LYRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le lyrisme japonais

En 1897, un groupe de jeunes poètes japonais publiait, sous le titre collectif de Jojō shi (Poèmes lyriques), un ensemble de recueils de poèmes, précédés de préambules où chacun des auteurs définissait sa propre conception du lyrisme, et d'où il ressortait que la poésie de forme nouvelle serait lyrique ou ne serait pas. L'épithète jojō, « qui exprime les sentiments », employé pour traduire « lyrique », ne pouvait, à leur sens, s'appliquer à la poésie classique, depuis des siècles égarée dans les voies d'un formalisme où le sentiment ne s'exprimait que par le biais d'un réseau d'allusions et de métaphores.

Le lyrisme avait été pourtant parfaitement décrit dans les premières lignes de la préface du Kokin waka shū (Recueil de poèmes japonais de jadis et naguère), rédigée en 905 par Ki no Tsurayuki (mort en 945) : « Le chant du Yamato germe dans le cœur de l'homme et s'épanouit en un feuillage de myriades de paroles. C'est ainsi que les hommes qui vivent en ce monde, puisque diverses sont leurs expériences, expriment ce qu'ils éprouvent en leur cœur au moyen de ce qu'ils voient, de ce qu'ils entendent. Du rossignol qui chante dans les fleurs, de la grenouille qui habite les eaux, entendez la voix : de tous les êtres qui vivent ce qui s'appelle vivre, qui ne chante pas son chant ? Ce qui, sans déploiement de forces, ébranle ciel et terre, émeut jusqu'aux démons invisibles, adoucit les relations entre hommes et femmes, apaise même le cœur des fiers guerriers : voilà ce qu'est le chant. »

Après cette déclaration du poète, la lecture du recueil lui-même déçoit quelque peu, et singulièrement celle des livres XI à XV qui contiennent les poèmes d'amour. Déjà les clichés, les comparaisons, allusions, allégories et métaphores compriment les élans les plus sincères dans l'étau des conventions, pour aboutir à la limite à ce pur chef-d'œuvre d'un anonyme, qui revêt, par la grâce d'un savant jeu de calembours, deux significations radicalement différentes (Kokin shū, 755) :

Ce sont des rivages entraînée par les flots où seule croîtnoyée dans les larmesl'algue flottantema triste destinéeet pour la couper seulementà l'occasionle pêcheur y vient aborder.vous y venez

Ce sont là certes les jeux auxquels se complaisent les gens de cour, et dont le Genji monogatari, qui les montre en situation, nous donnera maint exemple. Pour retrouver le lyrisme spontané que définit Tsurayuki, poète dont les œuvres sont les plus alambiquées que l'on puisse imaginer, il faut se reporter en fait à la grande anthologie du siècle de Nara, le Man yō shū, achevé vers 760. Des quatre mille cinq cents pièces de cette monumentale compilation, bon nombre sont déjà imprégnées de ce formalisme à qui, précisément, elles serviront de modèle et de caution, mais l'on y trouve également des poèmes « anciens » des vie et viie siècles, des poèmes des « provinces », production anonyme, sinon populaire, du moins de gens « sans importance », et des poèmes des « gardes des Marches », où des guerriers inconnus, requis pour servir aux frontières lointaines, disent naïvement leur peine.

Il est des élégies funèbres aussi, non point celles que le chantre officiel de la cour, Kakinomoto no Hitomaro, composa pour des princes, mais la plainte d'un époux, d'un amant, d'un fils ; des « poèmes qui chantent la couleur de la séparation », d'un temps où s'éloigner de la « Ville », centre unique de civilisation et de culture, était un exil pire que la mort. Et enfin, dans les livres XI et XII, sous la rubrique « Énoncé direct du sentiment », des chants d'amour, anonymes pour la plupart, à qui la forme concise à l'extrême du « poème court » (tanka de 31 syllabes : 5 + 7 + 5 + 7 + 7) confère une puissance rarement atteinte dans l'expression de la passion. Si jamais poète exhala de « purs sanglots », est-ce point celui qui écrivit :

Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku

Photographie : Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku

Enku, Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, «Prince des poètes», période Nara, vers 1680. Bois, hauteur: 56 cm, largeur: 21,4 cm, profondeur: 15 cm. Temple Aroka-Kannonji, Nagoya, Aichi. 

Crédits : M. De Fraeye/ AKG-images

Afficher

Du jour que j'ai su les soucis m'ont tourmenté et dans ma poitrine rompue de douleur brisé mon cœur plus n'a de repos. (Man yō shū, 2894)

Les poètes de cour, et les pédants qui commenteront le Man yō shū, diront leur mépris pour l'impudente exhibition des sentiments des anonymes, gens de peu selon toute apparence, qui ignoraient, sinon le mono no aware, le « poignant des choses », du moins l'art de le dire avec élégance, avec ces clins d'œil au lecteur complice que sont les allusions, et les allusions aux allusions, l'art de faire des vers nouveaux avec des mots antiques. (« Pour l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku

Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku
Crédits : M. De Fraeye/ AKG-images

photographie

Lamartine

Lamartine
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LYRISME  » est également traité dans :

CALLIGRAMMES, Guillaume Apollinaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 629 mots

Dans le chapitre « Un « lyrisme visuel » »  : […] Si le terme «  calligramme  », forgé à partir du grec kallos (« beau ») et gramma (« écriture »), a bien été inventé par Apollinaire (qui avait auparavant utilisé l’expression d’« idéogramme lyrique »), l’idée de rédiger un texte – poétique ou non – dont la disposition sur la page dessine une forme graphique en relation avec son contenu sémantique trouve de nombreux exemples au Moyen Âge ou à la […] Lire la suite

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 258 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Au temps du muet »  : […] Dès son origine, le cinéma a puisé dans le répertoire opératique : d'une part, par besoin de situations dramatiques éprouvées, et, d'autre part, par volonté de s'acheter une respectabilité culturelle. Rappelons que le cinéma, avec le kinétoscope de Thomas Edison, a vu le jour dans les foires. Ainsi Georges Méliès tourne un Faust aux enfers en 1903, Cecil B. DeMille une Carmen en 1915, avec Gera […] Lire la suite

ÉLÉGIE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 796 mots

Ce petit genre poétique, d'abord caractérisé uniquement par l'emploi d'une forme métrique, le distique élégiaque, s'est spécialisé chez les Latins dans un « lyrisme modéré et fleuri » faisant « la plus large part aux émotions personnelles du poète » (J. Bayet). On a continué, dans les littératures postérieures, à désigner du nom d'élégies des poèmes exprimant des sentiments tendres et mélancolique […] Lire la suite

HORACE (65-8 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 3 197 mots

Dans le chapitre « Le lyrisme comme style de vie »  : […] De catastrophes en convulsions, l'antique république romaine s'acheminait cependant à une métamorphose. Chacun comprit que l'essentiel était acquis le jour où le jeune Octave remporta sur les forces d'Antoine et de Cléopâtre une victoire décisive (bataille d'Actium, 2 septembre 31). Il est peu d'événements historiques qui, dans la littérature, dans la sensibilité commune, aient défini aussi nettem […] Lire la suite

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 742 mots

Dans le chapitre « Les poèmes »  : […] Les trois poèmes majeurs ( Cantique spirituel, Nuit obscure, Vive flamme d'amour ) recueillent la quintessence de l'expérience humaine et mystique de Jean de la Croix : la rencontre avec Dieu. Leur commentaire en prose fait l'objet des quatre grands traités doctrinaux, expressément écrits à l'intention des religieuses dont Jean de la Croix était le directeur spirituel : Subida del Monte Carmelo, […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L’essor du lyrisme poétique  »  : […] La poésie connaît au xix e  siècle une paradoxale mutation. Dominante dans les belles-lettres au début du siècle, elle voit son champ se réduire à la poésie lyrique et délaisser les registres narratifs et épiques. Seul genre à perpétuer la domination du vers, elle connaît une invasion de la prose. Incapable de nourrir ceux qui lui vouent une dévotion, la poésie n’en reste pas moins considérée com […] Lire la suite

ODE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 883 mots
  •  • 1 média

L'ode est une forme. Pour une fois, l'étymologie correspond à la réalité de sens ( ôdè , chant) et nous renvoie naturellement aux anciennes manifestations de la poésie en Occident, c'est-à-dire au lyrisme grec. Le lyrisme, on le sait, est un chant fait de couplets, accompagné de musique. L'une de ses traditions le plus précisément saisissables est la lyrique pindarique : l'ode y désigne un poème f […] Lire la suite

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Pour la mythologie grecque classique Apollon est le dieu de la lyre, Hermès celui des moutons d'Arcadie. Mais celui-ci, d'après l' Hymne à Hermès , est l'inventeur de la lyre, qu'il offrit à son frère pour prix de ses « vaches immortelles ». Apollon garda les troupeaux de Laomédon ( Iliade , XXI, 448) et ceux d'Admète en jouant de la flûte ( Alceste d'Euripide). D'autres personnages mythiques son […] Lire la suite

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question du lyrisme »  : […] Formalisme, littéralisme et objectivisme ont en commun de minimiser la part qui revient au sujet dans la création poétique. Or celui-ci a fait au cours des années 1980 un retour remarqué sur la scène artistique et littéraire, comme dans la réflexion philosophique. On a pu ainsi parler en France d'un renouveau du lyrisme, qui avait été longtemps proscrit comme poétiquement et politiquement incorre […] Lire la suite

LYRE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 639 mots

Il est à peine besoin de rappeler que la lyre a engendré dans la langue courante deux sens figurés et connexes. Instrument privilégié pour accompagner le chant, elle finit par imposer son nom à toute musique chantée : c'est en ce sens qu'on parle d'art lyrique, de spectacles ou de théâtres lyriques. Ensuite, le chant et la poésie étant indissociables dans la pratique originelle d'Apollon, la lyre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, Jean-Pierre DIÉNY, Jean-Michel MAULPOIX, Vincent MONTEIL, René SIEFFERT, « LYRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/