CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Calderón est le plus grand des dramaturges espagnols : ses origines, son expérience et sa culture rendent compte des idées, des sentiments, des thèmes et des sujets qu'il expose et développe dans cent vingt comédies, quatre-vingts autos sacramentales et quelques intermèdes. Sa souche paysanne et castillane fait de lui un parvenu, soucieux de ne le paraître pas et, pourtant, enclin à défendre la digne paysannerie contre les mauvais seigneurs. Sa jeunesse turbulente à Madrid, sa carrière à la Cour, son entrée tardive dans les ordres et la charge qu'il assume auprès de Philippe IV et de Charles II expliquent les comédies de philosophie politique, les pièces lyriques et à grand spectacle et les drames historiques et hagiographiques. À la noblesse, il donne des leçons de noblesse, au clergé, des leçons d'orthodoxie, et au petit peuple, des leçons d'humilité. Ajoutons qu'il fut élevé par les Jésuites et qu'il tâta sans conviction de la carrière des armes. Enfin, pour lui comme pour ses contemporains, tout dans la vie et dans l'histoire est tragi-comédie.

Pedro Calderón de la Barca

Pedro Calderón de la Barca

Photographie

Le dramaturge Pedro Calderón de la Barca a su donner forme dans ses œuvres aux tensions qui agitaient l'âge baroque. 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

Un théâtre enraciné

Calderón se propose d'énoncer et de résoudre sur la scène, et à l'intention d'un public compréhensif, des problèmes types nés alors des contradictions intérieures de la société et de l'homme dans ses rapports avec les autres, avec le monde.

Ainsi, Dame ou fantôme (La Dama duende) enseigne aux filles à berner l'autorité des frères et des parents, mais pour la bonne cause, le mariage. Maison à deux issues (Casa con dos puertas) fixe une limite à l'audace des garçons en âge de s'émanciper. Le Médecin de son honneur (El Médico de su honra, 1635) montre comment, dans un cas extrême, un homme peut défendre son honneur sans contrevenir à ses devoirs de vassal quand son épouse est sollicitée d'amour par un prince royal (on tue simplement la pauvre femme innocente). La vie est un songe (La vida es sueño, 1636) détourne le souverain de la tentation du machiavélisme : Dieu a voulu l'hérédité de la couronne et non expressément la prospérité de l'État ; et puis la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur de l'Institut d'études hispaniques de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apogée. Calderón »  : […] Avec Pedro Calderón de la Barca, la dramaturgie espagnole, sans s'astreindre aux sacro-saintes « unités », atteint à une perfection qui est surtout maîtrise dans l'agencement des intrigues comiques ou tragiques . De plus en plus il émerveillera ses contemporains par cet art de « proposer, objecter et résoudre » que le père Castroverde assimile à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/#i_4137

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Sous Philippe IV »  : […] Philippe IV monte sur le trône en 1621. Il aime le théâtre et surtout les actrices. Au début de son règne s'épanouit la comédie de cape et d'épée, joyeuse avec ses aventures galantes, ses rixes et ses sérénades. Le jeune Calderón de la Barca y affûte une nouvelle dramaturgie, rapide, brillante, ponctuée de coups de théâtre ( Dame ou fantôme , 1629) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_4137

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le théâtre espagnol est un phénomène qui, par son abondance, tient du monstrueux. Sa prosodie, essentiellement coulante, orale, propre à s'étendre de la naïveté à l'éloquence, a sans doute facilité cette étourdissante production. Ce théâtre a beaucoup gardé en lui du caractère familier de sa période primitive. Les actes et les sentiments y apparai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_4137

LA VIE EST UN SONGE, Pedro Calderón de la Barca - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 881 mots
  •  • 1 média

Chef-d'œuvre du théâtre universel, La vie est un songe , de Pedro Calderón de la Barca, fut écrit en 1634-1635 , sous le règne de Philippe IV, et publié à Madrid, en 1636. Les éléments esthétiques de la culture baroque, dont cette comedia est un témoignage éclatant, expliquent la structure de la pièce : la double intrigue, l'ornementation, les dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vie-est-un-songe/#i_4137

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance de la zarzuela »  : […] Dans les bois qui entouraient alors Madrid, les Habsbourg d'Espagne avaient fait construire un pavillon de chasse qui deviendra un palais, le Palacio de la Zarzuela, nommé ainsi d'après le mot espagnol zarza , qui signifie « ronce », les bosquets de cette résidence champêtre étant envahis de ronces. C'est là, au xvii e  siècle, sous le règne de Phi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/#i_4137

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles Vincent AUBRUN, « CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO - (1600-1681) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-calderon-de-la-barca/