ERFURT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Erfurt est la capitale de l’État libre de Thuringe, en Allemagne. Elle comptait 212 000 habitants en 2017, ce qui en fait la ville la plus peuplée du Land, devant Iéna et Gera. Située au cœur de ce territoire, elle a tissé des liens importants avec les villes voisines de Gotha, Weimar et, plus loin, Iéna, ce qui contribue à renforcer sa centralité.

Allemagne : carte administrative

Carte : Allemagne : carte administrative

Carte administrative de l'Allemagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La première mention d’Erfurt remonte au viiie siècle, au cours duquel la ville acquiert le statut d’évêché. Sa situation géographique, entre le bassin agricole de Thuringe (au nord) et la forêt du même nom (au sud), le long de la rivière Gera, sur une route reliant l’Allemagne rhénane à la Russie, lui a très tôt permis de devenir un carrefour commercial : au xve siècle, Erfurt rejoint ainsi la Ligue hanséatique, après s’être fortement développée au Moyen Âge sur les plans économique et culturel, ayant obtenu dès le xive siècle de l’empereur le privilège d’organiser des foires. Par ailleurs, le commerce du pastel a contribué au financement de l’une des plus anciennes universités allemandes (avec celles de Heidelberg et de Cologne), créée en 1392, et qui compta notamment Martin Luther parmi ses élèves les plus célèbres. Plusieurs crises marquent l’histoire de la ville au xviie siècle, ainsi sa conquête par les troupes de Louis XIV ou l’épidémie de peste, qui emporte plus de la moitié des habitants en 1683. Après avoir été donnée à la Prusse en 1802, Erfurt revient sous l’autorité de la France quatre ans plus tard, sous Napoléon Ier, avant d’être réintégrée au royaume de Prusse en 1815.

Avec l’industrialisation, les activités se diversifient au xixe siècle, notamment dans le domaine des constructions mécaniques. Les fortifications sont démantelées en 1873, permettant le développement de faubourgs. Après la Première Guerre mondiale, la Prusse refuse de perdre la ville d’Erfurt qui, dès lors, ne rejoint pas l’État libre de Thuringe, créé en 1920 ; celui-ci prend alors Weimar comme capitale. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Erfurt abrite l’une des plus importantes garnisons du Reich, mais sera relativement épargnée lors du conflit, ce qui explique l’état de conservation de la vieille ville médiévale. Avec l’instauration de la République démocratique allemande (RDA), elle devient la capitale du Land de Thuringe en 1948, puis le centre de l’un des trois Bezirke (districts administratifs) qui remplacent le Land jusqu’à la réunification allemande ; elle redevient alors la capitale de l’État libre de Thuringe.

L’économie de la ville est aujourd’hui marquée par le poids des services et de l’administration et, même si Erfurt ne peut être considérée comme une métropole, elle dispose néanmoins de fonctions de centralité certaines (Oberzentrum). Les secteurs industriels sont également présents (mécanique, microélectronique), tout comme celui de la logistique, en expansion, en raison de la situation centrale de la ville en Allemagne. Sa gare constitue d’ailleurs une importante plaque tournante pour le transport de voyageurs.

Comme la plupart des villes de l’est de l’Allemagne, Erfurt ne possède pas de banlieue étendue et son agglomération est relativement limitée. La ville médiévale, avec ses maisons à colombages, couvre près de trois kilomètres carrés. Elle comporte, outre la cathédrale, plus de vingt-cinq églises paroissiales, et également la plus ancienne synagogue d’Europe (xie siècle), aujourd’hui transformée en musée. La proche périphérie d’Erfurt est marquée par la présence d’espaces forestiers (Steigerwald) et de loisirs (jardins de l’Egapark, lac de Nordstrand, etc.). La majorité des habitants vit dans le centre et les quartiers de faubourgs qui en sont peu éloignés, le reste de la population se partageant entre les grands ensembles d’habitation (Plattenbau) et les villages périurbains environnants. Depuis la réunification, les grands ensembles ont globalement perdu de la population, d’abord au bénéfice des villages périurbains dans les années 1990, puis des quartiers centraux et péricentraux depuis les années 2000. La ville est marquée par une forte ségrégation sociale entre, d’une part, les quartiers de Plattenbau qui connaissent une faible attractivité et une fragilité sociale et économique et, d’autre part, le centre ancien et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ERFURT  » est également traité dans :

THURINGE

  • Écrit par 
  • Christophe QUÉVA
  •  • 949 mots
  •  • 1 média

La Thuringe (Thüringen en allemand) est l’un des seize Länder d’ Allemagne . Elle est située dans le centre du pays, au nord de la Bavière et occupe 16 000 kilomètres carrés, pour une population d’environ 2,15 millions d’habitants (2017). La dénomination officielle, « Freistaat Thüringen » (État libre de Thuringe), est symbolique ; elle souligne une tradition étatique et une spécificité politique […] Lire la suite

Les derniers événements

22-25 septembre 2011 Vatican – Allemagne. Visite du pape Benoît XVI en Allemagne

Le 23, il se rend au monastère protestant Saint-Augustin d'Erfurt, sans toutefois annoncer d'avancée sur la voie de l'œcuménisme. Le 24, à Fribourg, Benoît XVI dénonce devant le Comité central des catholiques allemands « une crise de la foi » dont l'une des causes provient d'« un excédent de structures par rapport à l'Esprit » dans l'Église.  […] Lire la suite

11 mars 2009 Allemagne. Fusillade dans un collège

Le pays a cependant renforcé sa législation en matière de port d'armes à deux reprises depuis la tuerie d'Erfurt en 2002, qui avait fait seize morts.  […] Lire la suite

26 avril 2002 Allemagne. Tuerie dans un lycée d'Erfurt

À Erfurt, dans le Land de Thuringe, un jeune homme de dix-neuf ans, Robert Steinhaüser, ouvre le feu dans le lycée dont il avait été renvoyé en 2001. Il tue treize professeurs, deux élèves et un policier avant de se donner la mort. Membre de clubs de tir et passionné par les armes, il aurait fait part de son désir que « tout le monde [le] connaisse ». […] Lire la suite

1er-21 avril 1991 Allemagne. Relance du terrorisme et revers électoral pour le chancelier Helmut Kohl

Le 7, le chancelier Helmut Kohl se rend à Erfurt, capitale du nouveau Land de Thuringe, pour sa première visite dans les provinces de l'Est depuis l'unification. Il veut tenter de redonner confiance à une population justement inquiète de son avenir : pour 17 millions d'habitants dans l'ex-R.D.A., il y a déjà huit cent mille personnes en chômage total et près de 2 millions en chômage partiel. […] Lire la suite

4-23 février 1990 République démocratique allemande. Participation des partis de R.F.A. à la campagne électorale

Le 20, le chancelier ouest-allemand Helmut Kohl préside, à Erfurt, devant cent mille personnes, la première réunion électorale de l'Alliance pour l'Allemagne. Le 23, à Leipzig, Ibrahim Böhme est confirmé au poste de président du Parti social-démocrate (S.P.D.) de R.D.A., qui reçoit un important soutien de son homologue ouest-allemand.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe QUÉVA, « ERFURT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erfurt/