  : […] Nous savons peu de chose de la vie de Corneille. Seuls les grands faits et les dates – parfois approximatives – des œuvres nous sont connus. Corneille naquit à Rouen en 1606, d'une famille de fonctionnaires royaux et de petits magistrats. Il fit ses études chez les jésuites de sa ville natale, fut reçu avocat en 1624. En 1628, il acquit la charge d'avocat du roi devant des juridictions locales. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_9914

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Attachements, engagements et dévouements »  : […] La loyauté à l'égard de l'entreprise met en jeu des sentiments et des attitudes qui se manifestent au-delà de l'environnement immédiat et du réseau des solidarités primaires. De même qu'elle produit des conduites en dehors du milieu où elle est requise, la loyauté résulte aussi de conditions qui débordent la vie du salarié dans son entreprise. Un salarié « satisfait », content de son travail, a d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_9914

MENÉNDEZ PIDAL RAMÓN (1869-1968)

  • Écrit par 
  • Georges MARTIN
  •  • 839 mots

L'importance de Menéndez Pidal dans la culture espagnole tient à sa longévité et au lieu de son intervention, puisque son travail — près d'un siècle d'autorité, âprement défendue — repose sur le trépied où s'établit l'imaginaire des nations : l'histoire ancienne, la langue et l'épopée ( Castilla, la tradición, el idioma , 1945). Le retentissement en fut considérable dans le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-menendez-pidal/#i_9914

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles Vincent AUBRUN, « CID LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cid-le/