APHASIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ainsi nommée en 1864 par le clinicien Armand Trousseau en opposition au terme aphémie retenu à la même époque par Paul Broca et au terme alalie proposé plusieurs décennies auparavant par Jacques Lordat, l’aphasie est un trouble de la production et (ou) de la compréhension du langage oral et (ou) écrit consécutif à une lésion cérébrale le plus souvent située dans l’hémisphère gauche du cerveau et survenant chez un locuteur ayant été jusque-là en pleine possession de ses capacités langagières dans la ou les langues qu’il maîtrisait auparavant. Il s’agit d’une pathologie acquise, qui ne doit pas être confondue avec les pathologies linguistiques développementales (dysphasies, dyslexies…) survenant lors de l’apprentissage du langage chez l’enfant.

Par l’observation de corrélations anatomocliniques, à l’instar des travaux de neurologues tels que Paul Broca (1824-1880) et Carl Wernicke (1848-1905), différents syndromes d’aphasie ont été identifiés. En dépit de leur relative hétérogénéité de symptômes, une telle identification permet néanmoins de rendre compte de profils linguistiques différents qui, de plus, accréditent la notion de « fractionnement », ou de « modularité », des fonctions mentales supérieures, et donc du langage, dans le cerveau humain. Ainsi, l’« aphasie de Broca » se caractérise par une réduction quantitative et qualitative importante de ce que le patient est capable de dire alors même que ses capacités de compréhension demeurent quasiment normales ; l’« aphasie de Wernicke », en revanche, se manifeste par un déficit majeur de la compréhension du langage, par une perte de contrôle par le patient de ses propres productions (anosognosie), et entraîne de multiples paraphasies, phonémiques ou verbales, sans troubles arthriques (cf. infra), voire une logorrhée et (ou) une jargonaphasie indéchiffrable par autrui. Les troubles du langage oral s’accompagnent souvent, à des degrés variables t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  APHASIE  » est également traité dans :

ALZHEIMER MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE
  •  • 1 863 mots

C' est le psychiatre allemand Emil Kraepelin, en 1912, dans son Traité de psychiatrie , qui a donné le nom de maladie d'Alzheimer à cette démence dégénérative affectant le sujet « jeune ». Cet état pathologique a été décrit en effet pour la première fois en 1907 par son confrère et compatriote Aloïs Alzheimer chez une femme de cinquante et un ans, atteinte d'une détérioration intellectuelle progre […] Lire la suite

BATES ELIZABETH (1947-2003)

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 444 mots

Elizabeth Bates, nommée professeur de psychologie en 1983 à l’université de Californie à San Diego, est cofondatrice, en 1988, du premier département de sciences cognitives aux États-Unis. Elle y crée et dirige le prestigieux Center for Research in Language. En trente années, Liz Bates a produit une œuvre de pionnière dont la cohérence et l’envergure expliquent le rayonnement : acquisition du lan […] Lire la suite

CARAMAZZA ALFONSO (1946- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 373 mots

Alfonso Caramazza obtient, en 1974, un doctorat en psychologie à l’université Johns-Hopkins (Baltimore, Maryland). Enseignant-chercheur dans cette université jusqu’en 1993, il occupe divers postes universitaires aux États-Unis ainsi qu’à l’étranger (Montréal, Rome, College Park, Dartmouth, Genève, Trieste) jusqu’à sa nomination, en 1995, au département de psychologie de l’université Harvard, où il […] Lire la suite

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 863 mots
  •  • 5 médias

De tous les moyens dont dispose l’être humain pour communiquer avec ses semblables, le langage est le plus efficace. Comme la bipédie, le langage oral est un comportement universel, au développement spontané dans notre espèce et, sauf à être empêchées par la maladie, les prémices de cette fonction peuvent être mises en évidence dès avant la naissance. Le langage se compose d’un ensemble hiérarchi […] Lire la suite

CERVEAU ET PRODUCTION ÉCRITE

  • Écrit par 
  • Marieke LONGCAMP, 
  • Jean-Luc VELAY
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un centre du geste graphique dans le cerveau ?  »  : […] Après la découverte, en 1861, par Paul Broca, d’un centre du langage parlé dans le cerveau, dont la lésion conduit à des difficultés voire à une incapacité totale à s’exprimer oralement (aphasie), on s’est questionné sur l’existence possible de zones cérébrales dédiées à l’écriture. Une lésion de ces régions du cerveau pourrait expliquer les troubles présentés par des patients incapables d’écrire […] Lire la suite

CERVEAU ET BILINGUISME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie ANNONI
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contrôle des langues  »  : […] Comment arrive-t-on, par exemple, dans une réunion où la plupart des personnes parlent le français, à interagir dans une autre langue avec notre voisin de table, sans que des mots français viennent interférer ? Cette capacité particulière est appelée « contrôle des langues ». Elle permet au bilingue d’inhiber la langue non pertinente, de communiquer dans la langue prévue, d’alterner l’usage de l’u […] Lire la suite

COGNITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Emmanuel BIGAND
  •  • 1 292 mots

Tout comme la couleur, la musique n’existe pas dans la nature. Elle résulte d’une construction de l’esprit. Cette construction repose sur des opérations psychologiques perceptives, intellectuelles, affectives et motrices. Le terme « cognition musicale » désigne l’ensemble de ces opérations. Leur étude scientifique s’inscrit dans le champ des sciences cognitives et relève directement de la psychol […] Lire la suite

ÉPILEPSIE

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT, 
  • François MIKOL
  •  • 6 179 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Crises partielles à séméiologie élémentaire »  : […] Les crises partielles à séméiologie élémentaire sont provoquées par une décharge naissant dans un système anatomo-physiologique très localisé et spécifiquement dévolu à des fonctions sensitivo-motrices élémentaires. C'est pourquoi l'expression électro-encéphalographique de ces crises est très localisée sur le scalp, tandis que leur séméiologie clinique se réduit à des phénomènes moteurs ou sensiti […] Lire la suite

ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman Jakobson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 898 mots

Dans le chapitre « Un texte fondateur »  : […] Recueil d'articles publiés auparavant dans différents volumes et périodiques, les Essais de linguistique générale allaient connaître un retentissement considérable, débordant largement le champ de la linguistique. En témoignent notamment l'application des théories de Jakobson au langage poétique et surtout au système de la parenté chez Claude Lévi-Strauss, leur inscription dans la réflexion psych […] Lire la suite

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Substrats des praxies et du langage »  : […] On touche, ici, à des mécanismes plus complexes encore que la reconnaissance gnosique. Il s'agit des élaborations gestuelles d'une part, des étapes du langage de l'autre. Il n'est, une fois encore, pas question de détailler des résultats. Il suffit de rappeler que, dans la perspective localisationniste, les apraxies que décrit la clinique neuropsychiatrique (apraxie idéomotrice, idéatoire, constru […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Luc NESPOULOUS, « APHASIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aphasie/