Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OCULOMOTRICITÉ

Articles

  • DÉVELOPPEMENT DE LA CATÉGORISATION (psychologie)

    • Écrit par Agnès BLAYE
    • 1 133 mots

    La catégorisation a une fonction adaptative essentielle : elle permet de faire des inférences sur les propriétés d’objets rencontrés pour la première fois. Catégoriser consiste à regrouper mentalement des objets considérés comme équivalents d’un certain point de vue. Ainsi, dès lors qu’un objet nouveau...

  • DÉVELOPPEMENT DE LA COGNITION SPATIALE

    • Écrit par Yannick COURBOIS
    • 1 310 mots
    ...de codage des localisations se mettent en place chez l’humain pendant les deux premières années de vie. Le plus simple mobilise l’apprentissage d’une réponse motrice. Dans ce système égocentrique, la localisation de l’objet est codée au travers de l’action nécessaire pour l’atteindre ou le capter du...
  • DÉVELOPPEMENT PERCEPTIF

    • Écrit par Sylvie CHOKRON
    • 1 841 mots
    • 2 médias
    En ce qui concerne l’exploration visuelle, le nouveau-né est capable, dès le début de sa vie, de fixer et de suivre un objet en mouvement, à condition que celui-ci se meuve lentement, qu’il soit proche de son visage (entre 20 et 50 cm) et suffisamment contrasté. Voilà pourquoi on utilise à la maternité...
  • DYSLEXIES DÉVELOPPEMENTALES : LES DIMENSIONS VISUELLES ET ATTENTIONNELLES

    • Écrit par Sylviane VALDOIS
    • 1 069 mots

    Des traitements cognitifs visuels et visuo-attentionnels sophistiqués sont nécessairement impliqués dans le traitement des séquences de lettres qui composent les mots écrits. Lors de l’ apprentissage de la lecture, ces traitements font l’objet d’un apprentissage perceptif pour s’adapter aux...

  • DYSPRAXIE ou TROUBLES DE L'ACQUISITION DE LA COORDINATION

    • Écrit par Caroline HURON
    • 1 122 mots

    Le terme « dyspraxie » a été abandonné par l’ensemble des experts internationaux à la fin d’une conférence de consensus, tenue à London (Canada) en 1994, au profit de l’appellation « trouble de l’acquisition de la coordination » (T.A.C.). Le T.A.C. se définit comme une diminution des performances dans...

  • HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

    • Écrit par Pierre BUSER, Paul LAGET
    • 12 328 mots
    • 8 médias
    Chezles Primates, d'autres territoires corticaux, distincts de l'AMP, suscitent des déviations conjuguées des deux globes oculaires. Cette rotation s'effectue à peu près toujours vers le côté controlatéral au cortex stimulé ; elle comporte parfois, chez l'individu éveillé, une composante verticale (c'est-à-dire...
  • INHIBITION (psychologie)

    • Écrit par Olivier HOUDÉ
    • 1 324 mots
    • 1 média

    L’inhibition est une forme de contrôle qui nous permet de résister aux habitudes ou automatismes, aux tentations, distractions ou interférences. L’idée selon laquelle l’inhibition est un processus central de l’adaptation n’est pas nouvelle dans les sciences de l’esprit et du cerveau, mais elle a connu...

  • NEUROSCIENCES COGNITIVES ET SOMMEIL

    • Écrit par Philippe PEIGNEUX
    • 1 398 mots

    Le sommeil est souvent perçu comme un arrêt nécessaire de nos activités d’éveil, mettant le corps et le cerveau au repos. L’analogie au mode de veille passif d’un ordinateur est toutefois erronée. En effet, ce qui caractérise le cerveau « endormi » est avant tout un changement de son mode opératoire...

  • ŒIL HUMAIN

    • Écrit par Jean-Antoine BERNARD, Guy OFFRET
    • 11 129 mots
    • 13 médias
    ...Dans le strabisme, il n'y a pas de vision double ( diplopie), parce qu'il existe un scotome de neutralisation associé au défaut de vision binoculaire. Au contraire, dans les paralysies oculomotrices qui entraînent un strabisme « incomitant », la diplopie est très gênante et conduit à l'obturation d'un...
  • PERCEPTION

    • Écrit par Paolo BARTOLOMEO
    • 3 892 mots
    • 5 médias
    De même, si je bouge mes yeux ou ma tête, la scène visuelle bouge sur ma rétine, mais je ne vois pas bouger le monde extérieur. Cela se réalise car, d’une part, le système vestibulaire de l’oreille interne et la proprioception musculaire informent le système visuel que c’est moi qui bouge, et non la...
  • PSYCHOLOGIE DU TÉMOIGNAGE

    • Écrit par Céline LAUNAY, Jacques PY
    • 1 467 mots

    C’est à la fin du xixe siècle et au début du xxe que se développèrent différentes recherches en Europe et aux États-Unis, prémices de la psychologie judiciaire scientifique, évaluant les facteurs susceptibles de rendre compte des erreurs de témoignage. En France, Alfred Binet démontra...

  • SCLÉROSE EN PLAQUES

    • Écrit par Ayman TOURBAH
    • 2 405 mots
    ...s'aggrave en quelques heures ou quelques jours, évoluant rarement vers la cécité. S'y associe un trouble de la vision des couleurs et des contrastes. Les troubles de l'oculomotricité (10 % des cas) s'expriment sous la forme d'une diplopie binoculaire, le plus souvent en sens horizontal. L'ophtalmoplégie...
  • TÊTE ET COU

    • Écrit par Claude GILLOT
    • 13 400 mots
    • 9 médias
    Lesmuscles de l'orbite comprennent tout d'abord le cône des quatre muscles droits : interne, externe, supérieur et inférieur. Ils se fixent en arrière, par le petit tendon de Zinn, sur la partie interne de la fente sphénoïdale. Tous se terminent sur la sclérotique, près de la cornée. Il existe...
  • TRAITEMENT SYNTAXIQUE (perception et compréhension)

    • Écrit par Joël PYNTE
    • 1 333 mots

    La syntaxe est définie par le linguiste comme l’ensemble des règles de bonne formation des énoncés. En quoi cette notion est-elle pertinente pour le psychologue qui s’intéresse, lui, à la manière dont les sujets humains traitent le langage ? La meilleure réponse que puisse apporter la ...