CONSCIENCE MORALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes participants, Piaget avait constaté que l’enfant progressait d’une conception objectiviste et réifiée des règles, jugées sacrées et immuables, vers une conception conventionnaliste, susceptible d’amendements concertés entre pairs. Il avait également étudié l’intégration de composantes cruciales du jugement moral que sont l’intention de l’agent d’une action et ses conséquences, démontrant une inclusion croissante de la responsabilité dite « subjective » au détriment des résultats matériels d’une action.

L’approche cognitive-développementale s’est amplifiée par les travaux menés à Harvard par Lawrence Kohlberg. En analysant la structure des réponses verbales à des dilemmes moraux standardisés, ce dernier a construit un modèle du développement moral organisé en stades hiérarchisés, et caractérisés par une succession invariante et universelle. Pour ce chercheur très influencé par la philosophie kantienne et la théorie de la justice de John Rawls, les individus élaborent des jugements moraux en fonction de la structure de raisonnement relatif à la justice qu’ils mobilisent spontanément. Ils progressent d’un stade à l’autre lorsque la complexité de leurs expériences sociales rend in [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de psychologie sociale, directeur de la Maison des sciences de l'homme-Alpes, Gières

Classification


Autres références

«  CONSCIENCE MORALE  » est également traité dans :

CASUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Louis-Gustave VEREECKE
  •  • 1 838 mots

Dans le chapitre « Singularité de tout acte »  : […] Chaque action humaine est unique et singulière. Mais la conscience personnelle, qui doit délibérer à son sujet et l'accomplir, n'est pas livrée à une spontanéité qui la condamnerait à la solitude. Elle doit examiner les circonstances complexes de l'action. Des lois générales n'y trouvent-elles pas leur point d'application ? N'y a-t-il pas conflit de valeurs ? La conscience peut encore se retourne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casuistique/#i_16534

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Il ne suffit pas, pour faire l'expérience de la culpabilité, de se représenter un de ses propres actes comme ayant transgressé un devoir, une loi, les règles d'un art, des usages. Pour passer de la faute objective à la culpabilité subjective, il faut que celle-là soit intériorisée, selon un processus dans lequel Jean Nabert a vu « l'un des phénomènes les plus mystérieux de la vie morale » et qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_16534

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « Un déterminisme social  ? »  : […] Deux siècles après Rousseau, ce sont les sciences humaines, en particulier la psychanalyse et la sociologie, qui ont mis en évidence les illusions de la conscience morale. Dans ses Essais de psychanalyse (1915-1923), Sigmund Freud (1856-1939) ironise sur cette voix de la conscience qui ne serait rien d’autre, en réalité, que l’écho des voix de l’enfance : « Notre conscience […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devoir-notions-de-base/#i_16534

GÉNÉALOGIE DE LA MORALE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 793 mots

Dans le chapitre « La pulsion nihiliste »  : […] « La deuxième dissertation donne la „psychologie de la conscience morale“. [...] C’est l’instinct de cruauté qui se retourne contre lui-même, une fois qu’il ne peut plus se décharger à l’extérieur. » Véritable intériorisation du ressentiment, la « mauvaise conscience » ou « culpabilité » engendre, par un processus de « sublimation » proche de celui que Freud saura interpréter, par exemple dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogie-de-la-morale/#i_16534

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La morale subjective et la moralité réalisée »  : […] Montesquieu reconnaît aux mœurs et aux manières une constance et une consistance qui les constituent comme des objets naturels. C'est pourquoi il recommande aux législateurs de n'aborder les coutumes des peuples que d'« une main tremblante ». Mais sa prudence et son empirisme laissent en suspens le statut de ces règles coutumières qui parmi d'autres déterminations gouvernent les hommes. Il est cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_16534

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La liberté »  : […] Ce nouveau principe ne se distingue pas de l'ancien par un refus de la recherche du bonheur : il promet, au contraire, au fidèle la félicité éternelle. Ce n'est pas, non plus, qu'il abandonne le concept d'un monde ordonné, sensé, capable d'assigner à l'homme sa place. Mais cette félicité n'est plus de ce monde et ne saurait y être cherchée, et le cosmos ne se montre pas comme objet de connaissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_16534

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 877 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Violence interdite »  : […] La référence à une tradition religieuse constitue une seconde source du refus de la violence, non plus pour des raisons de circonstances, mais pour des motifs de conscience. Cette démarche de foi est au cœur de l'engagement public de Gandhi et de Martin Luther King. Ce n'est pas de l'hindouisme, mais du jaïnisme, que Gandhi a reçu en héritage le concept d' ahimsa . Fondé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-violence/#i_16534

PÉCHÉ, religion

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché et mutations philosophiques de l'éthique »  : […] Les importantes mutations culturelles engendrées ou favorisées par les découvertes, les théories et les pratiques des différentes disciplines évoquées ci-dessus se sont conjuguées avec des mutations non moins importantes, et à peine plus anciennes, dans la conception même qu'on se fait, au moins en Occident, de la moralité et de ce qu'elle représente pour l'homme. Hegel marque sur ce point une ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-religion/#i_16534

PROBABILISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 776 mots

Le système de théologie morale qui, dans l'Église catholique, a pris le nom de probabilisme tient à la difficulté d'appliquer strictement et indistinctement les lois de la morale chrétienne aux cas de conscience divers et précis que les fidèles rencontrent. Cette difficulté a été ressentie très tôt ; le problème de l'ignorance de la loi et celui du doute de la conscience occupèrent déjà les théolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilisme/#i_16534

RESPONSABILITÉ

  • Écrit par 
  • Jacques HENRIOT
  •  • 2 319 mots

Dans le chapitre « L'attitude de responsabilité »  : […] Dans l' avoir à [répondre] transparaissent les caractéristiques formelles de l'obligation. L'obligation oblige quelqu'un : la responsabilité vise un responsable. Sans cet assujetti (sujet à), elle n'aurait ni sens ni réalité. Elle a pu, dans le passé, concerner des objets : ceux-ci n'étaient jugés responsables qu'en tant que médiateurs d'un vouloir mauvais. Pour qu'il y ait r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite/#i_16534

SURMOI

  • Écrit par 
  • Jean-Michel VAPPEREAU
  •  • 5 137 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'élaboration de la notion »  : […] L'introduction du surmoi n'est pas en 1923 chose nouvelle sous la plume de Freud, qui a très tôt situé la censure comme étant ce qui commande le refoulement. Le surmoi sera bien cette instance qui surveille et critique. Il est annoncé, sans être encore désigné de ce nom, en 1914, dans l'essai Pour introduire le narcissisme , où il est dit « qu'il ne serait pas étonnant que no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surmoi/#i_16534

Pour citer l’article

Laurent BÈGUE, « CONSCIENCE MORALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience-morale/