INTELLIGENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De tous les concepts que la psychologie a hérités de la tradition philosophique et religieuse, celui d'intelligence est sans doute le plus marqué par ses antécédents culturels. L'intelligence représente la fonction par laquelle l'homme a essayé de se définir dans l'échelle des êtres, c'est-à-dire de se situer par rapport à son inférieur, l'animal, et par rapport à son supérieur, la divinité. Dans la tradition occidentale, l'homme s'est toujours considéré comme un entre-deux participant de deux règnes (l'ange et la bête), mais, comme sa parenté avec le divin est moins manifeste que son appartenance au règne animal, il s'est constamment efforcé de dégager ce qui le distingue de l'animal et ce qui le rapproche de la divinité. C'est dans ce contexte que s'est développée la notion d'intelligence, conçue comme fonction spécifique de l'homme. Il en résulte que, par rapport à l'animal et aux fonctions qui le caractérisent, l'intelligence a été définie par différence, tandis que vis-à-vis de la divinité l'intelligence a été définie par ressemblance.

Distinguée de l'habitude et de l'instinct, puis des opérations des calculateurs, en même temps que référée à l'intuition, l'intelligence ne quittera vraiment le domaine de la métaphysique pour entrer dans celui de la psychologie qu'en se laissant décrire comme une série d'activités dont il est impossible de donner une théorie avant de les avoir délimitées et analysées. On verra peut-être alors disparaître, dans un nouveau champ conceptuel, la notion d'intelligence comme désignant une fonction spécifiquement humaine.

L'héritage philosophique

Dans le contexte philosophique où l'on définit l'intelligence à la fois par différence et par ressemblance, on oppose la plasticité de cette fonction à la stéréotypie de l'habitude. Aux circuits courts et rigides que met en œuvre l'instinct pour atteindre ses buts on oppose les circuits longs et modifiables qu'élabore l'intelligence pour parvenir aux siens. À la passivité de la perception subissant le réel qui impose la contrainte de sa présence on oppose la liberté de l'intelligence qui, dans son activité d'abstraction, opère une sélection dans ce qui lui est livré par les sens et isole ce qui est donné sous forme non dissociée dans la perception. À l'immédiateté de la perception qui fournit des images du réel comme par impression (la sensation a souvent été regardée comme un contact) on oppose la capacité qu'a l'intelligence de construire des objets abstraits, qui ne sont pas des copies des objets réels, et de composer ces objets en systèmes qui constituent des univers autres que celui du réel. Ces constructions obéissent à des règles : les mathématiques et la logique en sont les exemples les plus achevés, mais les règles sont présentes dans toutes les constructions abstraites, composition littéraire ou artistique, jeux de toutes sortes dans lesquels s'exerce l'ingéniosité des humains.

Ces différentes caractéristiques attribuées à l'intelligence quand on l'oppose aux fonctions qui appartiennent également à l'animal n'épuisent pas le contenu de l'intelligence tel qu'on l'envisage habituellement. Il y manque l'aspect le plus noble, l'intuition, à savoir la possibilité de rassembler en un acte unique de pensée une longue chaîne de raisonnements. Si l'intuition est conçue comme l'activité la plus noble de l'intelligence, c'est qu'elle rapproche l'homme de la divinité. Dans la mesure où l'intuition permet d'échapper au successif, au fractionnement temporel qui caractérise le discursif, elle se rapproche de l'acte par lequel se définit la divinité, à savoir la saisie et l'engendrement dans un même acte de tout le divers. L'intuition est l'acte dans lequel l'homme éprouve sa parenté avec le divin, aussi comprend-on que ce soit un instant fugitif, un idéal difficile à atteindre réservé à quelques privilégiés, et qui ne peut être que le fruit d'une conquête.

Le rôle central que joue la notion d'intelligence dans la culture occidentale, pour les raisons qu'on vient d'indiquer, explique que le problème de l'intelligence continue aujourd'hui de se poser dans cet horizon. Une seule preuve : la civilisation moderne ayant produit de nouveaux êtres, les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  INTELLIGENCE  » est également traité dans :

INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE

  • Écrit par 
  • David SANDER
  •  • 404 mots

Même si l’idée d’un rapport dynamique entre l’intelligence et les émotions existait déjà dans la littérature, Daniel Goleman a popularisé la notion d’intelligence émotionnelle dans le monde de la recherche mais également dans de nombreuses sphères de la société (monde du travail ou du développement personnel). L’idée selon laquelle les compétences émotionnelles sont une dimension de l’intelligence […] Lire la suite

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 165 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mesure des attitudes »  : […] Parce qu'elle implique l'idée de degré ou d'intensité, la notion d'attitude soulève un problème méthodologique important : celui de la détermination de cette intensité. On parle alors de la « mesure des attitudes ». À première vue, le problème prend l'allure d'un défi. Comment, en effet, mesurer ce qui, par définition, est inobservable et inobservé ? Là aussi, psychologues sociaux et sociologues b […] Lire la suite

BINET ALFRED (1857-1911)

  • Écrit par 
  • Jacques PERSE
  •  • 1 368 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pédagogie et méthode expérimentale »  : […] Parallèlement, Binet s'intéresse à la psychologie de l'enfant ; en 1889, il crée avec Vaney un laboratoire de pédagogie expérimentale à l'école de la rue de la Grange-aux-Belles. Son dernier livre, Les Idées modernes sur les enfants (1911), est un bilan et une mise au point des acquisitions expérimentales de son temps et de ses propres réflexions en matière d'éducation. C'est au carrefour de cet […] Lire la suite

BINET-SIMON TEST DE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 483 mots

Le nom d'Alfred Binet reste attaché à la première échelle de développement intellectuel dont l'emploi ait été généralisé. La première version, parue en 1905 et élaborée avec la collaboration de Théodore Simon, a donné lieu à plusieurs remaniements aux États-Unis par Terman en 1918 et 1938, puis en France par René Zazzo. L'élaboration de cette échelle a son origine dans les recherches effectuées p […] Lire la suite

BUDDHI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 332 mots

Le terme sanskrit « buddhi » désigne l'intelligence dans la psychologie de l'hindouisme. Selon les données traditionnelles du brahmanisme, l'homme se compose de quatre éléments qui sont autant de modalités de son être propre : le corps, la pensée, l'intelligence, l'âme. Ce dernier élément (en sanskrit, ātman  : « soi ») transcende les trois autres, car il est, en fait, l'absolu ( brahman ou puru […] Lire la suite

CLAPARÈDE ÉDOUARD (1873-1940)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 246 mots

Neveu du zoologiste du même nom et du même prénom, Édouard Claparède entreprend d'abord des études de médecine, puis se consacre à la psychologie. Il fait sa carrière à l'université de Genève, où il fonde l'École de psychologie et des sciences de l'éducation. Claparède s'apparente au courant dit fonctionnaliste, qui s'attache à découvrir la finalité de chaque type de comportement en le plaçant dan […] Lire la suite

COGNITION

  • Écrit par 
  • Chrystel BESCHE-RICHARD, 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 2 620 mots

Dans le chapitre « L'héritage antique »  : […] En des termes différents, fondés sur l'observation et la réflexion, les discours des auteurs de l'Antiquité sur la pensée, la logique, la démonstration, la construction de la connaissance et de la science témoignent des premiers efforts dans ce domaine. Les hommes et les animaux ont en commun la sensation, la mémoire, le courage, l'appétit, le désir, le plaisir et la douleur, les traits de caract […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la nature humaine à l'ordre social »  : […] Bien entendu, la religion de l'humanité, proclamée en 1847, ne pouvait pas apparaître dans le Cours . En revanche, dans le Système de politique positive , outre sa fonction de connaissance, la sociologie fonde directement la religion. Comte examine d'abord l'ordre humain « comme s'il était immobile » ( Système , t. II, p. 3). C'est la fonction de la statique sociale, qui doit précéder l'étude de l […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Critiques « culturalistes » de l'intelligence et de la féminité »  : […] Appuyée le plus souvent sur un fondement marxiste, la critique de la mesure de l'intelligence s'en prend en premier lieu à l'idée qui fait de celle-ci un « don » mystérieux, inné et héréditaire, une essence préexistant à l'individu ; en second lieu, elle vise la méthode de mesure par les tests, en avançant des arguments d'ordre politique ; cette méthode est la « caution rêvée, d'apparence objectiv […] Lire la suite

DEEP BLUE, superordinateur

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’enjeu : qu’est-ce que l’intelligence ? »  : […] Les controverses qui s’ensuivent sont aussi intéressantes que le tournoi lui-même. Des experts minimisent la portée de la défaite de Kasparov qui a effectivement moins bien joué qu’à son habitude (il aurait été perturbé par un mouvement aberrant de Deep Blue à la fin de la première partie, dû à un bug dans le logiciel, mais qu’il aurait interprété comme un signe de suprême intelligence). Toutefoi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-25 avril 2019 Soudan. Renversement du président Omar el-Béchir.

Le 13, le chef du puissant National Intelligence and Security Service (NISS) – les services de sécurité et de renseignement –, Salah Gosh, démissionne. Le 14, le TMC saisit les avoirs du Parti du congrès national (PNC), jusque-là au pouvoir. Le 16, la junte ordonne l’emprisonnement d’Omar el-Béchir. Le 23, à l’issue d’une réunion au Caire de l’Union africaine dont il est le président en exercice, le chef de l’État égyptien Abdel Fattah al-Sissi préconise d’accorder un délai de trois mois à la junte au pouvoir à Khartoum pour organiser « une transition pacifique démocratique ». […] Lire la suite

4-24 novembre 2018 Bahreïn. Élections législatives.

Le 4, la cour d’appel de Manama condamne à la prison à vie le cheikh Ali Salman, ancien chef du parti d’opposition Al-Wifaq dissous en juillet 2016, pour « intelligence » avec le Qatar, annulant son acquittement dans ce dossier, prononcé en juin. Le cheikh Ali Salman est déjà sous le coup d’une condamnation pour complot et incitation à la désobéissance et à la haine confessionnelle prononcée en juin 2015 et alourdie en appel en mai 2016. […] Lire la suite

24 mai 2018 Algérie. Condamnation d'un blogueur à dix ans de prison.

Le tribunal criminel de Béjaïa, à l’est d’Alger, condamne le blogueur Merzoug Touati, arrêté en janvier 2017, à dix ans de prison pour « intelligence avec une puissance étrangère », pour avoir publié sur Internet un entretien avec un diplomate israélien. Le 21 juin, sa peine sera réduite en appel à sept ans de prison. Le 8 juillet, Merzoug Touati entamera une grève de la faim. […] Lire la suite

17 janvier 2014 États-Unis. Annonce d'une réforme de la N.S.A.

Il annonce également que les citoyens seront représentés auprès de la Foreign Intelligence Surveillance Court chargée d'autoriser les écoutes.  […] Lire la suite

31 juillet - 21 août 2013 États-Unis. Condamnation du soldat Bradley Manning pour espionnage

Le 31, la cour martiale de Fort Meade (Maryland) déclare l'analyste du renseignement militaire Bradley Manning coupable d'espionnage, notamment, mais ne retient pas le chef d'accusation d'intelligence avec l'ennemi. Arrêté en mai 2010, Bradley Manning a admis avoir fourni au site Internet WikiLeaks (comme « lanceur d'alertes ») des milliers de documents militaires et diplomatiques confidentiels relatifs aux guerres d'Afghanistan et d'Irak, dans le but de « susciter un débat public ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-François RICHARD, « INTELLIGENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence/