Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

La comédie italienne est le seul genre cinématographique à pouvoir être comparé, pour sa richesse, sa fidélité à certaines lignes de force et son enracinement dans une tradition nationale, aux grands genres du cinéma américain, tels le western ou la comédie musicale. Malgré sa relative ancienneté, elle n'a été pourtant pleinement appréciée dans sa propre patrie que par l'effet d'un « choc en retour », dont sa diffusion en France est en partie responsable. Mais cette appréciation favorable a entraîné une nouvelle extension du genre, qui annonce peut-être une relative mutation.

Origines et composantes

L'expression même de « comédie italienne » prête à confusion. On a dit d'abord et on dit encore « comédie à l'italienne ». Or, dans la péninsule, l'expression all'italiana est familière, voire péjorative. C'est une allusion à la routine, aux compromis, au laisser-aller qui caractérisent les Italiens, selon les étrangers et souvent selon les Italiens eux-mêmes. Elle était employée par les critiques du cru pour désigner des films sans prétention « artistique » ou politique, qu'ils exécutaient, quel que fût leur succès, en quelques lignes quand ils daignaient en rendre compte. Elle a même été, depuis, reprise par ironie dans certains titres.

Les origines du phénomène sont à chercher dans plusieurs traditions théâtrales qui se sont entrecroisées à partir des années vingt. Auparavant, le cinéma comique italien était réduit à la copie des modèles américains ou français. Ses seules traditions spécifiques étaient d'abord celle de la commedia dell'arte, jamais entièrement oubliée quant à ses types et à ses rituels d'intervention. (Curieusement, elle intéressa l'avant-garde futuriste en la personne du scénographe et dramaturge A. G. Bragaglia.) Celle ensuite de l'avanspettacolo, le music-hall populaire présenté dans les salles de cinéma avant la projection du film. Et enfin, à un moindre degré, celle de la comédie « bourgeoise » de la période mussolinienne, qui ironisait discrètement sur certains travers sociaux, tout en essayant d'imiter formellement la comédie américaine « sophistiquée » devenue en Italie la comédie « brillante ».

En outre, l'Italie est un des rares pays d'Europe à avoir puisé la matière linguistique de ses films dans sa riche tradition dialectale. La « comédie dialectale » théâtrale, en effet, que nous connaissons assez mal à l'étranger, était d'abord une peinture, issue des mœurs et des ridicules propres à certaines régions. Sous le fascisme, elle devint, par son existence même, un défi au projet centraliste du régime. Mussolini avait d'ailleurs tenté d'interdire l'emploi des dialectes à la scène. À l'écran, elle a joué un rôle de fixation tout autant que de création. Ce n'est pas un genre à proprement parler, mais un phénomène sporadique, centrifuge par rapport aux activités des studios de Cinecittà, mais qui parfois y a été intégré, comme le montrent les comédies dialectales romaines. Oscillant entre la familiarité réaliste, teintée de « gentillesse » (ainsi Poveri ma belli, 1956, de Dino Risi) et un burlesque stéréotypé (qu'incarnent les deux « idiots de village » siciliens, Franchi et Ingrassia, ou plus subtilement Lando Buzzanca), la « comédie dialectale » a fourni à la comédie italienne des thèmes, des comparses, des référents humoristiques (Dino Risi ou Mario Monicelli, par exemple, glissent volontiers dans leurs films des « effets » dialectaux d'accent ou de prononciation).

On ne saurait néanmoins assigner de date de naissance à la comédie italienne moderne. Ses préfigurations se trouvent dans certaines comédies d'apparence « dialectale » (la série des Pane, amore e ...) tournées en 1953-1955,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite, université Panthéon-Sorbonne, Paris
  • : écrivain, philosophe, critique d'art et de cinéma

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Dino Risi

Dino Risi

<it>Divorce à l'italienne</it>, P. Germi

Divorce à l'italienne, P. Germi

Le cinéaste Ettore Scola

Le cinéaste Ettore Scola

Autres références

  • BENIGNI ROBERTO (1952- )

    • Écrit par Universalis
    • 714 mots

    Acteur et réalisateur italien né le 27 octobre 1952 à Castiglion Fiorentino, en Toscane.

    Roberto Benigni est le fils d’un modeste métayer déporté dans un camp de travail allemand pendant la Seconde Guerre mondiale. L’humour dont fait preuve son père lorsqu’il raconte ses souvenirs contribue à forger...

  • BOLOGNINI MAURO (1922-2001)

    • Écrit par Christian VIVIANI
    • 742 mots

    Mauro Bolognini est né à Pistoia en 1922. Après des études d'architecture, il s'oriente vers le cinéma en suivant la voie traditionnelle de l'assistanat, en France et en Italie. Il débute en 1953 avec Ci troviamo in galleria, une comédie, genre alors très en vogue. Fort de ce succès...

  • COMENCINI LUIGI (1916-2007)

    • Écrit par Jean A. GILI
    • 1 350 mots
    ...autres entreprises appartiennent au cinéma de genre. Le cinéaste navigue entre le mélodrame (Persiane chiuse, 1951 ; La tratte delle bianche, 1953) et la comédie populaire ; il est même accusé d'être le fossoyeur du néo-réalisme avec le diptyque que forment Pain amour et fantaisie (1953), et...
  • DE SICA VITTORIO (1901-1974)

    • Écrit par Jean A. GILI
    • 1 633 mots
    • 2 médias
    ...réalisation dans un souci d'exigence personnelle. En 1939, il tourne son premier film, Rose scarlatte (Roses écarlates), une œuvre qui reprend le canevas des comédies brillantes dont il était la vedette. Il signe ensuite des films dans lesquels il s'efface progressivement en tant qu'acteur. Maddalena,...
  • Afficher les 21 références

Voir aussi