OSMORÉGULATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Perméabilité des membranes biologiques

Les échanges osmorégulateurs sont assurés chez les organismes vivants par des organes perméables spécialisés : tégument, branchies, tube digestif, poumons, reins, etc., constitués par des épithéliums simples ou pluristratifiés, que l'on qualifie indistinctement de membranes biologiques (ce terme englobant en fait, également, les membranes cellulaires). On ne peut entrer ici dans le détail de l'importante question de leur perméabilité, dont les propriétés fondamentales ont été mises en évidence par des travaux effectués sur la cellule végétale (W. Pfeffer, C. E. Overton). Les parois ne sont pas semi-perméables, c'est-à-dire qu'elles se laissent traverser à la fois par l'eau et par les substances dissoutes ; mais leur perméabilité est très sélective ; ainsi, les ions Na+ et Cl- sont essentiellement extracellulaires, tandis que le potassium (K+) est surtout intracellulaire. L'utilisation, à présent généralisée, des marqueurs radioactifs met en évidence que les échanges transmembranaires sont bidirectionnels, c'est-à-dire qu'ils s'effectuent dans les deux sens. Ils sont, en outre, très intenses, ce qui montre que l'eau et les sels des êtres vivants se renouvellent à grande vitesse.

Dans certains cas, ces échanges sont passifs, c'est-à-dire que, pour la substance considérée, leur intensité est prévisible d'après des lois physico-chimiques simples : elle est calculable d'après la différence de concentration (gradient chimique) et la différence de potentiel électrique (gradient électrique) existant entre les deux faces ; l'équilibre est régi  

par la loi de Gibbs-Donnan. Dans d'autres cas, l'équilibre que l'on constate de fait apparaît comme un « défi » permanent à ces mêmes lois ; il n'est donc maintenu qu'au prix d'une dépense énergétique que la cellule transporteuse effectue en permanence ; on dit que le transport est actif. Ce dernier cas correspond à des «  pompes biologiques », dont la plus répandue et la plus étudiée est la « pompe à sodium », qui refoule les ions Na+ hors des cellules.

L [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Concentrations caractéristiques

Concentrations caractéristiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Crustacés

Crustacés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Poisson téléostéen

Poisson téléostéen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur à la faculté des sciences, université de Nice Sophia-Antipolis

Classification

Autres références

«  OSMORÉGULATION  » est également traité dans :

EXCRÉTION

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 257 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Quelques aspects évolutifs de la fonction excrétrice »  : […] Au cours de l' évolution animale, on rencontre successivement des protonéphridies, puis des métanéphridies et, enfin, des néphrons glomérulés, dont nous avons vu les similitudes de fonctionnement. Cette évolution se retrouve au cours du développement embryonnaire ou larvaire : ainsi, les larves trocophores des Mollusques possèdent des protonéphridies à solénocytes ou à cirtocytes, les adultes des […] Lire la suite

HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  •  • 2 929 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Inégale répartition de l'eau et des électrolytes »  : […] Pour se représenter l'inégalité de répartition de l'eau et des électrolytes dans un organisme, il est utile de distinguer plusieurs espaces, secteurs ou compartiments séparés les uns des autres par des systèmes de membranes et renfermant chacun des milieux ou des liquides de composition relativement bien caractérisée. Il s'agit essentiellement des liquides extracellulaires (L.E.C.) très riches en […] Lire la suite

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 696 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'hypothalamus sur les régulations osmotiques et hydrominérales et sur le comportement de soif »  : […] Sans entrer dans le détail des mécanismes extrêmement complexes qui président au maintien d'une composition saline stable des compartiments liquidiens extracellulaires et intracellulaires, ainsi que de leurs échanges, nous rappellerons cependant qu'une des nécessités les plus critiques de l'homéostasie réside dans la conservation de l'iso-osmolarité entre ces deux compartiments. Tout déficit ou […] Lire la suite

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Appareil excréteur »  : […] Le rein chez les Mammifères constitue l'organe excréteur principal ; il est le siège exclusif de l' osmorégulation. Le foie et les glandes sudoripares jouent par ailleurs un rôle non négligeable dans l'élimination des déchets organiques. Le liquide excrété, l'urine, très riche en urée, représente ici le déchet principal du métabolisme des produits azotés ; elle est surtout caractérisée par son hyp […] Lire la suite

MILIEU, écologie

  • Écrit par 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 7 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'eau »  : […] Solvant universel de la biosphère, indispensable à toute réaction biochimique, l'eau constitue à la fois le milieu environnant des organismes aquatiques et le milieu intérieur de tous les organismes aquatiques ou terrestres. Les cellules vivantes sont en effet constituées de solutions, suspensions et émulsions aqueuses, dans lesquelles les proportions pondérales en eau vont de 70 p. 100 (tissus t […] Lire la suite

MILIEU INTÉRIEUR

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 3 947 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Animaux d'eau douce »  : […] La teneur totale en sels des eaux douces est toujours très faible. La concentration de certains ions : calcium, carbonates, sulfates, magnésium, etc., peut être également très variable. Tous les organismes d'eau douce ont un milieu intérieur plus ou moins hyperosmotique par rapport au milieu extérieur. Leurs capacités osmorégulatrices sont cependant variables. Grossièrement, on peut distinguer d […] Lire la suite

NATRÉMIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 544 mots

Concentration du cation sodium (Na + ) dans le plasma exprimée en milliéquivalent par litre (mEq/l), la natrémie est mesurée par photométrie de flamme avec une grande précision et rapidité grâce à des mesures automatisées. La natrémie moyenne chez un sujet sain en état d'équilibre hydroélectrolytique est de 140 ± 2 mEq/l. La concentration du sodium dans les liquides interstitiels, du fait de l'équ […] Lire la suite

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Régulations osmotiques et besoins hydrominéraux »  : […] Les mouvements d'eau dans l'organisme, le maintien d'une osmolarité normale, le contrôle des déperditions d'eau rénales par la réabsorption tubulaire dépendent essentiellement de l'hormone antidiurétique posthypophysaire (ADH). Une double intervention de l'hypothalamus – son rôle dans le contrôle de la sécrétion de l'ADH et dans l'ingestion d'eau – assure une pression osmotique ainsi qu'une ten […] Lire la suite

OSMOSE & PRESSION OSMOTIQUE, biologie

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 784 mots

Mouvement de solvant qui se produit entre deux solutions d'inégales concentrations au travers d'une membrane hémiperméable qui ne laisse passer que le solvant et non les solutés. L'osmose fut découverte par Dutrochet (1826) qui imagina un appareil (osmomètre) constitué d'un réservoir de verre, sorte de cylindre vertical dont la base est obturée par une membrane hémiperméable (vessie de porc) et do […] Lire la suite

SOIF

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN
  •  • 4 122 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les récepteurs internes et les centres dipsiques »  : […] L 'existence du stimulus osmotique de la soif implique qu'il existe, quelque part dans l'organisme, des cellules spécialisées, les « osmocepteurs », qui répondent soit à la réduction de leur propre volume, soit à l'élévation de la pression osmotique effective de leur environnement, et transmettent cette information au système nerveux central. La présence de récepteurs internes répondant à l'élév […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Brahim LAHLOU, « OSMORÉGULATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/osmoregulation/