CHINECadre naturel

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitalePékin
Langue officiellechinois mandarin
Unité monétaireyuan (ou renminbi, CNY)
Population1 416 687 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)9 572 900

Paysages et espaces chinois

La Chine dispose d'un territoire immense, correspondant à un quinzième des terres émergées de la planète et à un quart de celles de la seule Asie. Sa superficie la place au troisième rang mondial après la Russie et le Canada. La Chine s'étend sur 5 500 kilomètres entre 540 et 180 de latitude nord, et sur 5 000 kilomètres d'est en ouest. La distance entre Pékin et Canton est équivalente à celle qui sépare Oslo de Marseille, et la distance entre Urumqi et Shanghai à celle qui existe entre Paris et Kazan, aux franges occidentales de l'Oural. Quatre heures de décalage distinguent le plateau du Pamir, en Asie centrale, de l'Oussouri, qui sert de frontière entre la Chine et la région orientale de l'Extrême-Orient russe. La Chine est ainsi un pays-continent semblable, dans ses proportions, à l'Europe « de l'Atlantique à l'Oural ».

La République populaire de Chine est par ailleurs au cœur géographique de l'Asie, au carrefour de l'Asie maritime, celle de la mousson, des fortes densités et des cultures intensives, et de l'Asie continentale, celle des hautes terres, des déserts, des peuples éleveurs et nomades.

Chine : carte administrative

Dessin : Chine : carte administrative

Chine. Carte administrative. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sa façade maritime est considérable. Avec une longueur de 18 000 kilomètres, elle donne sur le golfe de Bohai, une mer quasi fermée par les péninsules du Liaodong et du Shandong, sur la mer Jaune et sur les mers de Chine orientale et méridionale. Les trois premières mers ont une structure de plate-forme continentale, et possèdent des richesses halieutiques et pétrolifères. La mer de Chine méridionale est plus profonde et correspond à un bassin pélagique, où une sédimentation organogène prédomine. Les eaux territoriales de la Chine comptent 5 000 îles, dont 85 p. 100 sont situées entre la baie de Hangzhou et la frontière chinoise avec le Vietnam. Parmi ces îles, les deux plus importantes sont Taïwan, avec une superficie de 36 000 km2, et Hainan, avec 34 000 km2. Une pente continentale très abrupte plonge ensuite, à l'est de Taïwan, à plus de 4 000 mètres de profondeur dans l'océan Pacifique.

Le littoral de la Chine fait face au Japon, aux Philippines, à la Malaisie et à Brunei. Il est au départ de routes maritimes traditionnelles vers l'Asie du Sud-Est puis, via le détroit de Malacca, vers l'océan Indien, le Moyen-Orient et l'Europe ; mais aussi vers le Japon, l'océan Pacifique et les rives des Amériques.

Les frontières de la République populaire sont longues de 20 000 kilomètres, de l'embouchure du Yalu, qui correspond à la frontière sino-coréenne au nord-est, à celle du Beilun, qui sert de frontière sino-vietnamienne au sud-ouest. Les pays limitrophes sont la Corée du Nord, la Russie, la Mongolie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Inde, le Népal, le Bhoutan, la Birmanie, le Laos et le Vietnam.

La topographie

Dans ses délimitations territoriales actuelles, la Chine possède parmi les terres les plus hautes du monde. Le relief est aux dimensions de cet immense pays : 19 p. 100 du territoire se situe à une altitude supérieure à 5 000 mètres ; 37 p. 100 à plus de 2 000 mètres ; 35 p. 100 à moins de 1 000 mètres ; et 16 p. 100 à moins de 500 mètres. Une pente d'orientation générale d'ouest en est se compose de fortes dénivellations et de trois paliers principaux, avec tous une pente douce à l'ouest et abrupte à l'est.

Le premier palier topographique a une altitude supérieure à 2 000 mètres. Il comprend le plateau tibétain (région autonome du Tibet, province du Qinghai, secteur occidental de la province du Sichuan), soit un quart du territoire de la République populaire, à des altitudes variant entre 4 000 et 5 000 mètres, et les très hautes montagnes qui l'entourent. Au sud se trouvent l'Himalaya, culminant avec le mont Everest à 8 848 mètres au niveau de la frontière sino-népalaise, et le Transhimalaya, entre lesquels s'étend la haute vallée du Brahmapoutre, entre 3 000 et 4 000 mètres d'altitude. Le plateau tibétain est bordé au nord par la chaîne montagneuse des Kunlun à 7 000 mètres d'altitude, où se trouvent les sources du fleuve Jaune (ou Huanghe) et du Yangzi. À l'est du plateau, les Hengduan, entre 4 000 et 6 000 mètres d'altitude, sont des alignements montagneux d'orientation globalement nord-sud, que traversent les cours supérieurs du Yangzi vers la Chine orientale, du Mékong vers la péninsule indochinoise et de la Salouen vers la Birmanie.

Plateau du Tibet

Photographie : Plateau du Tibet

Le plateau du Tibet, dont les altitudes varient de 4 000 à 5 000 mètres, offre des conditions bioclimatiques qui ne permettent guère que l'élevage. Au fond, le mont Everest. 

Crédits : J. Singer/ Click

Afficher

Le second palier topographique se situe entre 1 000 et 2 000 mètres d'altitude. Il se compose de plateaux et de grands bassins. Il s'étend du rebord du plateau tibétain jusqu'au Grand Xing'an au nord-est de la Chine.

La région autonome du Xinjiang, la partie orientale de l'Asie centrale, d'une superficie de 1 600 000 km2, est composée de deux grands bassins, entre 800 et 1 300 mètres d'altitude, qui sont séparés par les Tianshan d'orientation ouest-est, entre 3 000 et 5 000 mètres. Il s'agit : du bassin du Tarim, situé entre les Kunlun et les Tianshan, avec le désert du Taklamakan, d'une superficie de 331 000 km2, et que bordent, au sud et au nord, les routes terrestres de la soie ; et de la dépression de la Dzoungarie, entre les Tianshan et l'axe montagneux septentrional de l'Altaï, qui s'élève à 3 000 mètres. Le Xinjiang est fermé à l'ouest par le Pamir, et à l'est par la fosse de Turfan, qui descend jusqu'à 154 mètres au-dessous du niveau de la mer.

La partie chinoise du plateau mongol, entre 1 000 et 2 000 mètres, s'étend sur 1 000 000 km2. Son rebord oriental est constitué par la chaîne montagneuse du Grand Xing'an, entre 1 500 et 2 000 mètres d'altitude, un horst qui surplombe la plaine d'effondrement mandchoue. Au sud, les « plateaux de lœss » forment un ensemble tabulaire d'une superficie de 400 000 km2, recouvert d'une très épaisse couche – parfois plusieurs dizaines de mètres – de lœss, des dépôts pulvérulents d'origine éolienne mêlant quartz, argile et calcaire. Leur altitude varie entre 1 000 et 1 500 mètres, et le fleuve Jaune les traverse dans son cours moyen.

Le bassin du Sichuan, appelé autrefois le « Bassin rouge », sur 200 000 km2, a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Chine : carte physique

Chine : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Enfants ouïghours

Enfants ouïghours
Crédits : Hulton Getty

photographie

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plateau du Tibet

Plateau du Tibet
Crédits : J. Singer/ Click

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur titulaire de la faculté des sciences de l'université de Picardie
  • : professeur de géographie à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  CHINE  » est également traité dans :

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

La Chine a choisi, dès la création de l'Empire au iiie siècle avant J.-C., une configuration politique d'unité pour répondre à l'immensité de son territoire. Identifiant son berceau historique à la moyenne vallée du fleuve Jaune, l'histoire officielle pose la Chine comme un foyer de civilisation central qui […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 736 mots
  •  • 3 médias

Au fil des siècles, la Chine impériale a étendu sa domination politique et militaire jusqu'au cœur de l'Asie centrale. Les territoires conquis, à l'exception de la république de Mongolie, indépendante depuis 1921, font aujourd'hui partie de la République populaire. La Chine s'étend en conséquence sur deux domaines géographiques entièrement différents : […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Comme les pays du bassin méditerranéen et de l'Europe, la Chine d'aujourd'hui est le point d'aboutissement d'une très longue évolution où les facteurs de continuité ne sont sans doute pas plus significatifs pour l'historien que ceux que l'on rencontre en Occident dans le domaine des institutions, du droit, des traditions culturelles et religieuses. C'est par étapes que les populations de langue et […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Soixante dix ans après la naissance dans la violence de la république populaire de Chine, le cours de l'histoire chinoise apparaît plus stable, mais non dépourvu d'interrogations multiples. Symbole de la plus grande révolution communiste survenue dans le Tiers Monde, et réceptacle de nombreux espoirs révolutionnai […] Lire la suite

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 620 mots
  •  • 6 médias

Depuis 1979, la diplomatie de la République populaire de Chine est au service des quatre objectifs majeurs suivants : le développement économique du pays, l'affirmation et la consolidation de son statut de grande puissance, la réunification de la nation chinoise et la survie du régime actuel. Ces objectifs peuvent sembler contradictoires, et le dernier – la stabilité du système politique dirigé pa […] Lire la suite

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 218 mots
  •  • 6 médias

À partir de la fin des années 1970, la Chine a fait de la modernisation de son économie une priorité qui l'a conduite à abandonner progressivement les principes de planification et d'autarcie en vigueur pendant la période maoïste et post-maoïste (1949-1978), pour faire place aux mécanismes de marché et s'ouvrir aux échanges internationaux. La transition est e […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

La Chine connaît une tradition juridique ancienne mais avant tout pénale. Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle qu'elle a commencé à introduire le droit occidental et en particulier le modèle allemand. Bien que celui-ci ait servi de base à la codification engagée par Tchang Kaï-shek dans les années 1920-1930, […] Lire la suite

CHINE - Politique religieuse

  • Écrit par 
  • Benoît VERMANDER
  •  • 6 092 mots

La politique des réformes et de l'ouverture, engagée sous l'égide de Deng Xiaoping à partir de 1979, a permis et permet encore le spectaculaire développement économique de la Chine, et a fait de ce pays un acteur clé, si ce n'est l'acteur clé de la mondialisation. Fondée sur une ouverture économique, financière et internationale graduelle et ininterrompue, la montée en puissance de la Chine ne s'e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy MENNESSIER, Thierry SANJUAN, Pierre TROLLIET, « CHINE - Cadre naturel », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-cadre-naturel/