MITOCHONDRIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mitochondrie : structure

Mitochondrie : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Enzymes : localisation

Enzymes : localisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Potentiels redox

Potentiels redox
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Transfert énergétique dans une cellule végétale

Transfert énergétique dans une cellule végétale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Vers 1890, Altman découvre dans les cellules des granules très semblables en dimensions et aspects à des bactéries. Il leur donne le nom de bioblastes. En 1897, le terme de mitochondries est introduit par Benda pour désigner ces éléments. On pensait déjà, à cette époque, que les mitochondries devaient jouer un rôle essentiel dans le métabolisme cellulaire et notamment, entre autres fonctions, constituer le site de synthèse des protéines.

Après la mise en évidence des mécanismes biochimiques de la consommation d'oxygène dans des broyats de muscle de pigeon (cycle de Krebs) vers 1940, les travaux de Keilin et Warburg ont amené à interpréter les oxydoréductions cellulaires comme des transports d'électrons assurés par des flavoprotéines et des cytochromes. Or, à la même époque, Claude mais surtout Palade, en 1948, réussissent à isoler des mitochondries, ce qui permettra de localiser dans ces « organites » les événements du cycle de Krebs et de la β-oxydation des acides gras, comme le démontrent respectivement Green et Lehninger en 1948. C'est le moment aussi où Boris Ephrussi publie les premières observations sur les mutants « petite colonie » des levures et jette les bases de la génétique extrachromosomale et mitochondriale. L'ensemble de ces travaux ouvrait un des domaines les plus féconds de la biologie moderne, domaine où devait s'opérer une conjonction entre bioénergétique, biologie des membranes et biologie moléculaire.

On sait aujourd'hui que les mitochondries sont le site de synthèse de la presque totalité de l'ATP (acide adénosine-triphosphorique) utilisé par les cellules. L'ATP, molécule riche en énergie, est le vecteur intracellulaire universel de l'énergie. Il est indispensable à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages




Écrit par :

  • : professeur de biochimie à l'université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  MITOCHONDRIES  » est également traité dans :

AÉROBIOSE & ANAÉROBIOSE

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 2 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Régulation du métabolisme de l'oxygène »  : […] Pasteur avait montré que les levures consomment moins de glucose en aérobiose qu'en anaérobiose. Ce fait, connu sous le nom d' effet Pasteur , se retrouve chez tous les organismes anaérobies facultatifs. Quelles que soient les conditions d'aération, la consommation d'énergie pour assurer les besoins vitaux est la même. La dégradation totale d'une molécule de glucose selon la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aerobiose-et-anaerobiose/#i_1905

BIOÉNERGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Jacques TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 5 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enzymes des conversions d'énergie : les ATPases (adénosine-tri-phosphatases) ou ATP-synthétases »  : […] Ces enzymes hydrolysent l'ATP par la réaction réversible : P i étant le phosphate inorganique. Leur fonctionnement est intimement lié aux problèmes cruciaux de la bioénergétique. La molécule d'ATP est en effet « riche en énergie » que libère l'hydrolyse de cette molécule par les ATPases. L' énergie libre est utilisable notamment pour le transport ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioenergetique/#i_1905

BIOSYNTHÈSE DE L'ATP

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 238 mots

La théorie émise par Peter Mitchell (1920-1992), qu'il baptisa théorie chimiosmotique, bouleversa la bioénergétique. Jusqu'alors, on considérait que l'oxydation des substrats respiratoires dans les mitochondries était couplée avec la synthèse endergonique (consommatrice d'énergie) d'ATP (adénosine triphosphate) par phosphorylation de l'ADP : ADP (adénosine diphosphate) + phosphate + énergie → ATP. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biosynthese-de-l-atp/#i_1905

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Conversions d'énergie par la cellule »  : […] Les cellules ont besoin d'énergie pour leurs différentes activités : biosynthèse de molécules, production de mouvements, transports actifs ; cette énergie est fournie par l'hydrolyse de molécules d' adénosine-triphosphate (ATP) en adénosine diphosphate (ADP) et phosphate inorganique. Dans ces conditions les travaux cellulaires ne peuvent se poursuivre que si les molécules d'ATP consommées sont r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-l-organisation/#i_1905

CELLULE - La division

  • Écrit par 
  • Marguerite PICARD
  •  • 4 983 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La réplication de l'ADN »  : […] La réplication de l'ADN chez les eucaryotes suit les mêmes mécanismes de base que ceux qui sont décrits chez les bactéries. Cette réplication est en particulier semi-conservative et bidirectionnelle. Le problème de la duplication des chromosomes d'eucaryotes est cependant compliqué par la structure de la chromatine et par la quantité d'ADN à répliquer qui est de plusieurs centaines de fois supéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-la-division/#i_1905

CHAPERONNES PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Roger DURAND
  •  • 964 mots

On appelle « molécules chaperonnes » (Laskey, 1978) des protéines dont le rôle est d'éviter, chez d'autres protéines, des « écarts de conduite » comme le faisaient autrefois auprès des jeunes filles des personnes que l'on appelait « chaperons » Elles participent ainsi à des fonctions vitales essentielles : résistance au stress, maintien de la conformation correcte des protéines, trafic intracellu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines-chaperonnes/#i_1905

EPHRUSSI BORIS (1901-1979)

  • Écrit par 
  • Madeleine GANS, 
  • Piotr SLONIMSKI
  •  • 1 101 mots
  •  • 1 média

Né à Moscou le 9 mai 1901, Boris Ephrussi a fait ses études supérieures à la faculté des sciences de Paris où, en 1946, sera créée à son intention la première chaire de génétique. Il fut, avec Philippe L’Héritier, Georges Teissier et Georges Rizet, l’un des principaux artisans de la renaissance de la génétique en France après 1935 et de son développement dans les universités françaises. Au sein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-ephrussi/#i_1905

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Hérédité des organites à fonction bioénergétique »  : […] Les mitochondries sont des organites régulièrement rencontrés dans le cytoplasme des cellules des Eucaryotes. Leur forme extérieure est variable, mais leur structure fine révélée par le microscope électronique est très constante. Ces organites sont le siège des réactions du catabolisme respiratoire. Celui-ci, la plus répandue des voies utilisées par les systèmes vivants pour mobiliser à leur prof […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_1905

IONOPHORES

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 419 mots

On nomme ionophores des substances qui perméabilisent les membranes cellulaires vis-à-vis du passage des ions. C'est le cas notamment de certains antibiotiques qui perturbent le fonctionnement des mitochondries, rendant leur membrane perméable aux ions alcalins et découplant les phosphorylations des oxydoréductions respiratoires auxquelles elles sont normalement conjuguées. Alors que les ions alca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ionophores/#i_1905

LEHNINGER ALBERT L. (1917-1986)

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 586 mots

Mort le 4 mars 1986 au terme d'une longue carrière de chercheur et d'enseignant, Albert L. Lehninger est universellement connu des étudiants en sciences et en médecine pour ses livres d'enseignement dont le premier, paru en 1970 sous le simple titre de Biochemistry , renouvelle complètement l'écriture des livres de cette discipline. Contrairement à ses prédécesseurs en ce do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-l-lehninger/#i_1905

LEVURES

  • Écrit par 
  • Jacques BOIDIN, 
  • Jean-Bernard FIOL, 
  • Simone PONCET
  • , Universalis
  •  • 3 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Morphologie, cytologie et reproduction »  : […] Les Levures, bien qu'utilisées inconsciemment par l'homme depuis plus de 5 000 ans pour la préparation de boissons alcoolisées, ne sont en fait considérées comme les êtres vivants unicellulaires responsables de la fermentation que depuis le xix e  siècle. F. J. F. Meyen, en 1837, propose le nom de Saccharomyces pour la levure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/levures/#i_1905

LIPIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Bernard ENTRESSANGLES, 
  • Paul MANDEL, 
  • Jean-Claude PROMÉ
  •  • 6 802 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Acides saturés »  : […] L' étude du mécanisme de la dégradation des acides gras a débuté avec les travaux de F. Knoop (1904) : des animaux, nourris avec des acides gras dans lesquels un cycle benzénique se substitue à un atome d'hydrogène sur le dernier carbone de la chaîne, excrètent dans l'urine (sous forme d'amides avec le glycocolle) des produits contenant un cycle benzénique et dont la nature varie selon que l'acid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lipides/#i_1905

MÉTABOLISME

  • Écrit par 
  • Paul DI COSTANZO, 
  • Charles KAYSER, 
  • Jo NORDMANN
  •  • 8 425 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Le métabolisme intermédiaire »  : […] Le métabolisme intermédiaire a été souvent défini comme l'ensemble des phénomènes de dégradation ( catabolisme) et de synthèse ( anabolisme) qui permettent un cycle continu d'échanges entre la cellule et les substances, autrement dit substrats, apportées par l'alimentation : glucides, lipides et protides. Actuellement, ce terme désigne deux types de processus biochimiques : l'un, variable, avec l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme/#i_1905

MÉTABOLISME RESPIRATOIRE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 267 mots

Hans Krebs (1900-1981) étudia, à Fribourg, la formation de l'urée dans des tranches de foie de rat et décrivit, en 1930, le premier cycle biochimique où un métabolite initial est régénéré par une série de réactions intermédiaires. Contraint à l'exil en 1933, il s'établit à Oxford et découvrit, sur des muscles émincés de pigeon, le cycle de décomposition respiratoire de l'acide pyruvique que produi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metabolisme-respiratoire/#i_1905

MITCHELL PETER DENNIS (1920-1992)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 738 mots

Il est rare qu'un chercheur du xx e  siècle crée son laboratoire sur ses propres fonds. C'est pourtant ce que fit Peter Mitchell qui révolutionna ensuite la bioénergétique. Il développa en effet une « théorie chimiosmotique » qui rencontra d'abord le scepticisme général mais qui, en moins de dix ans, réussit à convaincre toute la communauté scient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-dennis-mitchell/#i_1905

MORTS CELLULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc PERFETTINI
  •  • 5 784 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques de la nécrose cellulaire »  : […] Les principales modifications morphologiques observées lors de la mort cellulaire nécrotique sont l'augmentation du volume cellulaire, également appelée oncose (du grec onkos , « dilatation »), un gonflement des organites et une accentuation de la perméabilité de la membrane plasmique des cellules mourantes. Ces phénomènes contribuent à la rupture de la membrane plasmique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morts-cellulaires/#i_1905

NUCLÉIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques KRUH, 
  • Ethel MOUSTACCHI, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Alain SARASIN
  •  • 13 449 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le code génétique »  : […] Quelle est la nature de l'information génétique contenue dans l'ADN ? Le problème n'a été complètement résolu que pour les gènes codant pour les protéines. Cela signifie que l'on a montré comment la séquence des nucléotides de l'ADN contenu dans un gène pouvait déterminer la séquence des acides aminés contenus dans la protéine codée par le gène. C'est le problème du code génétique. Le problème a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-nucleiques/#i_1905

OXYDORÉDUCTIONS, biologie

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 5 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La théorie chimioosmotique »  : […] Quel est le mécanisme d'un tel couplage ? L'hypothèse actuellement la plus en faveur est la théorie chimioosmotique, élaborée en 1961 pour les phosphorylations oxydatives par l'Anglais Peter Mitchell et sa collaboratrice Jennifer Moyle (elle valut à P. Mitchell le prix Nobel en 1978). Elle fut ensuite étendue aux photophosphorylations (Jagendorf, 1967). Soit une oxydoréduction réalisée sur une crê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydoreductions-biologie/#i_1905

PHOTORESPIRATION

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 920 mots

L'influence de la lumière sur la respiration des plantes vertes a longtemps été tenue pour négligeable. Depuis 1955 cependant, un grand nombre de travaux ont montré que, pour la plupart des plantes vertes, le dégagement de gaz carbonique était deux ou trois fois plus intense à la lumière qu'à l'obscurité. On réserve le nom de photorespiration sensu stricto à l'ensemble des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photorespiration/#i_1905

PHOTOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean LAVOREL, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 10 334 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Les types métaboliques de photosynthèse, d'après le mode de fixation initial de CO2 »  : […] Les réactions enzymatiques décrites ci-dessus sont sensiblement les seules voies d'entrée du CO 2 dans le métabolisme photosynthétique, pour la majorité des plantes primitivement étudiées. 90 p. 100 du carbone au moins empruntent directement la voie du phosphoglycérate, composé à 3 atomes de C, d'où le qualificatif de « type C 3  » donné à ces végétaux qui comprennent presque toutes les plantes o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photosynthese/#i_1905

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 774 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Physiologie des plantes »  : […] Organismes fixés, les plantes vivent à l’interface entre deux milieux très différents – le sol et l’atmosphère – dans lesquels elles trouvent les éléments nécessaires à leur croissance . Ainsi, elles absorbent l’eau et certains ions minéraux du sol par leurs racines, et le dioxyde de carbone (CO 2 ) atmosphérique et l’énergie lumineuse par leurs organes chlorophylliens (feuilles et parfois tiges) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes/#i_1905

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 610 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Réserves lipidiques »  : […] Les lipides ou corps gras sont emmagasinés dans les cotylédons, l' albumen, plus rarement dans le périsperme ou l'axe hypocotylé ou encore dans le mésocarpe du fruit (olive, palmier à huile) ; les plantes dites oléagineuses en renferment ainsi de grandes quantités . Les teneurs en matières grasses sont sujettes à variation, étant influencées par les facteurs saisonniers et géographiques, d'une par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-vegetales/#i_1905

RESPIRATION

  • Écrit par 
  • Pierre DEJOURS, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 370 mots

Dans le chapitre « Échanges gazeux »  : […] Les végétaux sont dépourvus d'un appareil respiratoire et d'un appareil circulatoire assurant le transfert des gaz dissous ou libres. Les échanges gazeux se font donc essentiellement par diffusion. L'épiderme, souvent revêtu d'une cuticule cireuse, est très peu perméable aux gaz. Chez les végétaux aériens, Cormophytes, ce sont les stomates répartis à sa surface qui, par leur nombre, permettent un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiration/#i_1905

RESPIRATION CELLULAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 976 mots

1783 A. Lavoisier (1743-1794) compare la respiration d'un cobaye à la combustion d'une bougie. Il conclut que la chaleur animale résulte de la combustion combinant l'oxygène de l'air avec les aliments carbonés transportés par le sang. Comme la matière charbonneuse de la bougie, les aliments, en brûlant dans les poumons, donnent le gaz carbonique exhalé par la respiratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiration-cellulaire-reperes-chronologiques/#i_1905

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS
  • , Universalis
  •  • 7 265 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Échanges gazeux entre le sang et les tissus »  : […] Il a été établi que c'est au niveau des mitochondries qu'ont lieu les oxydations cellulaires. Au voisinage des cellules, la pression partielle de l'oxygène n'est que de quelques mm Hg. Bien que très faible, cette pression est suffisante pour alimenter les réactions biochimiques. De ce fait, par un simple mécanisme de diffusion lié à la différence de pression partielle, l'oxygène traverse la membr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-physiologie/#i_1905

RIBOSOMES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO
  •  • 4 715 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Ribosomes des mitochondries »  : […] Bien que les mitochondries soient pourvues de ribosomes de type 70 S, leur appareil de traduction présente de nombreuses différences par rapport à celui des bactéries et des chloroplastes. La petite sous-unité ribosomale a des tailles variables entre 30 S et 40 S, et la grande sous-unité entre 40 S et 60 S, d'où une hétérogénéité dans les dimensions des ribosomes mitochondriaux (de 55 S à 80 S). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ribosomes/#i_1905

SLONIMSKI PIOTR (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Bernard DUJON
  •  • 859 mots
  •  • 1 média

Scientifique de renommée internationale pour ses travaux sur l'hérédité mitochondriale et sur les génomes, Piotr Slonimski s'est éteint à Paris le 25 avril 2009. Il a inspiré des générations d'étudiants et de chercheurs et joué un rôle très important dans le développement de la génétique et de la génomique en France. Il a été l'un des pionniers de la génétique moléculaire de la levure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piotr-slonimski/#i_1905

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Associations entre espèces différentes »  : […] L'anémone de mer Calliactis parasitica est assez fréquemment rencontrée fixée sur une coquille habitée par le bernard-l'hermite Eupagurus bernhardus , mais cette association n'est obligatoire ni pour l'un, ni pour l'autre des deux partenaires. L'alternative « associé vs non associé » dans chaque espèce est pour une bonne part fonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-biologie/#i_1905

VIEILLISSEMENT

  • Écrit par 
  • Claude JEANDEL, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 11 831 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Théories métaboliques »  : […] Par les théories métaboliques, on affirme que le déclin métabolique est le principal facteur de la durée de vie des organismes. Schématiquement, l'organisme dispose d'un capital énergétique fixé au début de son existence, et la durée de vie est inversement proportionnelle à l'intensité du métabolisme énergétique de l'animal. La fécondité serait antagoniste de la longévité : les espèces animales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement/#i_1905

WILSON ALAN CHARLES (1934-1991)

  • Écrit par 
  • Pascal PICQ
  •  • 1 035 mots

Les travaux d'Alan Wilson, spécialiste de la biologie moléculaire et technicien talentueux, ont bousculé les conceptions des anthropologues sur la place de l'homme dans la nature et sur l'origine de l'homme moderne. Co-inventeur du principe de l'horloge moléculaire, qui rythme de ses mutations la séparation des espèces, et de l'« Ève mitochondriale », qui aurait cédé, il y a deux cent mille ans, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alan-charles-wilson/#i_1905

Voir aussi

ACÉTYL-COENZYME A ou ACÉTYL-CoA    ADÉNOSINE DIPHOSPHATE (ADP)    ADN POLYMÉRASE    AMMONIAC biochimie    ARN DE TRANSFERT ou ARNt    ARN MESSAGER ou ARNm    ARN POLYMÉRASE    ARN RIBOSOMIQUE ou ARNr    ATP SYNTHÉTASE    BÊTA-OXYDATION    BIOSYNTHÈSES    CALCIUM & MÉTABOLISME CELLULAIRE    CARBONIQUE GAZ ou DIOXYDE DE CARBONE    CATALYSE ENZYMATIQUE    CHAÎNE RESPIRATOIRE    THÉORIE CHIMIOSMOTIQUE    CHLORAMPHÉNICOL    CHOLINE & PHOSPHODÉRIVÉS CHOLINIQUES    CITRATE    CITRATE SYNTHÉTASE    CODON biologie moléculaire    COENZYMES ou COFACTEURS ENZYMATIQUES    COLORATION cytologie    CONTRACTION MUSCULAIRE    COUPLAGE biochimie    CYTOCHROME OXYDASE    CYTOCHROMES    CYTOPLASME    HÉRÉDITÉ CYTOPLASMIQUE    DÉCARBOXYLATION    DÉCOUPLAGE biochimie    DÉSHYDROGÉNASES    DIFFUSION TRANSMEMBRANAIRE biologie    ÉLECTRON    ENTHALPIE LIBRE ou ÉNERGIE LIBRE DE GIBBS    ÉPISSAGE génétique moléculaire    EXON    EXPRESSION GÉNÉTIQUE    FERRÉDOXINE    FLAVINE ADÉNINE DINUCLÉOTIDE (FAD)    FLAVOPROTÉINES    FORCE PROTOMOTRICE    GÈNES EN MOSAÏQUE    GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE    GÉNOME    GÉNOME HUMAIN    GLUCONÉOGENÈSE ou NÉOGLUCOGENÈSE    GLYCOLYSE    ACIDES GRAS    MÉTABOLISME DES ACIDES GRAS    GUANOSINE TRIPHOSPHATE (GTP)    HÉRÉDITAIRES MALADIES ou MALADIES GÉNÉTIQUES    HÉRÉDITÉ FAMILIALE    INHIBITEURS biochimie    INTRON    LIPOSOMES    MALADIES MITOCHONDRIALES    MALATE    MATURATION DE L'ARN    MEMBRANES CELLULAIRES    MÉTABOLISME CELLULAIRE    ÉQUATION DE NERNST    NICOTINAMIDE ADÉNINE DINUCLÉOTIDE (NAD)    NICOTINAMIDE ADÉNINE DINUCLÉOTIDE PHOSPHATE (NADP)    NIGERICINE    OXALOACÉTATE    OXYDATION    EFFET PASTEUR    PHOSPHATES    PHOSPHOÉNOLPYRUVATE (PEP)    PHOSPHOFRUCTOKINASE    PHOSPHOLIPIDES    PHOSPHORYLATION    PHOSPHORYLATION OXYDATIVE    POTENTIEL D'OXYDORÉDUCTION    POTENTIEL ÉLECTRIQUE    BIOSYNTHÈSE DES PROTÉINES    PROTÉINES FER-SOUFRE    PROTÉINES MEMBRANAIRES    GRADIENT DE PROTONS    PYRUVATE    COUPLE REDOX    RÉDUCTION chimie    RÉGULATION GÉNÉTIQUE    RÉGULATIONS BIOCHIMIQUES    RÉPLICATION biologie moléculaire    SUCCINATE    THERMOGENÈSE    TRADUCTION biologie moléculaire    TRANSAMINASE    TRANSCRIPTION biologie moléculaire    TRANSPORT D'ÉLECTRONS bioénergétique    TRANSPORTS MEMBRANAIRES    UBIQUINONES ou COENZYMES Q    URÉE    URÉOGENÈSE    VALINOMYCINE

Pour citer l’article

Roger DURAND, « MITOCHONDRIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitochondries/