Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLÉGIE

Ce petit genre poétique, d'abord caractérisé uniquement par l'emploi d'une forme métrique, le distique élégiaque, s'est spécialisé chez les Latins dans un « lyrisme modéré et fleuri » faisant « la plus large part aux émotions personnelles du poète » (J. Bayet). On a continué, dans les littératures postérieures, à désigner du nom d'élégies des poèmes exprimant des sentiments tendres et mélancoliques, notamment les joies mais surtout les peines de l'amour. Chez les Grecs, le distique élégiaque (strophe formée d'un hexamètre dactylique suivi d'un pentamètre dactylique, le nombre de distiques qui entrent dans la composition d'une pièce étant indéterminé), loin d'être réservé à la poésie personnelle, était plutôt apprécié pour ses vertus gnomiques : « exhortations » morales et militaires de Callinos et de Tyrtée (~ viie s.), sentences sociales et politiques de Solon (~ viie-~ vie s.) et de Théognis (fin du ~ vie s.), lyrisme (très général) de Mimnerme (fin du ~ viie s.) et de Simonide (~ vie-~ ve s.). Ce sont les Alexandrins Callimaque et Philétas (début du ~ iiie s.) qui s'en servent les premiers pour exprimer la passion amoureuse, mais de façon encore impersonnelle et à grand renfort d'allusions mythologiques. Dans la littérature latine, Catulle reprend, après Ennius, le distique élégiaque non dans les poèmes qu'il adresse à Lesbie, mais dans ses épigrammes (comme plus tard Martial) et dans les pièces où il imite les Alexandrins. C'est à l'époque augustéenne que le genre élégiaque se fixe et donne des œuvres qui figurent parmi ses plus belles réussites, grâce à l'accord privilégié de l'expression de sentiments intimes, souvent caractérisés par des élans et des chutes, et d'un système métrique dont l'effet général (puisque les deux hémistiches du pentamètre sont analogues au premier hémistiche de l'hexamètre) est « celui de la vague qui monte, puis descend inégalement, puis remonte en deux poussées distinctes » (J. Bayet), mais dont les modulations particulières sont extrêmement variées, par l'accord aussi d'une forme d'art avec les tendances de toute une société : à la suite de Gallus en qui on reconnaît le créateur de l'élégie amoureuse, Tibulle chante rêveusement son amour pour Délie et son goût de la vie champêtre ; Properce, beaucoup plus marqué par l'alexandrinisme, rend néanmoins de façon extrêmement personnelle les tourments de son amour passionné et jaloux pour Cynthie, mais célèbre aussi, dans le dernier livre de ses Élégies (auquel on donne parfois le nom d'Élégies romaines), les antiquités nationales ; Ovide enfin, après avoir fait de l'élégie amoureuse un pur badinage, pleure, dans les Tristes et les Pontiques, les malheurs de son exil. Ils auront de nombreux épigones parmi les poètes latins du siècle suivant et, plus tard, parmi les poètes néo-latins. Parallèlement, les littératures nationales adopteront, sous une forme nouvelle, l'élégie (Du Bellay conseille dans la Deffence et Illustration de la langue françoyse : « Distile avecques un style coulant [...] ces pitoyables elegies à l'exemple d'un Ovide, d'un Tibulle et d'un Properce ») : ainsi en France, après Marot, avant Desportes, Ronsard publie des élégies (on connaît l'élégie contre les bûcherons de la forêt de Gastine, l'une des dernières qu'il ait écrites) et l'on distingue traditionnellement dans les Regrets de Du Bellay (qui se souvient d'Ovide) une partie élégiaque et une partie satirique. « La plaintive élégie, en longs habits de deuil [...] les cheveux épars » (Boileau), « La tendre élégie [...] à la voix gémissante, Au ris mêlé de pleurs, aux longs cheveux épars » (Chénier) se renouvelle peu en France au [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ‘ABBĀS IBN AL-AḤNAF AL- (748 env.-env. 808)

    • Écrit par Régis BLACHÈRE
    • 431 mots

    À la différence des autres poètes de son temps, al-‘Abbās s'est refusé à n'être qu'un amuseur ou un panégyriste. Il est plutôt le chantre de l'amour, de l'espérance qui le voit naître, des déchirements qui le voient finir. Toutefois cet élégiaque demeure dans les limites de l'« esprit courtois »...

  • AKHṬAL AL- (640 env.-env. 709)

    • Écrit par Régis BLACHÈRE
    • 1 089 mots

    « Le Disert », sobriquet sous lequel est resté célèbre Ghiyāth b. Ghawth b. al-Ṣalt, l'un des panégyristes les plus représentatifs du genre sous les Umayyades de Damas.

    Al-Akhṭal appartenait à la tribu des Taghlib qui nomadisait sur l'Euphrate moyen et jusqu'en Djazīra et était restée...

  • AL-KHANSĀ' (575 env.-630)

    • Écrit par Universalis
    • 224 mots

    Connue pour ses élégies, al-Khansā’ (Tumādir bint ‘Amr al-Khansā’, morte après 630) fut l'une des plus grandes poétesses du monde arabe.

    La mort de son frère Mu’āwiyah et de son demi-frère Sakhr, chefs de tribu tués lors d'une razzia avant la naissance de l'islam, plonge al-Khansā’...

  • BERTIN ANTOINE DE (1752-1790)

    • Écrit par Édouard GUITTON
    • 524 mots

    Comme Chabanon, Léonard et Parny, comme plus tard Leconte de Lisle, le chevalier de Bertin est né sous les tropiques (à l'île Bourbon). Son œuvre est mince, mais elle mérite de survivre à l'oubli. Transplanté en France dès l'âge de neuf ans, il y mène bientôt la vie facile et dissipée des jeunes...

  • Afficher les 25 références

Voir aussi