JAMES WILLIAM (1842-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychologue nord-américain, philosophe, leader du mouvement connu sous le nom de pragmatisme, William James était le fils d'Henry James, le disciple de Swedenborg, et le frère aîné d'Henry James, romancier célèbre, renommé pour la finesse de ses analyses psychologiques et de son style. Les aïeux de James étaient des émigrants irlandais enrichis. Ses grands-parents étaient des agriculteurs ou des commerçants, et il est rare qu'on rencontre dans sa famille un avocat ou un médecin. L'enfance de William James, comme celle de son frère Henry, fut mouvementée, en raison des fréquents voyages de leur père, particulièrement en Europe. C'est sans doute cette agitation dont fut animée son enfance qui rendit à William si difficile le choix d'un métier. Finalement, il s'orienta vers les sciences, après avoir d'abord tenté d'étudier les beaux-arts. Il entra à l'école scientifique Lawrence de l'université Harvard. Il suivit là des cours de chimie, d'anatomie, puis commença des études médicales à Harvard. Il interrompit momentanément ses études pour accompagner, en tant qu'assistant, le naturaliste Louis Agassiz, dans une exploration du bassin de l'Amazone. Ayant repris ses études, il les interrompit à nouveau, en 1867-1868, pour partir en Allemagne suivre les cours de Helmholtz, Virchow et Bernard. Ce fut une période riche en lectures de toutes sortes (Renouvier surtout), en méditations et en observations. Mais ce fut également une période de grande indécision et de découragement, qui le mena presque au suicide : ses études scientifiques lui semblèrent un moment pernicieuses, il eut l'impression qu'elles minaient sa foi, et ce conflit, qui resta vif pendant toute l'existence de James, fut l'un des moteurs essentiels de son œuvre.

Lorsqu'il revint à New York en novembre 1868, il était malade. Et bien qu'il ait obtenu son diplôme médical à Harvard, il fut incapable d'exercer la médecine. De juin 1869 à 1872, James vécut dans la maison de son père, comme un demi-invalide, passant son temps à lire et à méditer, écrivant fort peu. Au début de cette période, il connut des troubles rappelant certains aspects d'une « névrose phobique », qui le menèrent au bord de la folie, mais dont il se remit en avril 1870. Si l'on en croit ce qu'il dit lui-même, c'est la lecture d'un texte de Renouvier sur la volonté libre qui lui permit de sortir de cette crise et qui l'amena à décider que l'acte fondateur de la volonté libre était la croyance en cette volonté libre, malgré l'affirmation de Darwin selon laquelle l'esprit est un produit de l'évolution biologique : pour W. James, la volonté humaine n'en reste pas moins libre, et la vie vaut la peine d'être vécue. C'est cet optimisme voulu qui permit à James de dépasser cette crise qu'il avait traversée.

C'est en 1872 que James commença sa carrière de professeur qu'il devait poursuivre jusqu'à la fin de sa vie. Il fut à cette date nommé professeur de physiologie à Harvard. Mais, sans se limiter à ce domaine, il enseigna bientôt la biologie, la philosophie, la psychologie, et poursuivit l'étude de leurs rapports réciproques. Il ne considère plus alors la psychologie de façon traditionnelle, comme une science des phénomènes mentaux, mais comme une science fondée sur la physiologie. Cet enseignement parut révolutionnaire, dans la mesure où la psychologie était alors enseignée en Amérique comme une science fondée sur des principes théologiques. La psychologie, ainsi renouvelée, devenait une science de laboratoire, et la philosophie devint, d'un simple exercice de rhétorique qu'elle était, une aventure dont l'enjeu principal était de découvrir une méthode et une métaphysique.

Lorsqu'en 1878 James épousa Alice H. Gibbens, une nouvelle vie commença pour lui : sa vieille neurasthénie disparut et il se mit au travail avec une énergie qu'on aurait difficilement soupçonnée chez un malade. C'est ainsi qu'en 1880 il signa un contrat avec Henry Holt et Compagnie pour publier un manuel de psychologie. Le manuel fut publié en 1890 sous le titre The Principles of Psychology (Les Principes de la psychologie). Cet ouvrage, pour la première fois en Amérique, présentait la psychologie comme science indépendante, et il fut immédiatement consid [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JAMES WILLIAM (1842-1910)  » est également traité dans :

ATTENTION

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 1 924 mots

Pour William James, psychologue américain de la fin du xix e  siècle, l’attention est la prise de possession par l’esprit d’un élément de la pensée ou d’un objet du monde extérieur, afin que cet élément ou cet objet paraisse plus clair. L’attention a donc pour rôle de contrôler la perception et la pensée en délimitant le contenu cognitif de la conscience. Ainsi, alors que des millions d’objets so […] Lire la suite

BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « Les valeurs liées à l'expérience »  : […] On trouve dans les Essays on Truth and Reality toute une polémique, dirigée, d'une part, contre James, d'autre part, contre Russell ; ni le pragmatisme ni l' empirisme radical ne peuvent contenter Bradley. Il montre les ambiguïtés du pragmatisme. Si l'on parle d'expérience immédiate, que fait-on des expériences passées et des expériences à venir ? Aucun des deux philosophes, ni James ni Russell, […] Lire la suite

ÉMOTION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 347 mots

Dans le chapitre « Le rôle du corps dans nos émotions »  : […] Beaucoup ont cependant reproché à Freud de d'affecter une fonction insuffisante au corps, et au cours des deux derniers siècles philosophes et psychiatres ont tenu à lui redonner toute sa place dans les processus de l’émotion. William James (1842-1910) fut en ce domaine un incontestable précurseur. Dans sa Théorie de l’émotion (1902), il propose un exemple resté célèbre, celui de la peur de l’ou […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pragmatisme »  : […] Le pragmatisme est le nom que Charles S. Peirce (1839-1914) a donné à sa philosophie, c'est-à-dire à ce qu'il considérait comme une méthode destinée à appliquer au traitement des problèmes philosophiques les techniques utilisées par les hommes de science dans leurs laboratoires. Cette inspiration, qu'il ne faut pas considérer comme une variété de scientisme, est à la source d'une critique et d'un […] Lire la suite

PRAGMATISME

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 4 590 mots

Dans le chapitre « Les pragmatistes »  : […] Le mouvement pragmatiste est né et s'est développé en Amérique du Nord à la fin du xix e  siècle et au début du xx e . L'idée en est venue à Charles S. Peirce (1839-1914) entre 1865 et 1872. Il l'exposa à quelques amis, parmi lesquels se trouvait James, au cours de réunions d'un « Club métaphysique » qui avait ses assises à Cambridge, dans le Massachusetts. Il la rendit publique dans un article i […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 965 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une diversification des approches : l’émergence de nouveaux courants  »  : […] Le tournant du xx e  siècle est une période charnière. Le mouvement psychologique s’internationalise et de nouvelles figures de la psychologie apparaissent qui vont marquer une époque. En Allemagne, la psychologie est dominée par l’école de Wundt qui considère que les processus mentaux sont complexes par nature. Désignant par les termes « éléments psychiques » les composés de ces complexes, il con […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DE LA RELIGION

  • Écrit par 
  • Vassilis SAROGLOU
  •  • 4 079 mots

Dans le chapitre « Origines »  : […] La genèse et les développements de cette sous-discipline ont suivi ceux de la psychologie en général. La psychologie de la religion trouve son origine dans cette nécessité scientifique d’étudier empiriquement les faits religieux, comme toute autre activité humaine, en tant qu’expériences individuelles et collectives vécues et non pas sur la base des convictions, conceptions et argumentations philo […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • David SANDER
  •  • 5 818 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’émotion est-elle un ressenti ? »  : […] La notion de ressenti-sentiment correspond à la « conscience émotionnelle ». La théorie de William James est un exemple de théorie de la conscience émotionnelle, selon laquelle la perception de ses propres états corporels est le fondement de la conscience émotionnelle. À la même époque, Wilhelm Wundt a proposé une autre théorie de la conscience émotionnelle en distinguant trois dimensions : plais […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louise LAMBRICHS, « JAMES WILLIAM - (1842-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-james/