ŒDIPE COMPLEXE D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour Freud, le complexe d'Œdipe, inséparable de la découverte de l'inconscient, désigne à la fois le « complexe nucléaire de la névrose » et le « point nodal » du désir infantile (en tant que « l'inconscient, c'est l'infantile en nous ») : la sexualité infantile y culmine et la sexualité adulte s'y décide, dans ses divergences et dans ses impasses autant que dans sa norme. Nodal, le complexe d'Œdipe l'est aussi pour ce que Freud appelle le « malaise dans la civilisation » et pour l'ensemble des productions de la culture, rassemblant en lui « les commencements de la religion, de la moralité, de la société et de l'art » (Totem et tabou).

Le terme de complexe est à prendre au sens propre : croisement de relations, nœud dans un réseau. Mailles resserrées d'un filet où le désir est pris. Si l'inconscient est ce texte ou réseau fonctionnant selon le double mécanisme du déplacement et de la condensation ou, selon Lacan, de la métonymie et de la métaphore (car « l'inconscient est structuré comme un langage »), le complexe d'Œdipe est le point nodal par excellence du texte inconscient et donc, comme dans les mises en scène du rêve, la représentation par excellence du désir inconscient. Reste à savoir quelle nécessité comporte cette représentation, quelle fatalité pousse le désir précisément au carrefour œdipien.

Œdipe, notre destin

« Mais où retrouver à présent la trace presque effacée de l'ancien crime ? » (Sophocle, Œdipe-Roi).

Œdipe : fils du roi de Thèbes, condamné par l'oracle à tuer son père et épouser sa mère, abandonné, exposé par son père à sa naissance, recueilli par le roi de Corinthe, puis, apprenant à Delphes l'oracle, fuyant ses parents supposés. Alors, au hasard des chemins, meurtrier de Laïos, son père, l'inconnu heurté au carrefour, l'étranger sans nom. Vainqueur, ayant résolu son énigme, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : philosophe, psychanalyste, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  OEDIPE COMPLEXE D'  » est également traité dans :

CASTRATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 696 mots

Bien que la hantise de la castration ait laissé son empreinte sur la Traumdeutung ( L'Interprétation des rêves ), la notion n'en a été dégagée par Freud qu'à une époque tardive, dans le contexte initial de l'homosexualité et de la phobie infantile. S'agit-il d'abord du garçon, c'est de la sexualité de la mère qu'émane la question qui se pose à lui dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castration-psychanalyse/#i_436

COMPLEXE, psychanalyse et psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 097 mots
  •  • 1 média

Le terme « complexe » appartient au vocabulaire de la psychologie des profondeurs et de la psychanalyse. C'est le psychiatre suisse Carl Gustav Jung qui, en 1902-1903, dénomme ainsi les phénomènes qu'il découvre lorsqu'il réalise son expérience des associations de mots. En effet, Jung, soucieux d'établir les théories de la psychologie à partir de méthodes expérimentales, élabore la situation d'ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-psychanalyse-et-psychologie/#i_436

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la honte à la culpabilité »  : […] Bien qu'elle n'ait jamais entraîné de débat analogue à celui que Bronisław Malinowski souleva en 1927 en contestant l'universalité du complexe d'Œdipe, la question est souvent posée de savoir si le sentiment de culpabilité, qui n'est pas sans rapport avec celui-ci puisqu'il procède lui-même de la persistance des désirs œdipiens dans l'inconscient, est présent ou non dans toutes les cultures. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_436

DESTIN

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 2 486 mots

Dans le chapitre « La peste »  : […] « Œdipe et Freud apportèrent tous deux la peste » (A. Green). La question se pose de savoir pourquoi c'est à Œdipe que Freud emprunte le modèle qui le définit comme structure universelle. Il s'en explique : « Pour moi, une série de suggestions prirent leur origine à partir du complexe d'Œdipe dont je reconnaissais l'ubiquité. Le choix, voire la création de ce sujet, avait certes été toujours énig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/destin/#i_436

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rêves et symptômes »  : […] L'attachement de Freud à l'idéal intellectuel et moral qu'il gardait de sa formation scientifique s'exprime d'abord, dans ses livres, par une fidélité obstinée à l'esprit de méthode, même là où les particularités de l'expérience analytique l'entraînent à des écarts ou à des hypothèses mal assurées. S'il lui faut, par la force des choses, travailler sur les déchets de l'obser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_436

FROMM ERICH (1900-1980)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 186 mots

Né à Francfort-sur-le-Main, Erich Fromm étudia la sociologie à Heidelberg, à Francfort et à Munich : il s'initia à la psychanalyse à l'université de Munich et auprès de l'Institut de psychanalyse de Berlin de 1923 à 1925. Il fut analysé par Hanns Sachs. À Berlin, il admire les travaux de G. Groddeck, qui n'est pas accepté par la communauté analytique de l'époque. Psychanalyste d'obédience freudien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-fromm/#i_436

GROUPE DYNAMIQUE DE

  • Écrit par 
  • Didier ANZIEU
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « La perspective psychanalytique »  : […] La psychanalyse est applicable à la vie collective, ainsi que Freud en a donné des exemples dans Totem et tabou (1913), dans Psychologie collective et analyse du moi (1921), dans Malaise dans la civilisation (1930). L'apport essentiel de Freud réside dans un mythe qu'il a inventé et qui, depuis lors, s'est révélé être toujours prése […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique-de-groupe/#i_436

IDENTIFICATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 375 mots

Dans le chapitre « De l'identification imaginaire à l'identification symbolique »  : […] Aussi bien l'alternative ouverte au stade spéculaire se répétera-t-elle au niveau des premiers investissements d'objet, le concern de Locke y trouvant son équivalent dans le « souci » ( cura ) de saint Augustin. « La force de l'amour est telle, nous dit un passage célèbre du De Trinitate , que les objets en lesquels l'âme s'est lon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identification/#i_436

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « L'ordre symbolique »  : […] L'homme se différencierait de l'animal en ce qu'il n'a pas d'instinct au sens propre du mot, c'est-à-dire au sens de conduite achevée, déterminée dans son déclenchement, ses moyens, son but. L'animal est conditionné, par les lois naturelles de son espèce, à « désirer » tel type d'objet et à utiliser tel type de procédé de satisfaction pour tirer du monde extérieur ce qui est nécessaire à sa survie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_436

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation psychanalytique »  : […] Parmi les théories les plus célèbres, il faut faire une place à part à la psychanalyse, qui a fait de l'interprétation des rites de l'initiation un de ses champs préférés d'étude. Les sévices que doit subir l'initié ne constituent pas, comme le prétendent les sociologues, une école d'endurance et de courage, mais ils expriment l'hostilité du père (ou de ses substituts) envers le fils ; la circonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_436

KLEIN MELANIE (1882-1960)

  • Écrit par 
  • Jean-Bertrand PONTALIS
  •  • 2 230 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La psychanalyse kleinienne »  : […] On peut voir dans la portée reconnue à cette découverte clinique le point de départ des remaniements que l'œuvre de Melanie Klein apportera progressivement à la théorie freudienne classique. Indiquons seulement les traits les plus marquants : – Précocité du surmoi , classiquement défini depuis Freud comme l'« héritier du complexe d' Œdipe », alors que Melanie Klein le voit à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melanie-klein/#i_436

LATENCE PHASE DE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 496 mots

Période du développement de l'enfant pendant laquelle les pulsions paraissent ne plus se manifester. On préfère à ce sujet utiliser la notion de phase ou de période plutôt que celle de stade, qui implique l'idée d'une nouvelle organisation pulsionnelle de la personnalité. Cette phase est définie par Freud comme un arrêt, ou une régression, dans l'évolution de la sexualité infantile, qui va du décl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phase-de-latence/#i_436

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Stratification sexuelle et archéologie de la sublimation »  : […] Qu'il s'agisse en l'occurrence d'une mutation profonde de la théorie, Freud en témoigne par le ton d'exaltation teintée d'humour sur lequel il en fait confidence à Fliess, le surlendemain de sa découverte : « Cela advint le 12 novembre 1897, le soleil se trouvait dans l'angle oriental, Mercure et Vénus étaient en conjonction » – l'horoscope de Michel Ange (d'après Vasari), auquel nous renvoie une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_436

NATURE / CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

Dans le chapitre « Une rupture de l’ordre naturel »  : […] Toute culture s’impose d’abord comme une répression brutale de la nature. Ainsi la prohibition de l’inceste en tant qu’interdit culturel fondamental, thèse développée par l’ethnologue Claude Lévi-Strauss (1908-2009), est-elle une négation violente de l’ordre naturel. L’obligation de l’exogamie (le fait de s’unir sexuellement à un membre étranger à sa famille) peut donc être ressentie comme une vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-culture-notions-de-base/#i_436

NÉVROSE

  • Écrit par 
  • René DIATKINE
  •  • 4 773 mots

Dans le chapitre « Le symptôme névrotique et son déterminisme »  : […] Historiquement, la découverte que les symptômes hystériques ont un sens caché doit être considérée comme l'enseignement le plus précieux rapporté par Freud de son séjour chez Charcot ; et l'on pourrait retracer l'évolution de la pensée freudienne en utilisant comme fil conducteur la signification du symptôme depuis le court article sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nevrose/#i_436

PÉCHÉ, religion

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché et sentiments de culpabilité »  : […] Un des éléments affectant le plus profondément la représentation du péché est certainement la connaissance, acquise grâce aux différentes disciplines de la psychologie, et particulièrement grâce à la psychanalyse, des sentiments de culpabilité. Freud a constaté leur très grande importance et les a considérés comme « la perception qui, dans le moi, correspond à la critique exercée par le sur-moi » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-religion/#i_436

PERSÉCUTION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 4 143 mots

Dans le chapitre « Les motivations de la persécution »  : […] La persécution est à l'agressivité furieuse (à l' hybris ) ce que la combustion lente est à la déflagration ; de même que le chimiste a découvert la combustion dans la fermentation, le psychologue a décelé la violence et la colère dans les conduites de persécution, mais sous un masque ; elles y sont contenues et répétées. C'est la différence entre la conduite motivée par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/persecution/#i_436

PHALLUS

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Maurice OLENDER, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 5 741 mots

Dans le chapitre « La phase phallique selon Freud »  : […] La découverte de la phase phallique équivaut à reconnaître la suprématie de l'ordre symbolique par rapport au réel et à l'imaginaire, c'est-à-dire à reconnaître, quant à la détermination du sujet, l'antériorité logique du signifiant par rapport à tout effet de signifié. La découverte par Freud du complexe d' Œdipe impliquait déjà, en effet, la reconnaissance d'un terme tiers comme nécessaire pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/#i_436

PHOBIE

  • Écrit par 
  • François PERRIER
  •  • 3 385 mots

Dans le chapitre « Les phobies infantiles : le petit Hans »  : […] L'observation, publiée par Freud en 1909, concernant le symptôme que présentait un jeune garçon de trois ans et demi, est une référence exemplaire et irremplaçable pour la compréhension du phénomène phobique. Hans, fils d'un disciple et ami de Freud, confie à son père qu'il a peur qu'un cheval ne le morde. Une phobie des chevaux se constitue chez lui, qui l'amène à fuir toutes les situations, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phobie/#i_436

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascèse analytique »  : […] Plus s'élargit, cependant, le cadre théorique d'une psychanalyse des œuvres, plus s'affirme l'exigence de son élaboration critique. Comment concevoir qu'une discipline qui s'est donné pour fin de confronter le sujet effectivement engagé dans la cure à la question de sa propre vérité puisse reporter son exercice sur les productions de la littérature ou de l'art ? Peut-être dira-t-on qu'entre la pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-des-oeuvres/#i_436

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors que les structures névrotiques obsessionnelles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_436

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « La fantasmatique œdipienne »  : […] Si la plupart des auteurs ont reconnu l'importance des facteurs prégénitaux dans l'organisation de la psychose, ils n'ont pas tous donné la place qui lui convenait au complexe d' Œdipe. À penser celui-ci comme relevant d'une organisation tardive dans le développement, on est tenté de décrire une structure psychotique dans les conditions d'un développement préœdipien. Le mérite de Melanie Klein es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_436

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le refoulement originaire »  : […] « L'oracle dit à Agamède et Trophonios : Le septième jour, votre désir le plus cher sera exaucé. Le septième jour, ils furent tous deux trouvés morts dans leur lit. » Jusqu'en 1915, Freud est entièrement occupé par sa découverte fondamentale sur les manifestations de l'inconscient. Il n'en pose pas moins dès le début de son œuvre la question de l'inné et de l'acquis d'une part, celle de la constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/#i_436

RÓHEIM GEZA (1891-1953)

  • Écrit par 
  • Roger DADOUN
  •  • 1 776 mots

En même temps qu'il élabore, sur des bases cliniques, sa théorie psychanalytique, Freud étend le champ de son investigation à toute la culture, selon le principe formulé dans Totem et Tabou (1912) : « On retrouve dans le complexe d' Œdipe les commencements à la fois de la religion, de la morale, de la société et de l'art. » Ce n'est pas seulement l'œdipe, mais tout l'appareil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geza-roheim/#i_436

SCÈNE PRIMITIVE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SEMPÉ
  •  • 358 mots

Freud a donné le nom de scène primitive ou scène originaire ( Urszene ) à celle où l'enfant se voit assister à des rapports sexuels de ses parents, soit qu'il les ait observés réellement, soit qu'il se les soit représentés sur un mode fantasmatique. À côté du traumatisme de la séduction, du complexe de castration, la scène primitive constitue un des fantasmes primordiaux qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scene-primitive/#i_436

SURMOI

  • Écrit par 
  • Jean-Michel VAPPEREAU
  •  • 5 137 mots
  •  • 8 médias

Freud a introduit le terme de surmoi en 1923 dans son essai intitulé Le Moi et le ça , afin d'ajouter une dimension génétique au mythe de Totem et tabou . Il y expose ce qui advint après le déroulement du drame mythique, de manière à rendre compte de la dissolution de l'œdipe. Une fois accompli le meurtre de celui qui barre l'accès à la jouissance, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surmoi/#i_436

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude RABANT, « ŒDIPE COMPLEXE D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/