Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOUSSON

Phénomène climatique saisonnier, la mousson (terme dérivé du mot arabe mausim, « saison ») entraîne d'importantes modifications dans la circulation générale de l'atmosphère. Cette particularité climatique s'observe dans la zone tropicale de chaque hémisphère, comprise entre 10 et 30 degrés de latitude. La présence de la mousson modifie profondément la physionomie des saisons tropicales. C'est ainsi que la saison humide, généralement de plus en plus courte quand on s'éloigne de l'équateur, s'en trouve considérablement renforcée.

Le climat de mousson est une variante du climat tropical. Il se caractérise, en fonction de la saison, par une véritable « réaction en chaîne » où les causes et les effets ne sont pas facilement dissociables. Le champ de la pression atmosphérique subit de profondes modifications qui entraînent un changement de direction des vents. Ces variations saisonnières des vents dominants sont elles-mêmes à l'origine de la forte variabilité de la pluviosité que l'on peut constater dans tous les pays soumis au régime de mousson. Les pluies de mousson, dont la date et l'intensité varient d'une année sur l'autre, ont une importance capitale pour des populations qui les attendent ou les redoutent. Ces anomalies sont toujours vécues douloureusement par les populations locales. Des pluies de mousson trop abondantes provoquent fréquemment des inondations. En certaines zones, tempêtes et cyclones s'ajoutent parfois aux effets de la mousson et provoquent des catastrophes de grande ampleur. À l'inverse, quand les pluies de moussons sont trop faibles ou absentes, la période de sécheresse se prolonge. Les conséquences pour la production agricole sont alors désastreuses. La vie ou la survie de millions d'hommes dépend étroitement du « bon fonctionnement » du climat de mousson.

La mousson

La mousson

— René CHABOUD

La mousson est un phénomène météorologique qui a des conséquences anthropologiques. Lorsque les géographes décrivent les mécanismes atmosphériques qui sont à l'origine de ce phénomène et l'influence de la mousson sur le climat et la végétation, ils font nécessairement abstraction de l'histoire et des conceptions indigènes (la façon dont les gens du pays ressentent et utilisent la mousson) pour ne considérer que le concept très général d'un renversement saisonnier du régime des vents. Les géographes parlent donc d'une mousson chinoise, d'une mousson japonaise ou de pluies de mousson en des régions aussi diverses que l'Arabie et l'Australie (cf. milieu tropical et asie - Géographie physique). La seconde partie de cet article, au contraire, présente les conséquences sociales et culturelles de la mousson. Le contexte est volontairement limité à l' Asie du Sud et du Sud-Est où la mousson fait traditionnellement l'objet d'un savoir indigène d'orientation médicale. Aux yeux de ceux qui vivent en Inde, à Sri Lanka ou en Thaïlande, dans l'expérience qu'ils ont de la mousson, le renversement des vents a beaucoup moins d'importance que sa conséquence immédiate, qui est l'éclatement de la saison des pluies. La saison des pluies est le pivot autour duquel tourne l'ensemble du calendrier agricole et religieux, astrologique et médical. Les médecins indigènes ont une théorie de la mousson. Le vent, alternativement associé à la sécheresse et à la pluie, provoque selon eux un ensemble de maladies spécifiques qu'ils combattent à l'aide de cocktails d'épices produits sur le même sol. La mousson ainsi conçue à partir du savoir indigène constitue l'un des grands chapitres de l'anthropologie médicale en Asie.

Le phénomène climatique

Mécanisme

Le mécanisme du climat de mousson est relativement simple. Toute comparaison d'échelle mise à part, il présente[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ingénieur à Météo France
  • : agrégé de philosophie, docteur ès lettres, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

La mousson

La mousson

Extension géographique de deux variétés de climat de mousson en Asie du Sud-Est

Extension géographique de deux variétés de climat de mousson en Asie du Sud-Est

Extension de la forêt de mousson en Inde

Extension de la forêt de mousson en Inde

Autres références

  • MOUSSON ASIATIQUE

    • Écrit par Alexis LICHT
    • 1 077 mots
    • 2 médias

    La mousson – inversion saisonnière des vents à l’interface océan-continent – contrôle l’intensité des précipitations dans les régions les plus peuplées du globe, aux basses et moyennes latitudes. Pendant l’été, les zones continentales aux marges de la ceinture équatoriale reçoivent une forte insolation...

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...l'Ouest un vent fort et très sec, l'harmattan, souvent chargé de poussières au point de masquer le soleil entre décembre et mars. Au cours de l'été boréal, un phénomène de mousson dévie l'alizé austral en direction du nord-est lorsque celui-ci, issu de l'anticyclone de Sainte-Hélène, franchit l'équateur....
  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Danièle LAVALLÉE, Catherine LEFORT
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    Quant au phénomène de mousson, célèbre dans la périphérie méridionale et orientale du continent asiatique, il existe également ici, en raison même de l'opposition entre des masses considérables de continents et d'océans. La région où il est le mieux marqué est le pourtour du golfe du Mexique en Amérique...
  • AMOUR, fleuve

    • Écrit par Laurent TOUCHART
    • 2 316 mots
    ...de la fonte des neiges. Ce premier pic est cependant inférieur au second, qui survient en septembre, mois pendant lequel la moyenne est de 36 000 m3/s grâce aux pluies de moussons qui, provenant du sud, viennent mourir ici. C'est le maximum principal de fin d'été, sans aucun rapport avec le déstockage...
  • ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

    • Écrit par Philippe PELLETIER
    • 23 142 mots
    • 4 médias
    ...(1770-1831) appelait « Outre-Asie », est étroitement liée à l'extension de l'empire colonial français. Le géographe Jules Sion renomme cet ensemble Asie des Moussons en 1928. Cette nouvelle expression a l'avantage de rompre avec une vision européocentrée, mais l'inconvénient d'introduire une optique déterministe,...
  • Afficher les 23 références

Voir aussi