GENÈSE LIVRE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la Bible juive (texte massorétique), le Livre de la Genèse a pour titre son premier mot, Bereshit (« au commencement »). Dans la version des Septante, c'est Genesis (« origine »), terme immortalisé par sa latinisation dans la Vulgate. D'une manière large, le titre « Genèse » s'explique par le fait que le livre débute par le récit des origines du monde, de l'homme et des races. Cependant, au pluriel (geneseis), le mot se trouve dans la formule Biblos geneseôs, traduction grecque de l'hébreu Toledot (« générations », « généalogie », « origine », « histoire »). Toledot revient à dix reprises tout au long de la Genèse : formule clé ouvrant les grandes sections du livre, dix en tout, qui se regroupent en deux grandes parties.

L'histoire primitive (i, 1-xi, 26). Elle se déploie sur un horizon universaliste : l'humanité entière est concernée par la Providence divine. Après le prologue (premier récit, P, de la création, i, 1-ii, 4 a), on peut énumérer les cinq Toledot suivantes : histoire d'Adam et Ève (ii, 4 b-iv, 25) — le paradis et la chute ; histoire des Adamites (v, 1-vi, 8) — liste des patriarches antédiluviens, corruption universelle et propos divin de détruire l'humanité ; histoire de Noé (vi, 9-ix, 29) — Déluge ; liste récapitulative des descendants de Noé (x, 1-xi, 9) — carte des peuples de la terre et histoire de la tour de Babel ; histoire des fils de Sem (xi, 10-26) — jusqu'à Térah, père d'Abraham.

Noé et la colombe, enluminure

Photographie : Noé et la colombe, enluminure

Noé et la colombe. Bible de Holkham, 1327. British Library, Londres. 

Crédits : British Library/ AKG

Afficher

L'histoire patriarcale (xi, 27-l, 16). Elle comprend : l'histoire de Térah (xi, 27-xxv, 11) — vocation d'Abraham, son alliance avec Dieu et le sacrifice d'Isaac ; l'histoire d'Ismaël (xxv, 12-18) ; l'histoire d'Isaac (xxv, 19-xxxv, 29) — usurpation du droit d'aînesse et mariage de Jacob ; l'histoire d'Ésaü (xxxvi, 1-43) ; l'histoire de Jacob (xxxvii, 1-l, 26), qui est en fait celle de son fils Joseph.

Si l'on excepte quelques miettes éparses, les trois grands documents yahviste, élohiste et sacerdotal (J, E et P) s'enchevêtrent dans la composition de la Genèse. J est central et majoritaire, E fragmentaire, tandis que P dote le récit d'éléments originaux, tels les généalogies ou le prologue, qui, malgré leur sécheresse, donnent à l'ensemble cohérence et solennité. Sous sa forme actuelle, cette vaste synthèse a probablement été faite vers la seconde partie du ~ ve siècle.

La Genèse est l'un des livres de l'Ancien Testament qui furent le plus commentés. Bien des traités ont été tout spécialement rédigés à partir du récit de la création du monde en six jours : sous le titre d'Hexaméron, plusieurs d'entre eux nous ont été conservés (Basile, Grégoire de Nysse, Ambroise). Les commentateurs de l'ensemble du Livre sont nombreux, surtout à l'âge patristique.

Une mention particulière doit être faite du grand commentaire juif, le midrash Bereshit Rabbah, vaste et célèbre compilation tardive, dont la base est une œuvre palestinienne du ve siècle, elle-même reprenant des matériaux homilétiques ou explicatifs antérieurs et, pour d'aucuns, anciens. Il s'agit d'un commentaire verset par verset et parfois mot à mot, avec çà et là (comme c'est le cas pour Gen., i-iii) de larges développements du plus grand intérêt pour l'étude de l'exégèse et de la théologie juives.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GENÈSE LIVRE DE LA  » est également traité dans :

ABEL

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 354 mots

Selon le Livre de la Genèse, Abel, le berger, était le second fils d'Adam et d'Ève. Il fut tué par son aîné, Caïn, l'agriculteur, son sacrifice ayant été agréé par Dieu et celui de son frère refusé ( iv , 1-9). Il semble qu'il ne faille plus retenir l'explication courante selon laquelle cette histoire se référerait à un conflit récurrent entre sédentaires et nomades, avec une préférence pour les s […] Lire la suite

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 761 mots

En hébreu, le nom commun adam , toujours employé au singulier, signifie « homme » en tant qu'espèce et non en tant qu'individu de sexe masculin. L'étymologie en est discutée. Le récit de la Genèse ( ii , 7) l'a rapproché du mot adamah , « terre », mais c'est peut-être là jeu de mots significatif plutôt qu'étymologie véritable. Ce nom d' adam est employé dans les récits de la création de la Genès […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Le bonheur et la conscience »  : […] Tout autre est la vision apportée par le monothéisme judéo-chrétien. L’un des plus vieux récits de l’humanité, la Genèse biblique, offre une saisissante description de la naissance de la conscience. En goûtant au fruit de l’Arbre de la Connaissance, Adam et Ève sortent de l’innocence animale présentée comme une forme évidente de bonheur : « Les yeux des deux se dessillent [s’ouvrent à la réalité […] Lire la suite

CAÏN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 217 mots

Le premier fils d'Adam et d'Ève, dont l'histoire tragique est rapportée dans le Livre de la Genèse ( iv ). Étymologiquement, le nom peut se rattacher au travail du métal : qayn en arabe et qaynâ en araméen signifient « forgeron » (étymologie cohérente avec Gen., iv , 22). La parole d'Ève à la naissance de Caïn a conservé une explication populaire du nom sous la forme d'un jeu de mots : qanîtî ( […] Lire la suite

COMBAT AVEC L'ANGE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 404 mots

Le livre de la Genèse ( xxxii , 23-33) a conservé le récit d'un combat singulier entre le patriarche Jacob et un être mystérieux qui se révéla comme étant Dieu sans toutefois se nommer expressément. Évoquant ce passage, Osée fait intervenir un ange (« il lutta avec l'ange et eut le dessus », xii , 4 ; le tableau de Delacroix à l'église Saint-Sulpice de Paris reflète cette interprétation « ange »). […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Aurore »  : […] Lieux élus, personnages voués à une incessante relecture, temps kérigmatique transmuant l'événement d'une pauvre histoire en avènement d'une vérité arrachée aux plats déterminismes ; parole, enfin, qui tente d'infuser plus de vérité vive aux mots et aux grammaires de la vulgaire communication pour en faire un livre de révélation  : la création d'un livre ne relève ni de la topographie, ni du pat […] Lire la suite

DÉLUGE MYTHES DU

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 2 090 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des mythes presque universellement répandus »  : […] L'histoire biblique du Déluge (Genèse, vi , 5 ; viii , 22) représente la fusion de deux versions indépendantes. Les Hébreux ont, très probablement, emprunté le mythe aux Babyloniens. Mais le thème du Déluge est encore plus ancien puisqu'il est déjà attesté chez les Sumériens, comme le prouvent les textes traduits par S.N. Kramer, From the Tablets of Sumer (1956). Le nom du Noé sumérien est Zius […] Lire la suite

ÉDEN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 193 mots

Nom du lieu ( éden en hébreu) où, selon la Genèse ( ii , 8), Dieu installa l'homme après qu'il l'eut créé. En akkadien, edinu signifie plaine, et, en sumérien, edin est un terrain fertile ou irrigable. Il semble que, derrière cette dénomination locative, soit sous-jacente l'acception du mot en tant que nom commun, « délices », « plaisir » : dans la Genèse ( ii , 15 et iii , 23), « jardin d'Éden  […] Lire la suite

ISAAC

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 553 mots

Deuxième personnage de l'histoire patriarcale et de la généalogie qui la sous-tend, Isaac se situe comme fils d'Abraham et père de Jacob. « Isaac » est un nom théophore (dont l'élément divin se trouve absent : Yischaq, « que [Dieu] rie », ou « [Dieu] a ri ». Les trois documents qui s'entrecroisent dans le livre de la Genèse ont rendu compte, chacun à sa façon, de cette étymologie (il convient de […] Lire la suite

ISMAËL

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 264 mots

Nom (en hébreu, Yishma-El : « Dieu entend ») du fils que le patriarche Abraham eut avec son esclave Agar. Le livre de la Genèse l'explique par cette phrase placée dans la bouche de l'« ange de Yahvé » : « [...] tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom d'Ismaël, car Yahvé a entendu ta détresse » ( xvi , 11). Selon le récit biblique, Ismaël fut répudié par son père en même temps que sa mère […] Lire la suite

Les derniers événements

13 avril 1986 Italie. Visite du pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome

Accueilli par Giacomo Saban, président de l'Union israélite de Rome, puis par le grand rabbin Elio Toaff, Jean-Paul II, après la lecture en italien et en hébreu d'un passage du Livre de la Genèse, répond à l'allocution du grand rabbin. Citant la déclaration Nostra Aetate de Vatican II (1965), le pape, après avoir renouvelé la condamnation de l'antisémitisme, énumère les conditions d'une collaboration entre chrétiens et juifs, qu'il qualifie de « frères aînés ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « GENÈSE LIVRE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-la-genese/