CALLIGRAMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le calligramme, formé de beauté et de lettres, est le nom de l'acte poétique par lequel Apollinaire entend faire un pas décisif vers la « synthèse des arts, de la musique, de la peinture, de la littérature ». Mieux que l'« idéogramme lyrique », ce nom rappelle la tradition hellénique de la poésie figurative dont l'invention est attribuée à Simmias de Rhodes (~ ive s.). Chez lui, comme chez Théocrite ou Rabelais, la longueur des vers varie de façon à décrire le volume et les silhouettes d'un objet (de culte), comme l'œuf, la syrinx ou la « Dive Bouteille ». Cet objet représenté constitue le sujet des poèmes rhopaliques (du nom grec de la massue dont la forme peut être imitée). Cependant, le mot et l'image ne se superposent pas chez Apollinaire : ils forment une nouvelle entité. Cette prouesse est déjà réalisée par Raban Maur (780 env.-856). Sa technique consiste à attribuer au texte linéaire originel deux dimensions supplémentaires par la mise en valeur picturale d'un îlot de significations s'inscrivant dans une surface qui dessine la silhouette de l'objet — église, crucifix, aigle — évoqué. L'unité de la page, respectée jusqu'à Mallarmé, éclatera avec celui-ci, les différents caractères typographiques soulignant la présence des textes virtuels qui s'emboîtent dans Un coup de dé. Loin d'être « harmonie imitative », proscrite par Apollinaire, ce texte ouvre la voie à la poésie concrète et spatiale pratiquée, avant l'heure, par Christian Morgenstern, dans une page des Chants du gibet (1905), Fisches Nachtgesang (Chant nocturne du poisson) :

—  Bernard HOLTZMANN

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CALLIGRAMME  » est également traité dans :

APOLLINAIRE GUILLAUME (1880-1918)

  • Écrit par 
  • Michel DECAUDIN
  •  • 4 293 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grands recueils »  : […] poésie brute, des poèmes simultanés, en relation avec le « simultanéisme » des peintres ; il compose aussi des « idéogrammes » (qu'il ne tardera pas à appeler « calligrammes »), dans la tradition des poèmes figurés : la lettre, le mot sont disposés sur la page de façon à former un dessin, un visage, un jet d'eau, les grandes raies obliques de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-apollinaire/#i_5743

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 394 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Territoires et pratiques »  : […] . Klee ou Michaux explorent l'unité primitive de l'écriture et du dessin. À propos des calligrammes, Guillaume Apollinaire (1880-1918) écrivait que « ces artifices peuvent aller très loin encore et consommer la synthèse des arts de la musique, de la peinture et de la littérature ». On n'est pas loin du fantasme mallarméen du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_5743

PALINDROME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 264 mots

Georges Perec, le champion incontestable du genre, écrivit en 1969 : « Litige. Regagner (et ne m'...). Ressac. Il frémit, se sape, na ; Eh, cavale ; Timide, il nia ce sursaut. [...] tu as rusé ; Cain ; Lied imité, la vache (à ne pas estimer) (flic assermenté, rengagé) régit./Il/ » (Oulipo, 1973). Cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palindrome-genre-litteraire/#i_5743

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « CALLIGRAMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/calligramme/