RÊVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chacun a l'expérience du rêve et sait de quoi l'on parle quand il s'agit de rêves. Mais que peut-il, que peut-on en dire, que peut-on en faire ? Voilà la question ; et voici le paradoxe : l'expérience du rêve est universelle, mais c'est l'expérience d'une singularité incommunicable, où les conditions de l'objectivité ne peuvent s'instaurer sans détruire aussitôt leur « objet ». Il est fréquent que le contenu du rêve et d'abord le fait même d'avoir rêvé soient brouillés, occultés, oubliés ; il est constant que, même lorsque nous jugeons en avoir gardé bonne mémoire et pouvoir en donner une relation fidèle, nous nous heurtons à l'« absurdité » de ce que le rêve « raconte ». Paradoxe, puisque l'universalité de l'expérience onirique devrait permettre la communication et la confrontation de ses contenus, alors que la singularité de ceux-ci, leurs adhérences à la vie particulière du dormeur, mais aussi le caractère unique, étrange, imprévisible des situations, des opérations et des éléments que le rêve met en jeu paraissent interdire l'élaboration d'aucun code, d'aucun système lexical et syntaxique qui, une fois établie et appris, nous permettrait de comprendre ce que « veut dire » tel rêve au même titre que nous comprenons ce que veut dire un message verbal formulé dans une langue connue. Héraclite disait qu'« éveillés les hommes n'ont ensemble qu'un monde, mais que dans le sommeil chacun se détourne vers la singularité ». Et Hegel définit la représentation onirique comme une connaissance ponctuelle et non liée, alors que c'est seulement, pense-t-il, en s'incorporant dans une totalité (sensible ou conceptuelle) d'éléments distincts et articulés les uns avec les autres qu'un objet peut se prêter à l'analyse et à la synthèse et entrer dans une dialectique rationnelle : comme la folie, le rêve est jugé faux parce qu'il est partiel.

D'Héraclite à Hegel, on le soupçonne, la situation faite au rêve est commandée par le modèle du discours de savoir : opacité rebelle à tout langage intelligible, échec sinon majeur, du moins constant et irritant, du logos. On retrouve la même position, mais renversée, chez les adversaires du rationalisme, dans ce courant que Montaigne et Pascal nommaient pyrrhonisme, que nous appelons scepticisme, et qui doute qu'on trouve jamais un critère propre à distinguer rêve et réalité, illusion et vérité : « Nous veillons dormants et veillants dormons. Je ne vois pas si clair dans le sommeil ; mais, quant au veiller, je ne le trouve jamais assez pur et sans nuage », écrit Montaigne, qui se demande « pourquoi ne mettons-nous en doute si notre penser, notre agir n'est pas un autre songer, et notre veiller quelque espèce de dormir. » À la limite, nulle différence de nature entre la vie de l'esprit rêvant et l'activité de penser, c'est ici et là la même « matière » de représentations, seulement un peu plus liées le jour : « La vie est un songe un peu moins inconstant. » (Pascal.) Ce grand soupçon du peu de réalité, comme dira le surréalisme, soupçon qui marque la prévalence de la pensée de la représentation, s'étend bien au-delà du pyrrhonisme, il marque toute la pensée occidentale moderne : dans la première des Méditations métaphysiques, Descartes recourt à l'argument du rêve pour écarter le témoignage des sens en matière de réalité ; Leibniz peut dire que la réalité est un ensemble de rêves bien liés ; et l'on suit la trace de cette inquiétude, à travers le criticisme kantien et le romantisme, jusque dans Bergson et Husserl.

Pourtant la référence au langage qu'implique une telle problématique n'est ni homogène ni sans doute exclusive. Sous le principe méthodologique général d'une confrontation du rêve avec le discours, principe qui est celui de la pensée occidentale, on peut discerner des configurations très différentes : la figure de langage qui gouverne l'œuvre d'Aristote, par exemple, n'est pas la même que celle qui prévaut dans les Confessions de saint Augustin. Quand le premier, anticipant le discours de la science moderne, met le rêve au compte d'une âme réduite par le sommeil à reproduire des images déjà emmagasinées et à leur donner, en l'absence des contrôles du corps, son adhésion comme à des perceptions, tandis que le second entend le rêve de sa mère Monique comme un avertissement d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur au département de philosophie et à l'Institut polytechnique de philosophie de l'université de Paris-VIII, membre du Collège international de philosophie

Classification

Autres références

«  RÊVE  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 132 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Spiritualité : le Dreaming et la terre »  : […] Les sociétés aborigènes diffèrent beaucoup selon les régions et leur environnement. Mais certains principes leur sont communs, notamment le concept de Dreaming (rêve). Plutôt que comme un âge d'or mythique des origines et de la création, il faut l'entendre comme la mémoire virtuelle de tout ce qui fut, est et sera une mémoire de la terre et du cosmos. En ce sens, le Dreaming constitue un espace- […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite

BENJAMIN WALTER (1892-1940)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À rebours du progressisme. Les subversions de la dialectique »  : […] De 1927 à 1929, Benjamin mène un travail acharné à la Bibliothèque nationale sur Paris capitale du XIX e  siècle , une archéologie de la modernité qui fournit le point de fuite de ses écrits de la dernière période. Benjamin amorce ce qu'il appelle une révolution copernicienne de l'histoire : il s'agit de faire tourner non pas le présent autour du passé, mais le passé autour du présent, pour mieux […] Lire la suite

BRETON ANDRÉ

  • Écrit par 
  • Marguerite BONNET
  •  • 4 880 mots

Dans le chapitre « L'expérience humaine »  : […] Durant ces quelque dix ans où Breton, inlassablement, se bat pour la vérité de la révolution et pour la vérité de l'art, la grande aventure mentale qu'est pour lui le surréalisme ne s'en poursuit pas moins ; car il possède à un exceptionnel degré le pouvoir d'embrasser d'un même regard tous les niveaux de l'expérience humaine. De ce temps datent quelques-uns de ses plus importants ouvrages. Après […] Lire la suite

CARROLL LEWIS (1832-1898)

  • Écrit par 
  • Jean GATTÉGNO
  •  • 2 947 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage remis en question »  : […] Sylvie et Bruno , tout en poursuivant la découverte du monde enfantin – et en l'agrémentant d'une histoire d'amour et de morale passablement ennuyeuse – met en lumière plus clairement l'une des difficultés essentielles que l'enfant rencontre dans ses rapports avec les adultes : la communication. C'est au niveau du langage et du raisonnement que commencent les problèmes. Et ce sont ces deux domaine […] Lire la suite

CONFÉRENCES D'INTRODUCTION A LA PSYCHANALYSE (S. Freud)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 925 mots

Dans le chapitre « Une œuvre carrefour »  : […] Nous sommes en pleine guerre mondiale et un passage de la neuvième conférence, « La censure du rêve », fait directement allusion à cette actualité. Le ton général est malgré tout moins sombre que celui des Actuelles sur la guerre et la mort , écrites par Freud en mars-avril 1915, ou de Deuil et mélancolie , dont il achève la rédaction le mois suivant. Alors que, dans les écrits de 1915-1918 regrou […] Lire la suite

CONFUSION MENTALE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 009 mots

Dans le chapitre « Aspects cliniques »  : […] À travers ces multiples variétés étiologiques, ce qui fait la spécificité de la confusion mentale, c'est la dégradation de la conscience vigile qui apparente l'état confusionnel au sommeil et l'onirisme à l'état de rêve. L'allure du sujet confus est à cet égard caractéristique, et le diagnostic s'impose aussitôt : il semble égaré, hébété, perdu. Ses gestes hésitants, inachevés, son discours chuc […] Lire la suite

DÉPLACEMENT, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 869 mots

Si l'aptitude au déplacement caractérise tout particulièrement l'énergie au niveau de ce que Freud appelle les « processus primaires », c'est-à-dire l'activité psychique inconsciente, il importe de définir le champ où opère le concept, et notamment d'une façon diacritique par rapport à la « condensation ». Dans les lettres à Fliess, Freud relève trois types de déplacement conduisant à des compromi […] Lire la suite

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

  • Écrit par 
  • Cyril TARQUINIO
  •  • 2 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cadre théorique »  : […] Nous avons retenu trois pistes théoriques susceptibles d’expliquer ce qui se passe durant la psychothérapie EMDR : – L’hypothèse du sommeil REM. Depuis la fin du xx e  siècle, les chercheurs se sont surtout intéressés aux mouvements oculaires susceptibles de constituer l’un des principes actifs de l’EMDR. Un parallèle a été fait avec ce qui se passe dans le sommeil à mouvements oculaires rapides […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Dans le chapitre «  Le symptôme et la parole »  : […] Or, ce symptôme reste à comprendre. C'est ici que se situe la plus importante découverte freudienne, portée à son plus grand développement par Lacan et son école. Le symptôme est une manière de parole, et doit être intégré au « discours de l' inconscient ». Car l'inconscient n'est pas le moins du monde un réceptacle réel, un contenant qui aurait un contenu psychologique, une zone bien délimitée du […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 octobre 2021 Géorgie. Arrestation de l'ancien président Mikheïl Saakachvili.

Le 30, à l’issue du second tour des municipales, le Rêve géorgien remporte dix-neuf des vingt villes, dont la capitale, où il était opposé au Mouvement national uni. L’opposition dénonce des fraudes. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) relève des irrégularités. […] Lire la suite

17-22 février 2021 Géorgie. Démission du Premier ministre Guiorgui Gakharia.

Le 22, le Parlement investit au poste de Premier ministre le ministre de la Défense et ancien Premier ministre Irakli Garibachvili (Rêve géorgien). Celui-ci est un proche de l’oligarque Bidzina Ivanichvili, ancien chef de Rêve géorgien et homme fort du pays. […] Lire la suite

8-21 novembre 2020 Géorgie. Second tour des élections législatives.

Le Rêve géorgien, au pouvoir, remporte les 17 sièges encore à pourvoir, totalisant ainsi 90 élus sur 150. Le taux de participation est de 26,3 p. 100. […] Lire la suite

31 octobre 2020 Géorgie. Élections législatives.

Les contestataires dénonçaient la précédente législation qui avait permis au parti du Rêve géorgien, en octobre 2016, d’obtenir 77 p. 100 des sièges avec moins de 49 p. 100 des suffrages. Le Rêve géorgien, la formation au pouvoir du milliardaire Bidzina Ivanichvili, obtient 48,2 p. 100 des suffrages et 60 des 120 sièges disputés au scrutin proportionnel. […] Lire la suite

18-25 novembre 2019 Géorgie. Manifestation contre le pouvoir.

Certains des élus du Rêve géorgien, qui dirige le pays, se sont opposés au projet de loi du gouvernement, craignant que la réforme ne leur fasse perdre leur siège. Celle-ci avait été promise par le gouvernement aux opposants qui s’étaient déjà mobilisés en juin. L’opposition constituée en front uni réclame la démission du gouvernement et l’organisation d’élections anticipées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-François LYOTARD, « RÊVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reve/