MYSTÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parler du mystère, c'est le profaner, autrement dit, le détruire. Aussi bien, la règle fondamentale des anciennes religions à mystères, qui ont fleuri dans le monde méditerranéen, était-elle le silence : les initiés l'ont bien gardé. Seuls quelques renseignements, fragmentaires et elliptiques, nous ont été transmis par les écrivains grecs (Lucien, Plutarque) ou latins (Juvénal, Apulée), ainsi que par les Pères de l'Église (Justin, Clément d'Alexandrie, Tertullien). Les historiens modernes considèrent généralement que les religions à mystères s'enracinent dans les vieux cultes de la fécondité. Les divinités qui y étaient vénérées se présentaient par couples : une déesse mère (Déméter, Aphrodite, Cybèle, Isis) accompagnée d'un héros ou demi-dieu qui pouvait être son fils (sa fille dans le cas de Déméter), son époux ou son amant. Le héros meurt et ressuscite, symbole de la végétation qui disparaît et reparaît tour à tour suivant le rythme des saisons.

Au temps où le christianisme fait son apparition, les religions à mystères, qu'elles soient d'origine grecque (mystères d'Éleusis, mystères de Samothrace, mystères de Dionysos, mystères orphiques) ou d'origine orientale (mystères d'Adonis, d'Attis et de Cybèle, d'Isis et d'Osiris, de Mithra) ont de nombreux adeptes. Les âmes mystiques trouvent là ce que les religions officielles ne peuvent leur donner. Il est incontestable, d'ailleurs, que certains aspects du christianisme primitif évoquent le langage et les pratiques des religions à mystères. Il faut se garder, toutefois, de rapprochements faciles : les mêmes mots, les mêmes rites peuvent recouvrir des attitudes spirituelles différentes. C'est le cas du mot « mystère » lui-même, commun aux religions à mystères et aux auteurs chrétiens, mais qui désigne, ici et là, des réalités hétérogènes.

Le « mysterion » chez saint Paul et les Pères grecs

Avant la naissance du christianisme, le mot « mystère » (en grec, mysterion) apparaît dans quelques livres tardifs de l'Ancien Testament, en particulier le livre de Daniel (ii, 18, 27-28, 47). Son équivalent hébreu (sôd) se rencontre dans les textes de Qumrân ; il y est question du « mystère à venir » qui déterminera, « au jour de la Visite », le sort des justes et des pécheurs ; le « docteur de justice » a reçu de Dieu la connaissance de tous les mystères contenus dans les prophètes ; mais « les derniers temps seront plus longs que tout ce qu'ont prédit les prophètes, car les mystères de Dieu sont merveilleux ». Ces textes du judaïsme tardif annoncent, en quelque sorte, la notion de mysterion qu'on trouve dans les épîtres de saint Paul. Dans le langage paulinien, « mystère » désigne le dessein rédempteur, conçu par la sagesse du Père, de « tout rassembler dans le Christ » (Éph., i, 9-10). Le mystère, selon Paul de Tarse, englobe donc toute l'histoire du salut : la venue du Christ sur terre, sa mort et sa résurrection, sa croissance dans l'Église qui est son corps mystique, son retour (parousie) à la fin des temps. C'est surtout dans les lettres adressées aux communautés qui baignaient dans une ambiance gnostique (Corinthe, Colosses, Éphèse) que Paul parle du mystère : I Cor., ii, 7 ; iv, 1 ; Coloss., i, 26 ; ii, 2 ; Éph., i, 9 ; iii, 3-10 ; v, 32 ; vi, 19, etc. L'évangile de Jean ignore le mot mystère, mais non les synoptiques : « À vous il est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux » (Matth., xiii, 11 ; Marc, iv, 11). Comme plusieurs autres mots clefs du langage théologique – « allégorie », par exemple –, le terme de mystère a pour ainsi dire été baptisé par saint Paul, et s'est imposé par là aux auteurs chrétiens.

Chez les Pères grecs, le mysterion désigne, d'une part, les rites sacramentels du culte chrétien, tels que le baptême et l'eucharistie, d'autre part, les sens spirituels cachés sous la lettre des textes sacrés.

Le premier sens de « mystère » a presque entièrement disparu des langues occidentales qui, pour le vocabulaire théologique, sont tributaires du latin. Le grec mysterion a été traduit, très tôt, en latin chrétien par sacramentum, mot qui désignait le serment, en particulier le serment militaire. Nous appelons donc « sacrements » ce que les Pères grecs appellent « mystères ». Ce premier sens a pourtant survécu ici ou là. Au temps de Bossuet, et même après, on dit volontiers « les mystères » ou « les saints mystères » pour parler du sacrement de l'eucharistie (messe).

Le deuxième sens du mot « mystère » peut paraître assez étranger au premier. En fait, il existe un étroit rapport entre les deux. Dans l'un comme dans l'autre cas, le « mystère » comporte un double élément : l'un visible (rite sacramentel, événement rapporté par le texte biblique), l'autre invisible (grâce conférée par le rite, sens spirituel caché sous la lettre de l'Écriture). Ce sens est très fréquent chez Origène (iiie s.), qui, dans ses Homélies sur la Genèse, se propose de découvrir à ses auditeurs les « mystères et allégories de la Loi » (X, i). Or, découvrir les mystères, c'est montrer que, sous l'apparente simplicité de la lettre, se cache un foisonnement de sens spirituels. À ce niveau de la réflexion chrétienne, le terme, on le voit, a une signification bien différente de celle qu'on lui donne couramment aujourd'hui. Le christianisme primitif n'a pas honte de ses mystères ; il n'a pas à les défendre contre les attaques des « rationalistes ». Bien au contraire, en cette ville d'Alexandrie, accueillante à toutes les religions et à toutes les philosophies, Origène ne peut que se réjouir de trouver des mystères dans les Écritures chrétiennes, de découvrir, à chaque page de la Bible, « le vaste océan des mystères » (IX, i). Cette acception du mot va se conserver longtemps en Occident, grâce notamment aux œuvres d'Origène qu'on pourra lire dans les traductions latines de Rufin. Ainsi, au xiie siècle, l'abbé Isaac de l'Étoile confiera à ses moines : « Pour moi, je l'avoue, ce sont partout les mystères qui me plaisent le plus. » (Patrologie latine, J.-P. Migne éd., t. CXCIV, col. 1729 D.)

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MYSTÈRE  » est également traité dans :

CASEL dom ODON (1886-1948)

  • Écrit par 
  • André GOZIER
  •  • 503 mots

Né à Coblence, Odon Casel entre en 1905 au noviciat de l'abbaye bénédictine de Maria-Laach (Rhénanie), où il fait profession monastique en 1907 et est ordonné prêtre en 1911. Après une double thèse de doctorat en théologie et en philosophie à Bonn, il publie des travaux où il pose les fondements de sa conception de la liturgie. En 1932 paraît Das christliche Kultmysterium (traduit sous le titre […] Lire la suite

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 742 mots

Dans le chapitre « L'Église, sacrement du salut et société humaine »  : […] La tradition chrétienne affirme que l'Église est née à la Croix , nouvelle Ève sortie du côté transpercé du Christ. Elle affirme aussi que l'Église a été manifestée à la Pentecôte  : par l'Esprit envoyé du Père, l'Église a été sanctifiée dans la vérité. Elle constitue ainsi dans le temps un mystère , c'est-à-dire qu'elle est une manifestation divine dans l'histoire, comme Jésus est la manifestatio […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 235 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les théologies contemporaines »  : […] Il est un point au moins par lequel toutes les théologies contemporaines s'accordent avec les origines chrétiennes et avec la tradition qui les relie les unes aux autres : la place centrale et décisive qu'elles accordent à la christologie. C'est avec cette dernière que, pour elles aussi, se décide tant ce qu'on peut dire de Dieu et de son mystère que ce qu'il peut en être de l'homme et de son des […] Lire la suite

MARCEL GABRIEL (1889-1973)

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 1 134 mots

Dans le chapitre « Existence et mystère »  : […] Né à Paris, agrégé de philosophie à vingt et un ans, membre de l'Institut, Gabriel Marcel renonça en 1923 à l'enseignement pour faire œuvre de philosophe et de dramaturge. Construite autour de quelques thèmes qui situent et explicitent une thèse centrale, cette œuvre s'assortit avec les années d'un commentaire perpétuel où les intuitions premières sont sans cesse reprises, éclairées et souvent app […] Lire la suite

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie et le mystère »  : […] Pourtant, ce mystère sera pensé, ne serait-ce que parce que la prédication exige que la bonne nouvelle soit rendue, sinon accessible à l'entendement, du moins acceptable : la théologie naît de là, tentative de penser le mystère, de le penser dans le seul discours que l'on ait à sa disposition, celui de la philosophie platonico-aristotélicienne (et stoïcienne). La foi ne veut pas rester pure répéti […] Lire la suite

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 204 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sacralisation et sanctification »  : […] À première vue, il n'y a pas de différence entre les termes de sacralisation et de sanctification. Le saint, comme le sacré, est séparé, fondateur et idéal. Comme lui, il appelle des interdits et il contient des promesses. C'est ainsi que Roger Caillois écrit : « Le sacré est un univers de prohibitions transcendantes, capitales, arbitraires, ou qui paraissent telles, inexplicables en tout cas au […] Lire la suite

SACREMENTS

  • Écrit par 
  • Louis-Marie CHAUVET, 
  • Jean TROUILLARD
  • , Universalis
  •  • 3 801 mots

Dans le chapitre « Des origines au XIIe siècle »  : […] Figure révélatrice du dessein secret de Dieu sur le monde et notamment de l'établissement eschatologique de son Règne : telle était la signification fondamentale, héritée de l'apocalyptique juive, du mystèrion de la version biblique des Septante et de son décalque latin mysterium , ainsi que de sacramentum . C'est dans cette perspective d'« apocalypse » (révélation) que Paul parle du « mystère » […] Lire la suite

SOCIÉTÉS SECRÈTES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 2 730 mots

Dans le chapitre « Associations clandestines et sociétés de mystères »  : […] L'expression « sociétés secrètes », consacrée par l'usage, n'en est pas moins la source d'une confusion fréquente et grave, notamment par ses conséquences juridiques répressives, entre deux notions qui ne sont voisines qu'en apparence, celle de « secret » et celle de « mystère ». Les associations clandestines qui cachent leurs fins, leurs moyens, leur organisation et les noms de leurs membres se […] Lire la suite

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 365 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perspectives théosophiques »  : […] Il s'agit donc toujours, pour la théosophie – de même que, d'une manière différente, pour la prophétie –, d'amplifier la Révélation. Dans la tradition judaïque, la fonction du midrash est d'actualiser celle-ci en l'interprétant en fonction du présent ; consultations et interprétations ont fini par l'organiser comme tōrah . Le christianisme conserve, comme un besoin inhérent à sa nature profonde, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Édouard JEAUNEAU, « MYSTÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/