AGAPÈ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas, que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié, distinct de l'amour-passion, distinct du désir amoureux : celui-ci, en grec, est appelé érôs, en latin amor (français : amour) ou cupido, cupiditas (français : désir, envie, passion amoureuse). Lorsqu'on oppose érôs et agapè, on sous-entend que le premier est un amour de prise, un amour captatif, intéressé, et le second un amour de bienveillance, de prévenance, de courtoisie, un amour oblatif et désintéressé. Agapè convient principalement à l'amour fraternel, à l'amour paisible et pur, à l'amour de dilection. Erôs convient davantage à l'amour des amants, à l'amour enflammé, bien qu'il soit utilisé aussi (à la suite de Platon, dans le Phèdre et le Banquet) pour désigner non pas l'érotisme sexuel et sentimental mais la ferveur mystique : dans ce sens, Grégoire de Nysse préfère érôs à agapè, qu'il estime trop tranquille ; il définit l'érôs comme une agapè plus intense. Cependant, ces différents usages ne sont régis par aucune règle contraignante. On cite même un cas aberrant : pour certaines sectes gnostiques et hérétiques, qui pratiquaient une sexualité de groupe sur le mode cérémoniel, sacramentel (l'accouplement étant assimilé à un rite), « faire l'agapè » signifiait « faire l'amour » ; ce renseignement est consigné dans Épiphane (ive s.).

Connu de la littérature païenne, présent dans l'œuvre de Philon d'Alexandrie (~ 20 env.-45 env.), le concept d'agapè reçoit une promotion soudaine quand certains auteurs du Nouveau Testament l'adoptent et le rendent synonyme d'amour chrétien. Dans ce contexte, agapè signifie soit l'amour condescendant et gratifiant de Dieu pour les hommes, soit l'amour inconditionné, le dévouement absolu que les chrétiens doivent avoir pour autrui, quel qu'il soit (fils d'un même Père, tous les hommes sont frères : le prochain n'est pas seulement le proche, c'est aussi bien le passant, l'inconnu, l'étranger, l'esclave, l'ennemi, sans aucune « acception des personnes »). Les textes majeurs qui célèbrent l'agapè chrétienne sont l'hymne à l'amour de la première lettre de Paul aux Corinthiens (xiii) et la première Épître dite de Jean.

Dans le premier texte, Paul fait de l'agapè (ou charité) la vertu des vertus. Il la décrit comme patiente, bonne, dépourvue d'envie, de vanité, d'orgueil, à base de droiture, de désintéressement, d'esprit de justice et de vérité. Il la place au-dessus de la foi et de l'espérance. Il l'identifie à une générosité du cœur qui entraîne la générosité de l'intelligence : « Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout. » Isolée, cette exhortation à l'amour de serviabilité ressemble à une diatribe stoïcienne. Mais, pour Paul, le véritable modèle de l'amour chrétien n'est pas le simple altruisme : c'est le renoncement à soi, tel qu'il se manifeste dans l'ignominie de la Croix, dans l'abaissement, le dépouillement, l'humiliation volontaires.

Le second texte proclame l'identité de Dieu et de l'agapè : Dieu est charité, Dieu est amour. Il souligne ce qu'a de distinctif cet amour divin : on le reconnaît au fait que Dieu a l'initiative, qu'il précède la démarche de l'homme, que c'est lui, non l'homme, qui a aimé le premier. Il indique le critère de l'amour authentique : le don de soi, le don de sa propre vie. Et il recommande aux disciples de Jésus une union mutuelle aussi intime que celle du Père et du Fils : l'amour est communion, unité, loin des jalousies, des querelles et des divisions.

Si l'on recherche le trait spécifique de l'amour ainsi présenté (par Paul ou par Jean), on le trouve dans son caractère immotivé, c'est-à-dire spontané, gratuit, indépendant de la valeur de son objet. À ce titre, l'agapè est le premier exemple d'un amour dés [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  AGAPÈ  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

«  Dieu aimeras et ton prochain comme toi-même. » Toute la civilisation judéo-chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu'elle montre l'injonction de jouir comme issue des profondeurs du psychisme. Mais il est vrai qu'entre une simple exigence du sujet et l' altruisme total prôné par Jésus-Christ existe tout l'éc […] Lire la suite

APÔTRES & APOSTOLAT

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 4 345 mots

Dans le chapitre « L'objet et la source »  : […] On définira positivement l'apostolat par son objet, par son origine ou sa source, enfin par sa forme et sa loi interne. Il s'agit toujours, de façon plus ou moins immédiate, du bien total et absolu de la personne humaine et de l'humanité, puisqu'il s'agit toujours, de façon plus ou moins immédiate, de l'accomplissement par l'homme de sa destinée dernière et totale, de son « avenir absolu » en Jésu […] Lire la suite

CHARITÉ

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 1 018 mots

Le terme français « charité », dans son usage courant, ne recouvre pas toutes les significations du concept. Il provient du latin caritas , qui désigne un amour d'affection, de tendresse, de bienveillance dans les relations sociales, et il s'oppose à amor , l'amour passion. La charité, fondée sur l'amour de Dieu, est ouverture à l'autre jusqu'à l'oubli de soi. Dans l'Antiquité classique, les sto […] Lire la suite

PLATONIQUE AMOUR

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 732 mots

L'expression renvoie non seulement à la continence, mais encore à la pudeur : plus précisément tout se passe comme si, avec l'amour platonique, la tendresse pouvait se passer d'une érotique. En effet, il suppose un dualisme qui autorise le développement d'une relation sentimentale aux dépens de tout geste charnel. Le plaisir du cœur y est conçu comme proportionnel à l'ascèse du corps. Une telle no […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « AGAPÈ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agape/