PIAGET JEAN (1896-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Piaget logicien

Que la logique occupe, dans l'œuvre de Piaget, une place centrale, personne n'en disconviendra. Mais, quant à dire exactement quel est son statut et quel rôle elle y joue, quelques explications sont nécessaires.

Il n'est pas douteux, en un premier sens, que la logique forme l'objet même de l'enquête. Structure du savoir, la logique représente l'organisation interne de la pensée du sujet, et la tâche d'une psychologie de la connaissance sera d'en établir les formes et le devenir. Mais, en un second sens, la logique sert de méthode : s'il est vrai que la pensée de l'enfant progresse par structures successives et que cette succession est, elle-même, organisée, une explication du développement mental requiert à titre de modèle un schéma logique des structures et de leur filiation. La fonction de la logique est alors de représenter déductivement ce qui a été constaté empiriquement : ainsi procède toute science.

Or ce double statut a souvent été mal compris, de sorte qu'on a pu simultanément reprocher à Piaget son psychologisme (fonder la logique sur des événements psychologiques) et son logicisme (faire de la logique la norme de la pensée). Mais c'est oublier que la logique, avant que les logiciens ne la constituent en systèmes explicites, représente la forme même de la pensée rationnelle naturelle, et que la constitution de cette ou de ces formes reste, en tout état de cause, un problème de psychologie. Piaget a pourtant été très clair à cet égard, aussi bien pour souligner l'indépendance du travail du logicien et du travail du psychologue que pour justifier leur coopération.

Science expérimentale, la psychologie n'a pas à intervenir dans les problèmes de normes. Mais les normes s'inscrivant dans l'activité cognitive d'un sujet, le psychologue a à décrire et à expliquer les faits normatifs. Science normative, la logique n'a pas à prescrire les faits, mais le psychologue étant lui-même un sujet est fondé, s'il ne veut pas rester lié à l'anecdote, à les représenter selon les normes de sa propre pensée scientifique. Débat jusqu'ici banal : la mathématique ne [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  PIAGET JEAN (1896-1980)  » est également traité dans :

ASSIMILATION & ACCOMMODATION, psychologie

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 578 mots

La réunion de ces deux notions a été proposée par Jean Piaget pour éclaircir et conceptualiser deux aspects fonctionnels qui caractérisent tous les phénomènes d'adaptation au sens le plus général du terme. Les concepts d'assimilation et d'accommodation sont apparus dans des registres objectifs bien différents. Le premier désigne la propriété qu'a la vie de transformer en ses propres substances des […] Lire la suite

BRUNER JEROME SEYMOUR (1915-2016)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 494 mots

Psychologue américain spécialiste de l’apprentissage et de la cognition chez l’enfant. Jerome Seymour Bruner naît à New York le 1 er  octobre 1915. Orphelin de père à l’âge de douze ans, il accomplit ses études à l’université Duke, à Durham, en Caroline du Nord (licence en 1937), puis à Harvard, dont il sort docteur en psychologie en 1941. Après la Seconde Guerre mondiale où il a servi comme spéc […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les prodromes (1936-1950) »  : […] Il est néanmoins possible de situer les « causes immédiates » de l'avènement de ces sciences dans la période qui s'étend entre le milieu des années 1930 et la fin des années 1940. Deux articles fondamentaux du grand logicien anglais A. M.  Turing encadrent symboliquement cette préhistoire : en 1936, il jetait les bases mathématiques et conceptuelles de ce qui deviendrait, au cours de la décennie s […] Lire la suite

CONSCIENCE MORALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 1 163 mots

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes participants, Piaget avait […] Lire la suite

DELESSERT ÉTIENNE (1941- )

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 1 145 mots

Né en 1941 à Lausanne, fils de pasteur, Étienne Delessert garde de son enfance la croyance « aux personnages venus de notre inconscient qui cognent, s'envolent et rient en renversant tout ce qui est sur la table de notre raison ». Sa formation de dessinateur de presse ( Elle , Twen , Graphis ) et son expérience de graphiste et de publiciste à Paris, sa découverte dans les années 1960 des livres d' […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT, psychologie interculturelle

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 2 361 mots

Dans le chapitre « Les régularités universelles du développement »  : […] Au-delà des différences, les comparaisons interculturelles révèlent certaines régularités transculturelles du développement psychologique. Ces régularités peuvent être repérées à différents niveaux d’analyse. Tout d’abord, les comportements des enfants apparaissent parfois très semblables. C’est le cas de l’expression des émotions fondamentales (comme la colère, la joie, la tristesse, etc.). Cert […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DE LA COGNITION SPATIALE

  • Écrit par 
  • Yannick COURBOIS
  •  • 1 304 mots

Dans le chapitre « L’origine des connaissances spatiales »  : […] Selon l’approche nativiste, certaines connaissances spatiales ont été intégrées par le système nerveux des organismes mobiles au fil de l’évolution. Elles ne feraient pas l’objet d’un apprentissage et se manifesteraient très tôt chez l’enfant en prenant la forme de connaissances innées. Cette approche s’appuie principalement sur des travaux montrant que l’enfant a une sensibilité précoce aux cara […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DES FONCTIONS EXÉCUTIVES (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 268 mots

Les fonctions exécutives (F.E.) sont des capacités du cortex préfrontal, à l’avant du cerveau, et plus exactement d’un circuit pariéto-frontal, qui contrôlent l’exécution des conduites, le choix des stratégies, la prise de décision. Les trois principales F.E. sont la mémoire de travail, l’inhibition et la flexibilité ( switching en anglais). La mémoire de travail consiste à maintenir, mettre à j […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU RAISONNEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Le raisonnement chez l’enfant selon Piaget »  : […] Réfutant à la fois les approches alors en vogue du nativisme, de l’empirisme et de la Gestalt-théorie, Piaget propose que les structures du raisonnement humain ne sont ni innées ni extraites de l’environnement au travers de l’expérience sensible que nous en avons, mais construites au cours d’un lent processus de coordination et de structuration des activités de pensée conduisant d’une intelligence […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT PERCEPTIF

  • Écrit par 
  • Sylvie CHOKRON
  •  • 1 835 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Différentes conceptions du développement perceptif  »  : […] Le développement perceptif peut être envisagé de manière spécifique en fonction des différentes approches théoriques. Jean Piaget a ainsi étudié comment, peu à peu, le développement permet à l’enfant de s’approcher au plus près de la réalité physique. Selon lui, l’enfant jeune peut être victime du contexte dans lequel il perçoit le monde et considérer par exemple qu’un ensemble de jetons espacés […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GRÉCO, « PIAGET JEAN - (1896-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-piaget/