Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DOGME

Même si l'on peut parler de dogmes en philosophie, politique, littérature et science, c'est en histoire des religions et plus particulièrement à propos du christianisme que le terme trouve son emploi usuel. Dans cette perspective, le « dogme » est une donnée non pas originelle mais dérivée. Au commencement existe le message de salut : événements survenus dans l'histoire, paroles exprimées dans le langage des hommes ; c'est Jésus-Christ, sa personnalité, son enseignement, son destin. L'absolu faisant irruption dans la vie humaine. Ce message se formule en « professions de foi », mais il est beaucoup plus qu'un texte : une réalité qui se transmet, une expérience inépuisable qui peu à peu se fixe en des Écritures tout en continuant de s'approfondir et de s'expliciter. Des questions nouvelles surgissent, des possibilités nouvelles sont offertes à l'homme de mieux comprendre le message, enfin l'annonce de l'Évangile a ses exigences de formulation intellectuelle : des théologies chrétiennes vont naître, multiples, selon les temps, les cultures, la connaissance plus ou moins riche de la tradition antérieure, les philosophies qui leur confèrent leur structure. Toutes ces théologies ne seront pas parfaitement fidèles à l'intégralité et à l'équilibre de la foi, certaines doivent être écartées ; l' autorité apostolique elle-même va s'engager dans une formulation plus adéquate, sans opter pour la théologie d'une école. Ce sera la formulation dogmatique, le dogme.

Formulation ecclésiale de la foi en tel temps et tel lieu : il faut y distinguer l'autorité absolue qui vient de la parole de Dieu et l'autorité de l'Église engagée dans la formulation. Aucune parole humaine n'est définitive, le dogme peut être reformulé, dans la fidélité au donné et en fonction de la norme que constituent les formules du passé. On exposera ici la conception catholique, les autres points de vue étant présentés dans les articles suivants : foi, œcuménisme, église orthodoxe, réforme.

Les divers usages du mot

Dans l'Église ancienne, le mot « dogme » recouvrait tout ce qui s'impose à la pratique et à la croyance chrétiennes, avec une insistance sur la doctrine venue d'en haut et transmise par les Apôtres. Il ne s'agit pas encore de formules doctrinales abstraites que l'on distinguerait de la parole de Dieu, mais de professions de foi liturgiques. La notion reste souple au Moyen Âge – où le terme est peu employé, car on lui préfère celui d'article de foi, qui connote un acte personnel – et jusqu'au concile de Trente en Occident, jusqu'à nos jours dans l'Orient chrétien. Ce n'est qu'au xviiie siècle que les documents ecclésiastiques emploient le mot au sens moderne, au pluriel d'abord : tel dogme, les dogmes, et non le dogme. Le sens strict actuel se fixe au premier concile du Vatican : désormais le dogme se distingue du dépôt divin confié à l'Église comme en étant la proclamation authentique ; l'aspect d'autorité et de norme est mis davantage en avant, ainsi que le lien avec le magistère ; il s'agit de formules proprement doctrinales.

Sens général

Quels que soient les développements qu'il comporte, le dogme est toujours caractérisé par sa relation étroite avec la Révélation. C'est l'intelligence que l'Église prend de la parole de Dieu à tel moment de l'histoire, en raison de la nécessité d'écarter telle erreur par une formulation plus juste ou plus adaptée au milieu culturel, ou simplement en raison de la maturation que tel aspect de la foi a connue dans la réflexion chrétienne, et dont la vie sociale de l'Église exige la communication par une formule. Mais tantôt ce lien à la parole divine signifie une simple réexpression de son contenu déjà accessible, tantôt il s'agit[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en théologie, dominicain, directeur du centre de formation théologique du Saulchoir, directeur de la revue La Vie spirituelle

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ASSOMPTION

    • Écrit par Henry DUMÉRY
    • 621 mots

    Le 1er novembre 1950, l'« Assomption au ciel » de la Vierge Marie fait l'objet d'un dogme catholique proclamé par le pape Pie XII dans la constitution apostolique Munificentissimus Deus. Ce document déclare que l'Assomption est un « dogme divinement révélé ». Il en précise la...

  • BIBLE - L'inspiration biblique

    • Écrit par André PAUL
    • 4 564 mots
    • 1 média
    Pour la première fois dans l'histoire des définitions dogmatiques, le concile de Trente affirmait nettement que « toute vérité salutaire et toute règle morale » sont contenues et « dans les livres écrits et dans les traditions non écrites », le verbe « dicter » et l'action de l'Esprit-Saint s'appliquant...
  • BLASPHÈME

    • Écrit par Thomas HOCHMANN
    • 7 019 mots
    • 5 médias

    Les opinions publiques s’affrontent de longue date à propos de la liberté de tenir des propos blasphématoires, et sur les éventuels excès que peut entraîner cette liberté. L’affaire des « caricatures de Mahomet », publiées d’abord au Danemark en 2005, a donné une nouvelle vigueur...

  • CHRISTIANISME

    • Écrit par Universalis, Pierre LIÉGÉ
    • 7 140 mots
    On pourrait croire que les dogmes chrétiens constituent comme une superstructure de croyances par rapport à l'Évangile et même par rapport aux récits évangéliques. Le magistère ecclésiastique qui les a élaborés a cependant toujours protesté contre cette interprétation, quoi qu'il en...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi