ŒDIPE COMPLEXE D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dehors

Plus qu'un refoulement, la fin du complexe d'Œdipe doit en être la destruction : le processus, dit Freud dans « Le Déclin du complexe d'Œdipe », « équivaut, idéalement exécutée, à une destruction et à une annulation (Aufhebung) du complexe ». Doit. Ce doit (avec ce doigt, le symbole phallique, qui lui sert d'index) marque, non le devoir, qui s'hérite du complexe d'Œdipe avec dans son sillage le sentiment de culpabilité (comme effet de la persistance du désir œdipien dans l'inconscient), mais plus hautement la nécessité (celle justement d'en finir avec l'héritage et le devoir), la nécessité envers laquelle, elle qui est l'envers même de nos sorts, nous sommes toujours en reste. Le reste du père. Ce reste qui s'appelle notre destin, car « le destin aussi n'est finalement qu'une projection tardive du père » (« Dostoïevski et le parricide »). Nous, les fils attardés à ce crépuscule, contemplons encore sur l'écran de l'histoire l'ombre du père : marquant de cette ombre la limite indiscernable, traçant au vide un bord, à la nuit un seuil. « La dernière figure de cette série qui commence aux parents est l'obscure puissance du destin que seul un très petit nombre d'entre nous peut saisir impersonnellement » (« Le Problème économique du masochisme »). Interminable de la série parentale, à l'extrême de laquelle la figure et le nom doivent disparaître, ne laissant que la force pure de la nécessité, la force excessive, invincible, l'Übermacht qui nous broyant au moulin des mots nous ramène à la détresse, à l'absence d'appui, à l'Hilflosigkeit où dès la naissance se perd notre cri. Autre nom de la mort, de la puissance contre laquelle il n'est pas de remède, qui est l'irrémédiable même. (À quoi l'illusion religieuse prétend parer, c'est en cela justement qu'elle est illusion.) Nous, les sans-appui, n'avons d'autre recours et d'autre droit que l'Hilflosigkeit elle-même, et la dignité de notre solitude. Car il faut bien à la fin passer dehors, q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : philosophe, psychanalyste, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  OEDIPE COMPLEXE D'  » est également traité dans :

CASTRATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 696 mots

Bien que la hantise de la castration ait laissé son empreinte sur la Traumdeutung ( L'Interprétation des rêves ), la notion n'en a été dégagée par Freud qu'à une époque tardive, dans le contexte initial de l'homosexualité et de la phobie infantile. S'agit-il d'abord du garçon, c'est de la sexualité de la mère qu'émane la question qui se pose à lui dans sa troisième année : particulièrement intére […] Lire la suite

COMPLEXE, psychanalyse et psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 098 mots
  •  • 1 média

Le terme « complexe » appartient au vocabulaire de la psychologie des profondeurs et de la psychanalyse. C'est le psychiatre suisse Carl Gustav Jung qui, en 1902-1903, dénomme ainsi les phénomènes qu'il découvre lorsqu'il réalise son expérience des associations de mots. En effet, Jung, soucieux d'établir les théories de la psychologie à partir de méthodes expérimentales, élabore la situation d'ex […] Lire la suite

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la honte à la culpabilité »  : […] Bien qu'elle n'ait jamais entraîné de débat analogue à celui que Bronisław Malinowski souleva en 1927 en contestant l'universalité du complexe d'Œdipe, la question est souvent posée de savoir si le sentiment de culpabilité, qui n'est pas sans rapport avec celui-ci puisqu'il procède lui-même de la persistance des désirs œdipiens dans l'inconscient, est présent ou non dans toutes les cultures. C'es […] Lire la suite

DESTIN

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 2 486 mots

Dans le chapitre « La peste »  : […] « Œdipe et Freud apportèrent tous deux la peste » (A. Green). La question se pose de savoir pourquoi c'est à Œdipe que Freud emprunte le modèle qui le définit comme structure universelle. Il s'en explique : « Pour moi, une série de suggestions prirent leur origine à partir du complexe d'Œdipe dont je reconnaissais l'ubiquité. Le choix, voire la création de ce sujet, avait certes été toujours énig […] Lire la suite

DIFFÉRENCE SEXUELLE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 305 mots

Dans le chapitre « La théorie freudienne »  : […] La vie sexuelle commence très tôt après la naissance. Orientée vers le plaisir, elle est distincte de la génitalité et n'est mise au service de la reproduction que dans un second temps. La sexualité infantile traverse successivement les phases orale, sadique, phallique. À partir de cette dernière, garçon et fille connaissent un destin différent, pour entrer dans la période du complexe d'Œdipe, qu […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rêves et symptômes »  : […] L'attachement de Freud à l'idéal intellectuel et moral qu'il gardait de sa formation scientifique s'exprime d'abord, dans ses livres, par une fidélité obstinée à l'esprit de méthode, même là où les particularités de l'expérience analytique l'entraînent à des écarts ou à des hypothèses mal assurées. S'il lui faut, par la force des choses, travailler sur les déchets de l'observation – rêves, lapsus […] Lire la suite

FROMM ERICH (1900-1980)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 186 mots

Né à Francfort-sur-le-Main, Erich Fromm étudia la sociologie à Heidelberg, à Francfort et à Munich : il s'initia à la psychanalyse à l'université de Munich et auprès de l'Institut de psychanalyse de Berlin de 1923 à 1925. Il fut analysé par Hanns Sachs. À Berlin, il admire les travaux de G. Groddeck, qui n'est pas accepté par la communauté analytique de l'époque. Psychanalyste d'obédience freudien […] Lire la suite

GROUPE DYNAMIQUE DE

  • Écrit par 
  • Didier ANZIEU
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « La perspective psychanalytique »  : […] La psychanalyse est applicable à la vie collective, ainsi que Freud en a donné des exemples dans Totem et tabou (1913), dans Psychologie collective et analyse du moi (1921), dans Malaise dans la civilisation (1930). L'apport essentiel de Freud réside dans un mythe qu'il a inventé et qui, depuis lors, s'est révélé être toujours présent, à un moment ou à un autre, dans les petits groupes comme dans […] Lire la suite

IDENTIFICATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 375 mots

Dans le chapitre « De l'identification imaginaire à l'identification symbolique »  : […] Aussi bien l'alternative ouverte au stade spéculaire se répétera-t-elle au niveau des premiers investissements d'objet, le concern de Locke y trouvant son équivalent dans le « souci » ( cura ) de saint Augustin. « La force de l'amour est telle, nous dit un passage célèbre du De Trinitate , que les objets en lesquels l'âme s'est longtemps complu par la pensée et auxquels elle est devenue inhérente […] Lire la suite

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « L'ordre symbolique »  : […] L'homme se différencierait de l'animal en ce qu'il n'a pas d'instinct au sens propre du mot, c'est-à-dire au sens de conduite achevée, déterminée dans son déclenchement, ses moyens, son but. L'animal est conditionné, par les lois naturelles de son espèce, à « désirer » tel type d'objet et à utiliser tel type de procédé de satisfaction pour tirer du monde extérieur ce qui est nécessaire à sa survie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude RABANT, « ŒDIPE COMPLEXE D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/