DIEUL'affirmation de Dieu

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « Dieu » désigne la réalité mystérieuse que les hommes cherchent à tâtons depuis les origines. L'histoire des religions peut permettre de repérer les conditions concrètes qui ont favorisé cette fonction théogénique dont l'origine renvoie à l'homme lui-même et à son énigme.

On doit cependant reconnaître que la dialectique de l'idée de Dieu telle qu'elle se déploie dans la plupart des religions est profondément différente de la dialectique de l'idée de Dieu dans les diverses philosophies. Quoi qu'il en soit du polythéisme ou du monothéisme, l'homme, pour apaiser son besoin religieux, réclame un Dieu qui soit un Toi et avec lequel il puisse entrer en échange d'amour. La raison philosophique, au contraire, répugne à concevoir Dieu comme un Toi, parce que Dieu doit être absolu, donc sans besoin et sans contraires. Il peut être conçu comme le Bien que tous les hommes désirent, mais il ne peut être lui-même un Toi personnel, qui appelle et aime d'autres personnes.

Or, avec la révélation du Dieu d'Israël, ces deux aspects de l'idée de Dieu tendent à se réduire à l'unité. Le Dieu d'Israël s'est choisi librement un peuple pour partenaire (Deut., xii, 6). Il n'y a pas d'autre motif de l'élection divine que l'amour gratuit (Deut., vii, 7), auquel Israël ne peut répondre que par un amour sans réserve (Deut., vi, 5). Mais, en même temps, le Dieu d'Israël est le Dieu tout-puissant et créateur qui aime tous les êtres. Il est déjà l'Être absolu, transcendant et immanent que conçoit la pensée philosophique.

À cause de son influence décisive sur ce qu'on appelle la civilisation occidentale, on se limitera ici au Dieu de la révélation judéo-chrétienne. Dans l'Ancien Testament, le Dieu d'Israël n'est pas d'abord le Dieu cosmique, auteur de la nature, mais un Dieu agissant, qui intervient dans l'histoire de son peuple pour qu'elle soit histoire du salut, c'est-à-dire à la fois manifestation et accomplissement de son dessein de salut. Dieu est le « trois fois saint », mais il ne révèle son

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIEU  » est également traité dans :

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 677 mots

Au nom de Dieu, les philosophies ont toujours tenté de juxtaposer, voire de substituer, un concept . Qu'il s'agisse du divin ou de l' humain , le rôle de la philosophie est en effet de déployer des notions pour rendre notoires des significations. On peut distinguer les divers essais de penser Dieu en considérant leurs issues. À ceux qui admettent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/

DIEU - La négation de Dieu

  • Écrit par 
  • Jeanne DELHOMME
  •  • 9 211 mots

L'affirmation est un acte simple ; visant intentionnellement un donné de l' expérience , sujet d'une proposition, elle lui confère les attributs qui lui reviennent ; pré-interrogative, l'existence de cet homme, de cet arbre, de cette maison fait corps avec eux : certaines qualités leur appartiennent ; les questions ont une réponse de fait qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-la-negation-de-dieu/

DIEU - Par-delà théisme et athéisme

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 578 mots

Dans notre culture, théisme et athéisme sont des frères ennemis. La polémique ne cesse pas entre eux, parce qu'ils se nourrissent l'un de l'autre. Ce que l'un affirme, l'autre le nie. Mais tout à leur dispute, ils ne songent guère à renouveler le problème. La querelle continue sur de vieilles idées, avec de vieilles méthodes. Elle durerait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-par-dela-theisme-et-atheisme/

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Déification de l'humanité et de l'Univers »  : […] verbes θεο̃υν et θεοποιειν) se précise au ive siècle à Alexandrie et en Cappadoce, et se différencie de la problématique néo-platonicienne en opposant les thèmes de l'adoption divine ou de l'union au Dieu vivant à la perspective plotinienne d'une prise de conscience par l'esprit de son caractère divin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_31

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance de la théologie »  : […] Platon ne mentionne le terme que dans son sens étymologique : « théologie » signifie discours ou propos sur Dieu, sur les dieux ; il ne l'utilise que pour répondre à la question : comment parler du divin, en bien parler, en parler comme un poète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_31

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pensée d'Augustin »  : […] tous les problèmes inhérents à la condition humaine. Le mal n'est donc pas un être en soi, mais un moins-être, la lacune du bien, ce qui empêche l'homme d'être pleinement, comme l'est Dieu. Le seul problème est donc de parvenir à la connaissance de ce Bien suprême, de ce Dieu qui donnera à l'homme les véritables dimensions de son être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_31

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 232 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De la possibilité de représenter le divin  »  : […] grand théologien des images sacrées, qui justifie ainsi la possibilité de figurer le Dieu-Homme : « Lorsque Celui qui existe de toute éternité dans la forme de Dieu, s'est dépouillé en assumant la forme d'esclave, devenant ainsi limité dans la quantité et la qualité, ayant revêtu la marque (charakter) de la chair, alors figure- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_31

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La raison pervertie et la foi »  : […] Un changement radical intervient avec l'avènement des religions révélées. Certes, le monde est l'œuvre d'un Dieu créateur et, en tant que tel, il est parfait et entièrement raisonnable. Mais la chute du premier homme a tout bouleversé : non seulement la vue immédiate du monde en son unité et sa beauté est refusée à la raison humaine déchue par sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_31

THOMISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 5 229 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Au niveau philosophique, deux grandes thèses sont énoncées au sujet de Dieu : l'existence de Dieu n'est pas une évidence  ; la nature de Dieu reste inconnue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomisme/#i_31

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Le semi-pélagianisme »  : […] la bonne volonté : cet initium bonae voluntatis, ce premier pas, était tour à tour imputé à l'action de Dieu et à la volonté de l'homme. Mais, dans ce dernier cas, tout le mérite revenait à la créature, et la grâce de Dieu devenait, sinon inutile, du moins simple récompense : l'homme était l'unique auteur de son salut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 615 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'absolu du sacré »  : […] ? Profondément religieux, l'islam tient le sacré pour une valeur essentielle et absolue, Dieu en étant bien entendu la seule source. Comme l'a écrit Ḥasan Saab : « L'islam en un sens est une protestation passionnée contre l'attribution du sacré à tout autre que Dieu. » Ce domaine du sacré s'étendra par participation à la nature qui, étant l'œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-fondements/#i_31

SACRÉ

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sacralisation et sanctification »  : […] ou qui paraissent telles, inexplicables en tout cas au regard de la raison et dont le livre par excellence de l'Occident chrétien fournit un parfait exemple à son début en montrant l'Éternel interdisant au premier homme de manger du fruit d'un certain arbre (Genèse, ii, 17). » Le lieu où se trouve Jahvé, le Dieu d'Israël, est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacre/#i_31

SAINT-ESPRIT

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Richard GOULET
  •  • 3 976 mots

Le Saint-Esprit, l'Esprit de Dieu, tient dans le judéo-christianisme une place paradoxale : il y apparaît à la fois omniprésent aux yeux de la tradition biblique et dogmatique et, en maintes époques du moins, assez largement méconnu chez nombre de croyants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-esprit/

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « De Hegel à Marx »  : […] ce moment où la conscience religieuse intériorise la relation du maître et de l'esclave. Dieu est cet Autre absolu que la conscience s'oppose à soi-même comme son maître et en face de qui elle se tient pour rien. Certes, pour Hegel, la « conscience malheureuse » n'est pas la religion vraie ; celle-ci marque la victoire sur le Dieu étranger, l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/#i_31

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dieu aimeras et ton prochain comme toi-même. » Toute la civilisation judéo-chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu'elle montre l'injonction de jouir comme issue des profondeurs du psychisme. Mais il est vrai qu'entre une simple exigence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_31

BERDIAEV NICOLAS (1874-1948)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 2 300 mots

Dans le chapitre « Une philosophie religieuse »  : […] mal, c'est-à-dire, pour Berdiaev, la tragédie de la liberté. La liberté est irrationnelle et primordiale. Dieu la laisse surgir du non-être pour que l'Autre soit. Reprenant les mythes théogoniques de Boehme, Berdiaev montre la liberté incréée et le Dieu personnel surgissant de l'Urgrund originel. Ce qu'il veut suggérer, en termes obscurs et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-berdiaev/#i_31

CHRISTIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 7 122 mots

Dans le chapitre « L'entrée en christianisme »  : […] dernière sur la condition humaine : parce qu'il y avait eu l'intervention décisive de Dieu en Jésus-Christ. En se regroupant, ils n'entendaient point se couper des autres hommes, mais témoigner qu'ils avaient reconnu l'Évangile destiné à tous les hommes, le salut d'un Dieu qui était Père et Sauveur de tous. Ce n'était pas tant une nouvelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christianisme/#i_31

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « Formes simples »  : […] Enfin, la source de la contingence dans l'histoire peut être attribuée à Dieu. Les philosophes de l'existence, dans les années 1930-1960, se sont plu à commenter et à donner une place centrale au mot d'un héros de Dostoïevski : « Si Dieu n'existe pas, tout est permis. » Et, de fait, l'idée de contingence change radicalement de sens selon qu'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/#i_31

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « Alliance et fidélité dans la Bible »  : […] Livres sapientaux exhortent à ne pas mettre sa confiance dans les moyens humains mais en Dieu seul. Dans la Bible, les croyances reposent sur des « signes », des « témoignages ». Ces signes sont à la fois les miracles de l'Exode et les préceptes de la Loi énoncés par Moïse ; ce sont les signes prophétiques annonçant que Yahwé agit dans l'histoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_31

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « Les formes classiques du discours rationaliste »  : […] du mal, dont elle a dit et redit, à travers la variété de ses langages, qu'il ne se pose que par rapport à Dieu, lequel, en tant que créateur et responsable du tout de l'existence, ne semble pas pouvoir être tenu pour innocent du mal qui est dans le monde, mais que ce problème est résolu par un recours à ce même Dieu, qui, comme parlent saint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/#i_31

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 361 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dieu créateur et la preuve ontologique »  : […] L'idée judéo-chrétienne d'un dieu créateur de toutes choses va contribuer à l'identification de la métaphysique et de la théologie, mais en un sens différent de celui d'Aristote. Pour Aristote, Dieu n'était cause du monde qu'à titre de cause finale du mouvement qui tend vers lui. Cela laissait intact le problème posé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_31

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Détermination géographique et conditionnements historiques »  : […] conscience, acquise ou reçue, d'une passivité comblante où le moi se perd en Dieu. En d'autres termes, devient mystique ce qui s'écarte des voies normales ou ordinaires ; ce qui ne s'inscrit plus dans l'unité sociale d'une foi ou de références religieuses, mais en marge d'une société qui se laïcise et d'un savoir qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystique/#i_31

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 762 mots

La révélation a été comprise de façon classique comme la communication d'une vérité par un auteur inspiré de Dieu, dont le message a été confirmé par des signes. Elle a été ainsi interprétée dans la catégorie de la parole et du discours. La réflexion contemporaine procède à partir de la Bible à un renouvellement de cette définition en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revelation/#i_31

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu, c'est-à-dire la Nature »  : […] à utiliser un double langage, un double registre de significations et à nommer Dieu cet être immanent qu'est la Nature ? C'est en raison de son infinité et de son unicité. Dieu, c'est cette Nature unique et totalement infinie, si infinie pourrait-on dire qu'elle exclut la possibilité que quelque chose subsiste en dehors d'elle, et qui, par là même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_31

THÉOLOGIE NÉGATIVE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 3 863 mots

Dans le chapitre « Méthode d'abstraction et intuition intellectuelle »  : […] Ainsi, Albinus distingue quatre voies par lesquelles l'esprit humain peut s'élever à Dieu, c'est-à-dire, nous dit-il, à la réalité qui ne peut être saisie que par l'intellect et qui est totalement incorporelle. Ces quatre voies sont : la méthode affirmative (attribuant à Dieu des prédicats positifs), la méthode d'analogie ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie-negative/#i_31

ALLĀH

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 561 mots

Nom désignant en islam le Dieu unique et créateur qui a révélé son existence et ses commandements, ses promesses et ses menaces, depuis Adam jusqu'à Muḥammad. Ce nom, connu avant la mission du Prophète, a pu désigner en Arabie le Dieu suprême. Il se rattache à la racine sémitique el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allah/#i_31

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 018 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Microcosme  »  : […] le cabinet de curiosités, le monde se dit par accumulation de traces et de fragments. En hommage à Dieu et à sa Création, la ferveur des premiers temps accumule toutes les merveilles de l’Univers dans les limites d’une pièce étroite, selon une logique d’échantillonnage. Idéalement, chaque singularité doit y trouver une place afin de reconstituer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cabinet-de-curiosites-wunderkammer/#i_31

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

le gnosticisme. Il est même peut-être illégitime de considérer celui-ci comme dualiste. En tant que systèmes concernant les principes premiers, la plupart des doctrines gnostiques sont monistes. Dieu y est en dernier ressort cause de tout. Le « dualisme gnostique », si dualisme il y a, est d'une espèce particulière. Il consiste à penser qu'entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dualisme/#i_31

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Un certain type de connaissance »  : […] Démiurge ignore ou veut ignorer ou veut faire ignorer l'existence du Dieu transcendant et bon qui est la source du monde spirituel. Les âmes des hommes qui possèdent la « gnose » sont émanées de ce Dieu suprême, elles sont d'essence spirituelle et prisonnières du monde sensible. Le Dieu transcendant envoie donc le Sauveur, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_31

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 116 mots

Dans le chapitre « L'Ancien Testament »  : […] Chén, c'est d'abord une autre façon de désigner JHVH, le Dieu vivant, Seigneur d'Israël, dans les bonnes dispositions qui sont les siennes à l'égard des hommes ; c'est aussi, par extension, le rapport nouveau qu'il crée entre lui et les hommes en les appelant, en les interpellant incessamment par les messagers de sa Parole (Ps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace/#i_31

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immanence radicale »  : […] assiste à la critique radicale de la métaphysique de la transcendance. Puisque le monde (ou Nature), étant infini, ne saurait être qu'un, il est également incréé, permanent et infini : par-delà toute création ex nihilo (le créationnisme étant la marque ultime de tout transcendantalisme) la Nature est la Substance ou Dieu même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_31

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les postulats »  : […] Celui de l'existence de Dieu doit être compris de façon comparable : les êtres libres que sont les hommes agissent dans un monde dont ils ne sont pas les créateurs. Seule une cause de ce monde se représentant la loi morale en tant que les êtres raisonnables en font le principe de la détermination de leur volonté – donc une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_31

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « La philosophie de Malebranche »  : […] d'appui de la philosophie, ce n'est plus, comme avec Descartes, la lumière naturelle créée, ce n'est plus la réflexion de l'esprit sur soi, ce n'est plus le cogito  : c'est la lumière divine elle-même, c'est le Verbe de Dieu, avec lequel notre union est si étroite qu'elle ne pourrait se rompre sans que notre être en fût détruit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_31

MANICHÉISME

  • Écrit par 
  • Henri-Charles PUECH
  •  • 15 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La doctrine »  : […] multiples qui interviennent dans la cosmogonie et la sotériologie ne sont, au fond, pour la plupart, que les aspects successifs d'une même entité ou les fonctions hypostasiées de l'activité divine. Partout et toujours, il s'agit de la même substance lumineuse et spirituelle à sauver et se sauvant elle-même, de Dieu tout ensemble sauveur et sauvé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manicheisme/#i_31

MONOTHÉISME

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 3 604 mots

Le monothéisme désigne la forme de religion selon laquelle il n'existe qu'un Dieu unique. Dans la mesure où l'on entend le monothéisme au sens strict (non seulement comme croyance en un seul Dieu, mais comme négation explicite de tous les autres dieux), il n'y a pour l'histoire des religions que quatre grandes religions monothéistes : la religion d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monotheisme/#i_31

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 082 mots

Dans le chapitre « L'invocation du Nom divin »  : […] une partie, un double ou un reflet. Il est autre chose et davantage, mais quoi ? La difficulté s'augmente de la pluralité des noms. Tel est le paradoxe du monothéisme que le lecteur de la Genèse est confronté très tôt aux deux appellations dont la première est rapportée traditionnellement au Dieu de justice et la seconde, le Tétragramme, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_31

NOMS & ATTRIBUTS DIVINS

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 429 mots

Le problème des noms divins dans la pensée chrétienne revient à poser la question suivante : comment concevoir que s'appliquent à l'absolue simplicité de Dieu, découlant de sa définition, les perfections multiples qu'on lui attribue en vue d'expliciter, à l'usage de l'homme, son essence, ainsi que les noms que la tradition, scripturaire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noms-et-attributs-divins/#i_31

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aristote et la métaphysique »  : […] à savoir les intelligences des sphères séparées (dans une phase de théologie astrale) ou Dieu, identifié à la pensée qui se pense elle-même (dans la phase de théologie noétique représentée par le dernier livre de la Métaphysique). Telle est la thèse métaphysique par excellence de l'ontologie aristotélicienne et la source de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_31

PRÉDESTINATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 2 877 mots

La prédestination est la doctrine biblique et théologique selon laquelle Dieu choisit d'aimer l'homme, de l'appeler avant son savoir, de le sauver avant ses mérites, de le maintenir dans la fidélité de cet appel et de ce salut avant le terme de sa vie, de condenser ainsi dans un acte de libre amour ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predestination/#i_31

SAGESSE

  • Écrit par 
  • Manuel de DIÉGUEZ
  •  • 10 402 mots

Dans le chapitre « Ruses et candeur du sage »  : […] Il semble cependant que certains sages aient cru sincèrement qu'ils parlaient au nom d'un dieu qui se serait emparé de leur esprit. Mais comment ne pas voir que les poètes du ciel qui s'exercent à faire discourir un oracle à leur place ne cessent pas un instant de juger leur oracle, tantôt sévèrement, à la manière d'Abraham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/#i_31

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 492 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'impensable objet de pensée : l'essai et l'impresceptible »  : […] Tout un courant de la pensée américaine s'interroge sur la possibilité de la foi, en particulier juive, après Auschwitz. Ainsi Emil Fackenheim voit dans sa perpétuation un acte de résistance qui proclame : « Témoins pour Dieu et pour l'homme, même si nous sommes abandonnés par Dieu et par l'homme » (Penser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_31

SUBLIME, philosophie

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sublime et métaphysique »  : […] meta) le simple physique. C'est ce que le latin traduit par le « suprasensible ». Dans la tradition, le métaphysique c'est essentiellement Dieu, le monde en totalité et l'âme. De là vient que certains des exemples canoniques du sublime aient trait à Dieu lui-même ou à la création (le Fiat lux, ou, selon Kant, la sentence d'Isis : « Je […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-philosophie/#i_31

SWEDENBORG EMANUEL (1688-1772)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 317 mots

Dans le chapitre « De l'amour-propre à l'amour de Dieu »  : […] honnête de l'exercer, par le moyen de la grâce. « La seule chose à faire est de se remettre humblement à la grâce de Notre Seigneur, de concevoir sa propre indignité et de remercier humblement Dieu de sa grâce » (Livre des rêves, 7-8 avril). Puisque la raison, la science rationnelle sont impuissantes à donner le chiffre de la condition humaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emanuel-swedenborg/#i_31

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 141 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La chronologie : une préoccupation chrétienne »  : […] Ce fut au milieu du iie siècle que la question du type de création prit une grande importance dans le cadre de polémiques avec les sectes gnostiques. Celles-ci avaient en effet soulevé un sérieux problème théologique : si toute chose avait une origine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_31

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Sens et existence »  : […] que prendre acte, résolument, de la proposition conclusive de la théologie négative : « Dieu est rien », il présuppose la même conception négative de l'absolu. Mais il en est de même si l'on considère l'athéisme indifférent d'un scientisme qui complète la « mort de Dieu » par la « mort de l'homme », et substitue à la volonté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolu/#i_31

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « La tradition aristotélicienne »  : […] correspond un acte qui comble le manque ; l'espoir de l'acte anime l'attente et dessine la fin de l'action. La tradition aristotélicienne parle cependant d'un acte pur, qui serait Dieu. Or on ne peut pas penser que, par exemple pour Thomas d'Aquin, Dieu soit « fini », une fin qui mette terme à un travail qui y tendrait à partir d'un manque. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acte-philosophie/

AGAPÈ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 102 mots

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas, que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agape/#i_31

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 455 mots

Dans le chapitre « Les domaines de l'analogie »  : […] qu'il y a deux « acceptions » de l'être : la première « en tant qu'il s'analogue à Dieu et aux créatures », la seconde « en tant qu'il s'analogue à la substance et aux accidents » (Quaestiones de divinis praedicamentis, qu. 1). Ces deux analogies ne s'univoquent pas pour autant dans un même concept de l'être, ni dans un même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_31

ANGELUS SILESIUS JOHANNES SCHEFFLER dit (1624-1677)

  • Écrit par 
  • Eugène SUSINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « « Le Pèlerin chérubique » »  : […] S'il s'est séparé de la stricte orthodoxie luthérienne, c'est que des raisons profondes l'y ont poussé. Son Dieu échappe à tout aspect confessionnel. Silesius parlera même, pour désigner son caractère dépouillé, inconcevable et indéfinissable, de Déité ou de Surdéité. Dieu, en effet, et Silesius suit en cela les partisans de la théologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angelus-silesius/#i_31

ANIMISME

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 087 mots

Dans le chapitre « Les données nouvelles »  : […] a montré A. Hultkrantz : l'« âme spirituelle » a son origine ultime dans la divinité, par création ou par émanation ; cette âme préexiste à l'homme, s'incarne et, après la mort, retourne à sa source surnaturelle. Or, si l'âme, ou, plus précisément, l'« âme spirituelle », est considérée comme créée par Dieu, la théorie de Tylor apparaît insoutenable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animisme/#i_31

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Extension de la forme humaine à des domaines non humains »  : […] concerne les théophanies, tout d'abord, il serait inexact de qualifier d'anthropomorphique la description ou l'évocation de la présence divine à l'aide d'éléments sensibles tels que la lumière ou le feu : « La montagne de Sinaï était toute fumante parce que le Seigneur y était descendu au sein de la flamme ; sa fumée montait comme la fumée d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropomorphisme/

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 992 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Le premier résultat, objectif en quelque sorte, de l'élaboration du modèle apocalyptique fut la transformation radicale de la relation entre l'homme et la divinité, et partant l'apparition d'une conception tout autre de Dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_31

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Il est pourtant une région de l'être où l'être se dit d'une façon univoque : c'est le divin. Dieu n'est en effet qu'Essence, n'ayant ni quantité ni qualité, n'étant pas dans un lieu ni dans le temps, n'entretenant aucune relation, n'étant pas en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_31

ASÉITÉ

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 830 mots

Appartenant strictement à la langue philosophique, le terme « aséité », qui évoque inévitablement la causa sui de Spinoza, désigne la propriété de ce qui a sa propre raison d'être en soi-même et n'est pas relatif à un autre pour ce qui est de son existence. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aseite/

ATHÉISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 3 050 mots

Littéralement, le mot « athée » veut dire « sans dieu ». Pour comprendre ses divers emplois dans le cours de l'histoire, il convient de noter que ce terme négatif n'inclut spécialement aucun verbe. Suivant le contexte, plusieurs pourront être sous-entendus : on est tenté de privilégier le verbe « croire » (l'athée est celui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atheisme/#i_31

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et mystique »  : […] De toutes les autobiographies, la plus courte, la plus révélatrice aussi, tient dans la réponse que Dieu fait à Moïse qui l'interpelle sur l'Horeb : je suis qui je suis, Je suis ce que je suis. L'autobiographie divine se résume non sans humour dans l'affirmation péremptoire d'une identité du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_31

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

Dans le chapitre « Philosophie et religion »  : […] plusieurs points fondamentaux de la foi islamique (l'existence de Dieu, son unicité, ses attributs, ses actions...) en substituant aux formulations et aux arguments des écoles théologiques, qu'il critique en détail, un exposé qui, fondé sur le seul texte coranique, doit convenir à la fois aux simples et aux savants (aux aristotéliciens). Un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroes/#i_31

BARTH KARL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 107 mots

Dans le chapitre « La crise et la méthode dialectique »  : […] histoire de l'Église est faiblesse dans un sens absolu... Un apôtre n'est pas un homme positif, mais un homme négatif, un homme chez lequel un tel espace vide devient visible. » Car l'incapacité humaine de connaître Dieu est le signe de cette impossible possibilité par laquelle Dieu se fait connaître verticalement à l'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-barth/#i_31

BASILIDE (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 272 mots

Écrivain gnostique qui enseignait, entre 120 et 145 environ, à Alexandrie au temps d'Hadrien et d'Antonin le Pieux. Il avait été l'élève, à Antioche, de Ménandre, disciple de Simon le Mage. Il composa un Évangile, dont on a un fragment, un commentaire, Exegetica (peut-être sur cet Évangile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basilide/#i_31

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « L'infinitisation de l'Univers »  : […] à des considérations d'ordre théologique. À l'encontre des scolastiques, qui prétendaient prouver l'existence du Dieu biblique à partir de la contingence du monde clos aristotélicien, il considère que le Dieu infini de la théologie chrétienne implique nécessairement l'existence d'un Univers infini, car un Dieu infiniment bon et tout-puissant ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giordano-bruno/#i_31

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 229 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'initiative vient de Dieu »  : […] Quelle est la doctrine du calvinisme ? Il s'agit essentiellement d'une doctrine tirée des saintes Écritures. Calvin n'avance rien qu'il ne puisse appuyer sur un texte biblique, c'est la seule preuve qu'il admet. C'est donc avant tout une exposition de la parole de Dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calvinisme/#i_31

CRÉATION - La création dans les synthèses philosophico-religieuses

  • Écrit par 
  • Stanislas BRETON
  •  • 4 051 mots

Dans le chapitre « La nature du principe »  : […] se dégage sans difficulté des deux contextes évoqués. Dans l'optique créationniste, le Dieu créateur est avant tout un esprit, pur de toute ombre de matière ou d'espace. Le langage philosophique le présente comme Pensée de la pensée. Le langage religieux invoque de préférence le Premier Amour qui, loin de présupposer la « bonté » des choses, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-la-creation-dans-les-syntheses-philosophico-religieuses/#i_31

CRÉATION - Création et créativité

  • Écrit par 
  • Bernard BOURGEOIS
  •  • 4 319 mots

Dans le chapitre « Philosophie de la création humaine »  : […] La notion de création, appliquée à l'homme, l'a toujours été dans la perspective d'un rapport de l'homme à Dieu, rapport positif lorsque, en créant une œuvre, l'homme avoue qu'il ne fait que manifester, à travers sa propre finitude, l'infinie puissance du Créateur, rapport négatif lorsque l'homme affirme sa créativité comme dévoilement de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-creation-et-creativite/#i_31

DÉISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 305 mots

Selon Louis de Bonald, un déiste est un homme qui n'a pas eu le temps de devenir athée. Paul Hazard réplique que c'est un homme qui n'a pas voulu le devenir. Effectivement, le déisme (mot forgé au xvie s., répandu aux xviie et xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deisme/#i_31

DE LA RECHERCHE DE LA VÉRITÉ, Nicolas Malebranche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 827 mots

Dans le chapitre « Du cartésianisme à la « vision en Dieu » »  : […] deux éditions complétées, qui font ainsi de cette œuvre le travail d'une vie entière. Progressivement s'y élabore une pensée originale qui prend ses distances à l'égard du cartésianisme et se meut sur la voie d'une « vision en Dieu », formulant une véritable philosophie chrétienne. Fidèle à la méthode de Descartes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-recherche-de-la-verite/

DENYS ou PSEUDO-DENYS L'ARÉOPAGITE (Ve-VIe s.)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  • , Universalis
  •  • 2 294 mots

Dans le chapitre « Nommer Dieu »  : […] C'est de l'Écriture que Denys prétend tirer son enseignement sur Dieu, comme d'ailleurs la totalité de sa doctrine (Noms divins). Il « expliquera » donc les dénominations empruntées à l'ordre de l'intelligence (νοητά) et à l'ordre des sens (αἰσθητά) que la Bible applique à Dieu. Or, si pour ces dernières Denys semble bien s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-pseudo-denys-l-areopagite/#i_31

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La création des vérités éternelles »  : […] Pour saint Thomas et pour Suarez, les essences font partie de la vérité intelligible de Dieu. Dieu les contemple en se contemplant. Il ne les crée pas. Selon Descartes, au contraire, Dieu est l'auteur « de l'essence comme de l'existence des créatures », il les a librement posées dans l'être. Assujettir Dieu aux évidences logiques, c'est « parler de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_31

DESTIN

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 2 486 mots

Dans le chapitre « Destin : mythe et concept »  : […] des Grecs : « Souffrir pour comprendre », est-il dit dans Agamemnon. L'angoisse d'Abraham est la relation d'altérité, exemplaire ; mais aucun mot ne peut qualifier la douleur de Dieu, car celui-ci ne relève d'aucune altérité, essence de l'homme : altérité politique grecque, altérité tribale judaïque. Le destin peut donc être défini comme la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/destin/#i_31

DIEU MORT DE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 345 mots

La théologie de la mort de Dieu est née dans des cercles protestants d'Allemagne et d'Amérique du Nord. Ses principaux représentants sont : Thomas J. J. Altizer, de l'université d'Emory ; Paul M. Van Buren, de l'université de Temple ; William Hamilton, du séminaire théologique de Colgate-Rochester ; Herbert Braun, de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-de-dieu/#i_31

DIEU PREUVES DE L'EXISTENCE DE

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 1 014 mots

Au long de l'histoire de la philosophie, les preuves de l'existence de Dieu varient selon le type d'argument choisi pour les fonder. Le philosophe peut partir de l'expérience qu'il fait de la contingence du monde, et en inférer, se plaçant à différents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuves-de-l-existence-de-dieu/#i_31

DULIE & HYPERDULIE

  • Écrit par 
  • Henri-Jacques STIKER
  •  • 278 mots

La pratique populaire chrétienne consistant à rendre un culte aux saints, avec les excès ou les mépris qu'elle peut entraîner, a amené les théologiens et l'Église officielle à prendre position à ce sujet. On a admis qu'une forme de culte était légitime vis-à-vis des saints, mais en précisant qu'il fallait la distinguer du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dulie-et-hyperdulie/#i_31

ECKHART MAÎTRE (1260 env.-env. 1327)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET
  •  • 2 660 mots

Dans le chapitre « De la déité à Dieu »  : […] Sa doctrine consiste en des spéculations sur l'être, lequel, pris absolument, s'identifie à Dieu. Eckhart distingue, d'une manière formelle et non réelle, la déité et Dieu. La déité, c'est l'essence divine absolue, isolée en son aséité, au-dessus de tout nom, de tout rapport, et dont nous ne pouvons rien affirmer, sinon qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-eckhart/#i_31

ENQUÊTE SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, David Hume - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un « scepticisme modéré » »  : […] nous séparons abstraitement nos mobiles passionnels des actions réellement effectuées. Les trois sections suivantes de l'ouvrage contribuent à une mise en question des preuves par lesquelles nous avons coutume de croire en une cause première (Dieu). Rien, ni le témoignage sur lequel repose la croyance aux miracles, ni l'idée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enquete-sur-l-entendement-humain/

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « L'essence de la religion »  : […] « La conscience de Dieu est la conscience de soi de l'homme, la connaissance de Dieu est la connaissance de soi de l'homme. À partir de son Dieu tu connais l'homme, et inversement à partir de l'homme, son Dieu : les deux ne font qu'un. » Telle est « l'essence de la religion en général ». Ce postulat va guider les recherches […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-essence-du-christianisme/

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 075 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Spinoza, telle du moins qu'elle se présente à qui veut éviter de l'interpréter de façon réductrice. En effet, les exégètes enferment habituellement Spinoza dans un dilemme redoutable : ou bien le Dieu de l'Éthique, sans être lui-même un être, se situerait au-dessus de tous les êtres, et il en assurerait l'unité du dehors (solution « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_31

ÉTHIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 798 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu, substance active »  : […] C'est ainsi que le premier livre de l'Éthique s'intitule « De Dieu ». Source unique du monde ou ensemble des réalités qui le composent, le Dieu dont part Spinoza est l'unique substance, « cause d'elle-même », éternelle et infinie, qui n'admet aucune extériorité et n'est extérieure à rien. C'est en elle qu'il faut chercher les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-baruch-spinoza/

FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  • , Universalis
  •  • 8 846 mots

Dans le chapitre « L'accusation d'athéisme »  : […] Si Fichte fut accusé d'athéisme, c'est pour avoir nié l'existence d'un Dieu extérieur à la conscience, comparable à une véritable chose en soi. Le Dieu de Kant conservait aux yeux de Fichte des traces de « chosisme » : n'était-ce point un être extérieur à la conscience et postulé par elle ? Pour l'auteur de la Doctrine de la science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-gottlieb-fichte/#i_31

GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 874 mots

Dans le chapitre « Le théologien »  : […] l'occasion de la polémique avec Eunome. Ce dernier pensait que les mots sont révélés par Dieu aux hommes pour leur faire connaître l'essence des choses. Comme le mot « inengendré » était pour lui le vocable révélateur de l'essence divine, il s'ensuivait que le « Fils de Dieu », qui est « engendré », ne pouvait être de même essence que Dieu le Père […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-de-nysse/#i_31

GUILLAUME D'AUVERGNE (apr. 1180-1249)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 044 mots

Sacré, en 1228 par Grégoire IX, évêque de Paris, où il avait été reçu magister theologiae en 1223, Guillaume d'Auvergne a été fortement influencé par les commentaires arabes d'Aristote et se présente à la fois comme le défenseur des ordres mendiants, alors en plein essor, et comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-auvergne/#i_31

GUILLAUME DE CONCHES (1080 env.-env. 1150)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 575 mots

Mort en 1150 ou peu après, Guillaume de Conches a commenté plusieurs auteurs fondamentaux : Priscien, Boèce, Macrobe, le Platon du Timée ; il est aussi l'auteur d'une Philosophie du monde (Philosophia mundi, vers 1125) et du Dragmaticon, et a glosé Juvénal. Il est très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-conches/#i_31

HALLÉVI JUDA (1075 env.-1141)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 1 138 mots

Dans le chapitre « La philosophie et le peuple d'Israël »  : […] Suivant Juda Hallévi, la philosophie nie toute possibilité de dialogue entre l'homme et Dieu. Certes, elle est parvenue à démontrer l'existence d'un Premier Moteur impersonnel ; elle demeure foncièrement incapable d'accéder jusqu'au Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. En fait, la philosophie ne comprend pas le phénomène religieux. Cependant il n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-hallevi/#i_31

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre «  Retour aux origines »  : […] , au sens de Newton, ne constitue pas un système déterministe, régi par des lois. Pour lui, il est possible de mesurer les effets observables des forces, mais ces dernières expriment l'intervention actuelle de Dieu dans le monde et sont soumises non à une quelconque raison accessible à l'intelligence humaine, mais à sa volonté d'auteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard-et-necessite/#i_31

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 497 mots

Dans le chapitre « Malebranche »  : […] la matière par la médiation de l'intelligible, le visible par le détour de l'invisible. Par la vision en Dieu, qui consiste à participer aux idées de tous les êtres que Dieu contient en lui puisqu'il les a produits, nous dépassons la subjectivité des données de conscience. En s'élevant à l'« intelligible », la connaissance s'élève au-dessus du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_31

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le divin infini »  : […] À l'époque hellénistique, à travers les spéculations gnostiques et la patristique chrétienne, s'établit un contact entre la spiritualité orientale et la philosophie : la notion d'infini s'identifie avec la perfection et la toute-puissance du Dieu biblique. L'Un de Plotin (205-270) est, par excès et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_31

INTELLECT & INTELLIGIBLES

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Du latin intellectus (le terme grec correspondant est nous), l'intellect est le principe de la pensée sous sa forme la plus haute ; à l'époque moderne lui correspondent des termes aux nuances particulières : intelligence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellect-et-intelligibles/#i_31

IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Traditions gnostiques et tradition apostolique »  : […] à-dire sur la norme fondamentale de l'enseignement chrétien : « La règle de vérité, c'est qu'il y a un seul Dieu tout-puissant qui, par son Verbe, a fait toutes choses, et qui est le Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ » (I, xxii, 1) ; « La règle de vérité, c'est qu'il y a un seul Dieu tout-puissant qui, par son Verbe, a fait toutes choses et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irenee-de-lyon/#i_31

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La théologie »  : […] Très tôt également, certains se sont posé la question de la nature de Dieu, dont le Coran dit qu'« à Sa semblance il n'est rien » (xlii, 11). Comment fallait-il comprendre cela ? Sur ce point, un certain Djahm (m. en 128/745) – par ailleurs partisan des thèses murdji'ite et djabrite – s'est rendu célèbre en affirmant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_31

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 742 mots

Dans le chapitre « La nuit passive »  : […] sur la négation, le refus de tout le créé, le rien, « nada ». Le Dieu absolu ne saurait avoir aucune commune mesure avec rien de créé, par conséquent, rien dans le domaine du sens aussi bien que de l'intelligence, que ce soit naturel ou surnaturel, aucune connaissance distincte d'où qu'elle vienne, fût-ce même d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-croix/#i_31

JEAN DE RIPA (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 1 453 mots

On sait seulement de Jean de Ripa, l'un des penseurs les plus remarquables de Paris dans la seconde moitié du xive siècle, qu'il publia en 1357 son commentaire des Sentences (Lectura super Primum Sententiarum) et que ses Determinationes, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-ripa/#i_31

JÉHOVAH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 194 mots

Barbarisme pris pour le nom propre de Dieu chez les Juifs. Le tétragramme divin YHWH se lisait très probablement à l'origine YaHWeH, à une époque où les voyelles hébraïques n'étaient pas notées. Cependant, par respect pour leur divinité, les Juifs ne prononçaient jamais ce nom dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jehovah/#i_31

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 813 mots

La doctrine chrétienne de la justification de l'homme par Dieu exprime à la fois l'exigence radicale que Dieu a envers l'homme et le salut radical que Dieu donne à cet homme qui ne répond pas à cette exigence. La justification maintient ainsi la justice de Dieu, qui n'a pas « pour métier de pardonner », ainsi qu'ironisait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_31

LAÏCITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Émile POULAT
  •  • 7 589 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tendance internationale »  : […] États qui font référence non à une Église particulière, mais à l'autorité souveraine de Dieu ? Ce fut le cas de la France déclarant les droits de l'homme « en présence et sous les auspices de l'Être suprême » (ainsi que l'a rappelé la Constitution de 1958). C'est toujours celui des États-Unis, placés « under God » et dont la monnaie rappelle que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite/#i_31

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

  • Écrit par 
  • Martine DE GAUDEMAR
  •  • 5 065 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La République des esprits et le meilleur des mondes possibles »  : […] du meilleur des mondes possibles où chaque être créé a sa fonction dans l'ensemble. Dieu, intelligence infinie, est un architecte qui ne crée pas les êtres possibles qu'il trouve dans son entendement. Il est incliné à faire passer à l'existence la meilleure combinaison possible. Cette thèse d'un meilleur des mondes possibles est plausible, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leibniz-g-w/#i_31

LITURGIE CATHOLIQUE DE L'EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël BEZANÇON
  •  • 2 120 mots

Dans le chapitre « L'acte originel et sa célébration »  : […] par une « onction », de toute la puissance de Dieu). Beaucoup plus qu'un fondateur, il est reconnu comme la « Parole de Dieu », le « Fils de Dieu », ayant avec Dieu un tel lien qu'en lui c'est Dieu qui se rend présent. Déjà dans les Évangiles, en particulier celui de Jean, puis dans les premiers conciles (Nicée, 325), il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liturgie-catholique-de-l-eucharistie/#i_31

LOCKE JOHN (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 3 990 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique de l'innéisme »  : […] d'appendice, il analyse assez longuement, au terme du livre premier, la seule idée de Dieu, non pas comme exemple, mais comme clef de voûte de tout l'innéisme et d'un innéisme que l'on perçoit très évidemment, à cet endroit, être cartésien. « S'il y a des idées innées imprimées en nos âmes, remarque Locke, nous avons des raisons d'attendre que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-locke/#i_31

LOGOS

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 505 mots

Dans le grec classique, logos signifie une parole ou la parole, et tout rôle qu'elle assume : profane (proposition, définition, exemple, science, opinion particulière, rumeur publique) ou sacré (réponse d'oracle, révélation d'en haut). Ce terme tient une place si considérable dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logos/#i_31

LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Entre le non-être et l'être : l'agir »  : […] la situation de l'homme, à mi-chemin entre l'être et le non-être, est manifeste. Et, par conséquent, est manifeste aussi l'altérité infinie de l'Autre dans la mystique lullienne : le néant dont l'homme est porteur ne saurait se confondre, s'unifier avec l'Agissant plus que parfait, c'est-à-dire Dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-lulle/#i_31

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Théologien de la Croix, et non de la gloire »  : […] rapport d'analogie avec son créateur, dont il est l'image. Comme Dieu, cause première, est principe de ses œuvres, l'homme, cause seconde, est, lui aussi, appelé à être principe de ses œuvres. La grâce, saisie dans les catégories de la psychologie et de l'éthique d'Aristote, intervient par l'infusion en l'homme d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_31

MESSIANISME

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 7 914 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Définition du messianisme »  : […] ils préconisent l'abolition que dans l'ordre nouveau dont ils annoncent l'instauration. À la différence du prophète, qui se réclame seulement d'une mission reçue de Dieu ou de l'agent surnaturel suprême, la messianité implique un lien d'identification plus poussé avec ce dieu, généralement un lien de parenté : si le prophète est uni au dieu par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messianisme/#i_31

MIRACLE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 6 607 mots

Dans le chapitre « L'histoire sacrée et les « œuvres de Dieu » »  : […] expulse ou retouche les mythes de représentation, leur préfère un mythe d'action, et décide de « signifier » Dieu par une exigence morale, par une intention de perfection dont le rôle pourra rester indéfiniment moteur. (Un tel idéal s'actualise dans l'effort, dans la suppression effective et progressive de ce qui retarde ou compromet l'harmonie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miracle/#i_31

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nécessité, contingence et plénitude »  : […] philosophie ancienne et médiévale jusqu'au xiiie siècle, fut accepté sous une forme théologique : l'acte infini de l'entendement divin contient les idées de toutes les formes d'être concevables, et Dieu comprend toutes les manières dont son essence peut être imitée par des êtres finis (Thomas d'Aquin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_31

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 469 mots

jamais ce dernier n'eût affiché tant d'assurance : il ne se centrait, ne s'équilibrait, ne se consolidait qu'en Dieu. Or, l'idée de Dieu, l'idée d'un dieu qui serait le lien ou le contrefort d'un moi divisé, incertain, vacillant, n'était évidemment que la projection onirique d'un manque qu'on cherche à combler, l'aveu d'un désarroi. Ce rêve une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_31

MONADOLOGIE, Gottfried Wilhelm Leibniz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 844 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le système et l'harmonie »  : […] paragr. 31) et « celui de la raison suffisante » (paragr. 32). La raison suffisante nous conduit à Dieu comme cause nécessaire : le monde ne peut trouver en lui-même, dans le détail des causes qui le constitue, sa raison d'être. Dieu se distingue à son tour de tout le reste, par sa perfection ; et toutes les monades sont des « fulgurations » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monadologie/

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La liberté »  : […] ce n'est que dans l'au-delà que tout sera clair et que toute souffrance disparaîtra. L'homme est immédiat à Dieu, à un Dieu créateur, Dieu personne, Dieu législateur, Dieu qui s'est révélé, mais qui ne révèle pas son essence, son plan, son vrai royaume, qui promet seulement de les faire voir à ceux qui auront mérité, par leur foi, leur fidélité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_31

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « De la lumière comme métaphore à la lumière comme modèle »  : […] « figuré », nous dit pourtant quelque chose de Dieu, car il convient à Dieu selon la même raison que celui de « Bien ». La « lumière inaccessible qu'habite le Père des lumières » est sa « Bonté paternelle et naturelle » ; c'est par la lumière que le Père illumine toutes choses, qu'il tire tout du néant, qu'il « vivifie les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_31

MUSULMAN DROIT

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 4 410 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie juridique musulmane »  : […] Dans la théorie politique classique, Dieu est le seul législateur. La Loi divine concerne tous les domaines : politique, économique, social, familial et, de manière générale, culturel. Tout pouvoir s'inscrit donc dans le cadre d'une Loi qu'il n'est pas habilité à modifier, mais seulement à respecter. Cela donne aux hommes de religion, aux juristes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-musulman/#i_31

NEWTON ISAAC (1642-1727)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 4 665 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La philosophie naturelle »  : […] La philosophie naturelle comporte la question du Dieu créateur, dont Newton voyait la preuve dans l'organisation du système du monde, et qu'il évoque dans la scholie générale qui figure à la fin du livre III des Principia. Son « Être intelligent et puissant, [qui] gouverne toutes choses non comme l'âme du monde, mais comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-newton/#i_31

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « La morale et la métaphysique ockhamistes »  : […] la raison pense atteindre à des vérités telles que l'existence de Dieu, posées comme naturellement connaissables, sont dès le départ frappées d'incertitude. Bien entendu, la preuve que Kant appellera «  ontologique » est privée de tout sens, mais même l'argument que le venerabilis inceptor présente comme seul « raisonnable » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_31

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Les stoïciens »  : […] En toute rigueur, on devrait réserver le terme de panthéisme (apparu pendant la Renaissance) à un petit nombre de philosophes chez lesquels apparaît explicitement l'affirmation de l'identité de Dieu avec le tout de l'être, celui-ci englobant la nature ou se réduisant à elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_31

PARTICIPATION, théologie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 331 mots

Au sens théologique, la participation désigne le rapport de la créature au Créateur, la façon dont l'esprit reste lié à Dieu, qui lui est présent bien que transcendant et auquel il ne cesse d'être uni, bien que le Dieu dont il dépend ne dépende pas de lui, bien que le Dieu dont l'homme est l'image ne soit pas à l'image de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/participation-theologie/#i_31

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 434 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Port-Royal »  : […] et du pélagianisme. À l'origine, Dieu veut sauver tous les hommes, et accorde à Adam la grâce nécessaire pour faire à volonté le bien ou le mal ; librement commis par l'homme, le péché originel blesse gravement sa nature, détournant son cœur de Dieu pour le soumettre à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_31

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 816 mots

Dans le chapitre « Judaïsme et christianisme »  : […] Christ est parole divine ; c'est dans la parole divine que réside l'unité des deux Testaments. À l'idée de l'unité des deux Testaments répond l'idée de l'unité de Dieu, de l'unité du Logos, de l'unité du plan divin, de l'unité du peuple de Dieu, l'Église étant la dépositaire des promesses divines et l'unique interprète attitrée de la parole divine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_31

PÉCHÉ

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

; elles peuvent coïncider avec toutes ces autres expériences ou notions, mais elles désignent alors leur référence à un principe divin ou à un dieu, et font passer au premier plan la signification que revêtent ces actes, dès lors que cette référence devient la plus importante de toutes celles pouvant servir à qualifier leur valeur morale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peches/#i_31

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 5 010 mots

Dans le chapitre « La purification »  : […] (V, ix, 2). Non qu'il puisse d'un coup « s'envoler près de Dieu sur les ailes du rêve » (II, ix, 9), car il lui faut passer d'abord par l'exercice des quatre vertus « pratiques », celles qui concernent « la vie du citoyen » : prudence, force, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_31

POÉSIE DU SENTIMENT RELIGIEUX (XVIe et XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine FRAGONARD
  •  • 1 100 mots

La fréquentation des Écritures, les affrontements de la fin du xvie siècle métamorphosent la notion même de littérature religieuse, en un temps où le religieux représente plus de la moitié des livres édités. Une littérature institutionnelle polémique, didactique, historique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-du-sentiment-religieux/#i_31

PRIÈRE ET CONTEMPLATION

  • Écrit par 
  • Albert-Marie BESNARD
  •  • 4 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle de la croyance »  : […] et christianisme, professent le caractère éminemment personnel de Dieu, qui est justement conçu comme « Dieu vivant », comme celui qui le premier interpelle l'homme par une parole intelligible. Il s'ensuit que la prière y est essentiellement une réponse à l'avance divine, la poursuite d'un dialogue qui, à travers les faits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/priere-et-contemplation/#i_31

PROVIDENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 487 mots

Si l'on s'en tient à l'histoire des idées, le concept de providence n'est pas d'origine judéo-chrétienne : il est d'origine hellénique, de facture stoïcienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/providence/#i_31

SABBAT

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 1 552 mots

Transcription du mot hébreu shabbat, le terme sabbat est le nom du septième jour de la semaine, le samedi ; conformément à son étymologie (du verbe shavat, « cesser »), il désigne le jour de la cessation du travail, du repos. Institution essentielle à la vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sabbat/#i_31

SADE DONATIEN ALPHONSE FRANÇOIS DE (1740-1814)

  • Écrit par 
  • Béatrice DIDIER
  •  • 2 705 mots

Dans le chapitre « Le philosophe »  : […] des plus fortes et des plus destructrices qui soit. Elle nie deux postulats trop généralement admis, pense Sade : l'existence de Dieu, la bonté de la Nature. Le philosophe s'attaque donc à la fois aux religions et à tout un courant de pensée cher au xviiie siècle. Dieu n'existe pas : rares sont ceux qui l'ont proclamé avec tant de violence. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donatien-alphonse-francois-de-sade/#i_31

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 175 mots

Dans le chapitre « Les Écritures juives »  : […] pureté. Ce ne sont pas là les valeurs caractéristiques de l'idée biblique de sainteté, qui est marquée par la personnalité de Dieu et son unicité jalouse, exclusive d'autres dieux. En hébreu, sainteté se dit qôdeš et saint, qadoš, d'une racine qui signifie « séparé » ou, d'après d'autres exégètes, « pur, brillant », et dont la Septante a rendu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_31

SCHELER MAX (1874-1928)

  • Écrit par 
  • Daniel CHRISTOFF
  •  • 2 381 mots

Dans le chapitre « Philosophie religieuse »  : […] Du vrai Dieu, du Dieu personnel qui se révèle librement dans la nature et dans l'histoire, la métaphysique ne donne que l'idée inerte d'un absolu dont elle ne peut saisir les attributs sans le secours de la connaissance religieuse. Celle-ci part de l'acte qui vise le sacré et découvre la présence de Dieu dans le monde. Tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-scheler/#i_31

SUBSTANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 5 343 mots

Dans le chapitre « Aristote »  : […] de la métaphysique et le domaine de l'éthique : ce sera vrai jusqu'à Spinoza et Hegel. La pensée de la pensée, l'acte pur se contemplant soi-même, est en effet Dieu et modèle. Non pas modèle de fabrication d'une série inerte et sensible, mais réalité suprême qui vaut comme idéal et qui est doublement le souverain bien : en soi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/substance/#i_31

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

structure est trinitaire : le croyant sait que le salut, apporté par Jésus, vient de Dieu, et que cette œuvre de sanctification se continue sous l'action du Saint-Esprit. Dès lors que ces trois sont considérés comme trois personnes divines, en raison de l'œuvre divine qu'ils opèrent ensemble, une question ne peut être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_31

WHITEHEAD ALFRED NORTH (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY, 
  • Jean WAHL
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « La négation de la bifurcation cartésienne »  : […] Edmund Husserl, il a cru à un domaine des essences. Ses essences sont vues par Dieu et, s'ordonnant sur ce point à la pensée de Leibniz, il voit en Dieu celui qui choisit ce monde-ci avec toutes les essences qu'il implique. La « nature conséquente » de Dieu a une influence sur la « nature primordiale » de Dieu. Le monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-north-whitehead/#i_31

YAHVÉ ou YAHWEH

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 358 mots

Le Dieu d'Israël, Yahvé, était connu avant Moïse chez d'autres peuples que les Hébreux : les anciens Phéniciens semblent avoir adoré un dieu Yo. Dans la Bible hébraïque, on trouve les formes abrégées Yahu, Yo ou Yah, la plupart du temps en composition, préposées ou postposées, dans des noms théophores […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yahve-yahweh/#i_31

ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)

  • Écrit par 
  • Jacques Vincent POLLET
  •  • 7 188 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pensée religieuse de Zwingli »  : […] elles ne se réalise que par voie dialectique. L'unification se fait autour de l'idée de Dieu, dont Zwingli met en relief la transcendance et la simplicité. L'unité ou unicité de l'être (Wesen) divin le retient surtout ; les personnes divines passent à l'arrière-plan ; les principaux attributs de Dieu – justice et miséricorde – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huldrych-zwingli/#i_31

Voir aussi

APOPHATISME    CAPPADOCIENS    CHRISTOLOGIE    ELOHIM    MYSTIQUE CHRÉTIENNE    ONTOTHÉOLOGIE    PÈRE    ANCIEN TESTAMENT    NOUVEAU TESTAMENT

Pour citer l’article

Claude GEFFRÉ, « DIEU - L'affirmation de Dieu », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/