HOMMELa réalité humaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant
Crédits : AKG

photographie

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau
Crédits : Hulton Getty

photographie

Friedrich Hegel

Friedrich Hegel
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Tous les médias


L'anthropologie grecque et chrétienne

La Grèce

Déjà la philosophie grecque témoigne d'une grande diversité au sujet de la conception de la nature humaine. Elle jette les fondements de la plupart des principales doctrines touchant l'homme. Matérialiste, elle étend le matérialisme jusqu'à l'explication de la connaissance, tout en se divisant sur la conception du bonheur et les moyens de l'obtenir, comme sur le rôle et la place que l'individu pourra revendiquer dans la cité et dans le monde. Mais, aussi déterminant qu'ait été le matérialisme grec pour la pensée ultérieure, la portée des tendances qui, comme le platonisme, lui sont radicalement contraires s'avérera encore bien plus considérable. On reconnaît généralement à Socrate et à Platon le mérite de la découverte de la raison. On insiste moins sur la modification totale que cette découverte va entraîner pour le statut de l'homme. En identifiant la réalité de l'homme à son idée, et en érigeant celle-ci en royaume séparé, Platon n'est pas seulement celui qui introduit l'arrière-monde ou la Jenseitigkeit en philosophie, arrière-monde qui, pour toute une tradition, deviendra en quelque sorte le lieu même de cette philosophie. Mais il a, par là, scellé le primat de la pensée théorique, identifié l'existence à l'essence et celle-ci à son apparaître au regard de l'esprit, transformé le séjour naturel de l'homme en exil, comme le montre parfaitement le mythe des prisonniers retenus dans la caverne. Ainsi s'ouvre pour l'homme le destin de l'intellectualisme.

Celui-ci ne sera certes pas renié par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie royale de Belgique, membre associé à l'université de Louvain

Classification


Autres références

«  HOMME  » est également traité dans :

HOMME - L'hominisation

  • Écrit par 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 1 666 mots

Le mot « hominisation » et la notion qu'il recouvre se trouvent, pour la première fois, dans l'ouvrage d'Édouard Le Roy, Les Origines humaines et l'évolution de l'intelligence, reproduction d'un cours professé au Collège de France en 1927 et 1928. Mais mot et notion étaient déjà définis dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-l-hominisation/

ANIMALIER DROIT

  • Écrit par 
  • Olivier LE BOT
  •  • 4 672 mots
  •  • 6 médias

Le droit animalier existe-t-il ? Si l'on entend par droit un corpus structuré et cohérent de normes juridiques, une réponse négative s'impose. En effet, les règles applicables à l'animal sont pour l'heure dispersées entre une multitude de domaines : le droit pénal (réprimant les actes de maltraitance ou encore le vol), le droit des biens (régissant les conditions de son appropriation), le droit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-animalier/

ANIMALITÉ

  • Écrit par 
  • Florence BURGAT
  •  • 7 668 mots
  •  • 9 médias

La réflexion sur l'animalité se distingue radicalement d'une approche zoologique comme d'une approche ethnologique qui présenterait les modes de relations aux animaux propres aux diverses sociétés humaines. C'est vers le discours philosophique qu'il convient de se tourner pour appréhender ce concept supposé dire l'essence de l'animal. Dans la tradition occidentale, le concept d'animalité remplit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/#i_53

ANTHROPIQUE PRINCIPE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 293 mots

L' anthropocentrisme a connu un tournant décisif à l'époque de la Renaissance. Jusqu'à Copernic (1473-1543), les « systèmes du monde » étaient explicitement centrés sur la Terre. Qu'elle fût considérée comme « centrale » ou comme « inférieure », la position occupée par l'homme possédait un caractère spécifique interdisant de considérer ces systèmes autrement que dans leur rapport à celui-ci. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-anthropique/#i_53

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

La relative jeunesse d'une discipline qui ne se comprend qu'au travers des conditions de son avènement, de ses hésitations, de ses multiples cheminements rend malaisé de définir en quelques lignes l'anthropologie, son objet, ses méthodes et son histoire. Par ailleurs, le succès que connaît cette science – et que marque à l'évidence la dimension anthropologique dont sont affectées toute recherche a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_53

ANTISPÉCISME

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 4 140 mots
  •  • 5 médias

Le concept d’antispécisme est indissociablement lié à celui de spécisme ou d’espécisme, équivalents francisés de l’anglais speci esi sm . Constitué en référence et par analogie aux notions de racisme et de sexisme, ce terme désigne toute discrimination fondée sur des critères d’appartenance à une espèce biologique donnée. Construit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antispecisme/#i_53

BERDIAEV NICOLAS (1874-1948)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 2 300 mots

Dans le chapitre « Dieu et l'homme »  : […] Selon Nicolas Berdiaev, Dieu n'est pas concevable sans l'homme et l'homme perd son sens en dehors de Dieu. Ils forment un couple inséparable : celui de l'Amant et de l'Aimé. Rien ne peut rompre les liens étroits qui les unissent, car « l'homme est enraciné en Dieu et Dieu est enraciné en l'homme ». C'est pourquoi l'homme apparaît comme le signe visible d'une réalité invisible, il témoigne d'une pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-berdiaev/#i_53

BIOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Eugène SCHREIDER
  •  • 984 mots

Introduit dans le vocabulaire scientifique vers la fin du xix e  siècle, le mot « biométrie » (d'abord en anglais : biometry ou biometrics ) est parfois employé abusivement, surtout par des auteurs américains, comme synonyme de statistique, alors que cette dernière n'est, pour le biométricien, qu'un inst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biometrie/#i_53

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 465 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Jeu réciproque conscient-inconscient »  : […] Il faut choisir entre ces deux points de vue. Il ne fait pas de doute que toutes les controverses qui sans cesse opposent tant de philosophes et de psychiatres aux psychanalystes, ou parfois même les psychanalystes entre eux, seraient certes plus fondées si le problème posé portait non pas sur l'existence ou la non-existence d'un inconscient ayant les attributs que lui a découverts Freud (ce qui e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience/#i_53

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le sophisme naturaliste »  : […] Aussi bien « nature » que « culture » sont des termes qui désignent moins des réalités strictement déterminées que des termes horizon, si l'on peut dire, des termes « englobants ». Ils constitueraient, pour la nature, l'horizon de totalisation de toutes les choses, forces, données, de tous les êtres ( avec la nature humaine, ou sans elle), et, pour la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des questions embarrassantes »  : […] En dehors de Dieu, substance incréée et infinie, il existe, selon Descartes, deux sortes de substances, des substances créées, immatérielles et pensantes : les âmes ; des substances créées, matérielles et étendues : les corps. Nous pouvons penser l'âme sans faire intervenir l'idée du corps, et réciproquement. Nous avons donc de l'âme et du corps deux idées « distinctes » et, la véracité divine ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_53

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 848 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  L'homme dans le désert »  : […] L'homme n'est pas adapté au désert : abandonné sans eau par une chaleur de 50  0 C, il mourra en une journée ou deux ; même s'il bénéficie de trois litres d'eau par jour, il ne pourra survivre plus d'une semaine. Pourtant, toutes les grandes zones désertiques du globe sont peuplées par l'homme depuis la préhistoire. Les différences observées entre les populations du désert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deserts/#i_53

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Le verbe latin volvere (dans sa forme active faire rouler, faire avancer ; dans sa forme neutre, tourner) a engendré voloper en vieux français. Dès le xii e  siècle, on oppose déjà envelopper (enrouler) et développer (dérouler). Au xv e  siècle le subs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-humain/#i_53

DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES (J.-J. Rousseau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 158 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nature à la société »  : […] Après un « triple portique » (J. Starobinski), la dédicace aux Genevois – mais le « citoyen de Genève » écrit à Chambéry –, une préface et un avertissement sur les notes, le Discours se déploie en deux parties de longueur égale. La première propose un tableau de l'« hypothétique » état de nature, la seconde une reconstitution narrative de la naissance de la société, donc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-sur-l-origine-et-les-fondements-de-l-inegalite-parmi-les-hommes-livre-de-j-j-rousseau/#i_53

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 636 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance à la révolution industrielle »  : […] À partir du xv e  siècle, l'expansion européenne bouleverse les univers culturels relativement isolés jusque-là, et des humanités « nouvelles » apparaissent dans le savoir et la conscience européens. La découverte de l'Amérique, en particulier, parce qu'elle n'était pas prévue, apporte un choc dont les répercussions se font sentir dans tous les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_53

GÉOGRAPHIE HUMANISTE

  • Écrit par 
  • Antoine BAILLY, 
  • Laurent VIALA
  •  • 1 074 mots

Étudier la Terre comme « la maison de l'homme », tel est le premier objectif de la géographie humaniste, introduite en partie, dans les années 1960, par l'école française de géographie régionale consciente de l'importance des phénomènes culturels, en partie par la phénoménologie. Une « maison » à la fois matérielle et idéale, car elle n'est pas seulement conçue comme une unité statistique dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie-humaniste/#i_53

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

La civilisation occidentale est fondée sur un petit nombre de principes qui donnent à la vie humaine son sens et sa valeur. Ces principes ont été formulés en Occident, pour la première fois et de façon définitive, par des Grecs. C'est ce qu'il importe de rappeler : après un demi-siècle de terribles vicissitudes, et alors que l'homme occidental est attaqué de toutes parts, il n'est peut-être pas ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-l-homme-grec/#i_53

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Les premiers « Homo sapiens » »  : […] Que ce soit sur le continent africain, ou sur le continent asiatique, il semble aujourd'hui qu'une transition locale entre Homo erectus et Homo sapiens ait eu lieu. L'Homme moderne serait-il donc né en plusieurs endroits du globe ? Certains scientifiques pensent plutôt qu'il serait né en un endroit unique (plutôt l'Afrique), d'où il se serait répandu à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hominides/#i_53

HOMME MUSÉE DE L', Paris

  • Écrit par 
  • Arnaud HUREL
  •  • 1 886 mots
  •  • 2 médias

Héritier du musée d’Ethnographie du Trocadéro, le musée de l’Homme est inauguré en juin 1938 sur cette même colline de Chaillot à Paris. Dépendant du Muséum national d’histoire naturelle et mobilisant divers champs scientifiques (ethnologie, préhistoire, anthropologie, paléontologie humaine, etc.), ce musée-laboratoire se veut alors une œuvre de synthèse des connaissances sur l’espèce humaine, fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-de-l-homme-paris/#i_53

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 352 mots

L'humanité est d'abord la qualité de l'être humain, autrement dit la nature humaine. Pour préciser en quoi consiste cette qualité, d'autres sens du mot peuvent nous guider. Ce terme désigne aussi la bienveillance ou la compassion (la vertu d'humanité), la culture comprise comme perfection de l'humanité, la politesse, la civilité, le savoir-vivre. Employé au pluriel, il couvre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanite/#i_53

ILLUMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 4 957 mots

Dans le chapitre « L'esprit et la lettre »  : […] L'illuminisme a pour thème fondamental la distinction entre l'esprit et la lettre, entre la lumière et la matérialité. Sans levain, c'est-à-dire dépourvue de la lumière de l'esprit, la lettre est vide de sens et par conséquent de vie. L'esprit s'oppose à la lettre qui appartient à la multiplicité. Ainsi la Bible renferme toute la science secrète ; interpréter les textes en tenant compte uniquement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illuminisme/#i_53

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dès qu'on s'interroge sur les rapports qui peuvent lier individu et société, on est amené à penser ces relations en termes de cause et d'effet et à voir dans l'individu et dans la société deux objets en soi, deux réalités séparées. Or une telle séparation est impraticable, aussi bien au niveau du fait qu'au niveau du concept. Au niveau du fait, puisqu'il n'est pas d'individu humain dont l'individ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_53

LES COMBATS POUR LA NATURE (V. Chansigaud) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 233 mots

Dans un ouvrage précédent ( La Nature à l’épreuve de l’homme , 2015), Valérie Chansigaud dressait le catalogue des attitudes humaines qui contribuent au désordre envahissant la nature, aux premiers rangs desquelles il faudrait compter l’indifférence à l’erreur, sa répétition aveugle et la cupidité. Cette analyse fortement étayée débouchait sur le constat que l’homme n’est dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-combats-pour-la-nature/#i_53

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « Le langage, faculté de l'espèce humaine  »  : […] La faculté de langage, qui se traduit par la maîtrise d'une ou plusieurs langues, est propre à l'espèce humaine. Aucun autre être vivant ne parle véritablement. La faculté de langage implique en effet la capacité d'articuler des sons en les reliant à des significations, une maîtrise de la pensée abstraite et réflexive, et une créativité permettant de produire et de comprendre un nombre infini de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-le-langage-au-carrefour-des-disciplines/#i_53

LOCKE JOHN (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 3 989 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déclin du pur « cogito » »  : […] Ayant chassé de l'esprit les pseudo-principes de l'innéisme, Locke ne parlera plus qu'en termes d'idées, entendant par là « tout ce qui est objet de l'entendement quand l'homme pense ». Seront distinguées les idées de sensation, « impressions faites sur nos sens par les objets extérieurs », et les idées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-locke/#i_53

LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 7 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme comme être social »  : […] Il reste l'homme, situé au-dessus de l'animal. Mais que faire de l'enfant sauvage, dont La Condamine raconte l'histoire ( Histoire d'une jeune fille sauvage trouvée dans les bois à l'âge de dix ans , 1775), des monstres qu'examine Buffon (sirènes, siamois) ou dont rêvent Rétif de la Bretonne dans La Découverte australe (1781) et Diderot, qui accouple l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumieres/#i_53

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Théologien de la Croix, et non de la gloire »  : […] « La Croix seule est notre théologie », déclare Luther. Dans le cadre du conflit des indulgences, qui porte le mouvement de la Réforme sur la scène publique en 1517, il caractérise les forces qui s'affrontent par l'opposition entre la théologie de la Croix et la théologie de la gloire. Par là, il ne propose pas simplement d'opérer des choix ou de marquer des préférences par rapport à des thèmes th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_53

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 205 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La machine humaine »  : […] Par son corps, l' homme fait partie de la nature mécanique. Corporellement, il n'est que matière et tous les processus biologiques s'expliquent comme les phénomènes physiques par « la figure et le mouvement ». C'est dire qu'une biologie mécaniste proprement dite n'existe pas, puisqu'elle se définirait comme une biologie sans l'idée de vie. Dans la préface des Principes où il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanisme-philosophie/#i_53

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Primat de l'unité et hiérarchie des êtres »  : […] Si l'on en croit Olympiodore, philosophe grec du vi e  siècle apr. J.-C., les rapports du microcosme et du macrocosme sont ainsi conçus par les penseurs de la tradition hermétique : « Hermès se représente l' homme comme un microcosme, tout ce que contient le macrocosme l'homme le contenant aussi. Le macrocosme contient des animaux terrestres et aq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosme-et-macrocosme/#i_53

MONDE

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 5 934 mots

Dans le chapitre « Le monde de l'expérience préréfléchie »  : […] L'examen du comportement animal conduit tout naturellement à la notion d'environnement. Tout animal est placé dans un milieu extérieur avec lequel il est en relation ; il en dépend mais en même temps il a une certaine prise sur lui. Ce milieu n'est pas homogène, il forme un ensemble articulé, il est fait d'objets utiles, nuisibles, familiers, étranges, etc., bref il est traversé de significations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monde/#i_53

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Le principe d'universalité »  : […] Ce qu'est la liberté, non pas conçue comme une idée théorique, métaphysique, mais la liberté agissante, la volonté libre et la volonté de liberté, c'est donc le principe de l'universalité : la volonté libre est volonté d'universalité, puisqu'elle est la volonté de tout être humain qui se veut humain, elle est raison pratique (Kant). Le devoir est ainsi saisi, implicitement d'abord par toute consc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_53

NATURE/CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

« L’homme du monde est tout entier dans son masque. N’étant presque jamais en lui-même, il y est toujours étranger, et mal à son aise quand il est forcé d’y entrer. Ce qu’il est n’est rien, ce qu’il paraît est tout pour lui. » Cette affirmation, que l’on peut lire au livre IV d’ Émile ou De l’éducation (1762) de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), s’ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-culture-notions-de-base/#i_53

NATUREL DROIT

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 5 966 mots

Dans le chapitre « La tradition aristotélico-thomiste »  : […] Si l'homme est un être doué d'intelligence et de liberté, s'il doit réaliser sa nature et sa destinée en fonction de ses finalités propres, si l'homme, social par essence, ne peut s'épanouir que dans la société, lieu naturel de son existence, et dans les relations multiformes qu'il entretient avec autrui, alors il existe des droits fondés sur les exigences de la nature humain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-naturel/

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 350 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relation structures/fonction »  : […] Si l'on se reporte à ce que nous avons dit en débutant et concernant le rôle du système nerveux chez les métazoaires, on remarquera que l'évolution du S.N.C. des vertébrés a entraîné un développement inégal des centres et structures relevant plus spécialement soit du système de réaction, soit du système d'action (fig. 6). En effet, les études physiologiques révèlent que tout le névraxe (moelle, bu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurogenese-et-evolution/#i_53

ORIGINE

  • Écrit par 
  • Pierre-François MOREAU
  •  • 2 736 mots

Dans le chapitre « L'actuel et l'originaire »  : […] L'appel à l'origine ne doit pas être confondu avec une fondation historique : pour ceux qui s'y réfèrent, en effet, le temps n'a pas de force fondatrice ; ils sont au contraire en lutte avec ceux qui se réclament de la force des siècles et du poids de la tradition. La polémique entre Filmer, l'auteur du Patriarcha (posthume, 1680), et Locke est à cet égard révélatrice. Le pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine/#i_53

OUTIL

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 445 mots

Prolongement de la main de l'homme, l'outil est un moyen grâce auquel celui-ci peut transformer la nature. Tout se passe comme si la libération de la main venait compenser au centuple la force buccale que l'homme perd par rapport aux autres mammifères. L'outil, en effet, à la différence des organes, ne meurt pas avec l'individu ; il ne se transmet pas par hérédité mais par héritage et, en raison m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/outil/#i_53

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 905 mots
  •  • 2 médias

Dès la plus haute antiquité, l'humanité s'est penchée sur ses origines, comme en témoignent les mythologies antiques, de l’Égypte à la Grèce, ou encore le monument mégalithique de Stonehenge (Wiltshire, Angleterre) édifié il y a près de 5 000 ans : tous ont tenté de tresser, entre les dieux et les hommes ou le ciel et la terre, un fil ininterrompu. La Bible elle-même, avec la Genèse, racontera la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_53

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Humanisme, humanistes, l'homme et les « humanités » »  : […] Mouvement historique, force socio-culturelle – certains parleraient aujourd'hui d'idéologie – l'humanisme de la Renaissance n'exprime pas une philosophie déterminée. Un titre, celui du discours De dignitate hominis de Pic de la Mirandole (1486), et une phrase de ce discours préciseront un aspect essentiel de cet idéal humaniste, incarné dans des œuvres et dans une action so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/#i_53

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 549 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de l'individuation »  : […] Dès les travaux de Maurice Leenhardt sur le sujet (1947), un premier niveau de contraste avec la pensée occidentale s'est manifesté à propos de l'individuation : chez les Mélanésiens – mais aussi dans bien d'autres sociétés –, la catégorie de la personne ne fournit pas un schéma individuant de l'être humain. L' individu en tant que tel est dépourvu de pertinence : l'être humain ne se définit que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_53

PRIMATES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Denis GERAADS
  •  • 6 329 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hominoidea »  : […] Le groupe des Hominoidea comprend tous les Eucatarrhiniens en dehors de l'Oréopithèque et des Cercopithécoïdes. Il n'est plus représenté aujourd'hui que par les Gibbons, l' Orang-outan, les Chimpanzés, le Gorille et l' Homme, mais sa diversité était bien plus grande au Miocène où jusqu'à dix espèces différentes ont pu exister dans une même région d'Afrique orientale. Vers la fin du Miocène, il y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates-fossiles/#i_53

PROTECTION DE LA NATURE - Mesures de conservation des espèces

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 8 846 mots
  •  • 5 médias

La mort des espèces, comme celle des individus, est un phénomène naturel, destinée inexorable. À partir de l'analyse des restes fossiles, les paléontologues estiment que la durée moyenne de vie des espèces est comprise entre 1 et 2 millions d'années pour les mammifères, et autour de 10 millions d'années pour les invertébrés terrestres ou marins. En outre, ils ont mis en relief cinq grandes crises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protection-de-la-nature-mesures-de-conservation-des-especes/#i_53

PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 1 756 mots

Dans le chapitre « Synthèse et critiques »  : […] La psychologie évolutionniste se présente comme un modèle explicatif puissant, nous renvoyant à la fin du Paléolithique où se serait formé le cerveau dont aurait hérité l’ Homme moderne, et dont il subirait les contraintes et exprimerait les potentialités dans la diversité et la complexité de ses adaptations au milieu culturel contemporain. Le modèle incorpore les thèses centrées sur l’importance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-evolutionniste/#i_53

RACE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Universalis
  •  • 4 633 mots

Utilisé pour signifier la différence entre les groupes humains (et plus généralement la différence des types au sein d'une espèce animale quelconque), le mot « race » s'attache à des caractères apparents, le plus souvent immédiatement visibles. Les plus frappantes de ces différences sont chez l' homme la couleur de la peau, la forme générale du visage avec ses traits distinctifs, le type de chevel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/race/#i_53

ROBOTS

  • Écrit par 
  • Philippe COIFFET
  •  • 14 020 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La biorobotique »  : […] S'il est une chose claire en robotique scientifique, c'est la suivante : on cherche avec une machine, si possible automatique, à réaliser des tâches qui, jusqu'ici, étaient exécutées par des hommes, soit à mains nues, soit en s'aidant d'outils manuels simples et passifs. Cette substitution à l'homme ne saurait se faire sans rappel des fonctions et caractéristiques de l'homme. Le développement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robots/#i_53

SAGESSE

  • Écrit par 
  • Manuel de DIÉGUEZ
  •  • 10 380 mots

Dans le chapitre « Fatalité de l'idolâtrie et sagesse pratique »  : […] La conservation d'un oracle qui fasse entendre sa voix dans quelque empyrée n'est-elle pas politiquement plus rationnelle que le renoncement pur et simple au puissant instrument d'autolégitimation de l'autorité de l'État qu'est un pouvoir proférateur censé venir d'ailleurs et tenu pour transcendant au monde ? Le Buddha lui-même qui, cinq siècles avant Jésus, alors que les Grecs commençaient à pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/#i_53

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique de la volonté »  : […] Schopenhauer se veut le véritable successeur de Kant, capable de résoudre la crise ouverte par la philosophie critique sans en trahir les résultats. À ses yeux, l'acquis définitif du kantisme est la dualité irréductible du phénomène et de la chose en soi. Le postkantisme de Schopenhauer est donc radicalement distinct de celui d'un Fichte, d'un Schelling ou d'un Hegel, qui croient pouvoir surmonte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_53

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 244 mots
  •  • 2 médias

L'expression « sciences humaines » est, en France, une façon usuelle de nommer les études de psychologie et de sociologie. Depuis la Seconde Guerre mondiale, elle a remplacé l'ancienne appellation de « sciences morales ». En 1942, l'ouvrage de Wilhelm Dilthey sur les sciences de l'esprit ( Geisteswissenschaften ) a été traduit en français sous le titre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/#i_53

SEXISME

  • Écrit par 
  • Marie-Josèphe DHAVERNAS, 
  • Liliane KANDEL
  •  • 696 mots

Le terme de sexisme sert à désigner l'ensemble des institutions (socio-politiques, économiques, juridiques, symboliques) et des comportements, individuels ou collectifs, qui semblent perpétuer et légitimer la domination des hommes sur les femmes. Il est utilisé, plus couramment, pour caractériser les aspects idéologiques du phénomène et leurs expressions culturelles ou individuelles. Apparu vers l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexisme/#i_53

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « La division originaire »  : […] On retrouve, dans Malaise dans la civilisation , la pulsion de mort, principe fondateur du social dans son conflit avec Éros. Pourquoi, se demande Freud, la société a-t-elle besoin d'unir entre eux les membres de la communauté par d'autres liens que ceux de l'utilité ? Pourquoi se doit-elle de favoriser des identifications d'une intensité telle que se développent entre les in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_53

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu, c'est-à-dire la Nature »  : […] On notera d'abord la conséquence principale de la finalité éthique du système : la théorie de l'Être ne vaut pas pour elle-même, mais seulement comme moyen indispensable à la constitution de cette éthique. C'est pourquoi il est important de noter que le commencement de la doctrine ne consiste pas à réfléchir sur un commencement chronologique du monde, c'est-à-dire sur un acte de création qui serai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_53

STRAUSS LEO (1899-1973)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR, 
  • Michel-Pierre EDMOND
  •  • 3 825 mots

Dans le chapitre « Un philosophe politique »  : […] Quiconque avoue, face à la prise en charge par les sciences de la politique dans les États modernes et face à l'expérience totalitaire de notre temps, qu'une des tâches de la pensée consiste à redécouvrir le politique, à le repenser dans sa consistance propre et dans son rapport au philosophique ne peut faire l'économie d'une confrontation avec l'œuvre de Leo Strauss. Lire les textes de Strauss ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-strauss/#i_53

SUJET

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 3 607 mots

Il n'est point de sujet sans dépendance affirmée à l'égard d'une puissance dont ce sujet relève, de par les hasards de sa constitution anatomique, de son caractère et de sa situation au sein d'une classe sociale et d'une constellation familiale déterminées, mais aussi de par les lois et coutumes de son pays, les études et les recherches en cours et, d'une façon générale, les conditions culturelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet/#i_53

TECHNIQUE

  • Écrit par 
  • Cornélius CASTORIADIS
  •  • 12 508 mots

À l'idée grecque de l' homme, zoon logon echon – vivant possédant le logos , le parler-penser – les modernes ont juxtaposé, et même opposé, l'idée de l' Homo faber , l'homme défini par la fabrication d'instruments, donc la possession d'outils. Les documents anthropologiques ont paru, un temps, leur donner raison, mais ce n'était qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique/#i_53

THOMAS D'AQUIN saint (1224 ou 1225-1274)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 4 372 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme »  : […] À ce point, la philosophie du monde se développe en une philosophie de l'homme, nature dans la grande Nature et, selon le terme grec en circulation, microcosme. Ici encore, Thomas affronte la commune opinion de son temps, qui, par la pente d'un spiritualisme alimenté de platonisme, tendait à déprécier la place et le rôle de la matière dans l'être de l'homme comme dans le destin de l'univers. Le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-d-aquin/#i_53

TRANSHUMANISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHAZAL
  •  • 2 170 mots
  •  • 1 média

Apparue dans la seconde moitié du xx e  siècle, la notion de transhumanisme repose sur la conviction, propagée par un nombre croissant de scientifiques et de futurologues, qu’ une évolution voulue, orientée, choisie de l’espèce humaine est désormais possible, en s’appuyant sur des techniques nouvelles qui permettent d’in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transhumanisme/#i_53

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la quête de la société idéale à la recherche de l'homme nouveau »  : […] De la Renaissance aux années 1970, l'architecture et l'utopie se sont périodiquement rencontrées autour d'une faiblesse commune : le désir d'arrêter le temps, de figer l'histoire, que ce soit au moyen de la présence persistante du monument ou grâce à une organisation sociale parfaite. C'est dans le dépassement de ce désir quelque peu régressif que réside peut-être la possibilité d'écrire à présen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_53

Voir aussi

Pour citer l’article

Alphonse DE WAELHENS, « HOMME - La réalité humaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/