SJÖSTRÖM VICTOR (1879-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On doit à Charles Magnusson, directeur de la Svenska, d'avoir engagé les deux artistes qui devaient conférer au cinéma suédois ses lettres de noblesse et son label esthétique : Stiller et Sjöström. En passant du théâtre au septième art, ce dernier avait saisi la nécessité de rendre plus naturel le jeu de l'acteur du cinéma, aussi bien que d'insuffler aux personnages « une vie simple et vraie ». À partir de 1912, metteur en scène en même temps qu'interprète, il réalisa une cinquantaine de films, de valeur inégale, mais qui dotèrent l'école dite suédoise de ses thèmes comme de son style. Le moralisme social d'Ingeborg Holm (1913) ressort d'une observation rigoureusement réaliste ; La Troisième Voie (Terje Vigen, 1916) marque un jalon important : outre le recours à la grande littérature — ici Ibsen, plus tard Selma Lagerlöf, Hjalmar Bergman, Grillparzer —, le rôle de la nature s'y révèle primordial : fusion entre les sentiments et les paysages qui les reflètent, les symbolisent ou les marquent, sorte d'échange permanent entre la terre et l'âme nordiques. L'année suivante, Les Proscrits (Berg Ejvind och Hans Hustru) révèlent chez l'auteur un sens subtil de la lumière ainsi qu'une maîtrise croissante dans l'utilisation des noirs et des blancs, que Dreyer et Bergman porteront à sa perfection. La Charrette fantôme (Körkarlen, 1920), dont on ne possède qu'une version amputée, souffre de l'emploi abusif de la surimpression, procédé primaire et suranné, ficelle pour traduire l'invisible ; le film n'en témoigne pas moins d'une dominante essentielle du cinéma nordique : l'accord fondamental entre le mysticisme et un réalisme quasi documentaire ; l'épaisseur du réel y sert de tremplin à l'expression d'un au-delà fantastique ou surnaturel. Aux États-Unis, où il émigre en 1923 en prenant le nom de Seastrom, le maître suédois ne perd ni le style ni la veine originale de ses meilleures réalisations. La Tour des mensonges (The Tower of Lies, 1926) transpose L'Empereur du Portugal de Selma Lagerlöf, La L [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SJÖSTRÖM VICTOR (1879-1960)  » est également traité dans :

CHANEY LON (1883-1930)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 691 mots

Pour bien des amateurs de cinéma fantastique, Lon Chaney, acteur et réalisateur américain, est d'abord le fantôme qu'il incarna dans la première des adaptations du roman de Gaston Leroux (1909-1910), Le Fantôme de l'Opéra , de Rupert Julian (1925). Il serait pourtant injuste de limiter à un personnage unique celui qui fut L'Homme aux mille visages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lon-chaney/#i_17438

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Sagas nordiques et démons germaniques »  : […] Au moment où les cinéastes américains captent la lumière crue du soleil californien, les réalisateurs suédois découvrent à leur tour la magie du paysage naturel. À propos du Trésor d'Arne (1919), où Mauritz Stiller montrait un cortège funèbre cheminant sur les glaces qui enserrent la coque d'un navire, Léon Moussinac écrivait : « Avec quelle puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_17438

LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 063 mots

Dans le chapitre « Un film de confession, de méditation et d'angoisse »  : […] Paradoxalement, ce film qui a parachevé l'image de Bergman comme auteur n'est pas de ceux qui imposent un style particulièrement inventif. Le scénario est bourré de personnages et d'événements, un peu comme s'il s'agissait d'un premier film. Les allers et retours entre le voyage-prétexte, les souvenirs et les rêveries du vieil homme, les rencontres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fraises-sauvages/#i_17438

SCANDINAVE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 766 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du muet »  : […] Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le cinéma danois est un des premiers producteurs mondiaux. Les réalisateurs August Blom, Urban Gad, Viggo Larsen, Robert Dinesen tournent des mélodrames et des drames romantiques d'atmosphère parfois fantastique, dominés par des figures de femmes émancipées qui préfigurent l'archétype de la vamp, où excellent As […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-scandinave/#i_17438

STILLER MAURITZ (1883-1928)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 350 mots
  •  • 1 média

Contemporain, collaborateur et émule de Sjöström, qu'il dirigea comme metteur en scène, Stiller forma avec celui-ci le duo créateur de l'école suédoise de cinéma. D'origine judéo-russe, il était d'une santé délicate et d'une vive sensibilité, moins profonde peut-être que celle de Sjöström, mais aussi plus diverse. Cela explique la place de la comé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mauritz-stiller/#i_17438

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « SJÖSTRÖM VICTOR - (1879-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-sjostrom/