COGNITIVES SCIENCES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les sciences cognitives ont pour objet de décrire, d'expliquer et le cas échéant de simuler voire d'amplifier les principales dispositions et capacités de l'esprit humain – langage, raisonnement, perception, coordination motrice, planification, décision, émotion, conscience, culture... En un sens, les sciences cognitives ne sont rien d'autre que la psychologie scientifique. Mais c'est une psychologie immensément étendue, à la fois dans son objet et dans ses méthodes : d'une part, les facultés mentales de l'être humain adulte et normal ne sont désormais qu'un cas important dans une famille de cas dont on ne peut pas le dissocier, ceux des humains à la naissance et en développement, celui des humains affectés par un déficit, une lésion ou une maladie, celui des animaux ; d'autre part, la nouvelle psychologie fait appel aux sciences de l'information, aux neurosciences, à la théorie de l'évolution, à la linguistique, à la philosophie et à différents secteurs des sciences sociales.

Dès leur émergence, au cours des années 1950, les sciences cognitives se sont pensées comme un faisceau de programmes de recherche relevant de différentes disciplines. Nées dans un contexte scientifique fortement marqué par la naissance de l’informatique et le développement des notions et des techniques de traitement formel de l’information, elles sont désormais étroitement liées aux neurosciences. Ce qui assure, par-delà les différences d'époque et d'école, la cohérence du domaine, ce sont, à la fois, une pratique et des paradigmes (exemples caractéristiques), des références théoriques et méthodologiques partagées, et un petit nombre d’idées-forces ou d’hypothèses fondamentales concernant la nature profonde de leur objet d’étude et la manière de le mettre au jour.

Au sein des disciplines dont elles relèvent, ce sont ces paradigmes, concepts et hypothèses qui les distinguent d'autres traditions, et qui dans le même temps les rassemblent par-delà les divisions disciplinaires. Pourtant, elles posent dans leur progrès même la question de leur objet véritable, de leur délimitation, de leur spécificité et de leurs fondements. Il est donc impossible aujourd'hui de s'en tenir, pour décrire ce domaine encore très jeune, à une définition « extensionnelle » (par l'objet d'étude), ou à une définition « intensionnelle » (par les options théoriques), ou encore à une définition historique : il faut aller de l'une à l'autre, sans rechercher une conception parfaitement stable et consensuelle.

Enfin, le statut problématique de ces recherches pose à la philosophie des questions épistémologiques et méthodologiques qui, sans être absolument nouvelles, n'en revêtent pas moins une acuité et une actualité particulières, notamment en raison de l'intervention de la philosophie elle-même – de toutes les disciplines, celle qui se consacre depuis le plus longtemps, et le plus obstinément, à élucider les énigmes de la connaissance et de la cognition – dans des travaux qui se veulent fortement appuyés sur l'enquête expérimentale et généralement justiciables d'une évaluation scientifique.

Constitution d'un champ interdisciplinaire

Historique

Selon l'aphorisme de Howard Gardner, si les sciences cognitives ont une histoire relativement courte, leur passé est très long : il remonte en effet aux origines de la philosophie occidentale et plonge aux sources de certains des principaux courants scientifiques des temps modernes. C'est toute la difficulté de l'historiographie des sciences cognitives (une discipline qui reste à créer) : où s'arrête l’histoire de la psychologie, des neurosciences, de la linguistique, de l'informatique, de la philosophie... et où commence celle des sciences cognitives ?

Les prodromes (1936-1950)

Il est néanmoins possible de situer les « causes immédiates » de l'avènement de ces sciences dans la période qui s'étend entre le milieu des années 1930 et la fin des années 1940. Deux articles fondamentaux du grand logicien anglais A. M. Turing encadrent symboliquement cette préhistoire : en 1936, il jetait [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 29 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

L'hexagone des sciences cognitives

L'hexagone des sciences cognitives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les regroupements au sein des sciences cognitives

Les regroupements au sein des sciences cognitives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Prisme cognitif

Prisme cognitif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Machine connexionniste

Machine connexionniste
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-IV-Sorbonne, ancien directeur du département d'études cognitives, École normale supérieure

Classification

Autres références

«  COGNITIVES SCIENCES  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

L’objet de l’anthropologie cognitive est de documenter et de mieux comprendre ce que la culture fait à la cognition. Depuis ses premiers tâtonnements au milieu du xx e  siècle jusqu’à ses développements les plus contemporains, cette sous-discipline de l’anthropologie occupe une position ambiguë. Son intérêt pour la cognition la rapproche de la psychologie, à laquelle elle est parfois assimilée, t […] Lire la suite

AUTISME (PRISE EN CHARGE DE L')

  • Écrit par 
  • Marie-Ève HOFFET
  •  • 2 659 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Deux avancées importantes en psychopathologie infantile »  : […] Une bien meilleure compréhension des troubles des enfants autistes – étant entendu que compréhension n'est pas une explication à la causalité – émerge de deux groupes de recherches. La psychologie cognitive, issue des travaux du philosophe et linguiste américain Noam Chomsky sur le langage, a montré l'importance de l'identification correcte des signaux perçus pour construire une réponse adaptée. […] Lire la suite

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans les artefacts, par définition construits par l'homme en vue de fins et suivant des plans déjà définis, la signification des structures et des fonctions est définie par rapport à ces fins. C'est dire que, comme ces fins elles-mêmes, extérieures à la machine qu'elles orientent, la signification est posée à l'avance, produite par le concepteur ou le constructeur de la machine. Les questions de s […] Lire la suite

BATES ELIZABETH (1947-2003)

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 444 mots

Elizabeth Bates, nommée professeur de psychologie en 1983 à l’université de Californie à San Diego, est cofondatrice, en 1988, du premier département de sciences cognitives aux États-Unis. Elle y crée et dirige le prestigieux Center for Research in Language. En trente années, Liz Bates a produit une œuvre de pionnière dont la cohérence et l’envergure expliquent le rayonnement : acquisition du lan […] Lire la suite

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le renouveau du biologisme »  : […] En France, l’image publique des sciences de la vie connaît un renouveau important à la suite de l’attribution en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine aux généticiens André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. La biologie attire de nouveau la curiosité du monde intellectuel et du grand public. C’est sur ce terreau à la fois scientifique et culturel que se déploient de nouvelles formes […] Lire la suite

CHOMSKY NOAM (1928- )

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 4 012 mots
  •  • 1 média

Noam Chomsky est le linguiste vivant le plus important et le plus connu. Son influence sur la linguistique contemporaine est déterminante. Né à Philadelphie en 1928, formé à la linguistique par Z. S. Harris – un des principaux théoriciens du distributionnalisme – au début des années 1950, il élabore dans sa thèse The Logical Structure of Linguistic Theory , écrite en 1955, les instruments formels […] Lire la suite

COGNITION

  • Écrit par 
  • Chrystel BESCHE-RICHARD, 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 2 620 mots

Dans le chapitre « Intelligence artificielle et sciences cognitives »  : […] Vers le milieu du xx e  siècle, l'invention des premiers ordinateurs programmables et la cybernétique amènent à considérer ensemble le cerveau, l'esprit et la machine. L'intelligence artificielle offre des outils conceptuels, des méthodes et des machines à des disciplines très différentes. Si les neurosciences, la psychologie, la linguistique ou la philosophie participent naturellement à cette ap […] Lire la suite

COGNITION INCARNÉE

  • Écrit par 
  • Rémy VERSACE
  •  • 1 274 mots

Pendant longtemps, les sciences de la cognition ont tenté de décrire les mécanismes à la base des comportements en privilégiant une approche modulariste décrivant le cerveau comme un ensemble de systèmes hautement spécialisés (des modules), impliquant différents niveaux de représentations internes, et intervenant avant tout selon un mode séquentiel. Au-delà de la modularité, que certains ont limi […] Lire la suite

CULIOLI ANTOINE (1924-2018)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 815 mots

Linguiste français, Antoine Culioli est né le 4 septembre 1924 à Marseille. Après avoir intégré l’École normale supérieure en 1944, il obtient l’agrégation d’anglais en 1948. Titulaire d’un doctorat d’État consacré à l’étude du subjonctif et de la coordination en moyen anglais, il est nommé en 1960 professeur à la Faculté des lettres de Paris (Sorbonne), puis participe en 1970 à la fondation de l’ […] Lire la suite

DENNETT DANIEL C. (1942- )

  • Écrit par 
  • Mary Jane FRIEDRICH
  • , Universalis
  •  • 575 mots

Les philosophes tentent de déterminer depuis des siècles la nature de la conscience, mais la question du rapport entre le corps et l'esprit continue de susciter de vifs débats à la fin du xx e  siècle. Le philosophe Dan Dennett, responsable du centre d'études cognitives de l'université Tufts, à Medford (Massachusetts), est un spécialiste de ce sujet controversé. Depuis les années 1960, il défend […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel ANDLER, « COGNITIVES SCIENCES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/