PÉNAL DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Que le droit pénal serve à punir, nul n'en doute. La peine est d'abord vengeance privée : tolérée dans l'ancienne Égypte, à Athènes, à Rome sous l'espèce d'un caractère collectif, légalement organisée (l'abandon noxal à Rome, le wergeld germanique), elle connaît une lente intégration dans l'histoire du droit pénal. Le caractère expiatoire et la dureté des peines de l'ancienne France laissent voir une part de rémunération privée ; de même, la survivance anecdotique du duel jusqu'à la seconde moitié du xxe siècle et les décisions d'acquittement rendues en la matière, malgré un arrêt de la Cour de cassation (France, 1837). Aujourd'hui, la définition de la légitime défense encadre la défense privée, dont le surcroît délictuel indique son origine. La peine évolue. Selon les « deux lois de l'évolution pénale » établies par Durkheim, elle croît avec un pouvoir absolu et une société grégaire, la répression tendant, par ailleurs, vers des peines privatives de la seule liberté et pour un temps variable selon la gravité des crimes.

Mais le droit pénal ne répond pas à la seule question de la peine. Ses lois révèlent un principe politique et social. Accarias le dit en jurisconsulte : les Césars ont réuni entre leurs mains tous les instruments qui font la force du prince. Enfin, le droit pénal est référence obligée à l'ordre d'une transcendance ; s'il n'est obéissance à l'ordre divin, il l'est, sous forme laïque, à la nature et à sa loi, toujours à une réalité extérieure à l'existence humaine, dont Cesare Beccaria dissipera l'ombre portée (Des délits et des peines, 1764). Beccaria laisse au théologien la détermination du juste et de l'injuste « quant au for intérieur, eu égard à la méchanceté ou à la bonté de l'acte en lui-même ». Le publiciste est compétent pour établir le rapport du juste et de l'injuste quant à la politique. À la conception, religieuse ou psychologi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : avocat à la cour d'appel de Paris, ancien secrétaire de la Conférence des avocats à la cour de Paris

Classification

Autres références

«  PÉNAL DROIT  » est également traité dans :

AGRESSIONS SEXUELLES

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 639 mots

Le nouveau Code pénal français, entré en vigueur le 1 er  mars 1994, a regroupé les infractions de nature sexuelle sous la dénomination d' agressions sexuelles dans la section de ce nom d'un chapitre consacré aux atteintes à l'intégrité physique ou psychique de la personne et qui figurent au nombre des atteintes à la personne humaine du titre II, du livre II ( Des crimes et délits contre les pe […] Lire la suite

AMNISTIE

  • Écrit par 
  • Joël GREGOGNA
  •  • 1 068 mots

Comme la réhabilitation, l'amnistie est une mesure qui procède à l'extinction de la peine en même temps qu'à l'effacement de la condamnation prononcée. L'amnistie est une intervention du législateur, qui répond à un but d'apaisement social ou à des considérations d'ordre politique : pratiquement, chaque nouvelle élection d'un président de la République a pour conséquence une loi d'amnistie. En fai […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le droit pénal »  : […] Une grande partie du code (l'essentiel de la table II) lui est consacrée et les dispositions qui le concernent témoignent d'un système répressif déjà très évolué et moins rigoureux qu'à Babylone. Le principe de l'individualisation de la peine triomphe, sauf dans de rares exceptions de responsabilité de la famille ou de la ville. La peine tend à l'indemnisation de la victime autant qu'à la répress […] Lire la suite

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le droit pénal »  : […] Hors l'exception constituée par la juridiction domestique, la répression des délits est assurée par l'État. On a souligné la sévérité des peines : la mort, les mutilations, la bastonnade et la corvée (qui n'excède jamais quarante jours) voisinent avec les peines infamantes et pécuniaires, mais ce trait, indéniable, ne doit pas être exagéré. Le droit pénal révèle surtout le peu de personnalité reco […] Lire la suite

AVEU

  • Écrit par 
  • Robert VOUIN
  •  • 3 139 mots

Dans le chapitre « L'aveu pénal »  : […] Si le procès de répression était de même nature que le procès civil, et si l'aveu devait être toujours et exclusivement considéré comme une manifestation de volonté, comment une condamnation pénale pourrait-elle être fondée sur l'aveu d'un prévenu ou accusé ? La liberté de l'homme (pour ne parler que d'elle) n'est-elle pas un bien dont celui-ci ne peut disposer et, surtout, le juge criminel n'a-t- […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le droit pénal »  : […] Le droit pénal porte l'empreinte des inégalités sociales : la condition de la victime retentit sur la rigueur de la peine, même parmi les hommes libres ; si la victime est un esclave, le délit est regardè comme une atteinte au patrimoine du maître. On note un effort pour dégager l'intention délictueuse : la blessure involontaire n'entraîne qu'une obligation de réparer, le maître d'un bœuf agressif […] Lire la suite

BECCARIA CESARE BONESANA DE (1738-1794)

  • Écrit par 
  • Georges LEVASSEUR
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « Le réformateur du droit pénal »  : […] Les idées de Beccaria dans son traité correspondaient au sentiment des esprits éclairés de son temps (l'auteur avait beaucoup lu Bacon, Montesquieu, Rousseau et les Encyclopédistes), mais allaient directement à l'encontre du droit positif. Il s'élève contre l'obscurité et la complexité des sources du droit pénal, et réclame des textes simples, clairs et issus du seul pouvoir législatif (principe […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Droit des sanctions et droit processuel »  : […] Le maintien d'un droit des sanctions, ou droit pénal, dans le Code révisé de 1983 a été débattu sans que l'on parvînt à l'éliminer, tant pour des raisons de tradition, puisque l'existence de sanctions est attestée déjà dans l'Écriture et l'élaboration d'un système pénal est connue des historiens, que pour des raisons tenant au fait que l'appartenance à l'Église, de type volontaire, concerne deux […] Lire la suite

CASIER JUDICIAIRE

  • Écrit par 
  • Joël GREGOGNA
  •  • 752 mots

Le casier judiciaire constitue le relevé national automatisé des condamnations pénales et de certaines autres décisions touchant une personne donnée. Son but est de permettre au juge de prononcer la peine la plus appropriée au condamné. Le magistrat peut, en effet, constater qu'une personne est en état de récidive, ce qui entraîne souvent une aggravation des peines applicables, et déduire dans cer […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le droit pénal »  : […] S'adossant à une longue tradition, le droit pénal – ou des châtiments ( xingfa ) – n'a connu qu'une lente et incomplète évolution par rapport au modèle soviétique introduit à partir de 1949. La loi pénale et la loi de procédure pénale promulguées pour la première fois dans l'histoire de la Chine populaire en 1979 présentaient l'avantage de rendre publiques l'échelle des peines ainsi que les règles […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Inde. Dépénalisation de l’homosexualité et de l’adultère. 6-27 septembre 2018

Le 6, la Cour suprême décriminalise l’homosexualité, arguant que « la communauté LGBT possède des droits comme les autres ». Le 27, la Cour suprême dépénalise l’adultère, jugeant sa condamnation discriminatoire envers les femmes. Un mari pouvait poursuivre l’homme qui avait eu des relations avec son épouse. La femme ne pouvait prétendre au même droit. Le Code pénal indien date de l’époque coloniale britannique. […] Lire la suite

Venezuela. Expulsion de diplomates brésilien et canadien. 10-25 décembre 2017

Le 10, le président Nicolás Maduro revendique une large victoire aux élections municipales boycottées par les principaux partis d’opposition. Le taux de participation officiel est de 47,3 p. 100. Nicolás Maduro dénie aux partis d’opposition qui ont boycotté le scrutin municipal le droit […] Lire la suite

Suisse. Rejet d’une demande d’entraide judiciaire de la France. 5 avril 2017

remises à l’administration fiscale française à la fin de 2008. Le Tribunal estime que la demande française est fondée sur des renseignements obtenus par des actes punissables au regard du droit suisse. En novembre 2015, le Tribunal pénal fédéral a condamné par défaut Hervé Falciani à cinq ans de prison pour espionnage économique. […] Lire la suite

France. Remise du rapport de la « commission Jospin ». 9 novembre 2012

ministérielle ou d'un mandat parlementaire ou sénatorial avec un mandat d'exécutif local. Elle approuve le principe de l'immunité judiciaire du chef de l'État pour des faits commis dans l'exercice de ses fonctions, mais propose de supprimer celle-ci, au civil comme au pénal, pour les crimes et délits […] Lire la suite

Serbie. Présentation par le médiateur de l'O.N.U. de son plan pour le Kosovo. 2-27 février 2007

drapeau, d'une Constitution, de forces armées et du droit d'intégrer l'O.N.U., tout en maintenant sur son territoire une présence internationale sous la forme d'une mission de l'Union européenne et de forces militaires et policières. Belgrade rejette ces propositions, qui sont accueillies favorablement à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Luc VILAR, « PÉNAL DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-penal/